Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 48 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Estampe : vue d'Orléans en 1761
    Estampe : vue d'Orléans en 1761 Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    Vend à Paris ché la Ve Cochin aux Galleries du Louvre. (au milieu). Gravée par Choffard en 1766 (à
    Historique :
    en 1767. Ces estampes étaient éditées par Charles Nicolas Cochin, dit le Jeune (1715-1790) qui tenait
    Auteur :
    [graveur] Cochin Charles Nicolas
  • Chapelle Saint-Charles
    Chapelle Saint-Charles Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    1717, sous le vocable de saint Charles Borromée, en mémoire du dévouement exemplaire de l'évêque , l'administration des Hospices civils d'Orléans décida son achèvement ; les travaux furent confiés à Pierre-Charles
    Référence documentaire :
    p. 142 BEAUVAIS DE PRÉAU, Charles-Nicolas. Essais historiques sur Orléans. Orléans : Couret de BRUNEAU, Olivier. La chapelle Saint-Charles : restauration, réhabilitation, conservation et d'Orléans, illustrée par 60 lithographies de Charles Pensée. Paris : Victor Didron, 1849. (Réédition dans la . Ensemble de 90 clichés concernant la chapelle Saint-Charles réalisés en 1975, 1983 et 1984 par Daniel
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Charles
    Annexe :
    son fils. Pierre-Charles Thuillier fut nommé architecte des Hospices civils le 17 mai 1828. Il fut le chapelle Saint-Charles. Il donna sa démission le 29 mai 1863 en demandant à ne résigner sa charge qu'au 1er janvier 1864 et reçut alors le titre d'architecte honoraire. René Demond, successeur de Pierre-Charles
    Vocables :
    Saint-Charles
  • Hôtel-Dieu (détruit, rue Anne de Bretagne)
    Hôtel-Dieu (détruit, rue Anne de Bretagne) Blois - rue Anne de Bretagne - en ville - Cadastre : 1810 A 970 971
    Historique :
    être attribué au frère Charles Turmel (architecte jésuite) à l' angle nord-est l' extension de la
    Référence documentaire :
    bâtiment des femmes et des enfants et du logis des religieuses, (devis de Charles Turmel), le 10 juin 1638
    Auteur :
    [architecte] Turmel Charles [maître maçon] Habert Nicolas
  • Place du Château
    Place du Château Blois - rive droite - place du Château - en ville - Cadastre : 2011 DN non cadastré ; domaine public
    Historique :
    place en une ligne continue. La solution préconisée par Charles Nicod de ne pas les reconstruire l'emporta finalement, sur l'argument de sa réversibilité. L'architecte parisien Charles Dorian fut chargé le tout début des années cinquante, Charles Dorian proposa des études pour les fontaines est et ouest Reconstruction et du Logement établit un nouveau contrat avec l'architecte Charles Dorian le chargeant
    Référence documentaire :
    Charles Nicod, Louis Arretche, André Aubert, Charles Dorian. 31 planches. 1942-1944.
    Auteur :
    [architecte] Nicod Charles [architecte] Dorian Charles
    Texte libre :
    Commissariat Technique à la Reconstruction Immobilière, l'architecte parisien Charles Nicod lui succéda en mars fleuve, embrassant l'église Saint-Nicolas, le pont et l'ensemble composé par la cathédrale et l'ancien son plan qu'il présenta à la ville en mai 1942, Charles Nicod proposa que l'on reconstruise uniquement de Charles Dorian, 1942-1943. L'architecte parisien Charles Dorian fut chargé dès mai 1942 cinquante, Charles Dorian proposa des études pour les fontaines est et ouest ponctuant cet espace. Dans ces avec l'architecte Charles Dorian le chargeant d'effectuer de nouvelles études pour les derniers
    Illustration :
    Plan de Reconstruction et d'Aménagement de Blois par Charles Nicod approuvé par arrêté 6-11-1942 Dossier administratif du projet de Charles Nicod, mars 1942, annexe 10.- Vue perspective du château Dossier administratif du projet de Charles Nicod, mars 1942, annexe 11.- Vue perspective du château Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : plan, 1943. IVR24_20114100376NUC2A Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : façade sur la Loire, 1943 Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : vue prise de l'étage du château, 1943 Etude spéciale d'architecture par Charles Dorian : vue à vol d'oiseau, 1943. IVR24_20114100379NUC2A Projet de jardins pour la place du Château, par Charles Dorian, vers la fin des années quarante Projet d'aménagement de l'extrémité est de la place du Château, par Charles Dorian, 04-1949 Projet de fontaine à l'ouest de la place du Château par Charles Dorian,12-1949
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois Blois - en ville
    Dossier :
    Ruines, au fond la couverture du Théâtre et de l'église Saint-Nicolas, été 1940. (Archives
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Lecomte Charles (photographe)
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois Blois - en ville
    Historique :
    bombardements allemands en juin 1940, puis des bombardements alliés de 1944. Charles Nicod, architecte parisien Aubert est nommé en remplacement de Charles Nicod par le Ministère de la reconstruction et de l'urbanisme
    Référence documentaire :
    Plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, 1942. Par Nicod, Charles (architecte). (Ville plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail légende, 1942. Par Nicod, Charles plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, 1942. Par Nicod, Charles (architecte). (Ville plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte Plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte Plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte
    Auteur :
    [architecte] Nicod Charles
    Annexe :
    Charles Nicod (1878-1967) Né en 1878 à Levier dans le Doubs, Charles Nicod entra à l'école des Reconstruction et de l'Urbanisme. Il prit la suite de Charles Nicod, qui y avait été nommé par le Commissariat à construction du pont Charles-de-Gaulle qui relie les gares de Lyon et d'Austerlitz. octobre 1940, fut par la suite remplacé par le plan de Charles Nicod nommé par le Commissariat à la par Charles Nicod et Jacques Billard, il leur donna une réalisation très soignée et respectueuse de Charles Nicod fut finalement nommé par le Commissariat à la Reconstruction Immobilière en mars 1941, il
    Texte libre :
    évènements. Il parcourut la ville avec le photographe Charles Lecomte dont on garde un reportage juillet 1940, avec l'aide au début de l'architecte Henri Lafargue. 5 - Le plan de Charles Nicod, 1941-1942 , nomma l'urbaniste parisien Charles Nicod, pour l'établissement d'un projet d'aménagement et d'un plan de celui de Charles Nicod témoignent de quelques constantes comme la création d'une place en tête de pont à centralisée. Le plan proposé par Charles Nicod fut d'abord examiné par une commission départementale au moderne. Le projet de Charles Nicod comportait deux volets. Un plan de zonage répartissait les types immeubles de la tête de pont. Les commandes de ces études furent passées dès 1942 : à Charles Dorian pour Carmel, de l'ancienne prison et pour l'aménagement d'un Mail sur le quai du Foix. Charles Nicod quant à Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU), ni que la nomination d'André Aubert en remplacement de Charles Nicod Charles Nicod au printemps 1941 et validé en novembre 1942, adopta un urbanisme d'îlots. Dans un projet
    Illustration :
    Ruines, au fond la couverture du Théâtre et de l'église Saint-Nicolas, été 1940. (Archives
  • L'opération d'Inventaire du patrimoine du château et de la ville d'Amboise aux 15e et 16e siècles
    L'opération d'Inventaire du patrimoine du château et de la ville d'Amboise aux 15e et 16e siècles Amboise
    Référence documentaire :
    PEYRONNET, Georges. Les complots de Louis d'Amboise contre Charles VII (1428-1431) : un aspect des
    Annexe :
    entre la date à laquelle la ville est confisquée par Charles VII (1422-1461) à la famille d'Amboise, et dans l'ombre de celui de Charles VIII. En outre, la compréhension globale du château et son évolution à travers les siècles ont autorisé à formuler de nouvelles hypothèses sur le chantier de Charles VIII et la siècle. L'année 1434, correspondant à la date à laquelle Charles VII (1421-1461) confisqua la baronnie à du château. En 1498, la mort de Charles VIII marqua sans doute une rupture de l'activité de , bien que la venue de Charles Quint et la dernière grande fête donnée par le roi à Amboise aient eu lieu Loire, du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins, de la tour des Minimes, de la tour Heurtault
    Texte libre :
    sur le château de Louis XI toujours resté dans l’ombre de celui de Charles VIII. La compréhension sur le chantier de Charles VIII et sur la distribution des bâtiments. L’étude du bâti urbain s’est est confisquée à la famille d'Amboise par Charles VII, en 1434 (règne de Charles VII : 1422-1461) et antérieures à Charles VIII ni pour les périodes postérieures à celui-ci, et en aucune manière d'un point de : les différents bâtiments du château : Bâtiment sur Loire, Logis de Charles VIII sur les jardins , Logis de Charles VIII sur les jardins, Logis de Charles VIII sur les jardins, l'enceinte castrale, qui château revient à la ville ; durant les Cent Jours, Napoléon et son ministre de la Guerre, Louis Nicolas dans leur projet et l'objectif était d'achever le chantier de Charles VIII. Si leurs choix et leurs
    Illustration :
    Ancienne gravure : « Amboise » par Nicolas Tassin, 1638. (Bibliothèque Municipale de Tours, L. A
  • Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres
    Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AB 23
    Auteur :
    [sculpteur] Bridan Charles-Antoine [architecte] Louis Louis-Nicolas [peintre] Fournier des Ormes Charles
    Annexe :
    ., chapelle des Confesseurs ou de Saint-Nicolas (dite oecuménique). Autel secondaire, tabernacle, gradin liturgie. Paris, 1948. CHALLINE, Charles. Recherches sur Chartres, transcrites et annotées par un arrière -neveu de l’auteur (1596-1678). Chartres : SAEL, 1918. CHAPUY, Nicolas et JOLIMONT, Théodore de. Vues Dame de Chartres. Chartres : Garnier, 1855. DOUBLET, Nicolas. Pouillé du diocèse de Chartres, Chartres . DUVAL, Noël, PICARD, Jean-Charles, FONTAINE, Jacques, FÉVRIER, Paul-Albert et BARRUOL, Guy. Naissance
    Texte libre :
    rayonnement de l'édifice est le Voile de la Vierge, ou Sainte-Chemise, présent supposé de Charles le Chauve en grand camée représentant Jupiter offert par Charles V en 1367, déposé au Cabinet des médailles de la des grands bas-reliefs sculptés par Charles-Antoine Bridan. Dans la courbe absidale jusqu’au niveau du marbre exécuté par deux artisans parisiens, Jean-Baptiste Hermand, sculpteur-stucateur, et Nicolas confiée à Antoine-Nicolas Martin, maître doreur à Paris, qui exécute son travail sur la grille déjà mise . L’évêque constitutionnel Nicolas Bonnet fait remonter la table de communion dans la chapelle axiale de la
  • Hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    -Charles (ancien couvent des Ursulines) situé au sud de la Loire et qui venait d'être désaffecté, fut qui venait d'achever la construction de l'hospice d'aliénés (hospice Caroline), et à Pierre-Charles
    Référence documentaire :
    p. 377-379 CUISSARD, Charles. Mémoire présenté à l'évêque d'Orléans par le bureau de l'hôtel-Dieu
    Description :
    nommaient Saint-Nicolas au nord-est (l'unique salle ayant toujours conservé son nom d'origine) et
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Annexe :
    , matériaux). Pierre-Charles Thuillier fut nommé architecte des Hospices civils le 17 mai 1828. Il fut le concepteur de l'hôtel-Dieu et assura l'achèvement de la chapelle Saint-Charles. Il donna sa démission le 29
    Illustration :
    Salle Saint-Nicolas (à l'origine salle de femmes), au rez-de-chaussée de l'aile nord-est, salle de
  • Château de Chaumont-sur-Loire
    Château de Chaumont-sur-Loire Chaumont-sur-Loire - Cadastre : 1809 A1 847 cadastre napoléonien 2017 AE 119
    Historique :
    de celui de Chenonceau fait achever les parties hautes de l'aile orientale, de la tour Saint-Nicolas
    Référence documentaire :
    NICOLAS, Roger, GIRARD, Joël. La tuilerie de Chaumont-sur-Loire. Association Chaumont-sur-Loire au
    Description :
    façade sur jardin. L'aile est se termine au nord par une chapelle placée sous le vocable de Saint-Nicolas Diane et de Saint-Nicolas sont à égouts retroussés (à l'inverse du reste des toitures formées de pans
    Auteur :
    [commanditaire] Amboise Charles Ier (d') [commanditaire] Amboise Charles II (d')
    Annexe :
    sculptée où alternent le double "C" de Charles II d'Amboise et la représentation d’une montagne enflammée deux tours situées de part et d'autre de la herse d'entrée, on peut voir à droite, les armes de Charles l'aile est et la tour Saint-Nicolas, la jonction entre le soubassement et le rez-de-chaussée est décorée médiévaux tenant le blason de Charles Ier d’Amboise. Les moulurations de la porte se composent également, de chiffre de Charles II traité en bas-relief. La façade sur cour de l’aile est s’élève de deux étages castrale adossée à la tour Saint-Nicolas est marqué par de hautes et étroites fenêtres en tiers points aux (escargots) venant compléter la double représentation du blason de Charles II d’Amboise, tenu par deux hommes sauvages, et de celui de son père, Charles Ier, présenté par deux femmes en habits médiévaux. Dans la même
    Illustration :
    Châtelet d'entrée. Chemin de ronde de la tour Saint-Nicolas. IVR24_20094100136NUC2A Chapelle et tour Saint-Nicolas vues de face. IVR24_20084100100NUC2A Tour Saint-Nicolas et chapelle depuis le nord-est. IVR24_20084100108NUC2A Tour Saint-Nicolas depuis le nord-est. IVR24_20084100107NUC2A Tour Saint-Nicolas. Canonnière à la française et décor de cordons entrelacés Tour Saint-Nicolas. Détail du décor de cordons entrelacés. IVR24_20094100103NUC2A Tour Saint-Nicolas. Cheminée du début XVIe et du XIXe siècles. IVR24_20094100128NUC2A
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Historique :
    Charles VIII (1483-1498), la menace guerrière s'apaise. La mise en place d'une cour nombreuse et itinérante rythme la vie de la ville qui doit la nourrir. Charles VIII entreprend des travaux importants au
    Référence documentaire :
    345. Lettres de Charles VII du 11 janvier 1446 en faveur de l'église Saint-Florentin du château. La ville d'Amboise/de Tassin, Nicolas. In Les plans et profils de toutes les principales villes et
    Annexe :
    entre la date à laquelle la ville est confisquée par Charles VII (1422-1461) à la famille d'Amboise, et
    Texte libre :
    concernent la tour Garçonnet. En 1471, à la naissance du dauphin Charles, Louis XI demeure beaucoup moins souvent à Amboise. Il se soucie pourtant de la sécurité du futur Charles VIII, et demande à la ville que Catalogne, Picardie, Normandie et Bretagne. Sous Charles VIII (1483-1498), la menace guerrière s'apaise. En 1491, Charles VIII met un terme aux guerres de Bretagne en épousant Anne de Bretagne. Les entrées . Charles VIII entreprend d'importants travaux au château. Les « terriers » provenant des fondations et des occasionnellement jusqu'en 1525 (à l'exception de la venue de Charles Quint en 1542). Dans la dernière partie de son
  • Présentation du patrimoine d'Amboise aux 15e et 16e siècles
    Présentation du patrimoine d'Amboise aux 15e et 16e siècles Amboise
    Texte libre :
    faire le guet et protéger le dauphin, et de même, en 1494, Charles VIII y envoya des gardes écossais pour veiller sur le dauphin Charles-Orland. De fait, la présence royale donna une nouvelle impulsion à moyens, la ville parvint, avec le concours de la confrérie Notre-Dame-et-Saint-Nicolas, à se doter de de Charles VIII (1483-1498), Louis XII (1498-1515) et François Ier (1515-1547) . Les évolutions des maçonneries non apparentes. Sous Charles VIII (1483-1498), les lieux d'approvisionnement en pierre prismatiques, aiguës et découpées de Louis XI (1461-1483), aux formes plus souples de Charles VIII (1483-1498 château de Louis XI à celui de Charles VIII, une évolution sensible et certaine transparaît de notre
    Illustration :
    Ancienne gravure : « Amboise » par Nicolas Tassin, 1638. (Bibliothèque Municipale de Tours, L. A Ancienne gravure présentant les maisons du quai Charles Guinot au pied du château d'Amboise avant Carte postale ancienne où les maisons du quai Charles Guinot apparaissent restaurées au pied du Vue de la tour Féalan depuis le quai Charles Guinot. IVR24_20073700640NUCA
  • Hôpital général
    Hôpital général Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    chapelle adjacente Saint-Charles. Dans les espaces laissés libres furent implantés quelques édifices -Madeleine, remplacée en 1713 par la chapelle Saint-Charles qui resta inachevée jusqu'en 1864. Entre 1696 et ville, et Pierre-Charles Thuillier, architecte des Hospices civils, au sud-est de l'hôpital général
    Référence documentaire :
    p. 141 BEAUVAIS DE PRÉAU, Charles-Nicolas. Essais historiques sur Orléans. Orléans : Couret de Plan de la ville d'Orléans. Paris : Nicolas de Fer, 1705. (Bibliothèque municipale d'Orléans , illustrée par 60 lithographies de Charles Pensée. Paris : Victor Didron, 1849. (Réédition dans la collection
    Description :
    en E. A l'aile médiane fut reliée la chapelle Saint-Charles dont les bras du transept venaient
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Annexe :
    direction des architectes François Narcisse Pagot et Pierre-Charles Thuillier, ainsi que partagé en l'hospice Caroline eut lieu le 4 novembre 1838 qui fut mis sous la protection de saint Charles. Les quatre
    Illustration :
    Cour intérieure orientale des femmes. A droite la chapelle Saint-Charles (carte postale éditée par Cour Saint-Charles, entrée des ateliers à droite (carte postale éditée par Neurdein Frères -Charles. IVR24_20124500271NUC4A d'entrée principale. La devise fut inventée par Charles de Troyes, seigneur de la Chesnaie, l'un des
  • Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée Pothier
    Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée Pothier Orléans - 2 bis rue Marcel Proust - en ville
    Historique :
    Nicolas Untersteller issus de la commande publique dite du 1% artistique ("La joie" et "Les Sciences et guerres du 20e siècle réalisé par Charles Million (sculpteur marbrier). Le 9 juin 1970, la Commission
    Référence documentaire :
    Nicolas Untersteller). Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1961-1970.
    Illustration :
    Plan de 1969 exposant à gauche la situation des deux décors muraux existants de Nicolas Unterseller Un des deux décors muraux "Les Sciences et les Arts" ou "Les Sciences et la Vie" de Nicolas Le décor mural "La Joie" de Nicolas Untersteller - agréé en 1960, (réalisé en 1961
  • Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Auteur :
    [personnage célèbre] De Ronsard Charles
    Texte libre :
    1290, le comté du Perche est cédé en apanage au frère du roi, Charles de Valois. Ce dernier fait valoir par Charles de Valois s’opposent aux moines quant au droit de taille dont les seconds prétendent être Charles de Valois s’empresse de contester. Philippe le Bel approuve le recours à un arbitrage entre les commende est instaurée au doyenné de Saint-Denis avant 1525, date à laquelle Charles de Hémard, licencié en France. Cette fortune littéraire doit certainement son éclosion à la personnalité de Charles de Ronsard l’horloge de Marc-Aurèle (1580) que dans l’écriture des sermons évangéliques (1582) qu’il dédie à Nicolas de administré par un prieur claustral pour le compte de Nicolas Colbert, prieur doyen commendataire. Ce dernier 1690 par Nicolas Colbert nuance la description fournie par l’état de la généralité d’Alençon. Si
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/70. Notariat - Étude de Frazé - Nicolas Chahuteau (1660-1666). p. 61-67 BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard p. 148-150 MÉTAIS, Charles. Archives du diocèse de Chartres. Pièces détachées - 1er volume - Études
    Auteur :
    [commanditaire] d'O Charles
    Annexe :
    Anglais à Frazé. (transcription réalisée par Charles Métais : MÉTAIS, Charles. Archives du diocèse de
    Texte libre :
    avait rendus". Transcrit par Charles Métais, ce document est riche d’enseignements quant à l’état de la Barenton. Sa fille Jacqueline épouse en 1540 Charles d’O, seigneur de Vérigny et fait ainsi passer le , Jacqueline Girard de Barenton, femme de Charles d’O de Vérigny, fait appel à Jean Métézeau, marchand maçon à 1600, Marie de Conan, fille de Nicolas de Conan, seigneur de Rabestan et de Marie d’O de Vérigny avec Nicolas Levasseur, marchand maçon, le 15 novembre 1664 : rehaussement d’un niveau habitable au pour projet de construire une maison pour son chef jardinier, Charles Brossard, qu’il embauche en 1900 réalisée en 1906-1907 par Charles Brossard. Il en avait dressé le plan d’après une tapisserie ancienne de
    Illustration :
    Dessin du parterre en broderie exécuté en 1906 par Charles Brossard, d'après une tapisserie de
  • Hôtel de Jassaud (5 rue Fontaine des Élus)
    Hôtel de Jassaud (5 rue Fontaine des Élus) Blois - 5 rue Fontaine des Élus - en ville - Cadastre : 1980 DO 385
    Historique :
    remarquable ; 17e siècle limite 18e siècle : réaménagements intérieurs pour Nicolas de Jassaud secrétaire
    Référence documentaire :
    René Girault à Maître Charles-René Baron, avocat au Parlement, le 29 décembre 1778.
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret) Orléans
    Historique :
    l'intendant Charles Barentin. Au milieu du XVIIIe siècle, la réalisation d'un nouveau pont (1748-1763) qui cale abreuvoir en long simple sur le port Saint-Charles (rive gauche) et une cale abreuvoir simple sur grande cale abreuvoir en long simple du port Saint-Charles sur la rive gauche paraît étonnante à cette
    Référence documentaire :
    Taille douce, papier, 73,5 x 52,5 cm, 1761. Par Desfriches, Aignan Thomas (dessinateur) ; Cochin Gravure. Par Pensée, Charles (dessinateur). (musée des Beaux Arts, Orléans). (cf. illustration n Lithographie. Par Pensée, Charles (dessinateur). (musée historique et archéologique de l'Orléanais Lithographie, papier, 23,2 x 15,7 cm, 1846. Par Pensée, Charles (dessinateur) ; Jacob, A (graveur Lithographie, 1840. Par Pensée, Charles (dessinateur). (archives départementales du Loiret, 10 Fi 2 Papier, Ech. 2 cm pour 50 m, 79 x 64,5. Par Pensée, Charles. (archives départementales du Loiret Lithographie, papier, 16,5 x 12 cm, 1847. Par Pensée, Charles (dessinateur) ; Muller, G (graveur Gravure, papier, détail, 1836. Par Pensée, Charles. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 Lithographie, papier, 55,5 x 40,5 cm, 1829. Par Pensée, Charles (dessinateur) ; Engelmann (graveur Gravure, papier, détail, 1836. Par Pensée, Charles. (archives nationales, site de Paris, CP F 14
    Illustration :
    dessin de Charles Pensée. (bibliothèque municipale d'Orléans). IVR24_20074500108NUC Plan pittoresque (perspective) de la ville d'Orléans en 1836 par Charles Pensée. (archives Perspective générale d'Orléans et de ses environs prise de l'ouest, par Charles Pensée (1799-1871 Charles Pensée gravé en 1836. Détail sur la Filature située à l'extrémité amont du port de la Poterne et Charles Pensée gravé en 1836. Détail sur la Douane située à l'extrémité aval du port de Recouvrance et de Le pont Royal, vue prise de la rive gauche, par Charles Pensée (1799-1871). (musée des Beaux Arts de Charles Pensée, 1840. (archives départementales du Loiret, 10 Fi 2-110. DCT 72 Le viaduc de Vierzon et un inexplosible par Charles Pensée, 1846. Le pont est alors composé de 12 La douane, quai et porte Barentin, par Charles Pensée, 1847. (archives départementales du Loiret Quai Neuf, rive gauche. Vue prise vers l'aval (pont Nicolas II à l'arrière plan). Carte postale
  • Porte des Lions
    Porte des Lions Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Historique :
    Amboise date du règne de Charles VIII. En 1494, les comptes de l'argenterie d'Anne de Bretagne rapportent
    Référence documentaire :
    FAUCHERRE, Nicolas. Les citadelles du roi de France sous Charles VII et Louis XI. Paris , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et -de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII-François dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et
    Illustration :
    XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les du logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et
  • Présentation du patrimoine de la ville d'Orléans
    Présentation du patrimoine de la ville d'Orléans Orléans
    Référence documentaire :
    Plan de la ville d'Orléans / Charles Inselin. Fin 17e siècle (?). (Collection particulière). Plan de la ville d'Orléans. Paris : Nicolas de Fer, 1705. (Bibliothèque municipale d'Orléans , illustrée par 60 lithographies de Charles Pensée. Paris : Victor Didron, 1849. (Réédition dans la collection CUISSARD, Charles. Étude sur le commerce et l'industrie à Orléans avant 1789. Orléans : H VERGNAUD-ROMAGNESI, Charles François. Histoire de la ville d'Orléans, de ses édifices, monumens DEBAL, Jacques. Plans et perspectives d'Orléans, de Gilles Hotot à Charles Pensée. Bulletin de la
    Illustration :
    Plan de la ville d'Orléans dessiné et gravé par Charles Inselin (1673-après 1715), daté de la fin Plan d'Orléans dessé en 1705 par Nicolas de Fer (BM Orléans). IVR24_20124500740NUCA les bâtiments principaux, d'après le "Plan pittoresque de la ville d'Orléans en 1836" par Charles
1 2 3 Suivant