Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 47 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : portrait de Jacques de Marques (1569-1622)
    Tableau : portrait de Jacques de Marques (1569-1622) Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    chiffre de la date est partiellement illisible, au-dessus de la tête de Jacques Constant père, en bas à gauche). Inscription : Jacobus Constant chirurgus aurelius filius cons. (autour de la tête de Jacques Constant fils, en bas à droite). L'inscription centrale qui concerne la donation est partiellement
    Historique :
    siècle et offert par les chirurgiens Jacques Constant père et fils. Jacques Constant père fut reçu chirurgien vers 1654. Jacques de Marques (1569-1622) fut chirurgien à Paris.
    Référence documentaire :
    LOUVEL, Georges. Étude sur Jacques de Marque, chirurgien, et analyse de ses ouvrages. Dijon [base de données en ligne]. Paris : Ministère de la culture et de la communication, 1997. Jacques de
    Représentations :
    Portrait de Jacques de Marques. Les portraits des donateurs, Jacques Constant père et fils
    Auteur :
    [donateur] Constant Jacques fils [donateur] Constant Jacques père
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Jacques de Marques (1569-1622)
  • Bourges : statue de Jacques Cœur
    Bourges : statue de Jacques Cœur Bourges - place Jacques Cœur - en ville
    Inscriptions & marques :
    avant du socle) : "A/ JACQUES CŒUR/ LA VILLE/ DE/ BOURGES" ; devises (sur chaque face du socle : avant
    Historique :
    Le premier projet de monument à Jacques Cœur, confié au sculpteur Jules Dumoutet et daté vers 1840 . L'inauguration de l'ensemble sur la place Jacques-Coeur a lieu le 15 mai 1879, quelques mois après la mort d'Auguste Préault dont Jacques Cœur est le dernier monument public, projet dans lequel il s'était fortement
    Observation :
    le style du Palais Jacques-Cœur.
    Référence documentaire :
    Archives départementales du Cher. 9T ; 49. Demande d'autorisation pour élever une statue à Jacques Archives départementales du Cher. 1 O ; 6 (Bourges, statues et monuments divers). Jacques Cœur Archives municipales de Bourges. 1M ; 43. Statue de Jacques Cœur. La statue de Jacques Cœur, à Bourges, inaugurée le 15 mai. L'Illustration, n°1891, vol. LXXIII, p
    Représentations :
    écumant sur la terrasse arrière. Un écu aux armes de Jacques Cœur figure sur la plinthe avant. Le piédestal est orné de motifs à la cathédrale inspiré du Palais Jacques-Cœur (frises de quadrilobes ornés de coquilles Saint-Jacques) et porte sur les côtés deux scènes en relief : les adieux de Jacques Coeur et sa
    Description :
    d'une statue en marbre blanc, par Augustin Préault, est situé au centre de la place Jacques-Cœur , faisant face au Palais Jacques-Cœur.
    Localisation :
    Bourges - place Jacques Cœur - en ville
    Titre courant :
    Bourges : statue de Jacques Cœur
    Annexe :
    trois fils de Jacques-Coeur, L'ainé, Jean-Coeur, présente au Roi ses deux frères Ravan et Geoffroy." Au , 12 février 1873 (AN f21/248). « Monsieur le directeur, Le Jacques Cœur de M. Préault est d'une grande support. Le caractère oriental du costume rappelle les voyages de Jacques Cœur dans le Levant. La tête est peut être assez simple, la figure complexe et [?] de Jacques Cœur ; c'est de la sculpture pittoresque Procès-verbal de réception définitive du piédestal du monument à Jacques Cœur, 6 décembre 1879 (AM Bourges. 1M43). Procès-verbal de réception définitive du piédestal du monument à Jacques Cœur, 6 décembre ville et de M. Jongleux, secrétaire en chef de la Mairie. Nous sommes transportés sur la place Jacques -Cœur pour y procéder à la réception officielle du piédestal de la statue de Jacques-Cœur. Nous y avons , l'inscription : "A Jacques-Cœur, la Ville de Bourges" Sur la face postérieure est gravée en lettres carrées Brisson, maire" Sur le côté sud, un bas relief représente les adieux de Jacques- Cœur ; six personnages y
    Illustration :
    "La statue de Jacques Coeur, à Bourges, inaugurée le 15 mai" (L'Illustration, n° 1891 du 31 mai Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec le monument faisant face au Palais Jacques-Coeur Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec le monument faisant face au Palais Jacques-Coeur Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec l'ensemble des aménagements urbains autour du monument Vue arrière du monument, avec la façade du Palais Jacques Coeur en arrière-plan
  • Nogent-sur-Vernisson : jardin botanique des Barres
    Nogent-sur-Vernisson : jardin botanique des Barres Nogent-sur-Vernisson - - Domaine des Barres - en écart - Cadastre : 2018 0B 109 à 112 ; 119 ; 121 ; 122 ; 125 ; 128 ; 130 ; 131 ; 331 ; 364 ; 366 à 374 ; 434 ; 435 ; 437 à 439 ; 441 ; 443 à 458 ; 460 à 463 ; 465 ; 466 ; 484 ; 500 à 503 2018 AP 46
    Historique :
    . A sa mort en 1921, son fils Jacques lègue le Fruticetum Vilmorinianum à l’État. De 1923 à 1928
    Auteur :
    [paysagiste] Constant
  • Tours : fontaine monumentale
    Tours : fontaine monumentale Tours - place Loiseau d'Entraigues - en ville
    Inscriptions & marques :
    FONDU PAR JJ DUCEL ET FILS (sur un côté du socle).
    Auteur :
    [sculpteur] Ducel Jean-Jacques
  • École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré
    École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré Tours - Quartier sinistré nord - jardin François-1er - en ville - Cadastre : 2010 DZ 366
    Historique :
    à Maurice Boille et ses deux fils Pierre et Jacques. Les trois architectes dressent en août 1944 un place Foire-le-Roi, la rue Voltaire et la rue Benjamin-Constant. La reprise du plan de reconstruction et
    Référence documentaire :
    ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 650). (cf. illustration n ) ; Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives , Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 4 M, boîte 649). (cf. illustration n ) ; Boille, Pierre (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, 149 W 22, S
    Auteur :
    [architecte] Boille Jacques
  • Orléans : statue, La Rêverie
    Orléans : statue, La Rêverie Orléans - - place du Jardin des Plantes - en ville
    Inscriptions & marques :
    . DUCEL et FILS A PARIS (sur le côté droit).
    Historique :
    Statue exécutée par le comte de Nogent et fondue par Jean-Jacques Ducel en 1867, déposée dans le
    Auteur :
    [fondeur] Ducel Jean-Jacques
    Illustration :
    Modèle extrait du catalogue de la fonderie d'art J.J. Ducel et Fils, années 1880 (n° 11430, folio
  • Bourges : fontaine dite de Bourdalouë
    Bourges : fontaine dite de Bourdalouë Bourges - place Marcel-Plaisant - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur la fontaine, marque de fondeur : J.J. DUCEL ET FILS (sur la plinthe d'une des sculptures de
    Auteur :
    [fondeur] Ducel Jean-Jacques
  • Quartier de la Rotonde
    Quartier de la Rotonde Tours - Quartier du Sanitas - avenue Général-de-Gaulle rue Georges-Guynemer rue Jean-Baptiste-Martin rue Jean-Mermoz rue Jules-Mourgault mail du Petit-Prince - en ville - Cadastre : 2010 CT 3 2010 CT 344
    Historique :
    Amalric, Pierre Lacape et Jacques Lemaure, fut rapidement écarté, le ministère de la Construction préférant confier à Jacques Henri-Labourdette, architecte-urbaniste du Sanitas, et à l'architecte-conseil
    Description :
    d'habitation reprennent une typologie très proche de celle des réalisations de Jacques Henri-Labourdette pour
    Auteur :
    [architecte] Lemaure Jacques [architecte] Henri-Labourdette Jacques
    Annexe :
    la composition reprend la trame orthogonale employée au Sanitas par Jacques Henri-Labourdette. Ces Sanitas par Jacques Henri-Labourdette. Les volumes restent bas (R+4), bien que légèrement rehaussés par la indifféremment situés sur des façades abritant des pièces de jour ou de nuit, la seule constante étant la , Jacques Henri-Labourdette. Le secteur de la Rotonde ne fut que peu concerné par ce nouveau PAR, seule , l'incertitude persistant autour des conditions financières de son déplacement, et Jacques Henri-Labourdette Pierre Lacape et Jacques Lemaure, en reprenant ceux qu'ils ont réalisés pour l'opération Maurice-Beaufils même chef de file. Supervision du plan-masse par Labourdette en octobre 1959 Jacques Henri l'opération. La nouvelle disposition des bâtiments dans le plan conçu par Jacques Henri-Labourdette annonçait ferrées, les 400 logements voulus par Jean Royer dans les bâtiments en R+4. Jacques Henri-Labourdette
  • Ensemble de 3 immeubles dit îlot N
    Ensemble de 3 immeubles dit îlot N Blois - rive droite - 2, 6, 8 rue Saint-Martin - en ville - Cadastre : 2010 DN 215 à 216 2010 DN 908
    Référence documentaire :
    Maître Jacques Damon, rue Saint-Martin. 1943-1960.
    Auteur :
    [propriétaire] Damon Jacques
    Annexe :
    Henri Lafargue Fils de l'architecte blésois Arsène Lafargue, il étudia à l'école des beaux-arts
  • Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale)
    Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale) Tours - 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5, 634
    Référence documentaire :
    (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430 ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf ) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1952/n°183). (cf (architecte) ; Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de construire 1950/n°430 Crédit Lyonnais. Reconstruction de l'agence de Tours / André Leconte, Maurice et Jacques Boille. 1 Crédit Lyonnais. Reconstruction de l'agence de Tours / André Leconte, Maurice et Jacques Boille. 1
    Auteur :
    [architecte] Boille Jacques
    Annexe :
    architectes Maurice et Jacques Boille travaillent sous la houlette d'André Leconte, l'architecte en chef du Nationale. André Leconte, Maurice Boille et son fils dressent en conséquence de nouveaux plans en mars, puis Crédit Lyonnais. Maurice et Jacques Boille Entreprises ayant participé à la construction : - Fondations
  • Chapelle Saint-Charles
    Chapelle Saint-Charles Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    de l'architecte Jacques V Gabriel (1667-1742), dessinés vers 1697-1698 et paraphés le 11 avril 1712
    Référence documentaire :
    , élévation longitudinale orientale et élévation du portail) dressés par Jacques V Gabriel en 1697-1698. BEAUVALOT, Yves. Jacques Gabriel à Dijon. Dijon, 1983. BONTEMPS, Daniel. La Chapelle de l'Hôpital général d'Orléans, une œuvre méconnue de Jacques V BRACHET, Pierre. Jacques V Gabriel (thèse dactylographiée inédite de la IVe section de l’École p. 48-129 GALLET, Michel, BOTTINEAU, Yves (dir.). Jacques V Gabriel. In : Les Gabriel, 1982
    Description :
    fleurs de lys). Jacques V Gabriel avait prévu de représenter le blason de l'évêque cardinal Monseigneur
    Auteur :
    [architecte] Gabriel Jacques V
    Annexe :
    Documentation Jacques V Gabriel (1667-1742) était membre d'une célèbre famille d'architectes et son fils. Pierre-Charles Thuillier fut nommé architecte des Hospices civils le 17 mai 1828. Il fut le
    Illustration :
    Plan de la chapelle dressé par l'architecte Jacques V Gabriel en 1697-1698 (CHR d'Orléans Coupe longitudinale dressée par l'architecte Jacques V Gabriel en 1697-1698 (CHR d'Orléans Elévation longitudinale orientale dressée par l'architecte Jacques V Gabriel en 1697-1698 (CHR Elévation du portail dressée par l'architecte Jacques V Gabriel en 1697-1698 (CHR d'Orléans
  • 4 verrières illustrant le thème de la sainte Trinité
    4 verrières illustrant le thème de la sainte Trinité Cluis - en village
    Description :
    , main de bénédiction), le Fils (baie 0 : agneau de Dieu, Alpha et Oméga, livre aux sept sceaux), et le Saint-Esprit (baie 2 : colombe, flammes, coquille Saint-Jacques). Surmontant ce triplet, un large
  • Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Historique :
    rattachée à l'église Sainte-Croix. Vers 1802, Gabriel-Jacques Laisné de Villévêque (1766-1851), membre du
    Référence documentaire :
    Jacques Augu et Alain Gueilhers, notaires associés 8 Place Albert-1er à Orléans. DEBAL, Jacques (dir.). Histoire d'Orléans et de son terroir, des origines à la fin du XVIe siècle GAILLARD, Louis (abbé), DEBAL, Jacques. Les lieux de culte à Orléans de l´antiquité au XXe siècle MOULIN, Jacques. Église Saint-Euverte, étude préalable à l'achèvement de la restauration du clocher
    Représentations :
    battant, portant la dédicace : SAINT EUVERTE, PRIEZ POUR NOUS (en haut de la robe) ; BOLLEE ET SES FILS : LOUIS BOLLEE ET SES FILS FONDEURS A ORLEANS (en haut de la robe) ; PENSIONNAT SAINT EUVERTE A ORLEANS
    Annexe :
    , Gabriel-Jacques Laisné de Villévêque (1766-1851), membre du conseil général du Loiret, reçoit l'accord 17 mars 1977, reçu par Jacques Augu et Alain Gueilhers, notaires à Orléans, à la ville d'Orléans par
    Illustration :
    "L'église Saint-Euverte et la tour à Pinguet vers 1824" (d'après une peinture de Jacques Salmon
  • Hôpital Porte-Madeleine
    Hôpital Porte-Madeleine Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    . Les aménagements successifs ont fait disparaître les rues Jolie, Corbillon et Saint-Jacques-le-Brûlé.
    Référence documentaire :
    Plan d'ensemble du premier étage des Hospices civils, dressé par l'architecte Constant Coursimault
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois Blois - en ville
    Référence documentaire :
    BUGIER, Jacques, FRAIN, Irène. Visages de Blois. Paris : éditions de Monza, 2001. LAURENT, Xavier. Grandeur et misère du patrimoine : d'André Malraux à Jacques Duhamel. Paris : La Maître Jacques Damon, rue Saint-Martin. 1943-1960.
    Description :
    déblayés suite aux bombardements en centre-ville de Blois de part et d'autre du pont Jacques-Gabriel et
    Annexe :
    avec son fils Marc Aubert avec lequel il construisit notamment le palais des congrès d'Antibes, détruit par Charles Nicod et Jacques Billard, il leur donna une réalisation très soignée et respectueuse de Henri Lafargue Fils de l'architecte blésois Arsène Lafargue, il étudia à l'école des beaux-arts
    Texte libre :
    celui de Charles Nicod témoignent de quelques constantes comme la création d'une place en tête de pont à lui effectua, avec l'aide de Jacques Billard, les études du rond-point de tête de pont ainsi que des la voie ferrée Blois-Romorantin et le pont Jacques-Gabriel qui ne fut pas touché. Les bombardements
    Illustration :
    Pont Jacques-Gabriel, vue aérienne, 1955 IVR24_19924100327N
  • Château d'Amboise
    Château d'Amboise Amboise - Montée de l'Emir Abd el Kader - en ville
    Historique :
    Eudes de Blois de lui livrer Amboise. En 990, Foulques Nerra, avec l'aide de Lisois de Basogers, fils du s'affrontèrent entraînant dans leur querelle Sulpice, fils de Lisois, qui portait à présent le titre de seigneur de venir s'y installer avec son fils François. Les constructions en cours sont alors complétées d'ameublement, les plans de Jacques Androuet du Cerceau et ceux levés en 1708 présentent la disposition des fils Gabriel achève les travaux dans les années 1920. À la suite à la Seconde Guerre mondiale, des
    Référence documentaire :
    Plan du château d'Amboise/Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (Bibliothèque nationale de France Vue cavalière du château d'Amboise du côté de la ville. Dessin de Jacques Androuet du Cerceau de Vue cavalière du château du côté de la Loire/par Jacques Androuet du Cerceau, en 1579 Archives Nationales ; KK 82. Compte de Jacques de Beaune, compte de l'argenterie et de l'hôtel de Archives Nationales ; KK 83. 2e Compte de Jacques de Beaune, compte des finances de la reine Anne Archives Nationales ; KK 84. 3e Compte de Jacques de Beaune, compte des finances de la reine Anne Archives Nationales ; KK 85. 1er Compte de Jacques de Beaune le Jeune, compte des finances de la ; Troisième vüe de l'intérieur de la cour du château/Jacques Rigaud, début du XVIIIe siècle, dessins Facies du costé de la rivière de Loire. Château d'Amboise, côté de la Loire/ Jacques Androuet du d'Amboise, côté de la Loire/ Jacques Androuet du Cerceau. Lithographie, 1579. (Bibliothèque municipale de
    Annexe :
    direction conjointe du fils du premier architecte Victor Ruprich-Robert, Gabriel, jusqu'en 1928. Puis à la
    Texte libre :
    la distribution de ces logis révèlent la constante exposition de la personne du roi dans sa vie de contenta d'aménagements secondaires, Jacques Androuet du Cerceau nous rapportant la réalisation de , Louis Amangeart, Jacques Sourdeau, Pierre Trinqueau, Bastien François et Pierre Gadier. Aussi, y a-t-il château en 1495-1496 : Jacques Sourdeau qui fut chargé du chantier de Blois (1516-1518) et Pierre
    Illustration :
    Vue des bâtiments disparus du château, d'aprés une « Vue » de Jacques Androuet du Cerceau : les Plan du château d'Amboise de Jacques Androuet du Cerceau, en 1579. (B.n.f., département des Dessin de Jacques Andouet du Cerceau de 1579 : « Vue du château du côté de la Loire Gravure d'une « Vue » cavalière du château du côté de la Loire, par Jacques Androuet du Cerceau, en
  • Lotissement réglementé des Champs-Élysées
    Lotissement réglementé des Champs-Élysées Orléans - rue Théophile-Chollet 2 à 25 rue Fernand-Rabier 2 à 19 rue Alsace-Lorraine rue Émile-Davoust rue Paul-Fourché place Halmagrand 1, 7, 9 rue Saint-Martin-du-Mail 27 ter à 31 boulevard Alexandre-Martin - en ville - Cadastre : 2008 BR 63 à 65, 67, 68, 72 à 83, 86 à 92 2008 BP 1 à 3, 5 à 23, 129 à 135, 148 à 174, 187, 192
    Référence documentaire :
    PELLETIER, Jacques. Les Champs-Élysées d'Orléans. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences
    Description :
    en logements étudiants), deux établissements d'assurance (les assurances E. Coppens Et Fils et la
    Texte libre :
    Constant Coursimault à partir de 1931 (n° 23 rue Théophile-Chollet), présente sur trois niveaux une façade
  • Présentation des fonds d'ateliers de peintres-verriers en région Centre-Val de Loire
    Présentation des fonds d'ateliers de peintres-verriers en région Centre-Val de Loire
    Référence documentaire :
    p 25-34. BRISAC, Catherine, GRUBER, Jean-Jacques. Le métier de maître-verrier. Métiers d'art, n° 2
    Texte libre :
    1990) Département du Loiret : - Atelier Jacques Degusseau (1910-1977) et son fils Gérard Degusseau : - Atelier Gabriel Loire (1904-1996), puis son fils Jacques Loire (né en 1932) puis ses petits-fils Hervé (né maîtres-verriers contemporains (Henri Guérin, Gabriel Loire, Jacques Le Chevallier, Louis Barillet, Max celui de Jacques Degusseau transféré à Paris en 1977 et celui de Louis-René Petit déplacé dans les Alpes Raynaud et réalisés par Jean Mauret et Jacques Juteau ont été une étape primordiale dans le grand : - Atelier Julien Fournier (1835-1896 ?) : créé en 1873 et repris par son fils Lux Fournier (1868-1962 -Léopold Lobin (1814-1864) puis son fils Lucien-Léopold Lobin (1837-1892) puis son beau-frère Joseph -Prosper Florence (jusqu’en 1904) associé à son fils Etienne Lobin (1868-1932) puis Heinrich et Bigot (deux -1882) puis son fils Charles Lorin (1866-1940) puis son petit-fils François Lorin (1900-1972) puis atelier Lorin Hermet Juteau à partir de 1973 dirigé par Gérard Hermet (né en 1937), Jacques Juteau (1927
  • L'opération d'Inventaire du patrimoine du château et de la ville d'Amboise aux 15e et 16e siècles
    L'opération d'Inventaire du patrimoine du château et de la ville d'Amboise aux 15e et 16e siècles Amboise
    Référence documentaire :
    Arminjon, Nicole Blondel et al. ; collab. Jean-François Belhoste, Henri Chamoux, Jacques Corbion et al
    Texte libre :
    représentations de Jacques Androuet du Cerceau. L'exactitude de ses « Vues » est variable mais, d'une manière direction des architectes Victor Ruprich-Robert (1820-1887) et de son fils Gabriel qui ont laissé de Clos-Lucé, au début du 16e siècle. Les « Vues » de Jacques Androuet du Cerceau datent des années 1579 restauration. Digne élève de Simon-Claude Constant-Dufeu, Victor Ruprich-Robert, succédant à Eugène Viollet-le -Duc, puis son fils, Gabriel, réinterprètent le monument qui était alors destiné à accueillir l'asile
  • Valençay : église Saint-Martin, verrières
    Valençay : église Saint-Martin, verrières Valençay - en village
    Illustration :
    Valençay, église St-Martin, baie 3 : saint Jacques. IVR24_20093601313NUCA Valençay, église St-Martin, baie 7 : le fils prodigue et saint Jean auprès de Marie
1 2 3 Suivant