Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 21 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Petit Essard : ferme, actuellement maison
    Petit Essard : ferme, actuellement maison Frazé - Le Petit Essard - isolé - Cadastre : 1813 I1 5, 6 2016 ZV 19
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    fin du 19e siècle, la ferme entre dans le giron du domaine de Frazé, reconstitué par Joseph Dulong de Rosnay. Ce dernier procède à une restauration et un agrandissement de la ferme au début du 20e siècle La ferme du Petit Essard - qui apparaît sous le toponyme Les Essards Lignerolles sur le cadastre de de bois ainsi que les empoutrements des planchers et la charpente du logis (salle, chambre) ont fait l'objet d'une expertise dendrochronologique. Le cambium présent sur un échantillon a permis de dater anciennes de la ferme (grange et pressoir) ont très certainement été édifiés en 1514 ou en 1515. Des travaux semblent avoir été effectués au 18e siècle comme la construction de l'étable à vaches, du fournil, ou la reconstruction de la cheminée et de la charpente au-dessus de la salle (une seule ferme à poinçon court). A la : suppression de certains murs en pan de bois reconstruits en moellons de silex (mur sud de la grange et du pressoir, mur nord de la salle du logis), construction de la bergerie, du lavoir, du poulailler, et du toit
    Observation :
    du 20e siècle - sous l'influence de Joseph Dulong de Rosnay, grand propriétaire terrien - a pour Cette ferme, construite aux 16e et 18e siècles, conserve des éléments significatifs de ces différentes périodes : ossature et charpente en pan de bois, pigeonniers de comble en céramique dans le hourdis de remplissage d'une ferme, rares dans ce secteur. Son développement agricole important du début d'un grand hangar. Ce dernier abrite une collection de machines agricoles des années 1950.
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. ´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Murs :
    torchis pan de bois enduit
    Description :
    La ferme se situe à un kilomètre au sud du bourg. Elle comprend trois bâtiments répartis de manière chambre) ainsi que l'ancien fournil (voûte du four détruite) et deux soues à cochons. En rez-de-chaussée surmonté d'un comble à usage de grenier, le logis est accessible par deux portes, la première située en couloir de distribution séparait la chambre de la salle (remplissage du pan de bois enlevé côté chambre , cloison en pan de bois en partie détruite côté salle). Au nord-ouest, une seconde porte murée, dont il subsiste l'huisserie, permettait l'accès au grenier via une échelle de meunier. La salle conserve son plancher d'origine, avec le chevêtre de l'ancienne cheminée détruite et remplacée par une autre de dimensions beaucoup plus restreintes. La cheminée de la chambre, à linteau et corbeaux en bois, a été fermes de la charpente d'origine sont conservées : à poinçon long qui pénètre dans l'entrait, elles sont contre-ventées par une sous-faîtière, reliée à la faîtière par des liens obliques. Des trous de boulins
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph
    Illustration :
    Plan schématique au sol des bâtiments de la ferme. IVR24_20162800055NUDA Extrait du plan cadastral de 1813, section I1 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766 Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20172800273NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis la mare au sud. IVR24_20172800246NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20172800245NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la façade nord-ouest du logis. IVR24_20162800058NUCA Bâtiment principal, partie logis, vue de détail de la mise en oeuvre en pan de bois et des Bâtiment principal, partie logis, vue de détail de la mise en oeuvre côté nord Bâtiment principal, vue de détail de la façade sud-est du logis. IVR24_20162800060NUCA Vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20162800061NUCA
  • Bourg : ferme du château (1 rue du 8 mai 1945)
    Bourg : ferme du château (1 rue du 8 mai 1945) Frazé - Le Bourg - isolé - Cadastre : 1813 E 351 2016 AB 11
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    après), la ferme - à l'instar des autres propriétés du domaine de Frazé - est rachetée par Joseph Dulong de Rosnay à la fin du 19e siècle. Ce dernier fait restaurer la ferme (remplacement de certaines Les parties les plus anciennes de cette ferme semblent remonter au 16e ou au 17e siècle. Il s'agit notamment du bâtiment des dépendances au sud de la ferme, qui conserve des parties en pan de bois datant probablement de cette époque. En face, le bâtiment principal (partie logis) conserve sa façade nord, également en pan de bois, dont les bois les plus anciens pourraient remonter à la même époque. La ferme assurait la production agricole des denrées alimentaires consommées au château de Frazé. La cour de la ferme jouxte un ancien bief (à sec aujourd'hui) dérivé de la Foussarde, qui fournissait la force motrice à un moulin encore présent sur le plan cadastral de 1813 et dont l'activité a dû cesser vers 1850 , ainsi que l'ancien portail d'entrée. Propriété des seigneurs de Frazé jusqu'à la Révolution (et même
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813.
    Murs :
    brique pan de bois
    Description :
    vis-à-vis, de part et d'autre d'une cour ouverte. Le bâtiment principal abrite les fonctions portail ont été réunis suite à la suppression de ce dernier dont les traces sont encore visibles dans la maçonnerie (piliers en pierre de taille calcaire et pierre de taille de roussard en soubassement). Le logis s'élève sur deux niveaux habitables : rez-de-chaussée et un étage carré (intérieur non vu). Reposant sur un solin maçonné en moellons de silex, ses murs sont en pan de bois hourdé en briques, posées à 45 au nord, éclairent le comble. Ces dernières sont couronnées d'épis de faîtage. La grange et les étables-écuries possèdent des murs en moellons de silex couverts d'un enduit partiel. Les chaînages d'angle et les encadrements d'ouvertures (les deux portes de la grange, piétonne et cochère en plein cintre) ainsi que les jambes harpées sont en pierre de taille calcaire, parfois alternée avec de la brique. Les murs du bâtiment secondaire sont majoritairement en pan de bois. Les toits sont à longs pans
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016, section AB Logis, vue de détail des ouverture du rez-de-chaussée. IVR24_20162800326NUCA Logis, vue de détail d'un épi de faîtage couronnant une lucarne. IVR24_20162801063NUCA Logis, vue de détail d'un épi de faîtage couronnant une lucarne. IVR24_20162801062NUCA Ancien portail, vue de détail du pilier. IVR24_20162800328NUCA Partie grange, vue de détail de la porte en plein cintre. IVR24_20162800329NUCA Partie écuries/étables, vue de détail de la mise en oeuvre côté sud. IVR24_20162800330NUCA Partie écurie-étable, vue de détail de l'épi de faîtage. IVR24_20162801060NUCA Intérieur de la ferme, vue d'ensemble des bâtiments. IVR24_20162800332NUCA
  • Moulin de l'Étang : moulin et ferme
    Moulin de l'Étang : moulin et ferme Frazé - L' Moulin de l'Étang - isolé - Cadastre : 1813 D1 40, 41 2016 YA 97
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    années 1880. Il est alors vendu à Joseph Dulong de Rosnay, qui le cède à son tour en 1897 à Didier D'après Édouard Lefèvre, le Moulin de l'Étang est mentionné dès 1477. Présents sur le plan cadastral de 1813, les bâtiments les plus anciens - la partie ouest du bâtiment principal et le fournil - semblent remonter au 17e ou au 18e siècle, comme tendent à le montrer les fortes pentes de toit ainsi que la structure en pan de bois (façade postérieure du bâtiment principal). Dépendant de la seigneurie de Frazé, le moulin reste la propriété de la famille Thiroux de Gervilliers (seigneurs de Frazé) jusqu'aux Boutrou, meunier à Saint-Denis-Les-Ponts (à proximité de Châteaudun). Le bâtiment secondaire date très 20e siècle. Produisant de la farine jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le moulin est déclassé en
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. ´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Murs :
    torchis pan de bois enduit
    Description :
    Le moulin se situe à l'est de la commune, à environ 700 mètres du bourg. La retenue d'eau alimentée par un bief dérivé de la Foussarde est toujours présente. La propriété comprend quatre bâtiments (salle et deux chambres) et l'atelier de meunerie. L'eau, qui passe sous le bâtiment, actionnait une roue (disparue) transférant la force motrice aux meules du rez-de-chaussée surélevé. Si la façade principale , moderne, possède des murs en moellons de silex et des encadrements d'ouvertures en brique, la façade postérieure, en pan de bois hourdé en torchis, témoigne de l’ancienneté de la construction. - Au sud, le encadrements des baies sont en pierre de taille de calcaire, matériau importé que l'on retrouve assez rarement four, est protégée par le toit en croupe. Une échelle de meunier placée contre le pignon ouest permet d'accéder au comble à usage de grenier. Deux toits à porcs s'appuient contre le pignon est. Les murs sont majoritairement en moellons de silex et de grison couverts d'un enduit partiel, à l'exception du mur nord en pan
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [propriétaire, commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph
    Localisation :
    Frazé - L' Moulin de l'Étang - isolé - Cadastre : 1813 D1 40, 41 2016 YA 97
    Titre courant :
    Moulin de l'Étang : moulin et ferme
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fond : plan cadastral de 2016, section YA Extrait du cadastre de 1813, section D1 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766). IVR24_20162800235NUCA Bâtiment secondaire, vue de détail de la façade nord. IVR24_20162800242NUCA Bâtiment secondaire, vue de détail des enduits en façade nord. IVR24_20172800268NUCA
  • Ferrière : ferme, actuellement maison
    Ferrière : ferme, actuellement maison Frazé - La Ferrière - isolé - Cadastre : 1813 H 37 2016 H 151
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    nouveaux bâtiments (partie porcherie et bergerie). La ferme entre dans le giron de Joseph Dulong de Rosnay seigneurie de Frazé en 1660. Le bâtiment principal, probablement le plus ancien, semble remonter au 16e siècle. Témoignent de cette époque, les cheminées de la cuisine et de la chambre, le cloisonnement en pan de bois, ainsi qu'une partie de la charpente. Vers 1774 (date portée sur une pierre de taille du chaînage d'angle), le bâtiment est remanié : la probable ossature en pan de bois est remplacée par des murs maçonnés en moellons de silex, de nouvelles ouvertures sont percées, la cheminée de la salle est restaurée , la charpente remaniée (les poinçons longs sont raccourcis pour pénétrer dans de nouveaux entraits retroussés, facilitant la circulation dans le comble). Alexandre Thiroux de Gervilliers, propriétaire du domaine de Frazé, fait détruire la ferme du Châtellier en 1813, récupère les matériaux pour construire de : construction des deux tourelles sur le pignon ouest du logis, construction (ou reconstruction ?) de la cave et
    Observation :
    du 20e siècle - sous l'influence de Joseph Dulong de Rosnay, grand propriétaire terrien - a pour différentes périodes : ossature et charpente en pan de bois, pigeonniers de comble en céramique dans le hourdis de remplissage d'une ferme, rares dans ce secteur. Son développement agricole important du début d'un grand hangar. Ce dernier abrite une collection de machines agricoles des années 1950.
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. ´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Description :
    bien au nord-est qu'au sud-ouest. Les bergeries, reconstruites sous l'impulsion de Dulong de Rosnay , répartis autour d'une cour ouverte en "O", ainsi qu'un fournil : - Placé au nord de la ferme, le bâtiment cave. Tardivement, deux tourelles de fonction purement décorative ont été édifiées contre le pignon ouest. De même, une dépendance (écurie ?) ainsi qu'un appentis abritant des toits à porcs, un poulailler : deux d'entre elles (celles de la cuisine et de la chambre) possèdent des piédroits semi-circulaires et des corbeaux en pyramide inversée, en pierre de taille calcaire. Les linteaux des cheminées de la salle et de la chambre sont en bois sculpté, tandis que celui de la cheminée de la cuisine est en pierre de taille calcaire, soulagé par un arc de décharge. De l'ossature originelle en pan de bois de l'édifice, il subsiste le cloisonnement en pan de bois entre la salle et la chambre, séparées par l'entrée retroussé. Un puits collé à la façade sud (dont il ne subsiste en surface qu'une plaque de béton) possède un
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [] Thiroux de Gervilliers Alexandre
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016 Extrait du plan géométrique des seigneries de Frazé, du Châtelier, de la Ferrière et de la Flohorie Extrait du plan cadastral de 1813, section H (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766 Vue d'ensemble de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20172800265NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20172800274NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20162800094NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la façade sud. IVR24_20162800096NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la date gravée sur une pierre de l'angle sud-est (1774 Bâtiment principal, vue de détail des tours d'angle du pignon ouest. IVR24_20162800097NUCA Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la salle avec accès au puits, à gauche de la
  • Calvaire : Ferme
    Calvaire : Ferme Frazé - Le Calvaire - isolé - Cadastre : 1813 B2 235, 236 2016 OB 166
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    cadastrales). Le domaine passe ensuite entre les mains de Joseph Dulong de Rosnay qui développe la ferme en Probablement édifiée pour les seigneurs de Frazé, cette ferme semble avoir été construite au 18e siècle, comme tend à le montrer la structure en pan de bois à grille du logis et de la dépendance attenante - le bâtiment le plus ancien - ainsi que sa pente de toit assez prononcée. Celui-ci est l'unique bâtiment présent au Calvaire sur le plan des seigneuries de Frazé, La Ferrière, Le Châtellier et La Flohorie, datant du troisième quart du 18e siècle. Présente sur le plan cadastral de 1813, la laiterie est en 1868 pour la famille Thiroux de Gervilliers, propriétaire du château (mention des matrices
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813.
    Murs :
    torchis pan de bois enduit
    Description :
    vaste comble servant de grenier. A l'instar des autres constructions commandées par Joseph Dulong de Rosnay à Frazé mais également à La Croix-du-Perche, le plancher est constitué de voûtains en terre cuite La ferme se situe au nord-ouest du bourg, face au château et séparée de celui-ci par le ruisseau de la Foussarde. Elle comprend quatre bâtiments : - En rez-de-chaussée, le bâtiment principal possède des murs en pan de bois hourdés en torchis, reposant sur un solin maçonné en moellons de silex. Il (de fonctions indéterminées). Une lucarne à la capucine permet l'accès au comble à usage de grenier évier creusé en pierre de taille de grès ferrugineux (roussard), ainsi que des étagères murales en bois . - De construction similaire au précédent, le troisième bâtiment abrite le fournil, la voûte du four situe un hangar servant de remise. - Le quatrième bâtiment (écurie, étable et bergerie (?)) est construit en brique, à l'exception de la façade principale de la partie étable et écurie, édifiée en
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [commanditaire] Thiroux de Gervilliers Alexandre
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016, section OB Extrait du cadastre de 1813, section B2 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766). IVR24_20162800388NUCA Bâtiment d'exploitation (fournil, toit à porcs et remise), vue de détail de la mangeoire des Bâtiment d'exploitation (fournil, toit à porcs et remise), vue d'ensemble de la façade principale Étable et écurie, vue de détail d'un épi de faîtage couronnant une lucarne. IVR24_20162800019NUCA Étable et écurie, vue de détail d'un épi de faîtage couronnant une lucarne. IVR24_20162800020NUCA Étable et écurie, vue intérieure de l'étable. IVR24_20162800021NUCA
  • Grand Écossé : ferme
    Grand Écossé : ferme Frazé - Le Grand Écossé - isolé - Cadastre : 1813 I2 292 2016 ZX 10
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    par Joseph Dulong de Rosnay (nouveau propriétaire du château) à partir des années 1890. Durant cette dépendant de la seigneurie de Frazé. Le bâtiment le plus ancien conservé semble être le logis secondaire , qui pourrait remonter au 17e siècle, comme le montre son ossature en pan de bois. La partie centrale . Propriétés de la famille Thiroux de Gervilliers, quatre bâtiments organisés en "O" autour d'une cour ouverte sont présents sur le plan cadastral de 1813. Les travaux d'agrandissement de la ferme débutent vraisemblablement vers 1841 (date portée sur une pierre de taille calcaire du chaînage d'angle de la bergerie) pour se terminer dans les années 1930. Ils sont commandités par la famille Thiroux de Gervilliers, puis extrémités du bâtiment principal, une bergerie en prolongement de l'étable, un poulailler et un toit à porcs alignés au logis secondaire, des remises et une aire à battre au sud-ouest de l'ensemble, un fournil à grande bergerie au nord de l'ensemble est détruite.
    Observation :
    Avec la ferme de la Flohorie, celle du Grand Écossé est considérée comme la plus importante de la
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813. ´Eure-et-Loir, 2002 (fac-similé de l'édition de Chartres : Garnier, 1856).
    Murs :
    torchis pan de bois enduit
    Description :
    La ferme se situe au sud-est de la commune, à environ deux kilomètres au sud-est du bourg. Elle comprend six bâtiments : - Le bâtiment principal se trouve au nord-ouest de la ferme. Il comprend sous un même toit deux écuries, deux dépendances (?) et le logis (salle et chambre). - En face et de l'autre côté de la cour, une vaste dépendance est divisée en grange, étable et bergerie. - Perpendiculairement et au milieu de la cour - délimitant l'ancienne cour agrandie au 19e siècle -, se situe un logis secondaire aligné à deux dépendances (poulailler et toit à porcs). En pan de bois hourdé en briquette, cet ancien logis secondaire servait très certainement de logement de journalier. - Au sud, une remise abrite l'angle ouest de la cour, se trouve l'ancien fournil. - Un hangar est placé à l'est de la ferme. A l'exception de ceux du logis secondaire, les murs sont en moellons de silex couverts d'un enduit plein. Les encadrements des baies et les chaînages d'angles sont essentiellement de brique, plus rarement en pierre de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [] Thiroux de Gervilliers Alexandre
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016, section ZX Extrait du cadastre de 1813, section I2 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766). IVR24_20162800254NUCA Vue partielle de la ferme depuis le nord-est. IVR24_20162800257NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la date 1897 portée en haut du pignon nord-est Intérieur, partie aire à battre de la remise (pavage circulaire), et pompe à bras Bâtiment secondaire, vue de détail du chaînage d'angle nord-est, gravé de la date 1841
  • Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison
    Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison Frazé - Le Bourg - 5 place du Château - isolé - Cadastre : 1813 E2 363, 364 2016 AB 20
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    devient propriété de Joseph Dulong de Rosnay qui en fait une auberge, l'auberge du château dont l'activité témoignent la structure en pan de bois encore visible au niveau du pignon sud, ainsi que la charpente à une importante rénovation pour devenir un commerce (café) : reconstruction en brique de la façade principale qui donne sur la place, création de nombreuses ouvertures et rehaussement d'environ un mètre de la façade principale, tout en conservant et en adaptant la charpente ancienne. Dès 1887, un bureau de poste s'implante dans le bâtiment voisin au 4, place du Château. Le commerce est alors renommé "café de la poste
    Murs :
    torchis pan de bois
    Description :
    habitables (rez-de-chaussée et un étage carré). Sa façade principale est rythmée par quatre travées d'ouvertures. La partie nord de l'édifice est occupée par un corps de passage permettant l'accès à une cour obliques). Suite au rehaussement des murs gouttereaux, la pente de toit a été adoucie par un système d'échantignoles plus importantes repoussant les pannes vers l'extérieur. Le mur pignon sud est en moellons de silex rejointoyé au niveau inférieur, sur lequel repose une structure en pan de bois, hourdée en torchis recouvert d'un enduit plein. La partie de la façade principale faisant face au château possède un décor géométrique constitué de briques orangées et flammées formant des losanges. La date 1862 portée par le même procédé de décor de briques, est placée entre les deux séries d'ouvertures. Le toit est à longs pans
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [propriétaire] Dulong de Rosnay Joseph
    Titre courant :
    Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison
    Illustration :
    Vue panoramique depuis le château vers l'est, avec au centre le café de la Poste Bugué - Pescher Façade principale, vue de détail de l'inscription et de la date portée 1862. IVR24_20162800322NUCA
  • Chevilleau : ferme
    Chevilleau : ferme La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    vendu à Joseph Dulong de Rosnay, propriétaire du château de Frazé. Ce dernier modernise considérablement deux familles de cultivateurs différentes : les Binois et les Chevreau. En 1832, Joseph Romain-Môle démolir l’ancienne halle de son bourg et vendre les matériaux. L’année suivante, Joseph Romain-Môle s’en , professeur de physique et de mathématique à Chartres, achète les deux fermes qu’il réunit en une seule modifié par la suite. Présent en 1814 sur le plan cadastral, un troisième bâtiment situé à l’est de l’ensemble a été reconstruit par la suite. En 1847, la municipalité voisine de Thiron-Gardais souhaite CMC, probablement les initiales du maître d’œuvre, inconnu) au sud de la ferme pour servir de betteraverie. En 1859, la propriété entre dans le giron de la famille Chellet de Kerdréan. Dans l’acte de de Kerdréan. En 1904, la ferme (ainsi que tout le domaine réuni par les Chellet de Kerdréan) est la ferme : reconstruction de la bergerie, construction de remises, de hangars, modification des
    Observation :
    ), même commanditaire (Dulong de Rosnay) et très probablement même maître d’œuvre (inconnu). L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des matériaux mis en œuvre (moellons, pan-de-bois, terre, brique) en font un édifice de premier ordre à principal de la ferme des Charmois : caractéristiques architecturales similaires (mise en œuvre du silex , ouverture en brique, plancher métallique à voûtains en brique), même époque de construction (vers 1910
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Située dans la partie est de la commune, la ferme comprend quatre bâtiments répartis autour d’une chambre), le cellier et une écurie, est en rez-de-chaussée surmonté d’un comble à usage de grenier. L’aile ouest abrite la grange et l’étable. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein (aile nord) ou à pierre vue. Les murs de l’aile ouest sont rehaussés en pan de bois hourdés en terre ou en l’est de l’ensemble, la bergerie possède des murs en moellons de silex jointoyés. Un plancher métallique (poutres et solives métalliques, entrevous en brique en berceau segmentaire) sépare le rez-de-chaussée du sur deux niveaux : rez-de-chaussée, un étage carré et un comble à surcroît. Les murs du rez-de -chaussée sont en moellons de silex, ceux de l’étage sont en brique ou en pan de bois hourdés en terre. Au l’ouest complètent l’ensemble. Un puits (pompe à bras) se situe au centre de la cour. Les toits à longs
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [commanditaire] Chellet de Kerdréan Olivier Marie Auguste [commanditaire] Romain-Môle Joseph
    Annexe :
    Benoist à M. Joseph Romain-Môle, professeur de physique et de mathématique à Chartres : " [...] Bâtiments enfants Denis Chevreau à M. Joseph Romain-Môle, professeur de physique et de mathématique à Chartres Synthèse des actes de vente de la ferme de Chevilleau, à La Croix-du-Perche (1832–1859) • 9 juillet 1832 : vente de la ferme et dépendances de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et enfants : - Un corps de bâtiment couvert en tuiles faisant face au midi composé d’une maison ayant four, chambre froide, laiterie, grange et cellier en croupe au bout, - Un autre corps de bâtiment couvert comme le séparée des autres corps de bâtiments, - Cour au milieu de ces bâtiments, jardin derrière, le second corps de bâtiments entouré de haies vives qui en dépendent [...] " " [...] Provenance des biens : M . Benoist père avait fait l’acquisition de tous ces biens pendant le cours de sa communauté avec la dite Touzeau de la manière suivante : Partie de l’article premier sur lequel (n°175) les époux Benoist père et
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZE Extrait du cadastre de 1814, section B2. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Plan de l’ancien appentis (détruit) au nord du logis, auteur inconnu et non daté : 2e moitié 19e Bergerie, vue de détail du plancher métallique. IVR24_20132800313NUC2A Ancienne halle (betteraverie), vue de détail de l’inscription. IVR24_20132800315NUC2A
  • Coudray : ferme
    Coudray : ferme La Croix-du-Perche - Le Coudray - isolé - Cadastre : 1814 B1 130, 131 2013 ZH 29
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    vend petit à petit son domaine à Joseph Dulong de Rosnay, propriétaire du château de Frazé. Vers 1910 tendent à le montrer les murs en pan de bois hourdés en terre et la pente de toit importante. Ce bâtiment (très certainement une ferme de type bloc à terre avec logis et dépendances sous le même toit) est converti en dépendance agricole en 1886 pour Olivier Marie Auguste Chellet de Kerdréan, probablement suite à la construction du nouveau logis au sud-est. Chellet de Kerdréan est propriétaire d’un vaste domaine agricole comprenant entre autre les fermes de La Pihourdière, des Charmois, et de Chevilleau. Il de rénovation.
    Observation :
    1910), même commanditaire (Dulong de Rosnay) et très probablement même maître d’œuvre (inconnu). L’histoire assez bien connue de cette ferme, les dimensions importantes de la grange-étable et la diversité des matériaux mis en œuvre (moellons de silex, pan-de-bois, terre, brique) en font un édifice de de la ferme des Charmois et la bergerie de Chevilleau : caractéristiques architecturales similaires (mise en œuvre du silex, ouverture en brique, dimensions importantes), même époque de construction (vers
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814.
    Murs :
    terre pan de bois enduit
    Description :
    Située dans la partie est de la commune, à quelques centaines de mètres du bourg, la ferme du ancien, au nord, est en rez-de-chaussée. Il abrite l’ancien logis (converti par la suite en dépendance sont en pan de bois hourdé en terre, reposant sur un solin maçonné en moellons de silex. Situé à l’est de la ferme, le second bâtiment abrite le logis. Une laiterie en appentis lui est accolée en façade postérieure au nord. En rez-de-chaussée, le bâtiment possède des murs en terre avec soubassement, maçonnés en moellons de silex. Au sud, la grange-étable est en rez-de-chaussée et à comble à surcroît. Les portes et chaînages d’angle sont en brique ; les murs en moellons de silex couvert d’un enduit à pierre vue. Plus au sud se trouve le hangar sur poteaux de bois reposant sur des socles maçonnés en brique. Les toits sont
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [commanditaire] Chellet de Kerdréan Olivier Marie Auguste
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZH Extrait du cadastre de 1814, section B1. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Vue générale de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20132800380NUC2A
  • Charmois : ferme dite du Grand Charmois
    Charmois : ferme dite du Grand Charmois La Croix-du-Perche - Les Charmois - isolé - Cadastre : 1814 B2 251, 252 2013 ZK 33
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    de la grange. En 1904, le domaine est acheté par la famille Dulong de Rosnay, propriétaire du château Au 18e siècle, période probable de construction du bâtiment le plus ancien, l’étable en pan de bois , cette ferme appartient aux seigneurs de Chassant (à l’instar de nombreuses autres fermes du secteur). Un . Après la Révolution, la famille de Chabot possède un vaste domaine comprenant plusieurs fermes (La Pihourdière, Les Charmois, Chevilleau, Le Coudray et La Roullière) et plus de 300 ha de terre. Puis, à partir de 1840, le domaine passe par héritage entre les mains des Chellet de Kerdréan, commanditaire, dans la seconde moitié du 19e siècle, de l’agrandissement de la ferme du Grand Charmois (au nord-est du lieu-dit) : extension au sud de l’étable en pan de bois préexistante, reconstruction et agrandissement de Frazé. Vers 1910, ces derniers font reconstruire le bâtiment principal de la ferme du Grand
    Observation :
    ), même commanditaire (Dulong de Rosnay) et très probablement même maître d’œuvre (inconnu). L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des matériaux mis en œuvre (moellons, pan de bois, terre, brique) en font un édifice de premier ordre à , ouverture en brique, plancher métallique à voûtains en brique), même époque de construction (vers 1910
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série E : 1767. Baux des seigneurs de Chassant du Grand et Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814.
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    Située à l’extrémité est de la commune, la ferme du Grand Charmois comprend trois bâtiments en "U " organisés autour d’une cour ouverte. Le bâtiment principal est en rez-de-chaussée surmonté d’un comble à à usage de grenier. Des dépendances (toits à porcs et poulailler) et l’ancienne laiterie (et/ou arrière cuisine) sont accolées en appentis au nord. Les murs sont en moellons de silex jointoyés. Les encadrements des baies, les chaînages d’angle et le bandeau qui fait la jonction entre les appuis de fenêtres segmentaire (portes et fenêtres) ou en demi-cercle (fenêtres de l’écurie). La partie écurie est séparée du segmentaire). Le second bâtiment, situé à l’ouest de l’ensemble, abrite des étables et écuries. Il comprend trois corps de bâtiments alignés (correspondant à trois époques de construction différentes). Au nord , le premier corps est en rez-de-chaussée surmonté d’un comble à usage de grenier. Les murs sont en pan de bois hourdés en brique (en façade principale, à l’est) ou en terre. Le pan de bois repose sur un
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [commanditaire] Chellet de Kerdréan Olivier Marie Auguste
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZK Plan des fermes des Grand et Petit Charmois de 1753. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, E Extrait du cadastre de 1814, section B2. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Vue éloignée de la ferme depuis l'est. IVR24_20172800290NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la salle. IVR24_20132800293NUC2A Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20132800294NUC2A Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20132800295NUC2A Bâtiment principal, partie écurie, vue de détail du plancher métallique. IVR24_20132800296NUC2A Bâtiment secondaire, vue de détail de la mise en œuvre du pignon nord en pan de bois Bâtiment secondaire, détail des portes de niches à chien. IVR24_20132800303NUC2A
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    . L'ensemble est restauré pour Joseph Dulong de Rosnay entre 1893 et 1930 avec la construction d'un château début du 16e siècle pour Florentin Girard de Barenton. Les communs (grange devenu écuries) sont datés par dendrochronologie aux alentours de 1513-1514 (date d'abatage des arbres : automne/hiver 1513-1514 réaménagé entre 1664 et 1671 pour Françoise Marguerite de Gramont. La galerie du pavillon est ensuite
    Référence documentaire :
    p. 61-67 BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/1. Notariat - Étude de Frazé - Yene Regnault (1498-1504). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/2. Notariat - Étude de Frazé - Yene Regnault (1511-1515). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/40. Notariat - Étude de Frazé - Ambroise Dudict (1584-1585). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/41. Notariat - Étude de Frazé - Ambroise Dudict (1586). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/70. Notariat - Étude de Frazé - Nicolas Chahuteau (1660-1666). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/72. Notariat - Étude de Frazé - Étienne Janvier (1668-1671). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/76. Notariat - Étude de Frazé - Étienne Janvier (1688-1693). Archives privées du château de Frazé. Plan terrier des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Archives privées du château de Frazé. Plan du château, jardins et bosquets dressé vers 1780.
    Murs :
    grison pierre de taille grès pierre de taille calcaire pierre de taille
    Description :
    Le château de Frazé se situe au nord-ouest du bourg, à proximité de la rivière de la Foussarde. Il se compose d'une ancienne haute cour et d'une ancienne basse cour. De plan carré, l'ancienne haute alimenter en eau les bâtiments, un château d'eau est construit au sud-ouest de l'ensemble. Quelques parterres de buis). Les matériaux employés pour la construction des murs sont la pierre de taille de grison (soubassement des bâtiments de la haute cour), la pierre de taille de grès roussard (soubassement du pavillon du bourg), la pierre de taille calcaire et la brique. Les toits sont en tuile plate ou en ardoise.
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Auteur :
    [commanditaire] Dulong de Rosnay Joseph [architecte, entrepreneur de maçonnerie] MÉTÉZEAU Jehan [commanditaire] de GRAMONT Françoise Marguerite
    Titre courant :
    Bourg : château de Frazé
    Annexe :
    Lettre de Jean, duc de Nemours, en date du 29 avril 1493, pour réparer les ravages commis par les Anglais à Frazé. (transcription réalisée par Charles Métais : MÉTAIS, Charles. Archives du diocèse de Chartres. Pièces détachées - 1er volume - Études et documents, Ch. Métais, chan. hon. de Chartres éditeur , Chartres, 1899. p. 148-150) Jehann duc de Nemours, comte de Castres, de Beaufort et de Saint-Florentin et de Martigné, seigneur de Mayenne, de Sablé, de la Ferté-Bernard et de Brou, pair de France, à tous ceulx qui es presentes lettres verront, salut. Savoir faisons nous avoir reçeu humble supplication de et seigneuries de Frazé, assis en notre baronnie de Brou au Perche-Gouet et tenue de nous à foy et homaige et à devoir de rachapt à cause de notre dite baronnie de Brou ; auquel lieu de Frazé auroit ou que par faute de relever et réédifier ladite place et ville forte n'y converse plus ne habite que très peu de gens, là où pour le tems passé souloit avoir et demourer grand nombre et quantité de peuple. A
    Texte libre :
    démantelé. Joseph Dulong de Rosnay achète le château en 1893 et reconstitue le domaine par achats successifs loin. Au décès de Joseph Dulong de Rosnay en 1939, la propriété échoit aux héritiers, les La Sayette et d’Arconville - Réaménagement pour Joseph Dulong de Rosnay à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle abîmés, sont restitués à l’identique. Le "pavillon du bourg" est entièrement réaménagé. Dulong de Rosnay rigoureusement restaurées. Dulong de Rosnay ne se préoccupe pas que des bâtiments. Lors de l’achat du château . Toujours visibles, les fondations avaient été réalisées mais le projet reste inachevé : Dulong de Rosnay la cour d’honneur). Clôturé par Dulong de Rosnay qui en avait fait son bureau, il était percé au rez de Rosnay fait également restaurer l’ancien commun remanié en habitation en 1560 (date portée sur le sont attestés à Frazé dès le 11e siècle. À l’instar de l’abbaye voisine de Thiron, la forteresse et la cité sont mises à sac en 1428 par Thomas de Montaigu, comte de Salisbury, général en chef des troupes
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du château (fond : plan cadastral de 2016, section AB Proposition de plan de restitution du château vers 1550. IVR24_20162800386NUDA Plan de restitution du château et des aménagements paysagers vers 1780. IVR24_20162800385NUDA Plan géométrique des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Châtelier et la Flohorie, dressé en 1767 (archives privées du château de Frazé). IVR24_20162801137NUCA Détail du plan géométrique dressé en 1767 (archives privées du château de Frazé Plan du château, des jardins et bosquets, dressé vers 1780 (archives privées du château de Frazé Plan des buttes du château, réalisé en 1784 (archives privées du château de Frazé de Frazé). IVR24_20162801140NUCA Dessin du parterre en broderie exécuté en 1906 par Charles Brossard, d'après une tapisserie de
  • Présentation de la commune de Frazé
    Présentation de la commune de Frazé Frazé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    p. 61-67 BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/1. Notariat - Étude de Frazé - Yene Regnault (1498-1504). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/2. Notariat - Étude de Frazé - Yene Regnault (1511-1515). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/40. Notariat - Étude de Frazé - Ambroise Dudict (1584-1585). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/41. Notariat - Étude de Frazé - Ambroise Dudict (1586). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/70. Notariat - Étude de Frazé - Nicolas Chahuteau (1660-1666). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/72. Notariat - Étude de Frazé - Étienne Janvier (1668-1671). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 14/76. Notariat - Étude de Frazé - Étienne Janvier (1688-1693). AD d'Eure-et-Loir, 2 E 33-887. Acte de vente du Moulin d'Ézanville à Louis Jules Montéage par Louis AD d'Eure-et-Loir, 5 M 355. Tuileries de Frazé.
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Frazé
    Annexe :
    Cadre de l'étude L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de Frazé a synthèse de ce travail (feuillet de 12 pages A5) présente de manière succincte le patrimoine bâti communal.
    Texte libre :
    -Dame dont les murs de la nef remontent au 12e ou au 13e siècle est l’édifice le plus ancien recensé à par les troupes anglaises menées par Thomas de Montaigu, comte de Salisbury. Le château comme l’église et les maisons du bourg ont été reconstruits à partir de la fin du 15e siècle sous l’égide de Florentin Girard de Barenton, seigneur de Frazé. Sous l’Ancien Régime, la paroisse est divisée en plusieurs fiefs et seigneuries dont les plus importantes sont celles de Frazé, de l’Essart, de Carcahut, du Grand Écossé, d’Ézanville, de Laleubelouis, de la Ferrière, du Châtellier, du Mesnil. Parmi ces ) date globalement des 16e, 17e et 18e siècles avec des reconstructions et des augmentations de construction aux 19e et 20e siècles. Sa qualité architecturale tient à la fois de sa diversité due à une palette de matériaux disponibles (terre crue, silex, brique, grison, roussard, calcaire) et l’activité agricole assez prospère. À la Révolution, Frazé devient chef-lieu de canton en 1790. Dix ans plus tard
    Illustration :
    Extrait de la carte de Cassini (3e quart 18e siècle). IVR24_20162800415NUCA Tableau d'assemblage du plan cadastral de 1813 (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766 Château de Frazé. IVR24_20162801056NUCA Château de Frazé et église paroissiale Notre-Dame. IVR24_20172800413NUCA Manoir de Carcahut. IVR24_20162801135NUCA Ferme de la Flohorie : grange. IVR24_20162801124NUCA Coopérative agricole (au nord-est du bourg, à côté de la gare). IVR24_20172800244NUCA Vue de la vallée de la Foussarde au nord-ouest du château. IVR24_20172800243NUCA Étang de la Ferrière, digue et emmarchement. IVR24_20172800267NUCA de la commune à proximité du Petit Ézanville. IVR24_20172800305NUCA
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Référence documentaire :
    BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard (1876 -1962) au château de Frazé. In : Bulletin de la société dunoise, 2007, Tome XXII, n°297, p. 61-67.
    Dossier :
    Proposition de plan de restitution du château vers 1550. Bourg : château de Frazé
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Référence documentaire :
    BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard (1876 -1962) au château de Frazé. In : Bulletin de la société dunoise, 2007, Tome XXII, n°297, p. 61-67.
    Dossier :
    Plan de localisation des bâtiments du château (fond : plan cadastral de 2016, section AB). Bourg : château de Frazé
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Référence documentaire :
    BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard (1876 -1962) au château de Frazé. In : Bulletin de la société dunoise, 2007, Tome XXII, n°297, p. 61-67.
    Dossier :
    Plan de restitution du château et des aménagements paysagers vers 1780. Bourg : château de Frazé
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Référence documentaire :
    BROSSARD, Jean. Joseph Dulong de Rosnay (1876-1939) et son chef-jardinier Charles Brossard (1876 -1962) au château de Frazé. In : Bulletin de la société dunoise, 2007, Tome XXII, n°297, p. 61-67.
    Dossier :
    Dessin du parterre en broderie exécuté en 1906 par Charles Brossard, d'après une tapisserie de Beauvais. Bourg : château de Frazé
  • Verrière représentant sainte Solange
    Verrière représentant sainte Solange Fontgombault - Fontgombault - en écart
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    donateur : "Don de Mr et Mme Luzarche d'Azay, de Mme Gustave Lebaudy, de Mr et de Mme Pierre Lebaudy".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière réalisée par Joseph-Prosper Florence après l'achèvement de la reconstruction de la nef (Rosnay), Pierre Lebaudy (1865-1929) était le fils de Gustave Lebaudy et avait épousé Marie-Marguerite
    Description :
    Sainte Solange, accompagnée de ses moutons, est représentée en pied sous un décor d'architecture.
    Auteur :
    [] Florence Joseph-Prosper
    Appellations :
    Verrière du bas-côté nord de la nef
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
  • Châtellier : manoir
    Châtellier : manoir Frazé - (le) Châtellier - - en village - Cadastre : 2016 ZY 16 1813 H 126
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    , Joseph Dulong de Rosnay qui avait acheté le château de Frazé en 1896, se porte acquéreur du Châtellier importante seigneurie relève de la châtellenie de Miermaigne. Mise à sac durant la guerre de Cent Ans, la propriété est vendue à la famille Montdoucet dont l’un des membres, Bertrand de Montdoucet, est très certainement responsable de la reconstruction du manoir au début du 16e siècle. Le 8 février 1614, la seigneurie du Châtellier retourne dans le giron des Montdoucet avec son rachat par Maximilien de Montdoucet en vogue à cette époque : réfection de toutes les ouvertures dont les encadrements sont alors ornés de chambranles moulurés (à l’exception d’une demi-croisée au niveau du fournil qui semble d’origine ), reconstruction des cheminées de la salle et de la cuisine. D’après un acte notarié daté du 4 août 1626, la propriété consiste « en un château composé de plusieurs pavillons et autres bâtiments clos de fossés et lors à pont levis ; - une basse-cour composée de maison manable, grange, étable, colombier et autres
    Observation :
    17e siècle. La filiation avec une partie du château de Frazé qui partage le même type de parement en décor de brique est indéniable. Ce type de décor, assez rare dans le Perche, est beaucoup plus répandu dans l'Eure. L'occupation probablement ancienne du site, la présence de douves sèches, de la motte et la conservation d'éléments architecturaux anciens (mise en œuvre à décor de brique, fenêtres à site patrimonial de premier ordre à l'échelle communale et celle du Parc.
    Référence documentaire :
    AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766. Plan du cadastre de 1813.
    Précisions sur la protection :
    Façades et toitures ; escalier intérieur ; cheminées des deux pièces principales du rez-de-chaussée
    Description :
    Le Châtellier se situe au sud du bourg, à quelques centaines de mètres. L’ancien site seigneurial entouré de douves en eau comprenait haute-cour (manoir accessible par un pont-levis) et basse-cour (ferme et colombier). Il ne subsiste qu’une partie du manoir, entouré de douves sèches. Les traces d’un pilier du pont-levis sont toujours visibles sur le mur sud de la tour (arrière cuisine). Le manoir compte plusieurs corps de bâtiments organisés en "U" et ménageant une cour ouverte au sud-est, autrefois fermée d’un autre bâtiment détruit. Il s’élève sur trois niveaux habitables : un étage de soubassement, un rez -de-chaussée surélevé et un étage carré. L’aile principale est divisé en trois espaces : la cuisine ainsi que les traces d’arrachage de la voûte détruite. Flanquée à l’angle de l’aile principale, se situe une première tour de plan carré. Elle abrite l’arrière cuisine au rez-de-chaussée surélevé sur cave voûtée, et cabinet à l’étage carré. En façade postérieure de l’aile principale se situent un cellier
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Auteur :
    [commanditaire] Montdoucet (de) Bertrant [commanditaire] Montdoucet (de) Maximilien
    Illustration :
    Plan de situation, dressé d'après le plan géométrique du troisième quart du 18e siècle Plan schématique de distribution du manoir (fond : plan cadastral de 2016). IVR24_20162800206NUDA Extrait du plan géométrique des seigneries de Frazé, du Châtelier, de La Ferrière et de La Flohorie Extrait du cadastre de 1813, section H (AD d'Eure-et-Loir, 3 P 6748 - 6766). IVR24_20162800187NUCA Vue de situation depuis l'ouest. IVR24_20162801119NUCA Vue partielle depuis le sud-est : trace du pilier de l'ancien pont-levis. IVR24_20162800192NUCA Vue partielle depuis l'ouest : douves sèches et façades à décor de brique, croisées et demi Tour sud, élévation ouest, détail de la façade et des ouvertures. IVR24_20162800194NUCA Vue partielle de la façade ouest. IVR24_20162800195NUCA Vue partielle de la façade ouest. IVR24_20162800196NUCA
  • Maisons et fermes à Frazé
    Maisons et fermes à Frazé Frazé
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Référence documentaire :
    FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Texte libre :
    du château de Frazé à la fin du 19e siècle, Joseph Dulong de Rosnay. Ce dernier est le commanditaire Parmi les 207 édifices repérés (158 fermes, 49 maisons) sur le territoire de la commune de Frazé du début du 17e siècle (pour 6 d’entre elles). Il s’agit de maisons du bourg construites autour de la place du Château et de part et d’autre de la route de Brou (actuelle rue du 8 Mai 1945) par des marchands, des artisans ou des aubergistes. De manière générale, une quinzaine de maisons semblent antérieures à la Révolution et conservent des éléments attestant de leur ancienneté (volume général , charpentes et pentes de toit importantes, souches de cheminées imposantes, etc...). Tout au long du 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle, s’opère une importante phase de construction et de bourg concentre tout de même une dizaine d’anciennes fermes (converties en maisons). Parmi elles, se 15 d’entre elles, dont le But, le Petit Essart, la Petite Pihourdière, la Touche). Elles disposent de
    Illustration :
    Ancienne étude notariale et logement du notaire, au 4 rue du 8 Mai 1945, datant de 1904 Ferme à Montabizard, datée de 1898. IVR24_20162800400NUCA Ferme de type "bloc à terre", à La Grande Girouardière. IVR24_20162800401NUCA Plan schématique au sol de la ferme de La Petite Girouardière. IVR24_20162800078NUDA Façade principale de la partie ouest de la ferme de La Petite Girouardière. IVR24_20162800079NUCA Mise en oeuvre en moellons de silex, au Petit Essard. IVR24_20162800403NUCA Mise en oeuvre en pan de bois d'une grange, au Souchet. IVR24_20162800404NUCA Mise en oeuvre de la brique et du silex, sur une dépendance au bourg. IVR24_20172800422NUCA Mise en oeuvre de la brique et du silex, sur une dépendance au bourg. IVR24_20172800423NUCA Mise en oeuvre du grison et du silex, sur le pignon d'une dépendance de la ferme de L'Orme
  • Pihourdière : ferme et demeure
    Pihourdière : ferme et demeure La Croix-du-Perche - La Pihourdière - isolé - Cadastre : 1814 B2 235, 236 2013 ZK 63
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    entre les mains de la famille Dulong de Rosnay (propriétaire du château de Frazé). Mais la demeure En 1814, sur le plan cadastral, la ferme de La Pihourdière comprend plusieurs bâtiments dont la logis et la dépendance en pan de bois présents au sud-ouest de la cour (compte tenu de la pente de toit de Chabot (maire de la commune de 1812 à 1830). Par héritage (plus précisément par mariage), la propriété revient à Olivier Marie Auguste Chellet de Kerdréan. Ce dernier la modifie considérablement. Ces transformations sont consignées dans les matrices cadastrales : démolition partielle de deux maisons en 1859 et 1860 (B 236) et d’une serre en 1863 (B 235), augmentation de construction d’une maison en 1863 (B 236 ) et nouvelle construction d’une maison en 1875 (B 235). Le comte Chellet de Kerdréan, qui souhaite se faire construire une demeure cossue, achète un bâtiment en tuffeau (provenant probablement de Touraine domestiques) et des dépendances au sud-ouest de la demeure (corps de bâtiments aux encadrements de baies et
    Observation :
    Le comte de Kerdréan (Olivier Marie Auguste Chellet de Kerdréan), membre honoraire de la société pierres d’attente du chaînage d’angle nord-est du corps de bâtiment. Atypique voire exceptionnel (emploi l’histoire est assez bien connue, constituent un ensemble architectural de premier ordre à l’échelle communal
    Référence documentaire :
    Archives départementales d´Eure-et-Loir. 3 P 6522 - 6529. Plans cadastraux de 1814.
    Murs :
    terre pan de bois enduit
    Description :
    Situées dans la partie est de la commune, la ferme et la demeure de La Pihourdière forment deux ), comprend deux corps de bâtiment très hétérogènes. Le premier corps, à l’est s’élevant sur un seul niveau habitable (rez-de-chaussée surmonté d’un comble), possède des volumes correspondant à une ferme percheronne . Le second corps, de style néo-gothique, contraste par rapport au premier : présence d’un étage carré , profusion de décors de ce registre (moulures, trilobes, pinacles, pignon découvert, accolades, etc.). Ses deux niveaux d’élévation (rez-de-chaussée et étage carré) sont séparés par un bandeau saillant en pierre de taille calcaire. Ses façades nord et sud sont ordonnancées à trois travées. L’effort décoratif se concentre d’ailleurs sur les ouvertures, en particulier les lucarnes, ainsi qu’une des souches de mouluré surmonté d’une accolade et couronné d’un fleuron (au rez-de-chaussée). Les lucarnes en bâtière sont à pignon découvert, lesquels sont ornés de choux frisés et de fleurons. Chaque fronton est décoré
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [commanditaire] Chellet de Kerdréan Olivier Marie Auguste
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZK Extrait du plan cadastral de 1814, section B2 (AD d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Vue de détail de la porte du pignon ouest. IVR24_20132800432NUC2A Vue de détail des fenêtres du pignon ouest et de leur décor néo-gothique. IVR24_20172800299NUCA Demeure, angle nord-ouest, partie basse de la tourelle. IVR24_20172800300NUCA Demeure, angle nord-ouest, partie médiane de la tourelle. IVR24_20172800301NUCA Bâtiment secondaire, logis sud converti en étable, vue d'ensemble de l'ancienne salle Bâtiment secondaire, vue de la charpente du corps de bâtiment sud. IVR24_20132800437NUC2A