Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 126 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Leugny : château de Leugny
    Leugny : château de Leugny Azay-sur-Cher - Leugny - en écart
    Historique :
    1774, Il fait appel à l'architecte Louis Denis le Camus, qui avait aménagé le château de Chanteloup de l’étude de Jacques Louis Dechaux, notaire royal à Amboise, atteste du commanditaire, de d’Amboise et intendant du château de Chanteloup, avait acquis la châtellenie de Leugny le 5 juillet 1770. En pour le duc de Choiseul et pour lequel il avait conçu la célèbre pagode édifiée en 1775. Le marché de colonnes, fut installé devant le corps central de la façade nord. Cette disposition disparut dans les
    Référence documentaire :
    à Leugny pour Monsieur Ribot par Louis Denis Le Camus. Inséré au marché du 3 décembre 1774. p. 44-50 JEANSON, Denis, SALOME, Raymond. La maison seigneuriale du Val de Loire. Leugny. Paris
    Description :
    Construit en pierre de taille de tufeau, le corps de logis comprend au nord : un soubassement, un rez-de-chaussée surmonté d'un étage carré et un comble. Au sud le rez-de-chaussée se situe au niveau de la cour. Les façades nord (vers le Cher) et sud sont rythmées par sept travées, trois au centre et mais sont beaucoup moins hautes. La corniche est surmontée d'une balustrade qui masque en partie le
    Auteur :
    [architecte] Camus le Louis Denis
  • Châteauroux : cimetière Saint-Denis, verrière représentant saint Louis
    Châteauroux : cimetière Saint-Denis, verrière représentant saint Louis Châteauroux - rue des Etats-Unis - en ville
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Représentations :
    saint Louis
    Description :
    Cette verrière représente le roi saint Louis portant les reliques de la couronne d'épines. Le visage du saint a très probablement été réalisé d'après le portrait photographique d'un défunt de la
    Titre courant :
    Châteauroux : cimetière Saint-Denis, verrière représentant saint Louis
    Illustration :
    Châteauroux, cimetière Saint-Denis, chapelle Boussac-Janvier, baie 0 : saint Louis
  • Amboise : place Saint-Denis
    Amboise : place Saint-Denis Amboise - place Saint-Denis - en ville
    Historique :
    La place Saint-Denis porte depuis 1833 le nom auquel elle répondait déjà avant la Révolution puis Napoléon. Au Moyen Âge, jusqu'au XIVe siècle, le fief de la Papelardière contrôle le faubourg Saint-Denis constitue le coeur du faubourg Saint-Denis. Depuis le début du XIIe siècle, époque à laquelle l'église Saint transformé en cinéma. Le pourtour de la place Saint-Denis demeure l'un des quartiers les plus anciens de la place du Temple-de-la-Raison ou de l’Égalité. Sous le Premier Empire (1804-1814), elle était la place . La Papelardière était une maison forte, dont les vestiges se lisaient encore en 1939 dans le bâti urbain. Elle se trouvait en bordure de la place Saint-Denis. La place était également bordée du cimetière Saint-Denis et de l'hôtel Dieu. La place Saint-Denis est l'une des trois grandes places d'Amboise, que sont le Carroir au pied du château et la place du grand marché (actuellement place Richelieu). Elle -Denis est édifiée, jusqu'à la fin du XIVe ou tout début du XVe siècle, au cours desquels on construit la
    Localisation :
    Amboise - place Saint-Denis - en ville
    Titre courant :
    Amboise : place Saint-Denis
    Annexe :
    Le pavage de la place Saint-Denis d'Amboise La place Saint-Denis est un lieu de passage qui se précédés ont écrit que la place Saint-Denis était pavée dès les années 1458, en donnant pour référence le portal de la porte Saint-Denis [...] » ; -« [...] 36 timberees de sablon pour paver le carroire ... et -Denis - dite encore Galaffre - et non le Carroir Saint-Denis. La porte Saint-Denis se situait à la compte on ne trouve référence que de : -« [...] Quatre toises et demie de pavé par lui faictes soubz le pour paver soubz le portau de la porte Galafre[...] » Le pavage ne concerne donc que la porte Saint
    Illustration :
    Vue générale de la place Saint-Denis depuis l'extrémité de la rue Nationale. IVR24_20083700596NUCA
  • Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    1079. Un an plus tard, Geoffroy IV, à son tour seigneur de Nogent, place la communauté sous le patronage de l'abbaye de Cluny. Le prieuré fait l'objet d'une vaste campagne de construction durant la première moitié du 13e siècle. La séparation avec le siècle est affirmée par une enceinte et une tour porte église paroissiale (Saint-Laurent), à l'est les bâtiments conventuels et le chevet ont été reconstruits afin de satisfaire la liturgie clunisienne. Le doyenné est restructuré et en partie reconstruit durant la première moitié du 16e siècle. Désormais ouvert en direction de la rue Saint-Laurent, il est le théâtre d'un foyer littéraire au sein duquel le poète Rémy Belleau est formé. La communauté est supprimée en 1788. Ses bâtiments sont réaffectés en tribunal, prison, caserne et collège à partir de 1807. Le ce qui reste de l'abbatiale Saint-Denis.
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série H : 2598-2645. Prieuré Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou. , Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis. 1690. fol n AD Eure-et-Loir. Série H : 2598. Inventaire des titres et papiers du prieuré doyenné de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou. 1788. Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série H : 2601. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 15e AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 114. Abbatiale Saint-Denis. Bibliothèque nationale de France. Manuscrits. Fr Moreau 32. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 18e Bibliothèque municipale du Mans. Manuscrits. Ms : 0023. Missel de Saint-Denis. 1081-1194. Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cote : 0081 028 0064. Dossier Saint-Denis.
    Précisions sur la protection :
    Abbaye Saint-Denis (ancienne) : inscription par arrêté du 12 octobre 1948
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    -Denis. Les bâtiments constitutifs de l’ancien monastère prennent place de part et d’autre de cette même des maisons disposées le long des rues encadrant l’église. Les bâtiments conventuels ainsi que l’église abbatiale sont situés à l’est. Le collège Arsène Meunier occupe actuellement l'église abbatiale et
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Titre courant :
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Appellations :
    prieuré Saint-Denis
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Vocables :
    Saint-Denis
    Texte libre :
    Historique L'abbaye de Saint-Denis Fondation de l'abbaye Le terminus ante quem de la date de dans l’église de Saint-Denis, initiant ainsi le choix de l’abbatiale Saint-Denis comme lieu faisant, s’affirme d'avantage que son père comme le fondateur de Saint-Denis. Si la confirmation des biens l'abbaye de Saint-Denis, à l’image du chevalier Salier, qui reçoit de Rotrou un droit de ban à prélever le jour de la Pentecôte, en échange du don du droit de tonlieu sur le bourg de Saint-Denis. Résistant , le monastère de Saint-Denis sous l’autorité d’un abbé originaire de Saint-Père. Il fait également . Le prieuré clunisien La donation de Geoffroy IV L’hégémonie de Saint-Père sur Saint-Denis est l’abbaye de Cluny, à laquelle il fait don de Saint-Denis en 1080. Cette date est le point de départ d’un règle. Le manuscrit est rapidement augmenté de la main des moines de Saint-Denis (entre 1081-1094 tour dans l’abbatiale de Saint-Denis. Rotrou III et la fortune du prieuré Le fils de Geoffroy, Rotrou
    Illustration :
    Plan du collège Saint-Denis (19e siècle). IVR24_20152800547NUCA Moulin et tribunal de Saint-Denis, vue du Sud (vers 1948). IVR24_20162801159NUCA L'aile est, l'église mariale et le chevet de l'abbatiale vue du Sud. IVR24_20132800122NUC4A Rue Saint-Denis, bâtiments conventuels (aile ouest), vue du sud-ouest. IVR24_20162801170NUCA Rue Saint-Denis, passage d'entrée, vue de sud. IVR24_20132800095NUC4A
  • Rivarennes : église Saint-Denis, verrières
    Rivarennes : église Saint-Denis, verrières Rivarennes - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Denis : Édifiée au 12e siècle, l'église de Rivarennes se compose d'une nef fin du 15e siècle ou début du 16e, le bras sud du transept est remplacé par une chapelle particulière historiées. Elles ont été offertes dans le 4e quart du 19e siècle par la famille de La Faire, alors
    Titre courant :
    Rivarennes : église Saint-Denis, verrières
    Illustration :
    Rivarennes, église Saint-Denis, baie 6 : saint Louis et saint Augustin. IVR24_20093603585NUCA Rivarennes, église Saint-Denis, vue intérieure. IVR24_20093603581NUCA Rivarennes, église Saint-Denis, baie 4 : Vie de saint Denis. IVR24_20093603582NUCA
  • Église abbatiale Saint-Denis, caserne Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier
    Église abbatiale Saint-Denis, caserne Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier Nogent-le-Rotrou - 9 rue Saint-Denis - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    Saint-Denis entre 1030 et 1079. Si Geoffroy III est à l'initiative du chantier, c'est son fils, Rotrou II, qui fait achever et consacrer l'édifice. Au début du 13e siècle, le chœur de l'église, est en rayonnantes en sont les principaux témoins. Des travaux sont engagés sur le chevet de l'église durant la , l'église est décrite en ruine. La communauté de Saint-Denis est supprimée en 1791. Les bâtiments sont vendus pour matériaux le 11 décembre 1797. La même année, le clocher de l'église est abattu. L’abbatiale est achetée le 7 mars 1807 par la municipalité de Nogent-le-Rotrou, qui y installe alors une caserne encore actuellement l’église Saint-Denis.
    Référence documentaire :
    charte 5, 108, 133 DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes p. 2-14. CARRÉ, Gaël, PAYRAUD, Nicolas. L’abbaye de Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, Histoire et Bibliothèque nationale de France. Manuscrits. Fr Moreau 32. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 18e Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cote : 0081 028 0064. Dossier Saint-Denis. Plan du rez-de-chaussée et du premier étage et coupe [...]. Église de l'abbaye Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou. 1807. Relevé. (AN. F.21.1882 ; jaquette 0862). Plan et vues du collège Saint-Denis. 19e siècle. Lithographies. (Bibliothèque municipale de Plans, coupe et élévations du collège Saint-Denis / J. Warnery. 1947-1948. Relevés J. Warnery Vue de Villebon. Après 1624. Peinture (copie). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Abbaye de Saint-Denis / dressé par G. Massiot. Vers 1948. Aquarelle. (Musée-Château Saint-Jean
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    d’arête. Le transept est composé de deux vaisseaux sur trois travées au nord et deux vaisseaux et deux travée au sud. Le chœur comporte trois vaisseaux et deux travées droites. Son vaisseau central s’achève d'ogives. L'ensemble des élévations est détruit au-dessus du second niveau. Le gros-œuvre de la nef et du réalisés en moyen appareil de calcaire. Le vaisseau central et le chœur sont intégralement construits en
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 9 rue Saint-Denis - en ville
    Titre courant :
    Église abbatiale Saint-Denis, caserne Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier
    Appellations :
    caserne Saint-Denis
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Vocables :
    Saint-Denis
    Texte libre :
    (fondation), 6 (consécration) et 7 (don de l’abbaye) du cartulaire de Saint-Denis sont en réalité le résultat de Saint-Denis, le différend entre l’Hôtel-Dieu et le prieuré au sujet de la maîtrise des cloches « l’ancienne abbaye Saint-Denis » par arrêté du 12 octobre 1948 et le projet d’installation du collège Arsène -sur-Loire (Nièvre). Au vu des marqueurs stylistiques énoncés, le chœur de Saint-Denis date du Historique Fondation La charte de fondation du monastère de Saint-Denis décrit en 1031 la prier pour le salut de l’âme de Geoffroy III, fondateur du monastère et pour le salut de celle des communauté religieuse durant la première moitié du 11e siècle, il serait déraisonnable d’utiliser le cartulaire de Saint-Denis afin de documenter une période distante de plus d’un siècle. On ne connaît ni la date précise de construction de l’église, ni le statut des religieux qui la desservent. En effet, si , Florian Mazel a récemment émis l’hypothèse que l’église de Saint-Denis aurait pu être desservie par des
    Illustration :
    Plan du collège Saint-Denis, 19e siècle. (Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque Vue de Villebon, détail de l'abbatiale Saint-Denis (à droite), vue du nord-ouest (après 1624 ). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). IVR24_20132800541NUC4A Lithographie, transept, bras sud, vu du nord, 1895. In : DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. IVR24_20162801153NUCA Dépôt lapidaire, chapiteau de Saint-Denis (1992). (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine
  • Saint-Denis-de-Jouhet : église, verrières
    Saint-Denis-de-Jouhet : église, verrières Saint-Denis-de-Jouhet - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Historique :
    siècle de part et d'autre de la travée précédant le choeur. Les vitraux : L'église Saint-Denis conserve Église paroissiale Saint-Denis : Édifiée à partir de la fin du 12e siècle, l'église Saint-Denis se compose d'une nef unique voûtée d'ogives, prolongée par un choeur à chevet plat. Le portail principal , s'ouvre sur le flanc sud de l'édifice, au niveau de la seconde travée de la nef, tandis que la travée la plus occidentale supporte un clocher à trois niveaux, les deux premiers étant de plan carré, et le
    Auteur :
    [] Gouffault Louis
    Localisation :
    Saint-Denis-de-Jouhet - en village
    Titre courant :
    Saint-Denis-de-Jouhet : église, verrières
    Illustration :
    Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, baie 5 : le Baptême du Christ. IVR24_20093604212NUCA Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, baie 100 : le Jugement Dernier. IVR24_20093604215NUCA Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, vue intérieure. IVR24_20093604194NUCA Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, baie 0 : Vie de saint Denis. IVR24_20093604195NUCA Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, baie 1 : Vie de saint Denis. IVR24_20093604200NUCA Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, baie 2 : Vie de saint Denis. IVR24_20093604205NUCA Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, baie 3 : Joachim et la Vierge enfant Saint-Denis-de-Jouhet, église Saint-Denis, baie 6 : l'Annonciation. IVR24_20093604211NUCA
  • Pithiviers : statue de Denis Poisson (détruite)
    Pithiviers : statue de Denis Poisson (détruite) Pithiviers - place du Grand Cloître - en ville
    Inscriptions & marques :
    / NATIONALE / MONUMENT A LA MEMOIRE DE POISSON / VOTE PAR LE CONSEIL MUNICIPAL / DE LA VILLE DE PITHIVIERS, LE 16 MAI 1840 / INAUGURE LE 15 JUIN 1851 / SOUS L’ADMINISTRATION DE M. DE FIENNES MAIRE / RESTAURE ET TRANSFERE SUR CETTE PLACE LE / 24 MAI 1863 / M. HTE BRIERRE MAIRE.
    Historique :
    Le monument en l'honneur de Denis Poisson (1781-1840) commandé à Auguste-Louis Deligand par la et inauguré le 15 juin 1851. La statue est fondue pendant l'Occupation. Les deux reliefs qui ornaient le socle ainsi qu'un plâtre au 1/5e sont conservés au Musée municipal d'Art et d'Histoire de
    Référence documentaire :
    Pithiviers, statue de Denis Poisson. Photographie ancienne. (Musée d'Art et d'Histoire de Statue de Poisson par M. Deligand, fondue par Charnot et inaugurée le 15 juin 1851, à Pithiviers
    Auteur :
    [sculpteur] Deligand Auguste-Louis
    Titre courant :
    Pithiviers : statue de Denis Poisson (détruite)
    Illustration :
    Pithiviers", dessin présenté au Conseil municipal le 5 juin 1850 (bibliothèque municipale de Pithiviers "Statue de Poisson par M. Deligand, fondue par Charnot et inaugurée le 15 juin 1851, à Pithiviers
  • Hôtel Denis Dupont (2 rue Saint Honoré)
    Hôtel Denis Dupont (2 rue Saint Honoré) Blois - 2 rue Saint Honoré - en ville - Cadastre : 1980 DN 92
    Historique :
    1er quart 16e siècle : ensemble de la construction pour Denis Dupont juriste, rédacteur de la
    Référence documentaire :
    et devis de réparations ; le 5 janvier 1761. p. 555 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p. 180-182 LESUEUR, F. Hôtel Denis Dupont. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à 30 juillet 1910. TROUESSART, G. La maison de Denis Dupont à Blois. L'Architecture.
    Titre courant :
    Hôtel Denis Dupont (2 rue Saint Honoré)
    Appellations :
    dit hôtel Denis Dupont
  • Maison (61-63 rue Denis Papin)
    Maison (61-63 rue Denis Papin) Blois - 6-8 ancienne rue du Puits-du-Quartier 61-63 rue Denis Papin - en ville - Cadastre : 1810 B
    Historique :
    Impérial (actuellement rue Denis Papin). Grâce à Louis de la Saussaye, la porte de la maison située au n°6 . Le décor de celle situé au n°6, offre en effet une juxtaposition d'éléments flamboyants (arcs en
    Référence documentaire :
    PL. 24 Album Blésois (ouvrage collectif). Dessins et aquarelles de Louis de la Saussaye, 1820-1830 LA SAUSSAYE, Louis (de). Annales troussayennes. Manuscrit, vers 1876. Bibliothèque municipale de
    Localisation :
    Blois - 6-8 ancienne rue du Puits-du-Quartier 61-63 rue Denis Papin - en ville - Cadastre : 1810
    Titre courant :
    Maison (61-63 rue Denis Papin)
  • Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs
    Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs Amboise
    Historique :
    Le faubourg Saint-Denis se situe au nord-ouest de la ville, entre la porte Saint-Denis, le faubourg de vue topographique, le secteur dispose d'une colline qui le protège des crues. L'église Saint-Denis restreinte. La place Saint-Denis, qui reçoit le trafic de l'ancienne route d'Espagne et où se tiennent nombre Saint-François qui longe le bord de Loire, et le secteur des Marais qui commence plus à l'ouest. Il y a été édifiée dès le XIIe siècle, remplaçant sans doute un édifice plus ancien dont on ne sait rien. - du point de vue religieux, Saint-Denis-hors-les-Murs est l'une des deux paroisses de la ville . - du point de vue économique, la route d'Espagne passe par la place Saint-Denis à la sortie de la ville et les hôtelleries s'y implantent. - enfin, du point de vue défensif, dès Louis XI (1461-1483), il est prévu de construire un boulevard devant la porte Saint-Denis, encore appelée porte Galaffre. Nous qui concerne la topographie, l'implantation de Saint-Denis a semble-t-il été dictée par l'existence
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, E 344. Plans vers le faubourg Saint-Denis. n.s., n.d
    Description :
    départementales d'Indre-et-Loire présente le parcellaire du quartier contenu entre les rues Saint-Denis, des Trois explique le peu de vestiges médiévaux retrouvés. Sur le plan cadastral dit napoléonien, apparait un volets et des Moulines. Les noms des propriétaires sont mentionnés ; les fonctions le sont aussi. Sur le Carroir Saint-Denis se tient l'auberge de la Corne et ses écuries. Il s'agit certainement d'une hôtellerie médiévale. Aujourd'hui l'adresse, correspondant au 3 place Saint-Denis, est occupée par un cinéma. Sont parcelles sont installées en lanières assez serrées du côté du Carroir, de la rue Saint-Denis et de la rue
    Titre courant :
    Amboise : secteur urbain de la porte Saint-Denis et du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs
    Annexe :
    Le boulevard de la porte Galaffre (Saint-Denis) dans les comptabilités amboisiennes Le boulevard de tardive précise que le boulevard était attenant à la chaussée de la Grande rue Saint-Denis : - Archives Filiault en la chaussee de pierre estant hors la ville joignant la porte St-Denis et pres le boulvart Denis ». Les travaux initiés sous Louis XI (1461-1483) semblent s'être poursuivis au début du règne de rue Nationale - et du ruisseau, la porte dite Galaffre ou Saint-Denis ouvrait l'enceinte sur le ». - Archives communales d'Amboise, CC 86, f°11 r° : « (...) Faire le pont dormant de la porte Saint Denis et de « (...) l'huys a l'entree de la tour de dessus le pont de la porte Saint Denis (...) » (Archives quatre toises et demye de pavé par lui faictes soubz le portal de la porte Saint Denis (...) » (Archives la porte Galaffre dans les comptabilités amboisiennes Dès le 2 novembre 1467, il est question d'édifier des boulevards à Amboise : - Archives communales d'Amboise, BB1, f°33 r° : « [...] Le roy lui a
    Illustration :
    Ancien plan du quartier Saint-Denis : groupe de maisons situé entre la rue Nationale (nord), la rue Vue générale du faubourg Saint-Denis-hors-les-Murs, prenant place autour de l'église Saint-Denis
  • Pithiviers : maquette de la statue de Denis Poisson
    Pithiviers : maquette de la statue de Denis Poisson Pithiviers - 17 rue de la Couronne - en ville
    Historique :
    Copie au 1/5e de la maquette de la statue en l'honneur de Denis Poisson (1781-1840), mathématicien , géomètre et physicien, exécutée par Auguste-Louis Deligand, inaugurée en 1851 place du Grand Cloître et fondue pendant l'Occupation. Les deux reliefs qui ornaient le socle sont également conservés au musée.
    Observation :
    un chef d'entreprise à proximité de l'usine familiale) avec un lien entre le frère fondateur de la manufacture et le grand homme représenté. -Composition très représentative de son époque (tournant 19e-20e
    Auteur :
    [sculpteur] Deligand Auguste-Louis
    Titre courant :
    Pithiviers : maquette de la statue de Denis Poisson
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Solenne, actuellement cathédrale Saint-Louis
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Solenne, actuellement cathédrale Saint-Louis Blois - place Saint Louis
    Historique :
    ), pillé de sa statue de Sainte-Anne et de deux statues de support. Le maître-autel en bois taillé et doré a été achevé de poser en 1698 ; le tabernacle et son gradin, la garniture d' autel de six 19e siècle, une inscription atteste l' exécution des chandeliers par Jean-Claude Ticlet. Le décor de Lobin et Fils de Tours ; le décor des colonnes, chapiteaux, clefs de voûte, et peinture murales a été réalisé par le peintre Peigné et le sculpteur Thoré (?) ; l' autel de la Vierge par le sculpteur Biberon ' atelier Lobin, datée de 1869. Enfin, le tableau de la légende de Saint Jean Nepomucène, de la 1ère moitié se trouve un tableau représentant le portrait du Père Brottier du 2e quart du 20e siècle, et dans la 6e chapelle nord un tableau du Sacré-Coeur, d' environ 1880. Dans la 3e chapelle sud, l' autel, le . Une croix encadrée, située dans le choeur, en plâtre peint sur tissu noir, est du 19e siècle.
    Référence documentaire :
    LA SAUSSAYE, Louis de. Blois et ses environs, Guide artistique et historique dans le Blésois et le LA SAUSSAYE, Louis de. Guide artistique dans le Blésois et le nord de la Touraine. 4e édition BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. p.156-160 et 170-173. BROSSET, Jules. Le Grand orgue de la cathédrale de Blois. In : Le Loir-et DEVELLE, Edmond. Artisans blésois d'autrefois. Le mobilier des églises de Blois au XVIIe siècle DUPONT, abbé. Recherches sur le culte de la Sainte Vierge dans la ville et le diocèse de Blois DENIS, Yves (dir.). Histoire de Blois et de sa région. Toulouse : Privat, 1988. LA SAUSSAYE, Louis de. Guide historique du voyageur à Blois. Blois : Lecesne, 1855. oeuvres d'art et le muséum de Blois à l'époque de la Révolution : 1791-1796. Mémoires de la société des
    Localisation :
    Blois - place Saint Louis
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Solenne, actuellement cathédrale Saint-Louis
    Annexe :
     : Livre des choses mémorables qui se sont passées dans le monastère de Saint-Lomer (Ms 17e siècle). L 1167  : Eglise Saint- Louis, travaux d'entretien, attribution de jouissance an XIII-1953. Q 26, Q 977 : meubles 12 : Monuments historiques, restauration de la cathédrale Saint- Louis, classement, travaux, 1906 -1935. V 119: cathédrale Saint- Louis, construction d'une chapelle absidiale, d'une annexe à la cathédrale Saint- Louis de Blois (31 vitraux pour 1997). Iconographie : gravures (n°245,264), plaques 13 X 18  : Paroisse Saint- Louis, comptabilité, inventaire du mobilier, travaux, an XI-1840. Blois. archives 1802, 1906). 19 N 1 C : Paroisse Saint- Louis, documents historiques, constructions et réparations à Saint- Louis (chapelle Sainte- Thérèse)... 19 N 2 b : Paroisse Saint- Louis, ornements et vases sacrés , cloches, orgues, vitraux, statues, tableaux, reliques. 19 N 5 A à 19 N 5 L : Paroisse Saint- Louis chargés de l'étude d'une commune, l'objectif principal de notre stage a porté sur le mobilier d'un édifice
    Texte libre :
    L'enquête menée sur le terrain s'est révélée fructueuse en informations inédites : découverte d'une estampille de Jean Avisse sur le fauteuil conservé au presbytère, [...] de dates ou de signatures sur quatre concernent surtout le 19e siècle : d'une part, parce que la cathédrale a été dépouillée de son mobilier sous
  • Le vitrail dans le département de l'Indre
    Le vitrail dans le département de l'Indre
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Référence documentaire :
    AUBERT, Marcel, CHASTEL, André, GRODECKI, Louis, GRUBER, Jean-Jacques...Le vitrail français. Paris GRODECKI, Louis. Le vitrail roman. Fribourg, Office du Livre, 1977. GRODECKI, Louis, BRISAC, Catherine. Le vitrail gothique au XIIIe siècle. Fribourg, Office du Livre D'HOZIER, Louis-Pierre, D'HOZIER de SEVIGNY, Antoine-Marie. Armorial général, ou registres de la inventaire : le recensement des vitraux anciens de la France ». In Situ , n°6, septembre 2005. GAUDIN, Félix. Le Vitrail du XIIe siècle au XVIIIe siècle en France. Paris, Firmin-Didot, coll », dans Vitraux de l'Indre. Éclats de la lumière. Conseil Général de l'Indre / Rencontre avec le GUERIN, Mgr Paul (dir.). Les Petits Bollandistes. Vies des saints d'après les Bollandistes, le Père HUBERT, Eugène. Le Bas-Berry. Histoire et archéologie du Département de l'Indre. Tome I : cantons LAFOND, Jean. Le vitrail : origines, techniques, destinées. Lyon, La Manufacture, 1988 (1ère éd
    Titre courant :
    Le vitrail dans le département de l'Indre
    Texte libre :
    Crucifixion, la Résurrection et le Christ Glorieux (class. 1908), ainsi que par une Vie de saint Denis, à conservés dans le département de l'Indre, dans les domaines public ou privé, depuis l'époque médiévale dans le dossier de présentation des verrières de chaque édifice. De même, n'ont pas été intégrées les verrières conservées dans le domaine privé et pour lesquelles aucune autorisation de publication n'a été obtenue de la part des propriétaires. Cette enquête thématique a permis le recensement et l'étude de 2469 Le vitrail dans l’Indre : densité et répartition géographique Le recensement du vitrail à l’échelle répartition géographique du corpus étudié. La répartition cantonale des vitraux dans le département de l’Indre Sainte-Sévère) apparaissent clairement comme les zones dans lesquelles le nombre de vitraux conservés est le plus faible. Ce constat peut être mis en regard avec la faible densité de la population et la . Dans une moindre mesure, la même remarque peut être faite concernant le Boischaut Nord (Écueillé
    Illustration :
    Gargilesse, église Notre-Dame : le Christ en Majesté (milieu 12e s.). IVR24_20093604067NUCA
  • Collégiale Saint-Jacques (rue Denis Papin ; rue du Commerce)
    Collégiale Saint-Jacques (rue Denis Papin ; rue du Commerce) Blois - rue Denis Papin rue du Commerce - en ville - Cadastre : 1810 A 1205 1204
    Historique :
    La collégiale est fondée en 1366 par le comte de Blois Louis de Chatillon ; la première église dont Puits du Quartier. En 1695 le chapitre Saint-Jacques est transféré à la cathédrale Saint-Louis et travaux de restauration sont effectués durant le premier quart du 16e siècle, dont une chapelle et une relèvera jamais de ce désastre. Dès le début du 17e siècle le cimetière désaffecté devient la place du
    Référence documentaire :
    p.558. BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol.
    Localisation :
    Blois - rue Denis Papin rue du Commerce - en ville - Cadastre : 1810 A 1205 1204
    Titre courant :
    Collégiale Saint-Jacques (rue Denis Papin ; rue du Commerce)
  • Verrière représentant saint Louis et saint Augustin
    Verrière représentant saint Louis et saint Augustin Rivarennes - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Représentations :
    saint Louis
    Description :
    Cette verrière présente saint Louis et saint Augustin, en pied dans chacune des deux lancettes, sur armoiries et le château de la famille donatrice (les La Faire de Villeneuve).
    Titre courant :
    Verrière représentant saint Louis et saint Augustin
    Illustration :
    Rivarennes, église Saint-Denis, baie 6 : saint Louis et saint Augustin. IVR24_20093603585NUCA Rivarennes, église Saint-Denis, baie 6 : saint Louis et saint Augustin (détail Rivarennes, église Saint-Denis, baie 6 : saint Louis et saint Augustin (détail : château de
  • Pithiviers : ensemble de deux reliefs provenant du socle de la statue de Denis Poisson
    Pithiviers : ensemble de deux reliefs provenant du socle de la statue de Denis Poisson Pithiviers - - 17 rue de la Couronne - en ville
    Historique :
    Ces deux reliefs proviennent du monument exécuté par Auguste-Louis Deligand en l'honneur de Denis Poisson (1781-1840), mathématicien, géomètre et physicien, inauguré le 15 juin 1851. Ils étaient placés
    Auteur :
    [sculpteur] Deligand Auguste-Louis
    Titre courant :
    Pithiviers : ensemble de deux reliefs provenant du socle de la statue de Denis Poisson
    Illustration :
    Vue d'ensemble du relief représentant Denis Poisson écrivant au milieu de ses pairs académiciens Vue d'ensemble du relief représentant Denis Poisson écrivant au milieu de ses pairs académiciens Vue d'ensemble du relief représentant Denis Poisson au milieu de ses pairs académiciens
  • Hôtel Le Sueur (3 rue des Poupardières)
    Hôtel Le Sueur (3 rue des Poupardières) Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Poupardières - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    l’édifice étudié. Ils appartiennent alors à Louise Le Sueur qui les tient de son père, Jean Le Sueur. Louise est l’épouse de Jouachim de Lespinay, écuyer et sieur de Montgobert. Le couple possède plusieurs propriétés à Nogent-le-Rotrou, dont la plus illustre, aujourd’hui connue sous le nom d’Hôtel Carpentin, se sculptées) et entre le 16e et le 17e siècle (cheminées, demi-croisées à plates-bandes). La tour d'escalier
    Référence documentaire :
    p.95 ; p.224 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Fol 29 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le AD Eure-et-Loir. Série B : 2574. Procès entre Jean Lesueur, sieur de Vaupousteau, et Denis Hubert Feuille A2. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). p. 20. SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Représentations :
    Le vantail de la porte porte en partie haute un décor inscrit dans un tympan semi-circulaire
    Description :
    Poupardières. Les bâtiments sont organisés en deux groupes, séparés par une cour. Le premier est implanté le étudiés. Le second groupe adopte également un plan en L. Il est accolé au nord et à l’est à l’hôtel dit de -œuvre. Elle contient un escalier en vis desservant l’édifice, du rez-de-chaussée au comble. Le gros
    Auteur :
    [propriétaire] Le Sueur Louise [propriétaire] Le Sueur Jean
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 3 rue des Poupardières - en ville
    Titre courant :
    Hôtel Le Sueur (3 rue des Poupardières)
    Appellations :
    Hôtel Le Sueur
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 29 v°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 29 v°. [...] Item deux deniers de cens au jour sainct jehan jehn le sueur conseiller du roy esleu au perche et de present a ladicte damoyselle louyse le sueur sa et sur ladicte rue des poupardieres parroisse de nostredame joignant par le devant a icelle rue des a me jehan pallu et depuys a jehan le breton sieur de la reine bouviere et de present audict sieur
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    l’emplacement de l’édifice étudié. Ils appartiennent à Louise Le Sueur qui les tient de son père Jean Le Sueur . Louise est l’épouse de Jouachim de Lespinay, écuyer et sieur de Montgobert. Le couple possède plusieurs par les rues Saint-Laurent et Bourg-le-Comte reliant l’ancien prieuré-doyenné de Saint-Denis aux propriétés à Nogent-le-Rotrou, dont plusieurs sont situées au pied du château. La plus illustre, aujourd’hui connue sous le nom d’Hôtel Carpentin, se trouve sur la parcelle voisine. L’ancien possesseur de la maison , Jean le Sueur, est connu pour sa charge de conseiller du Roi et d’élu du Perche, mais aussi pour avoir s’oppose à Denys Hubert, bailli de Nogent le Rotrou et propriétaire d’un hôtel situé rue Bourg-le-Comte du château Saint-Jean, il est circonscrit par les rues du Paty, Bourg-le-Comte, Poupardières et du surface au sol de 592 m². Les bâtiments sont organisés en deux groupes, séparés par une cour. Le premier est implanté le long de la rue des Poupardières. Il est composé de bâtiments disposés selon un plan en
  • Luçay-le-Mâle : église Saint-Maurice, verrières
    Luçay-le-Mâle : église Saint-Maurice, verrières Luçay-le-Mâle - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Auteur :
    [] Gesta Louis-Victor
    Localisation :
    Luçay-le-Mâle - en village
    Titre courant :
    Luçay-le-Mâle : église Saint-Maurice, verrières
    Illustration :
    Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baie 7 : saint Denis se convertit au christianisme, puis est Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baie 8 : saint Denis envoyé en Gaule par le pape Clément et Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baie 9 : Denis est dénoncé au préfet de Lutèce, puis Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baie 10 : le martyre de saint Denis et de ses compagnons Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baie 11 : saint Denis. IVR24_20093601292NUCA Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baies 1 et 2 (montage). IVR24_20093601272NUCA Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baie 0 : saint Maurice, saint Exupère et saint Candide Luçay-le-Male, église Saint-Maurice, baie 1 : saint Maurice et la Légion Thébaine Luçay-le-Male, église Saint-Maurice, baie 2 : le martyre de saint Maurice. IVR24_20093601278NUCA Luçay-le-Mâle, église Saint-Maurice, baie 3 : l'Annonciation. IVR24_20093601280NUCA
  • Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte)
    Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 4 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Nogent-le-Rotrou du 13ème au 18ème siècle
    Historique :
    certainement de Marguerite Michelet mariée à Thomas Champin, sieur de Launay, et de Françoise Michelet dont le , d’un appentis et de commodités". En 1823, la maison est acquise par l'instituteur Louis Arsène Meunier établissement scolaire, nommé le cours Saint-Jean, à partir de 1957. Elle appartient à un particulier, au moment
    Référence documentaire :
    -le-Rotrou. 1648. 4 rue Bourg-le-Comte. Planche XIII / Élodie Hurvoy. 1903. Crayon et aquarelle. (Archives privées). Nogent-le-Rotrou (E. et L.), Maison du XVIe siècle. 20e siècle. Impr. photoméc. (carte postale ). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-Le-Rotrou).
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    -Denis, deux pôles de pouvoir importants de Nogent-le-Rotrou. Elle est constituée de plusieurs corps de La maison Michelet est alignée sur la rue Bourg-le-Comte qui relie le château à l'abbaye Saint chaînes d'angle et encadrements de fenêtres sont en pierre de taille. Le toit est couvert de tuiles plates pour le bâtiment sur rue. Ce dernier, correspondant au logis, compte un étage carré et un étage de circulaire et est accessible depuis le jardin. L'aile en retour donnant sur celui-ci dispose également, sous
    Auteur :
    [propriétaire] Meunier Louis Arsène
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 4 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Titre courant :
    Maison Michelet (4 rue Bourg-le-Comte)
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 28 r°. [...] Item six paires de gands ou pour chacune paire dix sieur de la bigotterye et de present a ses enfants scize en ladicte rue du bourg le conte en ladicte avecques ce un jardin derriere lesdictz logis derniers declarez contenant le tout ensemble quatorze perches de terre ou environ et autres bastiments comme estables appentils et comoditez le tout en un tenant joignant par ledevant a ladicte rue du bourg le conte ayant sur icelle quarante cinq piedz de longueur
    Aires d'études :
    Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    Michelet dont le contrat de mariage avec Jacques Aubin, sieur des Epinais est daté de 1647. En 1648, la Malaffre sur laquelle elle possède un édifice en appentis au bout de son jardin. Le cadastre de 1811 montre l’édifice composé de plusieurs bâtiments disposés selon un plan en L, le long de la rue Bourg-le-Comte. Il la gendarmerie de Nogent-le-Rotrou. Celle-ci est déplacée durant le deuxième quart du 19e siècle dans l’hôtel Carpentin. En 1823, la maison est acquise par l’instituteur Louis Arsène Meunier. Il y fonde un établissement scolaire, nommé le cours Saint-Jean, à partir de 1957. Le dessin réalisé par Elodie Hurvoy et cour des bâtiments 1, 3 et 4 depuis le début du 20e siècle. Des travaux ont été engagés en 2004 par le , permettent là encore de mesurer les changements effectués. DESCRIPTION Implantation L'édifice est implanté le long de la rue Bourg-le-Comte à proximité d'un carrefour que celle-ci forme avec la rue des Marches, la rue du Paty et la rue Gouverneur. Ainsi situé, l'édifice est en connexion avec l'axe reliant Le Mans à
1 2 3 4 7 Suivant