Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 262 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol
    Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Signature sur la plinthe : DE BAY. Inscription : Malakoff (sur le fût du canon).
    Historique :
    Il s'agit de la maquette datée de 1856-1857 et exécutée par De Bay Père, du monument au général Jules de Saint-Pol (mort à Malakoff le 8 septembre 1855) inauguré le 18 octobre 1857 sur la place du de pose de la première pierre datée du 2 septembre 1857.
    Représentations :
    Le général est représenté brandissant son épée (disparue), montant à l'assaut de la tour Malakoff
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [sculpteur] De Bay Jean-Baptiste Joseph
    Précision localisation :
    Musée-château Saint-jean
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou : maquette de la statue du général Jules de Saint-Pol
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue d'ensemble de trois quarts gauche. IVR24_20122800074NUC4A Vue de face. IVR24_20122800070NUC4A Vue de profil droit. IVR24_20122800071NUC4A Vue de profil gauche. IVR24_20122800073NUC4A
  • Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite)
    Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite) Nogent-le-Rotrou - place Saint-Pol - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Jam Nobilis, Morte Nobillor / A Jules de Saint-Pol, Général de Brigade / Mort glorieusement à l’assaut de la Tour Malakoff / Le 8 septembre 1855 / La ville de Nogent-le-Rotrou.
    Historique :
    par De Bay Père, est inaugurée le 18 octobre 1857 (la première pierre avait été posée le 2 septembre Par un décret du 10 janvier 1856, Napoléon III autorise la ville de Nogent-le-Rotrou à élever une statue à la mémoire du comte Jules de Saint-Pol, général de brigade, mort à Malakoff le 8 septembre 1855 . Les frais sont couverts par une souscription et la participation de la famille. La statue, exécutée 1857, comme le souligne la plaque apposée lors de l'événement). En 1943, la statue est fondue par les , et les deux plaques sont apposées sur le mur de la mairie situé du côté place de Saint-Pol.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Placé au centre de la place du marché, le monument, entouré d'une grille basse, était constitué
    Auteur :
    [sculpteur] De Bay Jean-Baptiste Joseph
    Titre courant :
    Nogent-le-Rotrou : statue du général Jules de Saint-Pol (détruite)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de la place du Marché en 1857 (extrait du plan cadastral, section A, aux abords de la place du Vue des plaques regroupées sur le mur de la mairie ; la plaque inférieure apposée en 1857, la
  • Verrière représentant saint Jean-Baptiste
    Verrière représentant saint Jean-Baptiste Fontgombault - Fontgombault - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    donateur : "Don de Mr Paul Blanchemain - 1899".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière réalisée par Joseph-Prosper Florence après l'achèvement de la reconstruction de la nef , offerte par Paul Blanchemain (Prieuré de Longefont, commune d'Oulches).
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste
    Description :
    Vêtu d'une peau de chameau et portant l'Agneau de Dieu, saint Jean-Baptiste est figuré en pied sous
    Auteur :
    [] Florence Joseph-Prosper
    Titre courant :
    Verrière représentant saint Jean-Baptiste
    Appellations :
    Verrière du bas-côté sud de la nef
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Fontgombault, abbatiale Notre-Dame, baie 34 : saint Jean-Baptiste. IVR24_20093603967NUCA
  • Lureuil : église Saint-Jean-Baptiste, verrières
    Lureuil : église Saint-Jean-Baptiste, verrières Lureuil - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : " J.-P. Florence - Tours 1900". Armoiries de M. Charcellay de Bors (d'argent à deux poissons d'azur nageant dans une mer au naturel, au chef de gueules chargé de trois étoiles d'argent), et de son épouse (baies 3 et 4).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste : Édifiée par l'architecte Létang à partir de 1899, à l'emplacement de l'église paroissiale primitive, l'église Saint-Jean-Baptiste se compose d'un clocher-porche à été réalisé au moment de la construction de l'église par l'atelier de Joseph-Prosper Florence (Tours flèche de pierre, prolongé par une nef unique dont la troisième travée s'ouvre sur deux chapelles ). Parmi les donateurs figure la famille Charcellay de Bors, propriétaire du château de La Brosse (commune de Lureuil).
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste saint Alphonse de Liguori saint Joseph sainte Jeanne d'Arc
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    et sous un décor d'architecture. Sont ainsi représentés : saint Jean-Baptiste (baie 0), saint Joseph (baie 7), sainte Solange (baie 8), sainte Jeanne d'Arc (baie 10), et dans les chapelles latérales Cet ensemble compose une série de 10 verrières à personnages, figurés en pied sur un fond damassé Alphonse de Liguori (baie1), saint Blaise (baie2), saint Louis (baie 3), saint Augustin (baie 4), saint : le Sacré coeur de Jésus (baie 5) et Notre-Dame des Victoires (baie 6).
    Auteur :
    [] Florence Joseph-Prosper
    Titre courant :
    Lureuil : église Saint-Jean-Baptiste, verrières
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 7 : saint Joseph. IVR24_20093603785NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 0 : saint Jean-Baptiste. IVR24_20093603778NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 1 : saint Alphonse. IVR24_20093603779NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 2 : saint Blaise. IVR24_20093603780NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 3 : saint Louis. IVR24_20093603781NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 4 : saint Augustin. IVR24_20093603782NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 5 : le Sacré-coeur. IVR24_20093603783NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 6 : Notre-Dame des Victoires. IVR24_20093603784NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 8 : sainte Solange. IVR24_20093603786NUCA Lureuil, église Saint-Jean-Baptiste, baie 10 : Jeanne d'Arc. IVR24_20093603787NUCA
  • 3 verrières figurant saint Martin, saint Joseph et saint Jean-Baptiste
    3 verrières figurant saint Martin, saint Joseph et saint Jean-Baptiste Ambrault - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    . Les vitraux : Issu de l'atelier Jurie, de Bourges, cet ensemble cohérent ne comporte pas de date. Il est donc impossible de l'attribuer à Charles Jurie ou à son fils Léon.
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste saint Joseph
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ces trois verrières présentent des figures de saints dans des quadrilobes disposés sur un fond de autres scènes figurant la Charité de saint Martin (fig. 2) et la mort du saint (fig. 3).
    Titre courant :
    3 verrières figurant saint Martin, saint Joseph et saint Jean-Baptiste
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Ambrault, église Saint-Martin, baie 2 : saint Jean-Baptiste. IVR24_20093602487NUCA Ambrault, église Saint-Martin, baie 0 (détail) : la Charité de saint Martin. IVR24_20093602484NUCA Ambrault, église Saint-Martin, baie 0 (détail) : la mort de saint Martin. IVR24_20093602485NUCA Ambrault, église Saint-Martin, baie 1 : saint Joseph. IVR24_20093602486NUCA
  • Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Saint-Jean-Pierre-Fixte - le Bourg - en village - Cadastre : 1811 B 200 2018 B 78
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Les parties les plus anciennes de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, la nef et le choeur principaux épisodes de la vie de saint Jean-Baptiste. En 1904, la municipalité, trouvant le logement du curé est réunie à celle de Trizay jusqu'en 1843, date de son autonomie. Son desservant, l'abbé Joseph restauration de l'édifice. En 1868, l'exposé du devis estimatif de restauration dressé par Joseph Alcide paroisse dépend de l'abbaye bénédictine de Saint-Denis de Nogent. D'après les travaux historiques effectués effondrée l'année suivante faute de fondations adaptées au sol spongieux. Après la Révolution, la paroisse conseil municipal dans les étages de la tour-clocher (le presbytère avait été vendu comme bien national en Taillandier, agent voyer cantonal de Nogent-le-Rotrou, fait état d'un sol très humide à assainir, d'un pavage vétuste et d'une couverture (nef et choeur) à reprendre. Il précise aussi que l'église est dépourvue de sacristie, un simple petit couloir derrière l'autel est aménagé à cet effet. Ses travaux de restauration
    Observation :
    Insolite, cette petite église de campagne a abrité dans les étages de son clocher le logement du tours-clochers de france qui ait connu un tel destin.
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir, 1 O 464. Plan et dessin de l'église Saint-Jean-Baptiste p. 14-15 Édifices religieux des cantons de Nogent-le-Rotrou et Authon-du-Perche. Bulletin de la p. 21-23 PELLETIER, Pierre. Saint-Jean-Pierre-Fixte – Carrefour d’histoire. Alençon : monographie
    Description :
    deux autels latéraux, l'un dédié à la Vierge, l'autre à saint Jean-Baptiste. La nef et le choeur sont L'église paroissiale se situe quasiment dans le fond de vallée de la Rhône, juste à côté d'une fontaine de dévotion. Elle comprend une nef, prolongée d'un choeur et d'une sacristie, et précédée d'une tour-clocher. Cette dernière, de plan carré, s'élève sur quatre niveaux : rez-de-chaussée couvert d'une niche. De petites ouvertures de type lancettes éclairent les salles des étages. Le mur séparant la nef du choeur est percé d'une grande ouverture en plein cintre. Cette dernière est encadrée côté nef de (dans la nef), ou enduite et peinte (dans le choeur). Les murs sont en moellons de calcaire et de silex , partiellement couverts d'un enduit à pierre vue. Les encadrements de baies, les corniches (en quart-de-rond pour le choeur et la sacristie, en doucine pour la tour-clocher) sont en pierre de taille calcaire. Les
    Auteur :
    [commanditaire] Vidal Joseph Adolphe [agent voyer] Taillandier Joseph-Alcide
    Localisation :
    Saint-Jean-Pierre-Fixte - le Bourg - en village - Cadastre : 1811 B 200 2018 B 78
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Vocables :
    saint Jean-Baptiste
    Illustration :
    Statue de saint Jean-Baptiste surmontant le portail de la tour-clocher. IVR24_20192800305NUCA Extrait du plan cadastral de 1811, section B. (Archives départementales d'Eure-et-Loir, 3 P 5294 Projet de construction d'une sacristie, plan dressé par l'agent voyer cantonal en 1868. (Archives Plan d'ensemble (avec l'ancien presbytère et la fontaine Saint-Jean) dressé par le Géomètre René Vue de situation depuis l'ouest. IVR24_20192800309NUCA Vue de détail des murs nord. IVR24_20182800237NUCA Vue de détail du mur sud. IVR24_20182800238NUCA Élévation sud, vue de détail d'une baie romane obstruée. IVR24_20182800240NUCA Vue de détail du portail ouest. IVR24_20182800239NUCA Vue axiale de la nef. IVR24_20192800302NUCA
  • Verrière représentant la vie de saint Jean-Baptiste
    Verrière représentant la vie de saint Jean-Baptiste Saint-Benoît-du-Sault - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : "J.-P. Florence, Sccr de L. Lobin - Tours 1893".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière réalisée par l'atelier Florence à Tours, suite aux restaurations des baies de l'abside
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    quadrilobes, qui comportent des scènes illustrant la vie de saint Jean-Baptiste : - le Baptême du Christ (fig . 2) ; - la Décollation de saint Jean-Baptiste (fig. 3). Cette verrière de style archéologique présente un riche décor de rinceaux multicolores portant deux
    Auteur :
    [] Florence Joseph-Prosper
    Titre courant :
    Verrière représentant la vie de saint Jean-Baptiste
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Saint-Benoît-du-Sault, église Saint-Benoît, baie 1 : vie de saint Jean-Baptiste Saint-Benoît-du-Sault, église Saint-Benoît, baie 1 : vie de saint Jean-Baptiste (détail Saint-Benoît-du-Sault, église Saint-Benoît, baie 1 : vie de saint Jean-Baptiste (détail
  • Chazelet : église Saint-Jean-Baptiste, verrières
    Chazelet : église Saint-Jean-Baptiste, verrières Chazelet - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste : Elevée au 13e siècle, cette église se compose d'une nef chapelle sur son flanc nord. Les vitraux : Sur les 9 baies de cet édifice, 4 comportent des vitres
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Chazelet : église Saint-Jean-Baptiste, verrières
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Chazelet, église Saint-Jean-Baptiste, baie 1 : saint Joseph. IVR24_20093603452NUCA Chazelet, église Saint-Jean-Baptiste, vue intérieure. IVR24_20093603450NUCA Chazelet, église Saint-Jean-Baptiste, baie 0 : le baptême du Christ. IVR24_20093603451NUCA Chazelet, église Saint-Jean-Baptiste, baie 2 : saint Antoine l'ermite. IVR24_20093603453NUCA Chazelet, église Saint-Jean-Baptiste, baie 4 : saint Adrien. IVR24_20093603455NUCA
  • Verrière : sainte Elisabeth, saint Jean-Baptiste (baie 4)
    Verrière : sainte Elisabeth, saint Jean-Baptiste (baie 4) Auzouer-en-Touraine
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    "S(anc)ta Elisabeth". "S(anc)tus Jean-Baptiste". "Agnus Dei".
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    de Chaveignes, et celle de saint Jean-Baptiste de celle de Draché, toutes deux œuvres de Lobin D'après les saints et les blasons présents sur cette verrière, les donateurs seraient Jean Vincent Gustave de Baillivy (1796-1873), propriétaire du château de Pierrefitte et maire d'Auzouer de 1857 à 1867 , et Élisabeth Joséphine de Préaulx (1804-1855), son épouse. Le vitrail aurait donc été réalisé dans le troisième quart du 19e siècle. La représentation de sainte Élisabeth est à rapprocher de celle de l'église
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste , blasons, tenus par deux anges, surmontés d'une couronne de marquis (ce qui est surprenant car Jean de sainte Elisabeth de Hongrie Baillivy était comte) : "de gueules au chevron accompagné en chef de deux étoiles et en pointe d'un triangle le tout d'or" (famille de Baillivy) et "de gueules au lion d'argent, armé, lampassé et couronné d'or, au chef d'argent chargé d'une vivre de sable" (famille de Préaulx).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Lancette composée de trois panneaux superposés, maintenus par deux barlotières, dont le panneau
    Emplacement dans l'édifice :
    chapelle saint Joseph
    Titre courant :
    Verrière : sainte Elisabeth, saint Jean-Baptiste (baie 4)
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Chenonceaux - Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, 44 J 4. Inventaire mobilier de l’église de Chenonceaux . Conservé avec une partie des archives paroissiales de Chisseaux. 1868-1906. Archives départementales d'Indre-et-Loire, 2 V 86. Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Chenonceaux dressé en exécution de la loi du 9 décembre 1905. CHEVALIER, Casimir (abbé). Restauration de Chenonceau, 1864-1878. Lyon : Louis Perrin et Martinet MOUSSE (chanoine). Le culte de Notre Dame en Touraine. Tours : Alfred Mame et fils, 1915.
    Auteur :
    [fabricant de statues] Casciani Raphaël
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Annexe :
    moitié 20e siècle. Nef, côté sud. 5) - Statue : Saint Jean-Baptiste. Plâtre ; limite 19e-20e siècle. Nef , côté nord. 6) - Verrière : Baie 4. Saint-Jean-Baptiste. L. Lobin, Tours, 1868. H = 190 ; la = 85 cm ) ; pied cylindrique ; h = 29 ; la = 11 d = 6,5 cm. Sacristie. 15) - Meuble de sacristie avec un Christ en croix en bois rapporté sur la porte centrale, surmonté du titulus et d’une tête de mort en fer blanc . Sacristie. 21) - Ensemble de 11 chandeliers. Laiton. 19e siècle. Sacristie. 22) - Crèche. Plâtre polychrome de maître mal insculpé mais certainement Pierre-Henry Favier. (deux burettes et VIER dans un losange horizontal). Milieu 19e siècle. 32) - Crèche : 6 personnages (la Vierge, saint Joseph, les Rois mages, une . Plâtre moulé. Estampillée au revers Raphaël Casciani ; fabricant de statues, rue de Rennes à Paris . Sacristie. 34) - Un grand meuble de sacristie. Bois. 19e siècle.
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Texte libre :
    Plusieurs sources permettent de connaître au moins partiellement l'histoire de l'ameublement de Catherine de Médicis ; une cloche bénite en 1642 par César de Vendôme et baptisée Elisabeth, du nom de sa sacristie. Il est fait mention de la disparition d'un tableau représentant l'Annonciation. A partir de 1793 la paroisse est supprimée et l’église devient une succursale de celle de Civray-sur-Cher jusqu’en 1841. Deux inventaires ont été retrouvés : l’un date de 1868, l’autre de 1906. On constate depuis cette date qu’une proportion importante du mobilier a disparu. C’est le cas notamment de la chaire à prêcher et du confessionnal, de statues en plâtre de la Vierge, de saint Vincent, de saint René et de sainte Apolline ainsi que de 15 tableaux signalés en mauvais état en 1906, d'une bannière de procession, d'un banc d’œuvre et de nombreux linges liturgiques. Parmi ces 15 tableaux, 4 sont actuellement déposés à la mairie . Une affiche placée dans l'église signale le vol en septembre 1970 des 14 stations d'un chemin de croix
    Illustration :
    Verrière figurant saint Jean-Baptiste (baie n°6). IVR24_20133700038NUCA Le mobilier de l'abside. IVR24_20183700048NUCA Verrière (baie n°2) : Saint-Jean-Bapiste (baie n°4). Atelier Lobin à Tours. IVR24_20183700046NUCA
  • Verrière représentant la sainte Famille avec saint Jean-Baptiste enfant
    Verrière représentant la sainte Famille avec saint Jean-Baptiste enfant Paulnay - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    concernant le donateur : "Don de / Madame Veuve Docteur Alfred / Lainé née Salmont". Inscription concernant
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste saint Joseph
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Joseph et saint Jean-Baptiste enfant. Cette verrière, de style néo Rénaissance, représente la Vierge à l'Enfant trônant, avec saint
    Titre courant :
    Verrière représentant la sainte Famille avec saint Jean-Baptiste enfant
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
  • Verrière représentant saint Joseph
    Verrière représentant saint Joseph Chazelet - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière réalisée par Charles Lévêque, probablement en même temps que celle de la baie 0.
    Représentations :
    saint Joseph
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrière représentant saint Joseph en pied, lisant et tenant le lys de la virginité.
    Titre courant :
    Verrière représentant saint Joseph
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Chazelet, église Saint-Jean-Baptiste, baie 1 : saint Joseph. IVR24_20093603452NUCA
  • Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (4-6 rue du Château)
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (4-6 rue du Château) Chenonceaux - Bourg - 4-6 rue du Château - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    L’église de Chenonceaux a connu deux principales phases de construction : l’une au 12e siècle dont ligne continue de billettes ; l’autre au cours du premier quart du 16e siècle, caractérisée par le portail ouest surmonté de trois niches à coquilles. La nef, bénite de 25 septembre 1515 par Denis Briçonnet, archevêque de Saint-Malo, passe pour avoir été entièrement reconstruite à la demande de Thomas Bohier et de Catherine Briçonnet son épouse. Cependant, un examen attentif des murs de la nef, notamment du côté nord, révèle là où l’enduit est tombé un petit appareil de moellons avec rang de tuile intercalées qui laisse penser que les parties basses des murs de la nef sont antérieures au 15e siècle. Les travaux réalisés par les Bohier auraient consisté non pas en une reconstruction complète de la nef mais plutôt en une réfection. Le portail ouest date du 16e siècle. La fausse voûte lambrissée de la nef , installée en 1960, laisse apparaître depuis le sol les entraits et poinçons de section polygonale de la
    Référence documentaire :
    CARRE DE BUSSEROLLES, J.-X. Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1878. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique. Guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph Plan de l'église de Chenonceaux, coupe transversale et façade du côté de l'entrée avec l'indication de l'exhaussement du clocher/par Gustave Guérin, 2 juillet 1863. (Archives départementales d'Indre-et Archives départementales d'Indre-et-Loire, 5 V 78-83. Travaux de construction et de réparation des bâtiments, demande de secours, financement par les fabriques : Chenonceaux. 1876. Archives départementales d'Indre-et-Loire, G 744. Copie de la dédicace de l’église de Chenonceau
    Représentations :
    Le portail ouest en pierre de taille est formé de deux pilastres à chapiteaux feuillagés très érodés encadrant un arc en anse de panier orné d'une agrafe au centre et surmonté de trois niches à
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L'église de plan allongé comprend une nef à vaisseau unique de deux travées, construite en moellons de taille, laquelle est éclairée par trois baies en plein cintre. La façade ouest, élevée en moellons extrémités. L’église ne possède pas de clocher à proprement parler, mais seulement un beffroi en charpente
    Titre courant :
    Bourg : église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (4-6 rue du Château)
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Vocables :
    Saint-Jean-Baptiste
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Vue de la nef en direction du choeur. IVR24_20133700026NUCA
  • 4 verrières figurant Saint Michel ; saint Jean-Baptiste ; saint André ; saint Jacques
    4 verrières figurant Saint Michel ; saint Jean-Baptiste ; saint André ; saint Jacques Velles - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Étienne : Entièrement reconstruite dans les années 1860, l’église de Velles offre un plan assez simple, composé d’une nef à quatre travées, flanquée de deux chapelles style néo-gothique flamboyant, est voûté d’ogives. Les vitraux : Cet ensemble a été créé pour la nef de l'église en 1903 par l'atelier de J.-P. Florence, successeur de Lobin à Tours.
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ces verrières, formant un ensemble cohérent, représentent saint Michel, saint Jean-Baptiste, saint des panneaux de grisaille ornementale disposés à la base et au sommet.
    Auteur :
    [] Florence Joseph-Prosper
    Titre courant :
    4 verrières figurant Saint Michel ; saint Jean-Baptiste ; saint André ; saint Jacques
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Velles, église Saint-Etienne, baie 6 : saint Jean-Baptiste. IVR24_20093601805NUCA
  • Écueillé (Indre) : chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph, verrière de Jean Mauret
    Écueillé (Indre) : chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph, verrière de Jean Mauret Écueillé - 37 avenue de la Gare - en village
    Historique :
    La maison de retraite Saint-Joseph d'Ecueillé a été fondée en 1860 par une bienfaitrice, Céline , l'établissement est agrandi et amélioré, en particulier durant les années 1960, 1990 et 2000. En 1972, Jean Mauret est sollicité pour réaliser un vitrail dans l'unique baie de la chapelle (côté chœur). Ce vitrail est
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Fonds d'ateliers de peintres-verriers en Région Centre-Val de Loire
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription : Jean Mauret 1972.
    Stade de création :
    pièce originale de vitrail
    Auteur :
    [peintre-verrier] Mauret Jean
    Description :
    La chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph d'Ecueillé, non orientée et située au premier étage du bâtiment de 1860, est construite dans un style néo-gothique. Elle présente des dimensions réduites : environ 4 x 6 mètres. La composition du vitrail réalisé par Jean Mauret est abstraite (courbes /violets. Des touches de blanc éclairent l'ensemble. Il n'y a pas de grisaille.
    Localisation :
    Écueillé - 37 avenue de la Gare - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Atelier de Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières
    Titre courant :
    Écueillé (Indre) : chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph, verrière de Jean Mauret
    Structures :
    jour de réseau
    Illustration :
    Emplacement de la baie de la chapelle de la maison de retraite Saint-Joseph à Ecueillé. En rouge , l'emplacement du vitrail réalisé par Jean Mauret. IVR24_20163600943NUDA conservée à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20133601006NUC2A Vue d'ensemble extérieure (face sud) de la chapelle intégrée dans les bâtiments de la maison de Vue d'ensemble de la baie unique de la chapelle (face sud). IVR24_20163601630NUCA Vue d'ensemble de la baie unique de la chapelle (face sud). IVR24_20163601629NUCA
  • Croix de procession 1 (cathédrale Saint-Louis)
    Croix de procession 1 (cathédrale Saint-Louis) Blois - place Saint Louis - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître Poinçon de maître : J.L. une balance.
    Dénominations :
    croix de procession
    Représentations :
    crucifixion, Vierge à l'enfant, croissant de lune, I.N.R.I., ornementation Vierge à l' enfant : au revers, au niveau de la crucifixion.
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Auteur :
    [orfèvre] Loque Jean Ange Joseph
    Titre courant :
    Croix de procession 1 (cathédrale Saint-Louis)
    Origine :
    Ile-de-France, 75, Paris
  • Clôture de choeur ou Tour du choeur
    Clôture de choeur ou Tour du choeur Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville
    Historique :
    , Jean Dedieu, Pierre 1er Legros, Jean-Baptiste II Tuby et Simon Mazière sont installés progressivement La décision de construire une clôture de choeur monumentale en pierre est prise dans la première décennie du 16e siècle. La maîtrise d'oeuvre est confiée au maçon Jehan de Beauce qui a dirigé la est élevée d'ouest en est à partir de la croisée et encercle les deux côtés du choeur qui est entièrement clos en 1529. L'ornementation du soubassement et de la claire-voie, de style gothique d'abord puis Renaissance, sculptée parallèlement, est terminée en 1529. La galerie supérieure, constituée de niches individuelles, est réservée aux scènes de la vie de la Vierge et de la vie du Christ ; les huit premières sont hissées à la fin de 1516 ou au début de 1517, leur succèdent quelques années plus tard les groupes de Jehan Soulas, puis en 1542-1544 ceux de François Marchand. Les groupes ultérieurs par Thomas Boudin d'architecture sont exécutés et montés au fur et à mesure de la mise en place des scènes situées à l'étage
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres
    Référence documentaire :
    JOUANNEAUX, Françoise. Décor et mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres. Orléans : AREP JOUANNEAUX, Françoise. Le Tour du choeur de la cathédrale de Chartres. Orléans : AREP-Centre /Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, 2000. (Images du Patrimoine 204). Bibliographie : merci de consulter l'Annexe.
    Dénominations :
    clôture de choeur
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Annexe :
    Pierre Ier Legros, Chartrain de naissance. La scène de l'Entrée du Christ à Jérusalem par Jean-Baptiste Mariage avec Joseph et de l'Annonciation de la naissance du Christ, commandés le 3 mars 1520 de nouveau à entre 1521 et 1535. Avec la Visitation et le Songe de Joseph s'achève la période d'attente de la de la Renaissance, 1995. BABELON, Jean. La Civilisation française de la Renaissance. Paris -Lô : Conseil général de la Manche, collection Patrimoine, 2004, 2 volumes. BEUVIER, Jean. Forme , Université François-Rabelais, Centre d'Études Supérieures de la Renaissance, 2016. BEUVIER, Jean. Forme , avril 2015. CASTEX, Jean, GUILHOT, Jean Olivier. Renaissance, baroque et classicisme : histoire de . Paris : Flammarion, 2004. DELUMEAU, Jean. La Civilisation de la Renaissance. Paris : Arthaud, 1967. DE choeur (les sculpteurs Nicolas Guybert, Thomas Boudin, Jean de Dieu, Pierre Legros, Tuby le Jeune et . Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine. Paris : PUF, 1961. GUILLAUME, Jean (direction). Demeures
    Texte libre :
    Jérusalem par Jean-Baptiste II Tuby et les groupes de la Passion du Christ par Simon Mazière, quelques chapelle Saint-Guillaume est terminée pour la fête de Pentecôte de 1515 et la suivante, dédiée à Saint-Jean Boudin. En 1678-1679, Jean Dedieu, puis en 1681-1683 Pierre Ier Legros réalisent les groupes de la Femme Commencé sous le règne de Louis XII, il est indiscutable que le Tour du chœur, appellation communément donnée à Chartres à la clôture de chœur, a été réalisé selon un plan et un programme iconographique fixés dans les premières années de sa conception. Les modifications ultérieures ont du style Renaissance, le déplacement pour des motifs liturgiques des portes d'accès au chœur de la troisième à la quatrième travée, et le remplacement en raison de contraintes matérielles de quelques groupes , après la mort de Louis XIV. Ce fait est exceptionnel, compte tenu de l'ampleur de la réalisation et de la longueur des travaux. Depuis le milieu du 13e siècle, le chœur est séparé de la nef par un jubé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    29 dates sont portées sur la claire-voie et le soubassement, de la quatrième à la treizième travée sur le bord de la niche des scènes de La Cananéenne et des Pèlerins d'Emmaüs) - Inscriptions
    Représentations :
    songe de Joseph vie de la Vierge scène biblique cycle narratif Mariage de la Vierge Vierge de douleur L'ornementation de la claire-voie et du soubassement est un témoignage idéal du riche décor fleuri de la première Renaissance. Les ornements décoratifs sont sculptés en relief plus ou moins accusé : fenestrages dans les premières travées nord et sud, puis motifs de candélabres, symboles religieux, génies , chutes d'objets de toute nature, trophées, vases de toutes formes, cornes d'abondance, animaux fabuleux , l'ornementation de la claire-voie est proche du décor de l'escalier, terminé en 1520, de l'aile Longueville du château de Châteaudun. Les quarante grands groupes illustrent des scènes de la vie de la Vierge et de la
    Auteur :
    [sculpteur] Tuby Jean-Baptiste II [architecte] Texier Jehan de [sculpteur] Dedieu (sculpteur) Jean
    Description :
    , François marchand, Pierre Legros, Jean-Baptiste Tuby et Simon Mazière), en pierre de Saint-Aignan (Loiret Le Tour du chœur constitue une véritable muraille de pierre sculptée. Il se dresse à plus de six mètres de hauteur en s'adossant aux piles et aux colonnes, et se développe sur une centaine de mètres , enserrant la partie droite et l'abside du chœur. Ainsi isolé du reste de l'édifice, il n'est accessible que subdivisent l'espace en sections. Celles-ci sont au nombre de quatre par travée droite et seulement deux dans statues d’ecclésiastiques surmontées de dais, et par les petits contreforts où se superposent plusieurs étages de statuettes. Sur le plan horizontal, quatre niveaux se succèdent. Le soubassement, à la partie inférieure, forme le mur de soutènement ; il est souligné par une corniche à hauteur d'appui et orné de faux fenestrages ou de médaillons séparés par des pilastres. Au second niveau, s'élève l'ancienne claire-voie, au sont aveugles, bouchés par des panneaux de plâtre. L'aspect primitif des ouvertures est partiellement
    États conservations :
    De nombreuses statuettes ont disparu, nombreux manques et fissures dans les grandes scènes et les dais d'architecture. Dans le cadre des grands travaux de restauration engagés dans la cathédrale depuis 1974, qui redonnent peu à peu son éclat originel à l’édifice, la restauration du Tour de choeur est apparue indispensable compte tenu de son état général d’altération. La première intervention a consisté en un dépoussiérage de l’ensemble réalisé en 1995, suivi de la restauration de la polychromie du cadran de l'horloge en 2006, de la reconstitution du mécanisme de l'horloge (inauguration en mai 2010) et de la restauration de la travée entière de l'horloge en 2008-2009. Ces premières interventions ont , brisures, éclats, innombrables graffitis) et par endroits, désagrégation de la pierre ; ce qui a permis de définir les interventions à prévoir : dépoussiérage, nettoyage, reprise de ragréages, fixation de certaines statues à l'aide de gougeons en fibre de verre, recollage d'éléments fragilisés ou détachés
    Dimension :
    Dimensions non prises. La clôture se développe environ sur 100 mètres de longueur et six mètres de
    Titre courant :
    Clôture de choeur ou Tour du choeur
    Illustration :
    Vue de situation dans le déambulatoire, côté sud (carte postale ancienne, éditions Nicourt Vue partielle de la partie tournante (côté nord). IVR24_20142800156NUC4A Aspect d'origine de la claire-voie (ancienne chapelle Saint-Martin, deuxième travée sud Juxtaposition d'éléments de décor gothiques et Renaissance sur l'ancienne porte d'accès à la chapelle Saint-Jean l'Evangéliste et sur les pilastres adjacents (quatorzième travée nord L'horloge astrolabique. A gauche, le décor masque l'ancien escalier d'accès au mécanisme de Cadran de l'horloge présenté par deux anges (troisième travée sud). IVR24_20142800149NUC4A Ancienne fenêtre grillée qui éclairait la cage d'escalier d'accès au mécanisme de l'horloge Nativité de la Vierge (Jehan Soulas, 1519). IVR24_19992800109X La Femme adultère (Jean Dedieu, 1678-1679). IVR24_19992800195X
  • 4 verrières figurant saint Joseph et saint Jean
    4 verrières figurant saint Joseph et saint Jean Issoudun - 2 rue Etienne d'Orves - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Missionnaires du Sacré-Coeur. Cette église de pèlerinage de style néo-gothique était primitivement terminée à l'est par un choeur pentagonal, flanqué de deux chapelles. Mais le succès immédiat du culte de Notre Dettviller, ont remplacé des vitraux du 19e siècle issus de l'atelier de Lucien-Léopold Lobin.
    Représentations :
    saint Joseph saint Jean
    Description :
    saint Jean l'évangéliste au pied de la croix (baies 7 et 9, chapelle latérale sud), saint Joseph en pied et saint Joseph auprès du berceau de l'enfant Jésus (baies 8 et 10, chapelle latérale nord). Les Ces quatre verrières, conçues sur le même modèle, présentent saint Jean l'évangéliste en pied et
    Titre courant :
    4 verrières figurant saint Joseph et saint Jean
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Issoudun, basilique Notre-Dame du Sacré-Cœur, baie 9 : saint Jean au pied de la croix Issoudun, basilique Notre-Dame du Sacré-Cœur, baie 7 : saint Jean l'évangéliste Issoudun, basilique Notre-Dame du Sacré-Cœur, baie 8 : saint Joseph. IVR24_20093602738NUCA Issoudun, basilique Notre-Dame du Sacré-Cœur, baie 10 : saint Joseph à l'enfant Jésus
  • Hôtel de ville (détruit, quai Maréchal de Lattre de Tassigny)
    Hôtel de ville (détruit, quai Maréchal de Lattre de Tassigny) Blois - ancienne rue Foulerie quai Maréchal de Lattre de Tassigny - en ville - Cadastre : 1810 A 1438, 1422
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    En 1457, Jean de Saveuses, gouverneur et bailli de Blois, premier chambellan de Charles d'Orléans , fait don à la communauté des habitants de Blois d'une maison située rue Foulerie, appelée l'Image Notre de Louis XII et d'Anne de Bretagne. Vers 1530, le mur de clôture côté rue Foulerie reçoit une fontaine publique, dite fontaine des élus. Durant la 1ère moitié du 16e siècle, lors de la construction du port neuf et les modifications du mur de la ville, la construction s'appuie sur celui-ci et sur une tour, dite tour de la maison de ville (voir dossier fortifications). Divers devis de réparations du colonnes, et d' une galerie sans doute appuyée contre le mur de ville. Le 25 février 1777, l'assemblée du corps de ville décide la reconstruction d'un nouvel édifice. Cette décision est liée d'une part à la de Charles Gendrier, architecte de la ville, est de dimensions modestes et s' ouvre face à la Loire . De l'ancien mur de ville détruit, il ne subsiste que la tour arasée, située à l'angle sud-est du
    Référence documentaire :
    biographiques, par Joseph de CROY. Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher. 1903, t. XVII. Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 19, liasse 1079. Devis des besognes de charpente, le 15 décembre 1670. Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 19, liasse 850. Devis des ouvrages de couverture, le 5 septembre 1612. Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 19, liasse 807. Devis des besognes de maçonnerie, le 22 novembre 1600. Archives départementales de Loir-et-Cher. Minutes notariales : Etude 19, liasse 756. Devis de Archives départementales de Loir-et-Cher : Série O. 18 06 VII 15. Devis des ouvrages à faire à l'hôtel de ville ; A. Pinault le 1 er mai 1818.
    Dénominations :
    hôtel de ville
    Représentations :
    Armes de france et de bretagne emblèmes de la ville de blois.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Murs :
    pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Localisation :
    Blois - ancienne rue Foulerie quai Maréchal de Lattre de Tassigny - en ville - Cadastre : 1810
    Titre courant :
    Hôtel de ville (détruit, quai Maréchal de Lattre de Tassigny)
    Destinations :
    maison de ville
    Illustration :
    Vue de la maison de ville et de la tour dans la seconde moitié du XVIè siècle. Détail : Le vray portraict de la ville de Bloys, in G. Braun et F. Hoogenberg : De praecipius totius universi urbibus, livre Plan du cabinet du Maire, aménagé dans la tour dite de la Maison de Ville (voir Fortifications Fronton de la grille du portail du côté de la rue Foulerie. IVR24_19974100084XB Bâtiment ouest (ancienne maison de l'image Notre-Dame), encadrement d'ouverture. Fragment lapidaire déposé au cimetière Saint Saturnin de Blois-Vienne, n° 102. IVR24_19874100177X Fontaine des Elus, située jusqu'en 1940 sur le pignon nord du bâtiment ouest (ancienne maison de l'image Notre-Dame). Fragment lapidaire déposé au cimetière Saint Saturnin de Blois-Vienne, n° 166 Bâtiment ouest (ancienne maison de l'image Notre-Dame), décor de la façade. Fragment lapidaire déposé au cimetière Saint Saturnin de Blois-Vienne, n° 102. IVR24_19874100178X
  • Lambris de couvrement
    Lambris de couvrement Reugny
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Historique :
    (décédée avant 1607) dont il eut notamment Jean le Blanc, qui épouse Françoise de Beauvau le 10 août 1609 Lambris recouvert de peintures. Les blasons ont été identifiés comme appartenant aux familles la Baume le Blanc, Adam de la Gasserie et Beauvau. Le blason central est celui de la famille la Baume le Baume le Blanc et Adam de la Gasserie. Laurent le Blanc se marie en 1577 à Marie Adam de la Gasserie . Les peintures furent probablement réalisées à l'occasion de ce mariage ou autour de cette date. En les fonds pouvant permettre leur restauration aux peintures de l'église du Grand-Pressigny.
    Référence documentaire :
    LE BRUN, Eugène. Les ancêtres de Louise de la Vallière, généalogie de la maison de la Baume le Blanc. Paris : Honoré Champion, libraire-éditeur, 1903. LE BRUN, Eugène. Les ancêtres de Louise de la Vallière, généalogie de la maison de la Baume le Blanc. Paris : Honoré Champion, libraire-éditeur, 1903. RANJARD, Robert. La Touraine archéologique, guide du touriste en Indre-et-Loire. Mayenne : Joseph
    Dénominations :
    lambris de couvrement
    Représentations :
    Le décor est constitué par la répétition de quatre motifs décoratifs inscrits dans des carrés d'une croix et croissant de lune. Blason nord : parti, au premier, coupé de gueules et or au léopard rampant coupé d'argent et au second, de sable et d'argent à quatre lions de gueules armés lampassés et couronnés d'or. Blason central : coupé de gueules et or au léopard rampant coupé d'argent et de sable , surmonté d'un heaume et encadré de deux lévriers rampants. Blason sud : écartelé, en 1 et 4, coupé de gueules et or au léopard rampant coupé d'argent et de sable et en 2 et 3, de sable au 4 coquilles d'argent
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Lambris de couvrement peint en trompe l'oeil imitant des caissons.
    Titre courant :
    Lambris de couvrement
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
    Illustration :
    croix et sacré coeur, MA surmonté d'une croix et croissant de lune. IVR24_20123701724NUCA Blason : coupé de gueules et or au léopard rampant coupé d'argent et de sable, surmonté d'un heaume et encadré de deux lévriers rampants. IVR24_20123701721NUCA Blason : parti, au premier, coupé de gueules et or au léopard rampant coupé d'argent et au second , de sable et d'argent à quatre lions de gueules armés lampassés et couronnés d'or Blason : écartelé, en 1 et 4, coupé de gueules et or au léopard rampant coupé d'argent et de sable et en 2 et 3, de sable au 4 coquilles d'argent en triangle d'or. IVR24_20123701723NUCA
1 2 3 4 14 Suivant