Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 34 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Quai dit quai de Gien
    Quai dit quai de Gien Gien - quai Lestrade quai Lenoir quai Joffre - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle qu'il renouvelle l'étude. Ce dernier remet ) concerne la construction d'un quai à Gien sur la rive droite. Il s'agissait de réaliser une levée qui devait servir à la fois de grande route et d'ouvrage de défense contre les inondations du bas de la ville du projet. Durant la décennie suivante, il est défendu de bâtir à cet endroit et même d'y consolider . A cette époque, la Loire bat le pied des maisons installées en bord de Loire et les fortifications d'ouvrir une voie routière suffisamment large pour la traversée de la ville (routes n° 160 et n° 172 raccordement avec la route, hauteur de quai réglée à 4,70 m au-dessus de l'étiage). L'ingénieur en chef Jousselin n'est pas satisfait du projet de Guiol (la largeur des quais est insuffisante notamment) et en mars 1823 un devis dans lequel il décrit l'état de dégradation dans laquelle se trouve la rive droite de la Loire à Gien et la difficulté d'obtenir une communication facile et d'une largeur convenable
    Hydrographies :
    la Loire
    Description :
    reconstruite en 1848 avec un changement d'orientation pour le service du port de la faïencerie. Depuis cette date, cette cale fonctionne avec le port de la Faïencerie et a donc été rattachée à ce dossier perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne d'Arc reconstructions. Les réhaussements successifs de la voirie ont engendré des situations étranges, notamment les A l'origine, le quai de Gien comprenait quatre cales mais celle située le plus en aval a été . Actuellement, le quai de Gien est par conséquent composé de trois cales abreuvoir simples reliées par des caractéristiques suivantes : deux cales de 6 m de large, 47 m de long et 10 cm de hauteur pm de pente et deux cales (celles situées de part et d'autre du pont) de 6 m de large, 45 m de long et 11 cm de hauteur pm de pente
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet de la Rupelle
    Titre courant :
    Quai dit quai de Gien
    Appellations :
    quai de Gien
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue d'ensemble du quai en amont du pont (vue prise de la rive opposée) 1. IVR24_20064500666NUCA Vue d'ensemble du quai en amont du pont (vue prise de la rive opposée) 2. IVR24_20064500860NUCA Le quai en amont du pont (quai Joffre), vue prise de la rive opposée. IVR24_20064500910NUCA Projet de quai de la ville de Gien, 8 septembre 1823. (archives départementales du Loiret, 2 S 50 Détail de la copie du plan envoyé par l'ingénieur de Régemortes à l'ingénieur en chef des Ponts-et -Chaussées de la généralité d'Orléans, 18 septembre 1773. (archives départementales du Loiret, C 336 Détail de la copie du plan envoyé par l'ingénieur de Régemortes à l'ingénieur en chef des Ponts-et -Chaussées de la généralité d'Orléans, 18 septembre 1773. (archives départementales du Loiret, C 336 Plan du cours de la Loire, 2ème quart du XIXe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/1 Plan du cours de la Loire, détail sur le pont de Gien, 2ème quart du XIXe siècle. (archives
  • Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien) Gien - quai Joffre - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jousselin n'est pas satisfait du projet et demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle dégradation dans laquelle se trouve la rive droite de la Loire à Gien et la difficulté d'obtenir une En février 1822, un projet de quai à Gien est rédigé par l'ingénieur Guiol. L'ingénieur en chef qu'il renouvelle l'étude. Ce dernier remet en mars 1823 un devis dans lequel il décrit l'état de compter quatre rampes d'abordage de 6 m de large. Les matériaux utilisés sont des pierre issues des carrières de Briare et des pierres de démolition des murs de ville, du sable et des cailloux de Loire. Les terminés en 1828. Les quais ont été en partie reconstruits suite aux destructions des bombardements de 1940.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45155-10.
    Référence documentaire :
    (bibliothèque municipale de Tours). (cf. illustration n° IVR24_19784500208X). Carte postale ancienne. (bibliothèque municipale de Tours). (cf. illustration n Dans : Loire en Loiret, le patrimoine du val de Loire en images / le Cercle des cartophiles du
    Description :
    de la Rupelle préconisait à cet endroit une rampe d'abordage de 6 m de large et de 45 m de long avec par des perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne mètres de large et est orientée vers l'amont. Le projet de quai proposé en 1823 par l'ingénieur Bouchet une pente de 1/9e. La pente prévue pour les deux cales jouxtant le pont était moins douce que celle de la cale située en face de la rue Jeanne d'arc (1/10e) car on considérait que ces deux cales seraient Actuellement, le quai de Gien (rive droite) est composé de trois cales abreuvoir simples reliées d'Arc (anciennement rue des Saintes Claires). La cale abreuvoir simple située en amont du pont mesure 6 surtout fréquentées par "les chevaux que l'on mènera boire et par des gens de pieds qui s'embarqueront
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet de la Rupelle
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise de la rive opposée 1. IVR24_20064500865NUCA Vue d'ensemble prise de la rive opposée 2. IVR24_20064500709NUCA Vue d'ensemble de la rive opposée 3. IVR24_20064500708NUCA Vue d'ensemble prise de la rive opposée 4. IVR24_20064500866NUCA Le quartier d'arête de la cale abreuvoir (à droite) et la première arche du pont Carte postale ancienne, la cale au début du 20e siècle. (bibliothèque municipale de Tours Le quai de la République (actuellement quai Joffre), carte postale ancienne. (archives Carte postale ancienne, vue d'ensemble prise de la rive opposée. (bibliothèque municipale de Tours
  • Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien) Gien - quai Lestrade - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jousselin n'est pas satisfait du projet et demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle dégradation dans laquelle se trouve la rive droite de la Loire à Gien et la difficulté d'obtenir une En février 1822, un projet de quai à Gien est rédigé par l'ingénieur Guiol. L'ingénieur en chef qu'il renouvelle l'étude. Ce dernier remet en mars 1823 un devis dans lequel il décrit l'état de compter quatre rampes d'abordage de 6 m de large. Les matériaux utilisés sont des pierre issues des carrières de Briare et des pierres de démolition des murs de ville, du sable et des cailloux de Loire. Les terminés en 1828. Les quais ont été en partie reconstruits suite aux destructions des bombardements de 1940.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45155-4.
    Description :
    l'ingénieur Bouchet de la Rupelle préconisait à cet endroit une rampe d'abordage de 6 m de large et de 47 m de par des perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne d'Arc (anciennement rue des Saintes Claires). La cale abreuvoir simple située vis à vis de la rue Actuellement, le quai de Gien (rive droite) est composé de trois cales abreuvoir simples reliées Jeanne d'Arc mesure 10 mètres de large et est orientée vers l'aval. Le projet de quai proposé en 1823 par long avec une pente de 1/10e. Cette cale a du être reconstruite car elle ne présente plus ses
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet de la Rupelle
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise de la rive opposée. IVR24_20064500675NUCA Plan d'une partie du quai de Gien et de la cale, 31 octobre 1850. (archives départementales du Copie du plan envoyé par l'ingénieur de Régemortes à l'ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées de la généralité d'Orléans, 18 septembre 1773. (archives départementales du Loiret, C 336
  • Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien) Gien - quai Lenoir - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jousselin n'est pas satisfait du projet et demande à l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle dégradation dans laquelle se trouve la rive droite de la Loire à Gien et la difficulté d'obtenir une En février 1822, un projet de quai à Gien est rédigé par l'ingénieur Guiol. L'ingénieur en chef qu'il renouvelle l'étude. Ce dernier remet en mars 1823 un devis dans lequel il décrit l'état de compter quatre rampes d'abordage de 6 m de large. Les matériaux utilisés sont des pierre issues des carrières de Briare et des pierres de démolition des murs de ville, du sable et des cailloux de Loire. Les terminés en 1828. Les quais ont été en partie reconstruits suite aux destructions des bombardements de 1940.
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Numéro de l'ouvrage dans la base DIREN : 45155-11.
    Référence documentaire :
    Dans : Loire en Loiret, le patrimoine du val de Loire en images / le Cercle des cartophiles du Loiret, 2001. Carte postale d'après une gravure de Charles Pensée (1799-1871). (cf. illustration n
    Description :
    . Perrés haut et bas verticaux. Le projet de quai proposé en 1823 par l'ingénieur Bouchet de la Rupelle par des perrés de rive. Les cales sont situées de chaque côté du pont et en face de la rue Jeanne préconisait à cet endroit une rampe d'abordage de 6 m de large et de 45 m de long avec une pente de 1/9e. La pente prévue pour les deux cales jouxtant le pont était moins douce que celle de la cale située en face de la rue Jeanne d'arc (1/10e) car on considérait que ces deux cales seraient surtout fréquentées par Actuellement, le quai de Gien (rive droite) est composé de trois cales abreuvoir simples reliées d'Arc (anciennement rue des Saintes Claires). La cale abreuvoir simple située en aval du pont mesure 5 mètres de large et est orientée vers l'aval. Elle dispose d'un parapet et d'un garde-corps métallique "les chevaux que l'on mènera boire et par des gens de pieds qui s'embarqueront dans les batelets préconisées dans le devis de 1823.
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet de la Rupelle
    Titre courant :
    Cale dite cale abreuvoir simple (quai de Gien)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue d'ensemble prise de la rive opposée. IVR24_20064500716NUCA Détail de la copie du plan envoyé par l'ingénieur de Régemortes à l'ingénieur en chef des Ponts-et -Chaussées de la généralité d'Orléans, 18 septembre 1773. (archives départementales du Loiret, C 336 Plan de la cale, 31 octobre 1850. (archives départementales du Loiret, Liasse 46881
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Gien (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Gien (Loiret) Gien
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La rive droite de la Loire à Gien abritait plusieurs ports aux 17e et 18e siècles : le "port des à l'actuelle place des Alliés (quai Joffre), le port de la Poterne situé quai Lenoir et le petit port de laTour placé quai Lestrade en face de l'actuelle rue de la Porte du Champs. En 1767 doit à la fois servir de grande route (Paris/Bourges et Orléans/Bourgogne) et de levée pour empêcher le bas de la ville de Gien d'être inondé. Un plan des terrains est levé en 1772 mais la quantité des bâtir à cet endroit et même de consolider les maisons existantes. A cette époque, la Loire bat le pied projet de quai sur la rive droite n'aboutira qu'au début du 19e siècle (1824-1828). A Gien, le commerce du bois se tenait traditionnellement sur la rive gauche, disposition qui s'explique par les lieux de la Loire, le canal de Briare, le canal du Loing et la Seine. Au 18e siècle, le port au bois est dépenses de manutention plus importantes car il faut franchir la levée située entre le port et la Loire. La
    Référence documentaire :
    Gien, par l'ingénieur de l'arrondissement Bouchet de la Rupelle, 10 mars 1823. Carte de la Loire, 1850, ech. 1/20 000e. Par Coumes (ingénieur). (archives nationales, F 14 6641 Dans : Album des bords de la Loire Rouargues frères, Paris, 1856. Par Rouargues frères (dessinateur ) ; Dien (imprimeur). (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire). (cf. illustration n Dans : Album Deroy, les rives de la Loire, 1835-1836. Par Deroy (dessinateur) ; Motte (lithographe ). (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire). (cf. illustration n° IVR24_20104500083NUCA). Moritel Michel, "Les activités et les projets nés des eaux de la Loire", Société archéologique et AN, F 14 6641. Projet établissement d'un quai dans la ville de Gien, rive droite, 1823 : rapport de AN, F 14 6641. Courrier de l'ingénieur en chef Coumes au sujet de la pétition de plusieurs Loiseau Georges, "Il y a 150 ans la municipalité de Gien achevait la construction des quais de la
    Description :
    Les structures portuaires de la ville de Gien se composent actuellement de 5 modules : l'ancien droite de part et d'autre du pont et le port de la Faïencerie situé rive droite en aval du pont. aval du pont, le port au Bois situé rive droite en amont du pont, les quais de Gien implantés rive
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Gien (Loiret)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan de la ville levé en 1727-1730 par le sieur Matthieu. (école nationale des Ponts-et-Chaussées Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail sur Gien Plan de la ville de Gien vers 1760. Le mur d'enceinte est tombé entre A et B et menace de Plan de la ville Gien vers 1760, détail. Le mur de l'enceinte entre A et B est tombé. Il est en Plan de la ville de Gien, non daté (vers 1760). Entre A et B : partie de mur tombé. Entre A et C Cours de la Loire, XVIIIe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/4, dossier 4, pièce 5 Cours de la Loire, rive droite, XVIIIe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/4, dossier 4 Carte de la Loire, rive droite, non daté (XVIIIe siècle), détail. (archives nationales, site de Carte de la Loire, rive droite, non datée (XVIIIe siècle), détail. (archives nationales, site de Cours de la Loire, rive gauche, XVIIIe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/4, dossier 4
  • Présentation de l'étude régionale : les aménagements portuaires de la Loire
    Présentation de l'étude régionale : les aménagements portuaires de la Loire
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Référence documentaire :
    Auclerc (Philippe), Les nouveaux usages et les aménagements en rives de Loire sur le devant de la et les aménagements en rives de Loire sur le devant de la scène, in : Loire et terroirs, automne 2013 Babics (Florence), Les perrés de la Loire, Direction départementale du Loiret, novembre 1996 Billacois (François), Voituriers par eau et marchands fréquentant la rivière de Loire au XVIIe AN, F 14 6549. Mémoire pour l'amélioration de la Loire, division du Bec d'Allier à Orléans, 24 recherche (DEA) sous la direction de Serge Thibault, Université de Tours, 1991 propriétaires de terrains situés à l'extrémité de la presqu'île du Véron proche le confluent Loire/Vienne. AN, F 14 6613. Mémoire sur la navigation de la Loire et sur les moyens de l'améliorer, 31 mars 1834 , ingénieur en chef de la Nièvre Mossé. Cayla (Philippe), De Loire en ardoises, éléments de la géographie du patrimoine fluvial et
    Titre courant :
    Présentation de l'étude régionale : les aménagements portuaires de la Loire
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Texte libre :
    La direction de l'inventaire du patrimoine (Région Centre) a mené l'étude sur les aménagements portuaires de la Loire de 2008 à 2013, suite à un recensement des cales et des quais de la Loire et de ses affluents conduit en 2005-2006 par la Direction régionale de l'Environnement (DIREN Centre). Le travail de l'Inventaire porte sur le tracé de la Loire de Nevers à Candes-Saint-Martin, dans les quatre départements compléter les données du recensement de la DIREN, notamment sur des aspects historiques (fin XVIIIe à début fleuve : -La Loire amont, de la source jusqu'au Bec d'Allier (Cuffy) -La Loire moyenne, du Bec d'Allier au Bec de Maine (Bouchemaine près d'Angers) -La Basse Loire, ou Loire inférieure, du Bec du Maine jusqu'à l'estuaire Le linéaire de la Loire concerné par la présente étude est donc situé, pour sa quasi -totalité, sur la Loire Moyenne. Seuls les sept kilomètres séparant le Bec d'Allier de Nevers appartiennent Berry, la Sologne, la Beauce, le Blésois et la Touraine. De Nevers à Briare, le fleuve coule vers le
    Illustration :
    Carte du cours de la rivière de Loire dans l'étendue des levées qui la soutiennent depuis la ville Carte de la Loire dans la traversée de la région Centre. IVR24_20130000008NUDA Carte présentant les communes concernées par l'étude sur les aménagements portuaires de la Loire Carte des ports et des gares d'eau sur la Loire de Nevers à Candes-Saint-Martin Saladier patronymique, 1789 : train de bateaux sur la Loire. Faïence de Nevers. (Musée de la Marine de la Loire approuvées par décision ministérielle du 22 mai 1848 : échelles verticales et inclinées de Gien jusqu'au Pont de Cé, 1684. (bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans : Ge DD 2987 Ports et gares d'eau sur la Loire entre Nevers et Candes-Saint-Martin. IVR24_20130000002NUDA de Loire de Châteauneuf-sur-Loire : Inv.87.1.2). IVR24_20154501201NUCA Projet de boucles d'amarre à Meung-sur-Loire en 1841 par l'ingénieur Floucaud. (Archives
  • Présentation de la commune de Lingé
    Présentation de la commune de Lingé Lingé
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Référence documentaire :
    Archives départementales de l'Indre. Série H : 616. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1735-1737. Archives départementales de l'Indre. Série H : 608. Terrier de la commanderie de Lureuil. 1626-1628. ). Revue archéologique et historique de la société du Berry, 6e année, 1900, p.40-195. (contient les Mémoires des ruines et démolissions faites es étangs de la Bresne de Fongombaud par les gens de guerre Carte de la France dite Carte de Cassini, feuille 31 [Le Blanc]/par César-François Cassini de Thury DE MONTIGNY, Arnaud (dir.). A la découverte des Églises de l'Indre. Chauray : Éd. Patrimoines et DE LA TREMBLAIS, M., DE LA VILLEGILLE, M., DE VORYS, J. Esquisses pittoresques sur le département DORMOY, Christian. Rapport d'expertise dendrochronologique (ferme de la Bédonnière, Lingé PROVOST, Michel, COULON, Gérard, HOLMGREN, Jean. Carte archéologique de la Gaule, l'Indre. Paris , José. Le dépôt de haches à talon de Baudrussais à Lingé (Indre). La Revue archéologique du Centre de la
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Lingé
    Annexe :
    Expertise dendrochronologique d'échantillons provenant du logement de la ferme de la Bédonnière à , de même facture, se situent dans la longueur, à des niveaux différents. Les éléments architecturaux Afficher la plaquette de présentation de la commune de Lingé Lingé (36220). (Archéolabs, réf. ARC 17/R4181D2). Présentation générale : L’objet de l’expertise est composé de deux poutres moulurées d’un plafond de solives sur poutres d’un sous-sol orienté est-ouest. Les poutres ne sont pas en place et sont soutenues en about par des massifs de maçonnerie. Les congés moulurés ont été échantillonnés manuellement à la sonde finlandaise (diamètre du prélèvement 5 mm) le 24
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Texte libre :
    seigneur du Bouchet. Quant aux évêques de Poitiers, ils semblent avoir, avant la fin du Moyen Âge Géographie, géologie et paysage La commune de Lingé, couvrant 3266 ha, fait partie de la sous-unité buttons formant la limite méridionale de la commune. L'essentiel de l'espace lingeois s'apparente à un ” car ponctué de monticules de grès et de sable, appelés buttons. On constate dans la frange sud de la commune, la présence de reliefs comme il en existe très peu en Grande Brenne. Il s'agit d'une chaîne la Grande Brenne, Lingé abrite un grand nombre de plans d'eau intégrés dans leur totalité au bassin -versant du Blizon. Parmi les "géants" de Lingé citons les étangs Purais, de Lérignon, du Gabriau et de la Gabrière (90 ha). Ils sont pour la plupart destinés à la pisciculture. Les sols de Lingé ont de faibles potentialités agronomiques même si la présence de calcaire marneux par endroits les rend un peu moins oligotrophes que ceux du reste de la Grande Brenne. Ces contraintes pédologiques sont induites par un sous-sol
    Illustration :
    Les lieux-dits de Lingé sur la carte de Cassini (vers 1765). IVR24_20163601077NUC2A Chemins des environs de la Gabrière sur l'Atlas de Trudaine, route de Châtillon au Blanc, vers 1745 Tableau d'assemblage des plans cadastraux de 1813 pour la commune de Lingé. (Archives Vue de l'église paroissiale (carte postale de la première moitié du 20e siècle ; Lerat 2002 Lingé. Route de la gare. carte postale. vers 1910. (AD 36, 48 J 4 B 4917). IVR24_20163601081NUC1B Troupeau de vaches paissant dans l'étang de la Gabrière. carte postale. sans date (1ere moitié du Étang de la Gabrière, photographie d'Eugène Hubert. [1890-1940]. (AD 36, 26 Fi 96/1 Plan de la halle à marchandises envisagée dans le cadre de la transformation (avortée) de la halte Plan de la halte ferroviaire de Lingé, vers 1908 (AM Lingé). IVR24_20163601089NUC2A Projet de transformation de la halte de Lingé en station ferroviaire, vers 1908 (AM Lingé
  • Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Référence documentaire :
    AN Paris, F 14 6549. Mémoire pour l'amélioration de la Loire, division du bec d'Allier à Orléans Cayla, Philippe, "Les ports de la Loire en Anjou", in : l'Archéologie industrielle en France, n° 12 AN Paris, F 14 6613. Mémoire sur la navigation de la Loire et sur les moyens de l'améliorer, 31 mars 1834, par l'ingénieur en chef de la Nièvre Mossé. AN Paris, F 14 6639. Rapport de l'ingénieur du département du Loiret Navarre sur l'état de la Babonaux, Yves, "Le lit de la Loire, étude d'hydrodynamique fluviale", Paris, Comité des travaux Dion, Roger, "Histoire des levées de la Loire", Paris, 1961 AN Paris, F 14 6639. Police de la navigation de la Loire par le préfet du Loiret, 1840. AN Paris, F 14 6639. Rapport de l'ingénieur en chef Coumes, 23 mars 1849, rejet de la demande de la Dutens, "Histoire de la navigation intérieure de la France", tome 1, 1829.
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Texte libre :
    responsables d'un arrondissement (Delaitre, Lacave, Gretry, Bouchet de la Rupelle). Les projets concernant les ). Malgré la proposition de l'ingénieur Bouchet d'établir quatre bureaux de perception dans le Loiret est de 122 kilomètres. La largeur du lit majeur naturel de la Loire y est d'environ 5 kilomètres ), la Cheuille, l'Aquiaulne, la Bonnée, la Bionne et la Mauve. La Loire a, de tous temps, présenté les provenance de la haute Loire. Cinquante ans plus tard (1691), le canal d'Orléans permet de relier la capitale plus facilement depuis la basse Loire. La réalisation de ces deux voies d'eau artificielles marque le en autant de sections que de départements. Bouchet, fils du dernier ingénieur des Turcies et Levées . Il faut attendre 1825 pour qu'un organisme spécifique à la Loire soit rétabli, une « inspection de la navigation de la Loire » (du département de la Haute Loire jusqu'à la mer). Enfin, en 1840 est créé le Service spécial de la Loire qui réunit le service ordinaire (entretien) et le service extraordinaire
    Illustration :
    Les communes du Loiret riveraines de la Loire. IVR24_20104500004NUDA Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret) - Les principaux aménagements Ports et gares d'eau sur la Loire dans le département du Loiret. IVR24_20104500001NUDA
  • Port dit port de Chaumont
    Port dit port de Chaumont Chaumont-sur-Loire - le Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Bouchet. Le projet de port est approuvé en juin 1784 et les travaux se terminent vers 1792. La réalisation du port a pour objet principal de préserver la ville du courant de la Loire. On construit une cale halage interrompu par les corrosions de la berge. Le port est effectivement prolongé vers l'amont jusqu'au lieudit la Tuilerie entre 1845 et 1848. La cale de la Tuilerie est réalisée à cette période. Un port à un fermier qui fait pour son compte personnel la perception des droits de dépôt suivant le tarif abreuvoir en long sur toute la longueur du chantier situé vis à vis du bourg. Les maisons gênant les travaux ou menacées par le fleuve sont supprimées. On construit une cale aval pour la charge du bois et uniquement d'abreuvoir. Les travaux sont réalisés. L'ingénieur prévoyait également de compléter ces escaliers n'aient pas tous été construits. En 1846, l'ingénieur en chef Floucaud constate que le port de poussé l'administration à l'agrandir et à l'améliorer, notamment par le rétablissement du chemin de
    Hydrographies :
    la Loire
    Précision dénomination :
    port de rive
    Description :
    Situé rive gauche et vis à vis du bourg, le port de Chaumont-sur-Loire comporte trois cales abreuvoirs simples et une cale abreuvoir en long. Le port actuel mesure environ 900 mètres de long (300
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Titre courant :
    Port dit port de Chaumont
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan du cours de la Loire dans l'étendue du département du Loir-et-Cher, 2 mai 1812 par l'ingénieur Extrait de la carte de l'ingénieur Coumes (1848) complétée par l'ingénieur Collin en 1858 Carte de la Loire, détail sur la ville de Chaumont-sur-Loire, entre 1848 (présence de la cale de la Extrait du cadastre napoléonien de 1809. (archives départementales du Loir-et-Cher, 3 P 2/45/1 La Loire à Chaumont-sur-Loire par Deroy, vers 1835. (archives départementales du Loir-et-Cher, 33 Plan du port de Chaumont par l'ingénieur Delaitre, 23 juillet 1848, relatif au nouvel alignement du Plan du port de Chaumont par l'ingénieur Delaitre, 23 juillet 1848, relatif au nouvel alignement du Projet de cinq escaliers pour le port de Chaumont, 10 septembre 1860. (archives départementales du Plan du port de Chaumont par l'ingénieur Humbert, 7 mai 1893. Mention du bornage du port effectué Photographie aérienne de Henrard, 1968. IVR24_19924100401P
  • Porte des Lions
    Porte des Lions Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    la rampe d'accès droite. Les procès-verbaux mentionnent tous sa présence et parfois des travaux de maçonneries permet de distinguer trois états successifs de la porte : le premier datant probablement des XIIIe -XIVe siècles, le second de la fin de l'époque médiévale (XVe siècle) et le troisième du premier tiers du XVIIe siècle. Aujourd'hui seule la porte à proprement parler reste en état ; une campagne de parvenus se lisent dans les archives de la ville où elle apparaît sous le nom de "poterne du chastel d'Amboise". En 1630, elle est déjà désignée comme la porte des Lions ; or la première mention de lions à La porte des Lions constitue l'accès par le coteau au promontoire rocheux du château, qui ouvre à l'Est au deux tiers d'un mur d'enceinte de 190 m de long pour 2,50 m à 3,50 m d'épaisseur. Le mur présente dans sa partie nord un tracé en crémaillère à cinq décrochements. La porte des Lions n'est pas centrée sur le rempart, mais située à 73 m de l'extrémité sud et à environ 115 m de celle du nord. Il
    Référence documentaire :
    Archives Nationales ; KK 84. 3e Compte de Jacques de Beaune, compte des finances de la reine Anne Plan du château d'Amboise. Attribué à Robert de Cotte, dessin à la plume et à l'encre de Chine Carte particulière de la ville et chasteau d'Amboise/René Siette. 1610-1619. (Bibliothèque Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, DOE 2004. Restaurations de la porte des Lions du Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, etu 0602. Étude pour la restauration de la porte Plan du château d'Amboise, Le château d'Amboise, du costé de la rivière, L'élévation du chasteau d'Amboise du costé de la ville. Dessins de Jacques Androuet du Cerceau, vers 1579. (Londres, British Museum COMTE, François. Le château et la ville : Angers (XIII e -XVIe s). Revue archéologique du Centre de : Université de Paris IV-Sorbonne : thèse de doctorat sous la direction de Léon Pressouyre, 1992, 3 vol GAUGAIN, Lucie. Amboise, un château dans la ville. [Publication de Thèse]. Rennes : presses
    Dénominations :
    porte de ville
    Description :
    Si l'on suit la description du procès-verbal de 1761 à partir du plan de 1708, on constate qu'un bâtiment nommé « corps de garde », d'environ 11 m sur 7 m occupait, au Nord, le côté gauche de la porte des gouttereau opposé, deux fenêtres étaient sources de lumière. À droite de la porte sur le plan, figure un par un pont dormant, dont on ne connaît pas le profil d'origine mais Léonard de Vinci en donne la silhouette. C'est probablement de ce pont dont il est question entre 1480 et 1482 dans les archives de la ville. Enfin, en sortant, à gauche de la porte, il subsiste les vestiges d'une tour défensive, qui déjà différents éléments constituant la porte des Lions et appartenant tous au même système de défense sont décrits dans des notices successives : la porte en elle-même, puis les vestiges de la tour ruinée et du corps de garde qui prenaient place de l'autre côté du rempart, et enfin la demi-lune. Sur sa façade est , la porte des Lions est construite en moyen appareil de tuffeau, son parement tranche avec celui du
    Annexe :
    Les archives concernant la porte des Lions du château d'Amboise Les comptabilités de la ville le commandement et ordonnance du roy a faire tout de neuf le pont de la poterne du chastel d'Amboise chemin qui va du Clos-Lucé à la « poterne du chastel » et de restaurer le pont de la poterne. En 1494 ). Dans les procès-verbaux de 1630, il est seulement question du « corps de garde de la tour des Lions » ou de « faire une gueritte de charpente sur la porte des Lions ». Le procès-verbal de 1761 est plus d'une grande chambre à cheminée occupée par le nommé Bouchet contenant vingt neuf pieds de longueur de outre la canonnière de la porte des Lions : - Archives départementales d'Indre-et-Loire,C 950, f°11r d'Amboise citent à plusieurs reprises la « poterne du chastel » que l'on identifie avec certitude grâce à une mention de 1480 : - Archives communales d'Amboise, CC 102, f°26v° : « [...] Mectre et emploier par tant de pierre que de boys ». On trouve les mêmes mentions au cours des deux années suivantes (Archives
    Illustration :
    Vue ancienne de la porte des Lions avant restauration, depuis l'extérieur de l'enceinte castrale, à Relevé pierre à pierre du mur jouxtant au nord la porte des Lions avant les restaurations de 2014 Vue extérieure de la porte des Lions depuis le sud-est. IVR24_20083700160NUCA Vue extérieure de la porte des Lions depuis l'est. IVR24_20083700155NUCA Vue de l'ancienne tour polygonale de la porte des Lions. IVR24_20083700156NUCA Vue de la porte des Lions depuis l'intérieur de l'enceinte castrale, à l'ouest Vue de la porte des Lions depuis l'intérieur de l'enceinte castrale, à l'ouest : l'emplacement du Vue de la porte des Lions depuis la rampe d'accès au sud. IVR24_20083700110NUCA Vue de la porte des Lions depuis la rampe d'accès au sud. IVR24_20083700111NUCA Vue de la porte des Lions depuis la rampe d'accès au sud. IVR24_20083700113NUCA
  • Port dit port refuge de la Vrille
    Port dit port refuge de la Vrille Neuvy-sur-Loire - le Port - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    au moyen de pieux. La même année, l'ingénieur Bouchet estime également que la Vrille est une gare Dans son projet de port à Neuvy rédigé le 14 mai 1784, l'ingénieur Normand rapporte que la rivière de la Vrille offre une gare sûre pour les bateaux. Il propose en outre de stabiliser son embouchure escellente lors des grandes inondations ou de la débâcle des glaces. En 1813, des dégradations causées par les crues sont signalées sur environ 200 mètres de la levée de la rivière de la Vrille. L'utilisation de la rivière comme gare est confirmée à cette date. On projette d'élargir le lit de la Vrille en 1000 m x 20 m "qui formerait un port sur les deux rives de la Vrille". Le revêtement de perrés des berges de l'embouchure de la rivière pourraient dater de cette période mais les archives ne précisent pas 1839 (on déplore son manque de superficie) et en 1852 (mention sur la carte de Coumes). La réalisation en 1872 d'une première passerelle en bois franchissant l'entrée de l'embouchure de la Vrille pourrait
    Hydrographies :
    la) ; Vrille Loire
    Observation :
    Non repéré par la DIREN.
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800204NUCA). l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800215NUCA). Encre et aquarelle sur calque, Ech. 0,0005 m pm, 1881. Par Harel de la Noé (ingénieur). (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). (cf. illustration n° IVR24_20125800216NUCA). Encre sur calque, sans Ech. 1895. Par Sigault (ingénieur). (direction départementale de
    Description :
    Le port refuge de la Vrille est situé rive droite, à l'embouchure de la rivière de la Vrille, en face de la Centrale électrique de Belleville-sur-Loire. Nous n'avons aucune information relative à la superficie (longueur et largeur) de rivière utilisée autrefois pour le stationnement des bateaux en cas de
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Vrille
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1852) avec ajouts de 1911. Mention de la gare de Neuvy. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). IVR24_20125800204NUCA Plan du port de Neuvy et de la rivière de la Vrille, 31 mai 1881, ingénieur ordinaire Harel de la Noé. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800216NUCA Le port de Neuvy et la rivière de la Vrille, 9 août 1895, ingénieur ordinaire Sigault. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 70). IVR24_20125800215NUCA L'entrée de l'ancienne gare d'eau de la Vrille (embouchure de la rivière de la Vrille). A droite l'extrémité du port de Neuvy. En arrière plan, la Loire. IVR24_20125800604NUCA
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Beaugency (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Beaugency (Loiret) Beaugency
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    d'accostage sont attestés sur la rive droite, de part et d'autre du pont : « le port l'Argentier » (en amont ) et « le port de la Motte » (en aval). Au XVIIIe siècle, deux autres ports sont signalés : le premier est établi sur la rive gauche en aval du pont (il figure sur un plan daté de 1768 et une gravure de Campion datée de 1772), le second est implanté sur la rive droite immédiatement en aval du faubourg de la rue de Rivière (plan daté de 1758 environ). Ce deuxième site est qualifié "de meilleur port que la situé au nord-ouest de la ville) destinés à l'entretien de la route d'Orléans à Blois. Son accès devient impraticable au cours du 3ème quart du XVIIIe siècle, c'est sans doute pourquoi la ville choisit de construire l'emplacement de l'ancien port de la Motte : une cale abreuvoir en long simple de forme rectangulaire et flanqué ouest du faubourg de la rue de Rivière en aval. Ce port est complètement modifié et agrandi en 1837-1840 l'embouchure de la rivière de la Mauve qui offre un long bassin étroit mais où les bateaux trouvent toujours la
    Référence documentaire :
    AN, F 14 168. Rapport de l'ingénieur Bouchet relatif à la construction d'un port à Beaugency, 1780. Dans : Album Deroy, les rives de la Loire, 1835-1836. Par Deroy (dessinateur) ; Motte (lithographe ). (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire). (cf. illustration n° IVR24_20104500086NUCA). AN, F 14 608/1. Mémoire sur les levées et autres travaux d'art à faire sur les deux rives de la Mantellier, Ph., "Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et Babics, Florence, "Les perrés de la Loire", DDE Loiret, novembre 1996, pp 106-116. Pellieux, Jean-Nicolas, "Essais historiques de la ville de Beaugency et ses environs, ans VII et IX AN, F 14 6639. Rapport de l'ingénieur en chef du département du Loiret Navarre sur l'état de la la navigation de la Loire au passage du pont de Beaugency. du quai de Beaugency, pour la construction d'un bas port et le rétrécissement du chenal au droit de
    Description :
    La commune de Beaugency comprend un port unique établi sur la rive droite, vis à vis de la ville et de part et d'autre du pont.
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Beaugency (Loiret)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan de la ville du XVe au début du XVIe siècle (hypothèse). IVR24_20104500255NUDA Plan des abords de la ville de Beaugency durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (après 1758 ). Partie située en aval du pont, près des fossés de la ville. (archives départementales du Loiret, C suppl La ville vue de la rive gauche en aval du pont, avec au premier plan une aire de déchargement de Plan de Beaugency de la fin du 18e siècle (entre 1780 (construction du port) et 1789). (musée Plan de la Loire au XVIIIe siècle, détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100/66/3 Le château, l'abbaye, l'église Saint-Firmin et leurs abords vus de la rive gauche en aval du pont à La Loire à Beaugency d'après un dessin de Deroy, 1835-1836. (musée de la Marine de Loire Le pont et la ville pris de la rive gauche en amont du pont. Gravure de Rouargues, 2ème quart du Carte de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Coumes (1848), complétée par l'ingénieur
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Charité-sur-Loire (Nièvre)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Charité-sur-Loire (Nièvre) La Charité-sur-Loire
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jusqu'à la seconde moitié du XVIIe siècle, le chenal principal de la Loire entre la Charité-sur construite entre l'extrémité sud de l'île de l'Ours et la rive gauche afin de diriger les eaux du fleuve et la navigation vers la ville de la Charité (rive droite) et de protéger l'île des assauts de la Loire côté de la ville qui est sans quai et sans défense. Les échevins sollicitent alors la construction d'un sont réalisés qu'à partir de l'année 1778 sous la direction de l'ingénieur en chef Normand. Ils sont reconstruits à partir de 1839 d'après un projet proposé par l'ingénieur ordinaire Joncoumont. La chevrette subit plusieurs campagnes de travaux au cours du XIXe siècle : projet de la prolonger en 1838 (la ), projet de l'abaisser en 1849 (suite aux dégâts de la crue de 1846), abaissement en 1862, réparation de brèches suite à la débâcle de 1868, réparation en 1887-1888. L'île dénommée « le faubourg », située en face de la ville de La Charité, est reliée aux rives de la Loire au moyen de deux ponts. Le premier
    Référence documentaire :
    Détail, 2005. (archives municipales de La Charité-sur-Loire). (cf. illustration n la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800292NUCA). départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800293NUCA). Biard (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800190NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (musée de la Loire, Cosne-Cours-sur-Loire). (cf. illustration n Gravure. Par Rauch (dessinateur) ; Schroeder (graveur). (archives départementales de la Nièvre, 2 de La Charité-sur-Loire, 1 S 1). (cf. illustration n° IVR24_20125800300NUCA). de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800516NUCA).
    Description :
    Située sur la rive droite et sur l'île dénommée "faubourg", la ville de La Charité-sur-Loire bénéficiait de plusieurs ports : le port de la Saulaie ou port au Bois et le port de la tête de l'Ours établis droite de part et d'autre du pont de pierre. Un unique dossier a été ouvert sur le "port des quais Neuf
    Localisation :
    La Charité-sur-Loire
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Charité-sur-Loire (Nièvre)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    La Loire et la ville de La Charité en 1650 par Mérain. (archives départementales de la Nièvre, 1 Fi Atlas de Trudaine, 1744-1751, détail sur la Charité et la Chapelle-Montlinard. (archives nationales Extrait de l'Atlas de Trudaine, 1745-1780. Route de Herry à La Charité. (archives nationales, F 14 Redressement du lit de la rivière de Loire depuis le pont de la Charité jusqu'à la tête des Plan de la continuation de la levée d'Espagne vis à vis de la ville de la Charité, non daté (vers Plan de la ville de La Charité et de ses environs, fin du XVIIIe siècle (après 1789). (archives municipales de La Charité-sur-Loire, 1 S 1). IVR24_20125800300NUCA Carte de la Loire dressée le 11 décembre 1833 par l'ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées du Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur La Charité. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800516NUCA
  • Les aménagements portuaires de la Loire dans les départements du Cher et de la Nièvre
    Les aménagements portuaires de la Loire dans les départements du Cher et de la Nièvre
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Référence documentaire :
    Beauvalet (V), "Encyclopédie Roret, manuel de la navigation intérieure", Paris, 1846. Billacois (François), Voituriers par eau et marchands fréquentant la rivière de Loire au XVIIe Mémoire pour l'amélioration de la Loire, division du Bec d'Allier à Orléans, 24 janvier 1839, par AN, F 14 6613. Mémoire sur la navigation de Loire et sur les moyens de l'améliorer, 31 mars 1834 AN, F 14 6639. Rapport de l'ingénieur en chef Coumes, 23 mars 1849, rejet de la demande de la ville Imbart de la Tour (Joseph), "La Loire, étude générale et étude spéciale de ce fleuve en nivernais AD Cher, 3 S 405. Rapport sur la Loire de Roanne à Briare dressé par l'ingénieur en chef Mazoyer Mantellier (Ph.), "Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et AD Cher, 1 Z 481. Extrait des registres des délibérations du Gouvernement de la République le 5 Miejac, Emmanuelle, "Histoire des franchissements de la Loire entre Cosne-sur-Loire et Gien du XIIe
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire dans les départements du Cher et de la Nièvre
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Texte libre :
    Belleville-sur-Loire. Elle borde celui de la Nièvre (rive droite) sur 133 kilomètres de Saint-Hilaire Marzy et jusqu'à Cosne-Cours-sur-Loire. La Loire s'oriente ensuite vers le nord-ouest en direction de Vrille (rive droite). La largeur moyenne du fleuve entre la Besbre (affluent de la Loire en amont de Cuffy) mais aussi par la présence de nombreuses îles dont est parsemée cette partie du fleuve. Le tirant aval du Bec d'Allier mais lors de la crue de 1846, il atteint 6,30 m au-dessus de l'étiage à Nevers et qu'il convient de faire pour « retenir la rivière en son ancien cours qu'elle a depuis longtemps son ancien cours et canal de sorte qu'elle passe sous les ponts de la ville et qu'ils ne deviennent du Crot de Savigny sur la commune de Sermoise est le témoignage actuel des divagations passées du depuis la rive gauche vers la rive droite. Des îles dépendant alors de la commune de Neuvy sont désormais très éloignées de la rive droite et il est décidé d'un commun accord que ces îles (La Glas, Gauglin
    Illustration :
    Carte des communes du Cher et de la Nièvre riveraines de la Loire entre Nevers et Neuvy-sur-Loire Ports et gares d'eau sur la Loire dans le Cher et la Nièvre (entre Nevers et Neuvy-sur-Loire
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Jean-de-Braye (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Jean-de-Braye (Loiret) Saint-Jean-de-Braye
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La commune de Saint-Jean-de-Braye absorbe celle de Saint-Loup-lez-Orléans en 1726, ce qui explique peut-être la présence de deux sites portuaires sur la commune actuelle. La Loire, naturellement portée milieu du XIXe siècle suivant un projet de l'ingénieur Coumes. Les aménagements de la rive droite entre vers la rive gauche, a été dirigée vers la rive droite (port d'Orléans) grâce à un duit construit au
    Référence documentaire :
    Gravure, 17,5 x 13 cm, vers 1826. Par Pensée, Charles (dessinateur). (musée de la Marine de Loire Encre et aquarelle sur papier, 95 x 46 cm, Ech. De 200 toises, an V. Par Bouchet (ingénieur AD Loiret, 2 J 2091. Rétablissement du duit destiné à diriger le cours principal de la Loire vers Encre et aquarelle sur papier, échelle de 500 toises, XVIIIe siècle. (archives nationales, site de Encre et aquarelle sur papier, échelle de 500 toises, XVIIIe siècle. (archives nationales, site de (ingénieur). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1). (cf. illustration n AD Loiret, 2 S 63. Projet de revêtement en perrés des coteaux de Saint-Jean-de-Braye et Saint-Loup AN, F 14 560. Réparation du mur de soutènement du chemin de halage vis à vis le couvent de Saint la rive droite, 1806. Pinard, Gaelle, "le quartier Saint-Loup à Saint-Jean-de-Braye", étude documentaire, historique et
    Description :
    La commune de Saint-Jean-de-Braye comprend deux sites destinés à l'abordage des bateaux de Loire
    Localisation :
    Saint-Jean-de-Braye
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Jean-de-Braye (Loiret)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire dans l'étendue de l'élection d'Orléans, première moitié du XVIIIe siècle Carte du cours de la Loire dans l'étendue de l'élection d'Orléans, première moitié du XVIIIe siècle Plan d'une partie de la Loire depuis le Fort Alleaume jusqu'au delà de Saint-Loup comprenant le chantier vulgairement désigné presqu'île de Charlemagne, par l'ingénieur Bouchet, 9 frimaire an V Mariniers et lavandières sur la Loire d'après un dessin de Charles Pensée, vers 1826. (musée de la Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret par l'ingénieur Navarre, 11 février 1834 Carte de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Coumes (1848) complétée en 1858 par . Détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 10066/3). IVR24_19794500780X . Détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 10066/3). IVR24_19794500866X Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, M 1338 A). IVR24_20104500071NUCA
  • Port dit port de Beaugency
    Port dit port de Beaugency Beaugency - quai de l' Abbaye quai Dunois - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    En 1774, les maire et échevins de Beaugency sollicitent la réalisation d'un port pour faciliter l'exportation "des fruits de son territoire". L'ingénieur des Turcies et levées, Bouchet, propose en 1780 un Service des Turcies et Levées en raison des difficultés financières de la ville. En 1836, le Conseil la rive droite à des rues peu praticables. De plus, sur cette même rive, la tête d'amont du pont se prolonge jusqu'à des maisons élevées sur l'ancien mur de ville de sorte que la communication est suffit pas au commerce. Chargé du projet, l'ingénieur Floucaud propose en 1841 de porter la largeur également la construction d'un bas-port et d'une cale abreuvoir double, le rétrécissement du chenal de la Loire au droit de la ville et la construction de digues en amont du pont. En 1843, le bas port est règlement de police du port de Beaugency est mis en place le 27 janvier 1845. La structure de ce port semble fer, les briques, les grains et les denrées coloniales. La même année, le garde-port de Muides est
    Hydrographies :
    la Loire
    Référence documentaire :
    Encre de chine et aquarelle, 46,4 x 63,3 cm, 1815. Par Moreau-Baschet (arpenteur forestier). (musée Dans : Loire en Loiret, le patrimoine du val de Loire en images, édité par le Cercle des (ingénieur). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1). (cf. illustration n
    Précision dénomination :
    port de rive
    Description :
    petits cours d'eau, le Ru et le Pissot. Un peu plus en amont se trouve également l'embouchure de la rivière de la Mauve. Des quais sur lesquels s'effectue la circulation des voitures bordent le port sur Situé rive droite, le port de Beaugency se compose d'une cale en tablier à quai incliné de 600 mètres environ de long située de part et d'autre du pont, d'une cale abreuvoir double à tablier bas en amont du pont et de deux cales abreuvoirs simples établies aux deux extrémités aval et amont du port . Des exutoires bien intégrés aux perrés sont établis en amont du pont : ils assurent le passage de deux
    Auteur :
    [ingénieur] Bouchet
    Typologies :
    port de rive : port aménagé et appareillé directement sur la rive du fleuve
    Localisation :
    Beaugency - quai de l' Abbaye quai Dunois - en ville
    Titre courant :
    Port dit port de Beaugency
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan des abords de la ville de Beaugency durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (après 1758 ). Partie située en aval du pont, près des fossés de la ville. (archives départementales du Loiret, C suppl Le front de la ville sur la Loire, entre 1780 (construction du port) et 1789. (musée Daniel Vannier Plan de la ville en 1815 par l'arpenteur Moreau-Baschet. (musée Daniel Vannier, Beaugency, Inv. N Plan du cours de la Loire dans le département du Loiret, 11 février 1834, par l'ingénieur Navarre Echelle de crue sur la culée du pont, rive droite côté aval. IVR24_20094500447NUCA Plan du port de Beaugency (en aval du pont), fin XVIIIe siècle. (archives départementales du Loiret Extrait du cadastre napoléonien de 1827. (archives départementales du Loiret, 3 P 028 . Détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1). IVR24_20074500572NUCA Plan général d'un quai à construire en amont du pont pour servir en même temps de traverse aux
  • L'architecture rurale du Parc naturel régional de la Brenne
    L'architecture rurale du Parc naturel régional de la Brenne
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional de la Brenne (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional de la Brenne
    Référence documentaire :
    . Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 21, FERACF, Tours, 2001. BENARROUS, Renaud. Géohistoire de l'espace piscicole brennou. La Brenne était-elle prédestinée à BENARROUS, Renaud. La Grande Brenne, histoire d'une zone humide continentale et de ses étangs. Du . Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, 66, FERACF, Tours, 2017. BENARROUS, Renaud, DUMEIGE, Bruno. Le Parc naturel régional de la Brenne au cœur d’une zone humide PARC NATUREL REGIONAL DE LA BRENNE. Guide pour la restauration et l'entretien de l'architecture SURRAULT, Jean-Pierre (dir.). L'Indre, le Bas-Berry de la Préhistoire à nos jours. Saint-Jean naturel régional de la Brenne, 2005, 72 p. BENARROUS, Renaud. La Grande Brenne aux périodes préindustrielles (Indre). Contribution à paysage imaginaire à l'interaction de l'homme avec son environnement aux périodes préindustrielles
    Titre courant :
    L'architecture rurale du Parc naturel régional de la Brenne
    Aires d'études :
    Parc naturel régional de la Brenne
    Texte libre :
    Créé le 22 décembre 1989, le Parc naturel régional de la Brenne s’étend sur le quart sud-ouest du faibles de la région Centre-Val de Loire. D’étangs en vallées, les prairies, les buttons de grès si caractéristiques de la Grande Brenne, les landes, le bocage composent une mosaïque de paysages naturels et paysages. 1. Paysages, genèse du territoire et pratiques rurales emblématiques de la Brenne 1.1 . L’identité paysagère La grande variété géologique du territoire a conduit à la mise en œuvre de pratiques , pour la plupart, apparentées aux régions naturelles de l’Indre circonscrites au 20e siècle. Située au nord du cours de la Creuse, la Grande Brenne, également appelée Brenne centrale ou Brenne des étangs desséchés en été, a conduit l’homme à créer de nombreux étangs et à privilégier l’élevage au détriment de la céréaliculture. La Queue de Brenne, située dans le nord-est du Parc, comporte moins d'étangs et de buttons que la de la Creuse, la Petite Brenne abrite aussi des étangs, mais en moins grand nombre que sa grande sœur
    Illustration :
    Le Parc naturel régional de la Brenne et les communes du territoire du parc. IVR24_20193600021NUDA Carte des entités (ou sous-unités) paysagères comprises dans le Parc naturel régional de la Brenne Carte géologique simplifiée du Parc naturel régional de la Brenne (d'après les données du BRGM Prairie et queue d'étang de la Grande Brenne. IVR24_20193600017NUCA Étang de la Grande Brenne et sa bonde à pilon. IVR24_20193600004NUCA La Queue de Brenne. IVR24_20193600025NUCA La vallée de la Creuse. IVR24_20193600020NUCA Détail d'un bâtiment (colombier) à murs en moellons de grès rouge (le Bouchet, Rosnay Maison élémentaire du bourg de Lingé et paysage d'étangs de la Grande Brenne. IVR24_20193600009NUCA Bâtiments de l'écart de la Boudinière (Pouligny-Saint-Pierre). IVR24_19973600601XA
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret) Châteauneuf-sur-Loire
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    A la fin du XVIe siècle, le seigneur du Bich (terres situées rive gauche) possédait le droit de port de Châteauneuf. Au XVIIIe siècle, la ville possède deux ports vis à vis de l'agglomération, le port du Cail en aval et le port de la Madeleine plus en amont. En 1737, on déplore le mauvais état des berges du fleuve en amont de la ville, le long du coteau du Chastaing planté de vignes. L'érosion de ces berges met en danger l'existence même d'une partie de la ville installée désormais sur une sorte d'avancée dans le fleuve. A partir de 1784, la réalisation d'un nouveau port intègre le rétablissement du chemin de halage du Chastaing mais la Révolution interrompt les travaux. Le port n'est achevé qu'au début que, de l'an III à l'an VI, la commune prenne le nom de Port-Neuf ou Port-Neuf-sur-Loire. Le chemin de commune ni les riverains ne souhaitent payer les travaux. La crue de 1846 finit de détruire la berge qui . Un nouveau projet, à la baisse, daté de 1854 est finalement exécuté en 1856-1857 : le chemin de
    Référence documentaire :
    AN, F 14 560. Rapport de l'ingénieur Bouchet sur la requête (avril 1786) de Jean Freneau voiturier 27 x 128 cm, 1784. (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, Non coté). (cf de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, M 180). (cf. illustration n° IVR24_20104500034NUCA). de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, M 180). (cf. illustration n° IVR24_20103700033NUCA). BN Tolbiac, F 23665 (364). Arrêt du Conseil d'Etat qui maintientle duc de la Vrillière dans le droit de péage sur les marchandises et bateaux montant ou descendant la rivière de Loire aux lieux du Bich et de Laiz pour le percevoir au port de la Vrillière-sur-Loire (Châteauneuf), 1774. Amis du Musée de la Marine de Loire de Châteauneuf-sur-Loire, n° 87, juin 2008, 63 pages. Dutens, "Histoire de la navigation intérieure de la France", tome 1, 1829, p 28. Babics, Florence, "Les perrés de la Loire", DDE Loiret, novembre 1996.
    Description :
    Les aménagements portuaires de la Loire à Châteauneuf-sur-Loire, rive droite, se composent de l'amont vers l'aval d'une gare refuge à l'embouchure de la Bonnée, d'un port au lieudit la Ronce (200 mètres plus en aval), d'un chemin de halage dit du Chastaing de 780 mètres de long reliant la Ronce à la ville de Châteauneuf, et d'un port établi vis à vis de la ville (600 mètres environ de long).
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire depuis Briare en descendant jusqu'à Orléans, par Mathieu, vers 1709 Carte du cours de la Loire depuis Orléans en remontant jusqu'à Decize, levée en 1727-1730 sous la Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail sur Châteauneuf Carte de la Loire du XVIIIe siècle, section entre le port de Châteauneuf et le hameau de la Ronce Carte de la Loire du XVIIIe siècle, détail sur Châteauneuf. (archives nationales, site de Paris, CP Carte de la Loire du XVIIIe siècle, détail sur Châteauneuf. (archives nationales, site de Paris, CP Carte de la Loire du XVIIIe siècle, détail sur Châteauneuf. (archives nationales, site de Paris, CP Plan général d'une partie de la ville et du port de Châteauneuf (plan d'alignement), 1784. (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, Non coté). IVR24_20104500093NUCA Carte de la Loire de Briare à Nantes par l'ingénieur Collin, 25 mai 1858, d'après une carte de
  • Les aménagements portuaires de la Loire dans le département de l'Indre-et-Loire
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département de l'Indre-et-Loire
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Référence documentaire :
    Dion, Roger, "Histoire des levées de la Loire", Paris, 1961 AN, F 14 6613, dossier 20. Rapport sur les travaux d'amélioration de la Loire aux abords de Chouzé AN, F 14 7555. Etude sur la navigation de la Loire entre Briare et Nantes, ingénieur en chef Collin Gorry, Jean-Michel, "La reconstitution des limites communales de 1790 : méthodes et sources", in : Des paroisses de Touraine aux communes d'Indre-et-Loire, la formation d'un territoire, sous la direction d'Elizabeth Zadora Rio, 34ème supplément de la Revue archéologique du Centre de la France, 2008 aménagement de la fin de l'ancien régime à 1918", mémoire de thèse sous la direction de Patrick Villiers Ledet, Béatrice, "Les travaux réalisés au XIXe siècle dans le lit de la Loire pour l'amélioration de la navigation", in : Bulletin archéologique de la Société archéologique de Touraine, 1991, tome AD Indre-et-Loire, S 2037. Situation du Service spécial de la Loire en Indre-et-Loire au 29 août
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département de l'Indre-et-Loire
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Texte libre :
    embouchures de l'Indre et de la Vienne. La largeur moyenne du lit endigué est de 1,06 kilomètre en Touraine . La pente moyenne du fleuve en Indre-et-Loire est de 33 cm par kilomètre en moyenne. Dans la traversée Cher, la Vienne, le ruau Sainte-Anne jusqu'à la fin du XVIIIe siècle et le canal de jonction du Cher à la Loire de 1828 aux années 1970. La rivière du Cher a été canalisée entre Saint-Aignan (Loir-et-Cher bordent la Loire, une administration des Turcies et Levées est créée à partir de 1573. Un premier globale des problèmes soulevés par la Loire divisée administrativement en autant de sections que de qu'un organisme spécifique à la Loire soit rétabli, une « inspection de la navigation de la Loire » (du département de la Haute Loire jusqu'à la mer). Enfin, en 1840 est créé le Service spécial de la Loire qui subdivisions des conducteurs. Nous n'avons pas de précision concernant la composition du personnel propre au Service spécial de la Loire en Indre-et-Loire. Les indications relatives aux gardes-ports sont également
    Illustration :
    Carte des ports et gares d'eau sur la Loire en Indre-et-Loire. IVR24_20123702042NUDA Carte des communes d'Indre-et-Loire sur la Loire. IVR24_20123702043NUDA
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Neuvy-sur-Loire (Nièvre)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Neuvy-sur-Loire (Nièvre) Neuvy-sur-Loire
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    La proximité de la Loire, de la grande route reliant Paris à Antibes et des nombreuses fabriques de commerce fluvial de la localité. Sous l'Ancien Régime, les archives désignent soit la seigneurie de (poutres et caissons) soit construit à cet endroit alors que la centrale de Belleville est établie de 1979 depuis la rive gauche vers la rive droite. Des îles dépendant alors de la commune de Neuvy sont désormais très éloignées de la rive droite et il est décidé d'un commun accord que ces îles (La Glas, Gauglin penser que, malgré la perte de ces terres, la commune de Neuvy porte un regard favorable sur le de vin au début du XXe siècle. Elle était située au niveau du 7 quai de la Loire. Le port de Neuvy présente encore aujourd'hui les preuves de son importance passée. On signale notamment la présence de maisons situées aux 6, 9 et 14 quai de la Loire et rue de la Madeleine (anciennes propriétés de voituriers l'établissement de la centrale de Belleville-sur-Loire (en face du port de Neuvy), les eaux de la Loire ont
    Référence documentaire :
    Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n Carte postale ancienne. (archives départementales de la Nièvre, 2 Fi Neuvy sur Loire n° 24). (cf Document imprimé, 21 x 12 cm. (archives départementales de la Nièvre, S 9479). (cf. illustration n de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20125800512NUCA). départementales de la Nièvre, S 7111). (cf. illustration n° IVR24_20125800487NUCA). (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20125800207NUCA). départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20125800204NUCA). Photographie ancienne. (musée de la Marine de Loire, Châteauneuf-sur-Loire, M 612 A). (cf AN, F 14 462. Comptabilité navigation, état de situation, département de la Nièvre, exercices an 6
    Description :
    Située rive droite, la commune de Neuvy-sur-Loire bénéficiait d'un port important et d'une gare refuge pour les bateaux de Loire.
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Neuvy-sur-Loire (Nièvre)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Planche figurant le Carte de la Loire de la Celle-sur-Loire à Neuvy-sur-Loire, XVIIIe siècle. (archives départementales de la Nièvre, S 7111). IVR24_20125800487NUCA Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail. (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20125800512NUCA Détail du plan général de la Loire à l'état d'étiage en 1834 complété en 1842 par l'ingénieur en chef Mutrécy-Maréchal. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20125800207NUCA Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes (1852) avec ajouts de 1911. Mention du bac et de la gare de Neuvy. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers