Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière représentant saint Martin et une colombe eucharistique
    Verrière représentant saint Martin et une colombe eucharistique Argy - en village
    Historique :
    les habitants d'Argy participant à l'atelier vitrail du Club du Vieux Manoir.
    Auteur :
    [] Club du Vieux Manoir
  • 8 verrières ornementales
    8 verrières ornementales Argy - en village
    Historique :
    vitrail du Club du Vieux Manoir. Église paroissiale Saint-Martin : L’actuelle église paroissiale a été bâtie au milieu du 19e siècle en remplacement de l’édifice médiéval, situé dans l’enceinte du château d’Argy et rasé en 1860. C’est une église à nef unique, flanquée à l’est d’une abside semi-circulaire, ultérieurement séparée du
    Auteur :
    [] Club du Vieux Manoir
  • Argy : église Saint-Martin, verrières
    Argy : église Saint-Martin, verrières Argy - en village
    Historique :
    été réalisés par les habitants de la commune participant à l'atelier vitrail du Club du Vieux Manoir à Église paroissiale Saint-Martin : L’actuelle église paroissiale a été bâtie au milieu du 19e siècle en remplacement de l’édifice médiéval, situé dans l’enceinte du château d’Argy et rasé en 1860. C’est une église à nef unique, flanquée à l’est d’une abside semi-circulaire, ultérieurement séparée du
    Auteur :
    [] Club du Vieux Manoir
  • Bourg
    Bourg Margon - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    seconde moitié du 19e siècle, et surtout le début du 20e siècle, pour que le vieux bourg se développe Le vieux bourg de Margon semble être lié, dès le 17e siècle, à la famille Radray, dite seigneurs de Margon. Le Pavillon (ancien manoir) ainsi que le presbytère étaient probablement les seules habitations face à l'église paroissiale Notre-Dame-de-Carmel jusqu'à la fin du 18e siècle. Il faut attendre la semble dater de la première moitié du 20e siècle. Plusieurs de ces maisons présentes le long de l'avenue ville de Nogent-le-Rotrou. Le vieux bourg comprend, sur le cadastre de 1811, cinq maisons, toutes constructions (à vocation résidentielle) à la fin du 20e siècle.
    Description :
    . Quelques fermes, converties en habitation, et quelques maisons, s'apparentant à celles du vieux bourg, se Le bourg de Margon se divise en deux parties : - Le vieux bourg regroupe un ensemble de constructions de la fin du 19e et du début du 20e siècle. Leur murs en moellons de calcaire, généralement
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1811, section C. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4766 Extrait du plan cadastral de 1990, section AB. IVR24_20082800282NUCA
  • Présentation de la commune de Saint-Jean-Pierre-Fixte
    Présentation de la commune de Saint-Jean-Pierre-Fixte Saint-Jean-Pierre-Fixte
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Référence documentaire :
    FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994. , maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et SIGURET, Philippe. Introduction Historique. Les coutumes du Perche. Nogent-le-Rotrou et le Perche p. 14-15 Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la Archives départementales d'Eure-et-Loir, 6 Mi 96. Listes nominatives du recensement de population Plan du cadastre. 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 5294 - 5297). Archives départementales d'Eure-et-Loir, 7 S 202. État récapitulatif des usines à la date du 31
    Annexe :
    Cadre de l'étude L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Saint-Jean
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Texte libre :
    , vassale des seigneurs de Montdoucet, fait construire et habite le manoir du Grand Prainville dès la fin du du Moulin Vieux et plus récemment dans le secteur de Montrousset, La Tertillère ainsi que Les témoigne un mégalithe, malheureusement enfoui dans la première moitié du 19e siècle sous les débris provenant du terrassement de la route de Souancé-au-Perche (actuelle Départementale D9). Il se situe entre terre (la C 97 du cadastre de 1811). Édouard Lefèvre en fait une description sommaire en 1856 : "cet Chesneau, au fond de la vallée de la Jambette, MM. Jousset de Bellême (propriétaire alors du château Saint -Jean) et Savigny (garde-champêtre de Nogent-le-Rotrou) ont, au début du 20e siècle, découvert un l'église jusqu'au milieu du 18e siècle. Bon nombre de lieux-dits sont d'anciens fiefs qui dépendaient de papier) au Moulin de Prainville, au Vieux Moulin et au Moulin à Papier. En 1887, la ligne de chemin de tard pour le trafic marchandises. Deux maisons de garde-barrière subsistent au bourg et au Moulin Vieux
    Illustration :
    Manoir du Grand Prainville. IVR24_20182800351NUCAB Tour-clocher de l'église, premier étage : salle du curé. IVR24_20192800310NUCA Tour-clocher de l'église, troisième étage : chambre du curé. IVR24_20192800322NUCA
  • Présentation de Margon (Arcisses depuis 2019)
    Présentation de Margon (Arcisses depuis 2019) Margon
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    seigneurie de la Galaisière) et les Durant au manoir du Bois Jolly. La configuration de la commune peut traverse Margon du nord-est au sud-ouest suivant approximativement le tracé de la route départementale 918 . Au 11e siècle, Margon est l'une des paroisses limitrophes du Perche dunois. Plusieurs interprétations pourrait évoquer la confluence des rivières de la Cloche et de l'Huisne. Dès le début du 12e siècle, les la famille Radray, habitent le manoir dit de la Bourbonnaise construit en 1617 en face de l'église Margon sous l'Ancien Régime telles que les d'Amily au manoir de Champeaux (également réuni à la surprendre car il n'y a pas réellement de centre bourg. Le vieux bourg juché sur son éperon rocheux comprend profit du travail en ville et les ouvriers viennent s'installer et construire leur résidence en
    Référence documentaire :
    SIGURET, Philippe. Les manoirs du canton de Nocé. Manoirs et châteaux du canton de Rémalard SIGURET, Philippe. Les manoirs du Perche. Meaucé : Fédération des amis du Perche, Arts graphiques . (Parc naturel régional du Perche). Agrandissement du cimetière, plan partiel de Margon./Agent Voyer. 1881. (Archives départementales Carte de Cassini nord. Extrait de la carte de Cassini, 3e quart du 18e siècle. (IGN, Institut naturel régional du Perche). . (Parc naturel régional du Perche). . (Parc naturel régional du Perche). naturel régional du Perche). d'Amilly, seigneur de la Galaisière, par lequel ledit chapitre abandonne la maison appelée "l'Aistre-du
    Description :
    Située dans la partie sud du Parc naturel régional du Perche, la commune de Margon (canton de Nogent-le-Rotrou, Communauté de communes du Perche), à caractère à la fois rural et périurbain, s'étend éléments repérés ou sélectionnés se répartissent sur l'ensemble du territoire communal, à l'exception des Bourdigal, La Fuye, Les Gaudinières), deux manoirs (Le Bois Jolly et Champeaux), deux moulins (de Beaudelet
    Annexe :
    L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Margon a été réalisé en au patrimoine architectural et de présenter un état des lieux raisonné du patrimoine bâti. Les limites chronologiques sont fixées entre l´an 400 après J. C., et le milieu du 20e siècle. Ce cadre exclut ailleurs, l´inventaire ne rend compte du patrimoine ethnologique ou du patrimoine naturel que dans la avant 1950. Les dossiers qui suivent sont classés du général ou thématique (dossier collectif), au
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Tableau d'assemblage du cadastre de 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 4763 Plan partiel de Margon dressé en 1881 à l'occasion de l'agrandissement du cimetière. (Archives naturel régional du Perche). IVR24_20112800099NUCA . (Parc naturel régional du Perche). IVR24_20112800100NUCA . (Parc naturel régional du Perche). IVR24_20112800101NUCA . (Parc naturel régional du Perche). IVR24_20112800102NUCA naturel régional du Perche). IVR24_20112800103NUCA Le Bois Jolly, manoir. IVR24_20082800243NUCA
  • Présentation de Brunelles (Arcisses depuis 2019)
    Présentation de Brunelles (Arcisses depuis 2019) Brunelles
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Référence documentaire :
    Carte de Cassini : commune de Brunelles. 3e quart du 18e siècle. Tableau d'assemblage du cadastre de 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865). Extrait du plan cadastral de 1811, section G. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 Extrait du plan cadastral de 1811, section E2. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 Tableau synthétique des édifices sélectionnés dans la commune de Brunelles. (Inventaire du patrimoine, Parc naturel régional du Perche). Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Brunelles (1 sur 4). (Inventaire du patrimoine, Parc naturel régional du Perche). Tableau synthétique des édifices repérés dans la commune de Brunelles (2 sur 4). (Inventaire du patrimoine, Parc naturel régional du Perche).
    Annexe :
    Synthèse L´inventaire du patrimoine architectural de la commune de Brunelles a été réalisé en 2008
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Texte libre :
    d'information historique sur ce sujet). Vers 1226, un combat a lieu aux environs du hameau des Vieux Murs entre témoigne un tumulus non fouillé signalé par Édouard Lefèvre à proximité du lieu-dit du Bois Jahan. La avec l'exploitation ou la transformation du fer. Une ancienne voie romaine, connue sous le nom de Bas Moyen Age, les seigneurs de Brunelles sont tenus à la garde et à la défense du château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou. L'une des tours du château portait d'ailleurs le nom de "tour de Brunelles". A La Grande Maison, lieux qui recèlent des vestiges de manoirs (mais aucune archive ne donne , sire de Couci, usurpateur du titre de comte du Perche et prétendant au trône de France, et ses bâtiment agricole. A partir du 12e siècle - et ce jusqu'à la Révolution - la frange nord-ouest du territoire de Brunelles est sous l'influence de l'abbaye royale Notre-Dame du Val d'Arcisses. Fondée par Arcisses en 2019. DESCRIPTION Située dans la partie sud du Parc naturel régional du Perche, la commune de
    Illustration :
    Tableau d'assemblage du cadastre de 1811. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 3855 - 3865 Extrait du cadastre de 1811, section G : emplacement de l'ancienne chapelle de la Madeleine Extrait du cadastre de 1811, section E2 : emplacement de l'ancienne chapelle Saint-Gilles (détruite Vue du bourg, depuis le nord. IVR24_20082800636NUCB Lavoir communal du bourg. IVR24_20082800313NUCA Abbaye Notre-Dame du Val d'Arcisses : Porterie. IVR24_20082800641NUCA Les Cottières, manoir. IVR24_20082800392NUCA
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Historique :
    remplacer les vieux ponts par un pont de pierre. Saint-Denis est également reconstruite au début du XIIe L'occupation du site d'Amboise est attestée au néolithique. Dès l'Antiquité les voies de développement du site. Dès le Haut Moyen Âge, la population se répartit en deux pôles : l'un autour de l'oppidum le XIe siècle, l'histoire de la ville est liée à celle des seigneurs de la place. L'occupation du promontoire du château entraîne l'installation progressive de la population au pied de ce dernier. L'enceinte l'église paroissiale Notre-Dame-et-Saint-Florentin construite dans l'enceinte du château en 1030 (et étroitement liée à celle du château. Sous Louis XI (1461-1483), la ville se développe en parallèle du château entraîne ensuite un changement fondamental pour le château et la ville. Les destructions du château (1806 -1808) précèdent les campagnes de dégagement du rempart castral, contre lequel prenaient appui de reconstruites dans le style du XIXe siècle, quelques mètres en retrait. Dans les années 1960, Amboise perd
    Référence documentaire :
    Ville d'Amboise. Alignement de la rue du Gazomètre. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O Amboise. Élargissement de la ruelle allant de la rue du Gaz... (Archives Communales de la ville Ville d'Amboise. Alignement de la rue du Gazomètre. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O Amboise. Élargissement du Quai des Marais...(Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Amboise. Ordonnance du Roi Louis Philippe. (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210). Archives communales d'Amboise. BB 1 (1451 à 1477). Délibérations du conseil de ville. 345. Lettres de Charles VII du 11 janvier 1446 en faveur de l'église Saint-Florentin du château. Archives départementales d'Indre-et-Loire. 1 J 1081 : Registres de comptes du grenier à sel Le mail et la rue du marché. Photographie noir et blanc, n.s., XIXe siècle. (Bibliothèque nationale Vüe du château royal d'Amboise et Autre vüe du château royal d'Amboise du côté des champs/Jacques
    Datation principale :
    Fin du Moyen Age
    Description :
    Le plateau d'Amboise se situe en bord de Loire, à 23 km de Tours et à 35 km de Blois. Détaché du coteau de Loire par le lit de la rivière du Cher, coulant à une dizaine de kilomètres au Sud, il se construction dès les temps les plus anciens. Dans le Sud du département, aux abords de la Vienne, se trouvent les vallées de la Loire, de la Masse et du Cher ; les pierres sont ainsi d'autant plus faciles à développée sur la rive gauche, du côté du coteau, au Sud de la petite rivière de la Masse qui se jette dans l'étude du plan cadastral dit napoléonien (1808-1810), nous localisons avec une précision satisfaisante . Les archives notariales de la fin du Moyen Âge, qui auraient pu fournir nombre de renseignements consacrent certainement une partie du rez-de-chaussée à leur boutique. Les seconds ne sont pas nécessairement demeures plus riches. Pour construire une maison ainsi, le propriétaire a certainement racheter rue Joyeuse) à 4,15 m pour la maison du 11 rue de l'Entrepont, sur l'île.
    Annexe :
    La définition du cadre géographique de l'étude est aussi complexe à établir que celle du cadre le départ de la cour du roi François Ier (1515-1547). Le problème qui s'est posé à nous était de , le passage du Moyen Âge à la Renaissance a eu lieu durant la période 1485-1530. Il s'agit par ailleurs de la période la plus florissante pour le développement du château d'Amboise, ce qui provoqua la des XIIIe et XIVe siècles. Il semble donc qu'il y ait bien eu un renouveau important du bâti aux XVe et XVIe siècles. De même l'architecture postérieure au milieu du XVIe siècle, bien qu'elle n'intègre secteur urbanisé à l'époque concernée, mais ne présentant pas plus d'éléments en faveur d'une datation du notice nous avons procédé à une étude minutieuse du parcellaire du plan cadastral dit napoléonien en l'architecture amboisienne de la fin du Moyen Âge.
    Texte libre :
    le développement du site grâce à l'installation de ports commerciaux. L'implantation d'un pont y fut forteresse. L'oppidum dont une partie du fossé et du rempart est encore visible aujourd'hui (Ier siècle avant l'an Mil, durant la lutte du comté d'Anjou contre le comté de Blois, Amboise joue un rôle prépondérant pierre sur les bords de la Masse. L'occupation du promontoire du château entraîne l'installation consacre l'église paroissiale Notre-Dame-et-Saint-Florentin construite dans l'enceinte du château en 1030 fasse remplacer les vieux ponts par un pont de pierre. Saint-Denis est également reconstruite au début du XIIe siècle. Amboise à la fin du Moyen Âge et l'époque moderne Au XIVe siècle, l'une des entrées siècles constituent la période de développement de la ville d'Amboise. Depuis la fin du XIIIe siècle, la . La guerre de Cent Ans justifie les besoins du roi de France qui ordonne la mise en défense des villes , l'évolution de la ville est étroitement liée à celle du château. Amboise évolue au gré des décisions royales
    Illustration :
    Légende du plan d'alignement (1). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (2). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (3). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (4). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (5). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (6) (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (7). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (8). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (9). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210 Légende du plan d'alignement (12). (Archives Communales de la ville d'Amboise, O 210
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    Le châtelet, la tour Saint-François et la galerie sont construits à la fin du 15e siècle ou au début du 16e siècle pour Florentin Girard de Barenton. Les communs (grange devenu écuries) sont datés pavillon dit du bourg comprenant portail et galerie a été construit pour Jacqueline Girard. Il est réaménagé entre 1664 et 1671 pour Françoise Marguerite de Gramont. La galerie du pavillon est ensuite
    Référence documentaire :
    Archives privées du château de Frazé. Plan terrier des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Archives privées du château de Frazé. Plan du château, jardins et bosquets dressé vers 1780. Archives privées du château de Frazé. Plan des buttes du château dressé en 1784. Archives privées du château de Frazé. Dessin au fusain réalisé par Ricois en 1887. p. 25-40 CAFFOT, Didier. L'état mobilier du château de Frazé au temps du maréchal de Boufflers d'après un procès-verbal de récolement du 11 mars 1707. In : Bulletin de la société dunoise, 2009, Tome CASSAIGNE, Pascal, SIGURET, Philippe. Le Perche-Gouët. Présence du Perche, La Loupe : Les amis du p. 148-150 MÉTAIS, Charles. Archives du diocèse de Chartres. Pièces détachées - 1er volume - Études
    Précisions sur la protection :
    Château avec ses communs et son parc : classement par arrêté du 24 novembre 1948.
    Description :
    Le château de Frazé se situe au nord-ouest du bourg, à proximité de la rivière de la Foussarde. Il au 18e siècle), l'actuel logis (partie reconstruite au 4e quart du 20e siècle) et une échauguette à , le bâtiment dit "pavillon du bourg" à l'est et les communs (écuries, remises) au sud. Servant à (soubassement des bâtiments de la haute cour), la pierre de taille de grès roussard (soubassement du pavillon du
    Localisation :
    Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB
    Annexe :
    Lettre de Jean, duc de Nemours, en date du 29 avril 1493, pour réparer les ravages commis par les Anglais à Frazé. (transcription réalisée par Charles Métais : MÉTAIS, Charles. Archives du diocèse de notre très cher et grand ami, messire Florentin Girard, chevalier, entr'autres ses seigneuries, du lieu demourance du peuple, qui y vouloit résider et affluer ; à laquelle cause ledit suppliant desirant bien quatre vingt treize. (Archives du château de Beaumont-les-Autels. - Copie prise par M. Guillon). , devant maître Michel Fontenay, notaire à Bonneval, Florentin Girard fait l'acquisition du fief et du Bois ou Fennagnière, les Petites Ouelles (paroisse de Frazé), la Perrine le Roi (paroisse de Brou Michelle et de la Largeur, le Pré Saussier, la Nongodet, la Laugerie, 9 arpents près de la Croix du But, la Ratinière, Montabesard, la Cochardière, Pommeau, les Brusllées, les Champs du Fourchy près de Baurrier, le Moulin du Crochet, le Moulin de Maussioux, les champs des Cormiers, le Grand Frettay, la Sellevière
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Texte libre :
    passage conserve une huisserie remontant probablement au 17e siècle. Similaire à celle du manoir de fortifier. Le seigneur suzerain lui accorde de bonne grâce par lettre du 29 avril 1493 en "reconnaissance par la guerre et la vétusté, il ne restait alors de la cité que de "vieilles murailles et de vieux de la Foussarde vient combler les fossés, tandis qu’au nord l’eau d’un vaste étang baigne les murs du . Des trois galeries qui formaient les côtés sud, est et ouest du quadrilatère, seule celle reliant le . Le puits de l’actuelle cour se trouvait dans les anciennes cuisines du logis. Ce dernier a été de maçonnerie passé le 30 juillet 1502 pour la réalisation "d’une lucarne sur la toiture du portail ", certainement celle qui éclaire le comble du logis-porte. - Marché de maçonnerie passé le 7 juillet 1504 pour la construction d’une des trois tours. Au sud-ouest du château, Florentin Girard fait construire de vastes communs Foussarde. Témoigne de ce chantier la charpente des actuelles écuries (fonction initiale du bâtiment non
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du château (fond : plan cadastral de 2016, section AB Proposition de plan de restitution du château vers 1550. IVR24_20162800386NUDA Plan de restitution du château et des aménagements paysagers vers 1780. IVR24_20162800385NUDA (archives privées du château de Frazé). IVR24_20162801137NUCA Détail du plan géométrique dressé en 1767 (archives privées du château de Frazé Plan du château, des jardins et bosquets, dressé vers 1780 (archives privées du château de Frazé Plan des buttes du château, réalisé en 1784 (archives privées du château de Frazé Vue d'ensemble du château, dessin au fusain réalisé par Ricois en 1887 (archives privées du château Dessin du parterre en broderie exécuté en 1906 par Charles Brossard, d'après une tapisserie de Vue de situation du château depuis la route de Chassant au nord. IVR24_20162801055NUCA
1