Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 485 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière représentant la mort de Raoul de Préaux
    Verrière représentant la mort de Raoul de Préaux Préaux - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    26 novembre 1914 ". Armoiries de la famille de Préaux (avec la devise : " In Virtus Nobilibus Placet "). l'iconographie : " En mémoire du Lieutenant Raoul de Préaulx, du 290me Régt d'Infanterie, mort pour la France le
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    famille de Préaux, résidant alternativement à Préaux et à Paris, après la mort de l'un des fils, Raoul Ce vitrail a été créé par le maître-verrier parisien Charles Champigneulle à la demande de la
    Référence documentaire :
    p. 153-159 DU POUGET, Marc."Les vitraux patriotiques et commémoratifs", dans Vitraux de l’Indre . Éclats de la lumière, Conseil Général de l’Indre / Rencontre avec le Patrimoine religieux, 2007, p. 153
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    famille de Préaux. Cette verrière met en scène la mort, pendant la première Guerre Mondiale, de Raoul de Préaux, dont la famille résidait dans la paroisse. Le lieutenant est figuré allongé au premier plan, tandis qu'à vert d'où émergent des palmes de martyrs. Au bas de la composition sont figurées les armes de la
    Localisation :
    Préaux - en village
    Titre courant :
    Verrière représentant la mort de Raoul de Préaux
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Préaux, baie 4, la mort de Raoul de Préaux. IVR24_20093601075NUCA Détail de la baie 4 : Raoul de Préaux. IVR24_20113600694NUC2A Vue d'ensemble de la baie 4. IVR24_20113600692NUC2A Détail de la baie 4 : soldats. IVR24_20113600693NUC2A Détail de la baie 4 : inscriptions. IVR24_20113600695NUC2A
  • Verrière représentant la mort de Carl de Préaux
    Verrière représentant la mort de Carl de Préaux Préaux - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    24 janvier 1920 ". Armoiries de la famille de Préaux (avec la devise : " In Virtus Nobilibus Placet "). l'iconographie : " En mémoire du Lieutenant Carl de Préaulx, du 4eme Cuirassiers à pieds, mort pour la France le
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    famille de Préaux, résidant alternativement à Préaux et à Paris, après la mort de l'un des fils, Carl Ce vitrail a été créé par le maître-verrier parisien Charles Champigneulle à la demande de la
    Référence documentaire :
    DU POUGET, Marc."Les vitraux patriotiques et commémoratifs", dans Vitraux de l’Indre. Éclats de la lumière, Conseil Général de l’Indre / Rencontre avec le Patrimoine religieux, 2007, p. 153-159.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Mondiale, de Carl de Préaux, dont la famille résidait dans la paroisse. Le lieutenant est figuré allongé au composition sont figurées les armes de la famille de Préaux. Cette verrière met en scène la mort, des suites de ses blessures lors de la première Guerre , récemment canonisée. Le vitrail est bordé d'un filet vert d'où émergent des palmes de martyrs. Au bas de la
    Localisation :
    Préaux - en village
    Titre courant :
    Verrière représentant la mort de Carl de Préaux
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Préaux, baie 3, la mort de Carl de Préaux. IVR24_20093601074NUCA Détail de la baie 3 : Carl de Préaux. IVR24_20113600698NUC2A Vue d'ensemble de la baie 3. IVR24_20113600696NUC2A Détail de la baie 3 : Jeanne d'Arc. IVR24_20113600697NUC2A Détail de la baie 3 : inscriptions. IVR24_20113600699NUC2A
  • Préaux : église Notre-Dame, verrières
    Préaux : église Notre-Dame, verrières Préaux - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    primitive qui "menaçait ruine". Le clocher a été ajouté en 1902. Les vitraux : Les verrières orientales de travaillant dans la lignée de Lucien-Leopold Lobin (mort en 1892, année de la construction de l'église), peut -être même à l'un de ses successeurs. Les verrières latérales du chœur sont signées Charles Champigneulle (Paris) et datent de 1921. Pour les chapelles nord et sud, les paroissiens firent appel au berruyer L. Jurie (1899). Quant aux baies de la nef, non étudiées ici, elles comportent de simples
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Préaux - en village
    Titre courant :
    Préaux : église Notre-Dame, verrières
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Verrières de l'église paroissiale de Préaux (montage). IVR24_20093601070NUCA Préaux, baie 3, la mort de Carl de Préaux. IVR24_20093601074NUCA Préaux, baie 4, la mort de Raoul de Préaux. IVR24_20093601075NUCA Préaux, baie 0, l'Immaculée Conception. IVR24_20093601071NUCA Préaux, baie 1, saint Joseph. IVR24_20093601072NUCA Préaux, baie 2, saint Louis. IVR24_20093601073NUCA Préaux, baie 5, Vierge à l'enfant. IVR24_20093601076NUCA Préaux, baie 6, saint Christophe. IVR24_20093601077NUCA
  • Verrière représentant saint Charles Borromée
    Verrière représentant saint Charles Borromée Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le commanditaire : armoiries et devise de la famille de Préaux (VIRTUS IN
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière commandée par la famille de Préaux suite à la construction de l'église.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Saint Charles Borromée est représenté en pied, sous une architecture de style gothique. Vêtu du végétal occupe le tympan de la baie.
    Auteur :
    [commanditaire] Famille de Préaux [atelier] Société artistique de peinture sur verre
    Localisation :
    Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
  • Verrière représentant l'Immaculée Conception
    Verrière représentant l'Immaculée Conception Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    : famille de Préaux (avec devise : VIRTUS IN NOBILIBUS PLACET). Inscription concernant l'auteur : " Société artistique de peinture sur verre, Paris". Armoiries
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière commandée par la famille de Préaux suite à la construction de l'église.
    Représentations :
    croissant de lune
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La Vierge, surmontant un croissant de lune, est portée par une nuée d'angelots. Elle est placée sous une architecture de style gothique. Un ange tenant une couronne est figuré dans le tympan de la
    Auteur :
    [commanditaire] Famille de Préaux [atelier] Société artistique de peinture sur verre
    Localisation :
    Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
  • Tableau : Trinité et Sainte Famille
    Tableau : Trinité et Sainte Famille Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    ) de la Trinité de Bartolome Esteban Murillo (1617 ou 1618-1682), tableau daté vers 1681-1682 et conservé à la National Gallery de Londres. Le tableau conservé au centre hospitalier fut mis en dépôt par
    Référence documentaire :
    Dossier Trinité et Sainte Famille. (AN. F/21.2199. Dossier 7).
    Représentations :
    Sainte Famille Réunion de la Trinité céleste et de la Trinité terrestre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Tableau : Trinité et Sainte Famille
  • Verrière représentant la Sainte Famille
    Verrière représentant la Sainte Famille Châtillon-sur-Indre - place Mgr Lenoir - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Cette oeuvre fait partie d'un ensemble de quatre verrières créé par les ateliers Lobin en 1876 pour la sacristie de l'église paroissiale de Châtillon-sur-Indre, à la demande de l'abbé Lenoir, curé -doyen de la paroisse et restaurateur de l'édifice.
    Représentations :
    sainte famille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    représentation de la Sainte Famille, avec Joseph debout et Marie assise tenant Jésus sur ses genoux. A gauche Ce vitrail se compose d'un décor de grisaille à feuillage orné de cercles bleus et rouges, encadré
    Titre courant :
    Verrière représentant la Sainte Famille
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Châtillon-sur-Indre, paroissiale Notre-Dame, baie 4 de la sacristie : la Sainte Famille
  • Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque,
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque, "La Famille" Orléans - 21 bis rue Eugène-Vignat - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    réalisée en 1958, a pour thème "La Famille". Pour cette réalisation, un devis de 400 000 francs est établi. Le 12 avril 1956, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics agréa deux œuvres de Nicolas Untersteller dont l'arrêté est signé le 25 juillet 1956. Elles sont exécutées sur les thèmes de l'enfance, l'écolier et l'homme bâtisseur de la cité. Parmi ces deux œuvres, la fresque
    Référence documentaire :
    technique d'Orléans. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1951-1960.
    Représentations :
    famille groupe de figures représentation non figurative couple enfant
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    La fresque est située dans l'ancien foyer de l'internat et mesure environ 15 m2. La technique de mise en œuvre est donc celle des pigments de couleur appliqués sur un support frais, ici un support de chaux et de plâtre, ainsi que quelques tracés de crayons gras. L’œuvre représente un groupe de figures
    Titre courant :
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque, "La Famille"
    Dimension :
    L'œuvre couvre un mur de près de 15 m2 du sol au plafond (surbaissé ici à 260 cm) de 287 x 570 cm percé d'une porte à droite, dans une pièce de plan rectangulaire où deux murs sont entièrement ouverts
    États conservations :
    Les matières picturales sont couvertes de saletés mais semblent globalement en état correct. L'état du support : il est zébré de nombreuses fractures plus ou moins profondes, il porte ponctuellement des impacts de coups ou de légers arrachements.
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de détail : signature et date. IVR24_20154500329NUC4A Vue de détail. IVR24_20154500328NUC4A Vue de détail. IVR24_20154500327NUC4A
  • Verrière représentant la Sainte Famille à Nazareth
    Verrière représentant la Sainte Famille à Nazareth Châteauroux - 216 avenue de Verdun - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Cette œuvre est l'une des trois verrières réalisées en 1933 par Lux Fournier afin de vitrer les baies de la façade occidentale de la chapelle de l'Hôpital de Châteauroux.
    Représentations :
    sainte famille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    l'enfance du Christ à Nazareth, entouré de Marie et de Joseph.
    Localisation :
    Châteauroux - 216 avenue de Verdun - en ville
    Titre courant :
    Verrière représentant la Sainte Famille à Nazareth
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Châteauroux, chapelle de l'Hôpital, baie 111 : la Sainte Famille à Nazareth. IVR24_20093602355NUCA
  • Verrière représentant saint Louis de France
    Verrière représentant saint Louis de France Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le commanditaire : armoiries et devises des familles d'Aligre et de Préaux . Inscription concernant l'auteur : "Société artistique de peinture sur verre, 96, rue ND des Champs, Paris".
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière commandée par les familles de Préaux et d'Aligre suite à la construction de l'église.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Saint Louis, doté des attributs de la royauté, présente la couronne d'épines de sa main gauche. Le saint est figuré en pied sous un décor architectural de style gothique. Un décor végétal occupe le tympan de la baie.
    Auteur :
    [commanditaire] Familles d'Aligre et de Préaux [atelier] Société artistique de peinture sur verre
    Localisation :
    Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Titre courant :
    Verrière représentant saint Louis de France
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Ecueillé, baie 2, saint Louis de France. IVR24_20093601003NUCA Ecueillé, baie 2, saint Louis de France, détail. IVR24_20093601004NUCA
  • Verrière représentant la sainte Famille à Nazareth
    Verrière représentant la sainte Famille à Nazareth Ruffec - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Représentations :
    Sainte Famille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette verrière représente Jésus, Marie et Joseph dans la maison de Nazareth. La scène est encadrée
    Titre courant :
    Verrière représentant la sainte Famille à Nazareth
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Ruffec, église Saint-Alpinien, baie 10 : la sainte Famille à Nazareth. IVR24_20093603321NUCA Ruffec, église Saint-Alpinien, baie 10 : la sainte Famille à Nazareth (détail
  • Verrière représentant la sainte Famille à Nazareth
    Verrière représentant la sainte Famille à Nazareth Thenay - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    concernant le donateur : "A la mémoire de / Mr J. A. Lescot de Lamillandrie / Donné par sa Veuve / Dame A. de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière offerte par la veuve de l'ancien député de l'Indre Lescot de Lamillandrie, mort à Saint
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrière représentant l'enfant Jésus, la Vierge et saint Joseph, en pied dans la maison de Nazareth.
    Titre courant :
    Verrière représentant la sainte Famille à Nazareth
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Thenay, église Saint-Simon-et-Saint-Jude, baie 7 : la sainte Famille. IVR24_20093603641NUCA Thenay, église Saint-Simon-et-Saint-Jude, baie 7 : la sainte Famille (détail
  • Tableau d'autel de la chapelle Sainte-Christine : Sainte Famille
    Tableau d'autel de la chapelle Sainte-Christine : Sainte Famille Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    Ce tableau est une copie d'après la Sainte Famille (dite aussi la Vierge de Séville) de Murillo
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Tableau d'autel de la chapelle Sainte-Christine : Sainte Famille
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'autel, du tabernacle et du tableau. IVR24_20084500980NUCA
  • Issoudun : chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, verrières
    Issoudun : chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, verrières Issoudun
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval : Chapelle funéraire édifiée au 19e siècle dans le parc de l'ancien couvent de la Visitation, racheté par Pierre Heurtault du Metz, député de l'Indre entre 1837 et 1846. La propriété revient ensuite à sa fille Blanche, épouse de l'amiral Lazare du Quesne , dont la fille Marie épouse le vicomte Ferdinand de Bonneval. Leurs descendants lèguent la propriété au diocèse de Bourges : c'est aujourd'hui la maison de retraite diocésaine. Les vitraux : Ensemble anonyme commandé dans la seconde moitié du 19e siècle par la famille du Quesne-Bonneval.
    Titre courant :
    Issoudun : chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, verrières
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, vue intérieure Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, baie 0 : Vie de la Vierge Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, baie 1 : Vie de saint Joseph Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, baie 2 : Vie de sainte Anne Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, baie 3 : Vie de saint Pierre Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, baie 4 : Vie de sainte Solange Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, baie 5 : verrière ornementale Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, baie 101. IVR24_20093602867NUCA Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, vue de la crypte funéraire Issoudun, chapelle funéraire de la famille du Quesne-Bonneval, crypte, baie 0 : Vierge de Pitié
  • Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue Gouverneur)
    Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue Gouverneur) Nogent-le-Rotrou - 41 rue Gouverneur - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de soeurs de la Sainte-Famille
    Historique :
    alors propriété de la famille de Souancé. L’édifice est possédé par la communauté de la Sainte-Famille individualisée et façade ordonnancée) permettent de dater les bâtiments 1, 2 et 3 et peut-être les 5 et 6, du 18e siècle. Les irrégularités de plan et l’imbrication des bâtiments posent néanmoins la question d’un bâti être confirmée par l’aveu de 1648 qui situe au même endroit la tenue de la porte Jacquet. Celle-ci est alors constituée de plusieurs maisons composées de plusieurs chambres et fermes, cours et petits jardins propriété accueille alors un hôtel particulier situé en retrait de la rue (bâtiments 1, 2 et 3) et doté d’un portail, d’une cour et de communs (bâtiments 5 et 6). Durant la Seconde Guerre mondiale, l’hôtel dit de Goëthals accueille le quartier général de la Résistance et en 1944 le quartier général des FFI. Il est
    Référence documentaire :
    Fol 31 et 32. Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de
    Statut :
    propriété privée sœurs de la Sainte Famille
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    L’édifice est composé de sept bâtiments disposés selon un plan en U autour d’une cour centrale. Il prend place au pied de la pente du plateau Saint-Jean, à l’angle formé par la rue Gouverneur et la ruelle de la Galaisière. Trois autres bâtiments sont situés plus haut sur la pente du plateau. La bandeaux. Le toit à deux versants et croupe est percé de lucarnes dotées de linteaux surbaissés. Sur cour bâtiment 1 est doté d’une charpente à fermes et pannes assemblées à des arbalétriers de jouée, avec un faux -entrait, un poinçon de fermette, un entrait, aisseliers et contrefiches. Elle est contreventée par une
    Titre courant :
    Hôtel de Goëthals, actuellement établissement conventuel de sœurs de la Sainte-Famille (41 rue
    Appellations :
    hôtel de Goëthals
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 31 et 32. AN. série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 31 et 32. Item un denier de cens au jour sainct remy sur partye de la tenue de la porte jacquet qui fut ausdictz adam et charles les oysons et andre regnoult et de present a jean le vieil sieur de la vigne ce concistant en une tenue de maisons pres la petitte sante a monter de la rue doree aux guillieres et y joignant faisant partye de laporte jacqueta lune desquelles maisons y une chambre haulte joignant d’autre coste audict sieur de la vigne en ladicte tenue de la porte jacquet par deux endroictz a la court et commune de ladicte tenue. Item quattre deniers de cens au premier jour de janvier sur une tenue d’un plassage vulgairement appelle la porte jacquet ediffiée sur la rue doree contenant quattre vingtz pied de longueur sur icelle scize audict nogent parroisse nostre dame qui avoit a lune des maisons lenseigne de limage sainct esloy et qui appartenoit antiannement a
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801989NUDA Aile sur rue (bâtiments 1 et 2), face ouest, vue de l'ouest. IVR24_20162801773NUCA Portail d'entrée sur rue, vue de l'ouest. IVR24_20162801776NUCA Aile en retour sur cour (bâtiment 4), vue de l'est. IVR24_20162801778NUCA Aile sur rue (bâtiments 1 et 2), travée centrale, vue de l'ouest. IVR24_20162801779NUCA
  • Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures
    Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures "Auxiliaires et Parasites" Le Subdray - Sollier - isolé - Cadastre : 2011 OA 102, 106, 107
    Historique :
    dans le cadre de la construction du lycée agricole du Subdray par l'agence d'architecture Carré d'Arche l'architecte Benjamin Jacquemet-Boutes. L’œuvre mi-architecturale et mi-mobilier est composée de quatre fabriques de jardin "Auxiliaires" et de quatre sculptures "Parasites" servant de bancs de jardin. Désignées "Auxiliaires" sont accessibles au public, la dernière aux seuls petits animaux capables de franchir les quatrième dit "Lombric" est isolé sur une pelouse. Le projet artistique global recherche l'instauration de ", susceptible d'offrir des points de vues complexes, variés et fragmentés sur l'environnement. En installant leurs œuvres sur une large pelouse, les auteurs souhaitent qu'elles fassent l'objet d'une pratique de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Référence documentaire :
    Direction des lycées et de l'action éducative du Conseil régional du Centre. Documentation Perspective d'insertion, document figuré relatif à la demande de permis de construire du 1 Plan de situation des Parasites, document figurant dans le document d'oeuvre exécutée, papier A4
    Dénominations :
    fabrique de jardin
    Murs :
    acier pan de métal essentage béton pan de béton armé bois pan de bois essentage de planches
    Statut :
    propriété de la région
    Annexe :
    comme autant de tableaux de famille perçant les murs de tôles, autour d'une grande table festive Inscriptions sur les parois intérieures de "Sous la terre" [sur la plaque verticale] AUXILIAIRES ET PARASITES Petite colonie épiphyte de micro-architectures auxiliaires et de territoires parasites artificiels partie d'un paysage plus vaste. Les principes, outils et stratégie de l'écologie du paysage (habitat , matrice, patch, corridor...) sont ici appliqués au projet d'œuvre d'art à l'échelle de l'architecture, du territoire et des usages. CONVIVIALITÉ ? La lecture de cet écosystème sous l'angle des habitats susceptibles d'abriter la biodiversité des relations entre usagers démontre un besoin de lieux propices à la convivialité ... (notion de confort social absente des cibles HQE). La demande intégrée au cahier des charges du 1 % artistique d'un espace convivial illustre une réelle nécessité. INSTAURATION ÉCOLOGIQUE D'UN PAYSAGE DE CONVIVIALITÉ "Auxiliaires et Parasites" est un projet d'instauration écologique plutôt que de restauration
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Précision dénomination :
    fabriques de jardin et sculptures
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en charpente métallique
    Description :
    " sous forme de quatre fabriques de jardin et de "Parasites" sous forme de quatre éléments mobiliers servant de bancs de jardin. Parmi les Auxiliaires, l’œuvre intitulée "Cabane perchée" est posée sur des toiture à deux pans sont constituées de claire-voie en bois. L’œuvre "Cage à sauvage" est posée sur une structure en béton armé et est réalisée en cornière en acier galvanisé. Ses quatre pans de murs sont faits de grilles en fil soudé et les deux pans de toiture ne sont pas couverts. "Galerie des paysages" est de plaques d'acier Indaten qui portent les inscriptions décrivant le 1% artistique (voir en annexe ). Les quatre éléments "Parasites" ont une structure de profils pliés en acier Indaten, lambourdes et
    Titre courant :
    Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Perpective d'insertion des fabriques figurant dans la demande du permis de construire (août 2011 Plan de situation des Parasites figurant dans le "document d'oeuvre exécuté" (juillet 2012 Vue de situation des Auxiliaires. IVR24_20131800141NUC4A Vue de situation de la "cabane perchée". IVR24_20131800142NUC4A Vue de détail de la "cabane perchée" : siège et claire-voie. IVR24_20131800143NUC4A Vue de situation de la "galerie des paysages". IVR24_20131800144NUC4A Vue partielle intérieure de la "galerie des paysages". IVR24_20131800145NUC4A Vue générale de la "galerie des paysages". IVR24_20131800146NUC4A
  • Hôtel Morin, ancien Hôtel de ville, actuellement Musée (10-11 quai Charles-Guinot)
    Hôtel Morin, ancien Hôtel de ville, actuellement Musée (10-11 quai Charles-Guinot) Amboise - 10-11 quai Charles-Guinot - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    lorsque Françoise Prevost, veuve de Pierre Morin, est en procès contre la ville. La famille Morin À que l'hôtel reste en la possession de la famille Morin jusqu'en 1764, date à laquelle le duc de L'histoire de l'hôtel Morin est partiellement connue. Jacques Coqueau et Pierre Nepveu auraient été les maîtres-maçons de l'hôtel, oeuvrant à partir de 1500. Édifié sur une parcelle située en partie hors les murs, à côté de la porte Saint-Simon qui se trouvait alors contre l'église neuve, future Notre comptes de l'argenterie. Ils fournissent notamment la cour de Louis XI et Charlotte de Savoie. Il semble Choiseul acquit l'hôtel et en fait le siège de la justice, de la chambre des comptes et de la prison, d'où le nom de palais ducal. Enfin en 1826, la ville l'achète pour la somme de 8 500 francs. En 1848, il sert de caserne à la garnison qui est chargée de garder Abd-el-Kader. Nous ne connaissons pas les modifications effectuées à l'intérieur de l'édifice jusqu'aux restaurations de 1881 entreprises par le service
    Référence documentaire :
    .(Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine). Relevé de la façade et d'une coupe donnant sur la rue François Ier. (Médiathèque de l'Architecture Relevé de la façade et d'une coupe donnant sur la rue François Ier. (Médiathèque de l'Architecture Relevé de 1882-1883 (lors des restaurations), d'un plan des piédroits et des bases de la cheminée de la salle dite de la justice et de la paix (détail). (Médiathèque de l'Architecture et du Relevé de 1882-1883 (lors des restaurations), d'un plan des piédroits et des bases de la cheminée de la salle dite de la justice et de la paix (détail). (Médiathèque de l'Architecture et du Relevé de face et de profil des bases du pied droit de la cheminée dans la salle donnant sur la cour au rez-de-chaussée (détail). (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine). Relevé de face et de profil des bases du pied droit de la cheminée dans la salle donnant sur la
    Dénominations :
    hôtel de ville
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Il s'agit d'un édifice de plan massé rectangulaire de 11 m de large pour 16 m de long, sans compter parties se lit au niveau d'un épais mur de refend (0,80 m). La tourelle donnant sur la Loire mesure 3,20 m de côté tandis que celle côté cour atteint 3,60 m. Les murs extérieurs présentent 1,20 m d'épaisseur . Construit en moyen appareil de pierre de taille de tuffeau, les restaurations conduites aux XIXe et XXe façade côté Loire est percée, au rez-de-chaussée, de deux grandes croisées à doubles croisillons et allèges talutées et, au premier étage, de deux croisées dont l'allège est également talutée. Deux lucarnes hautes, flanquées de pinacles et coiffées d'un tympan galbé à crochets surmontent l'ensemble. Les encadrements des baies aux angles supérieurs arrondis sont bordés de baguettes. Chaque ouverture est déchargée -de-chaussée du premier étage. Ce cordon est repris pour la corniche soulignant le rampant du toit sous les lucarnes. De petits culots sculptés, sur lesquels viennent prendre appui les pinacles qui
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Titre courant :
    Hôtel Morin, ancien Hôtel de ville, actuellement Musée (10-11 quai Charles-Guinot)
    Annexe :
    Précision sur le noyau d'escalier de l'Hôtel Morin L'escalier en vis est installé dans une cage octogonale de 4,50 m de diamètre extérieur et 1,60 m de rayon. La pierre employée est le calcaire coquiller gros tore qui y monte le long. On retrouve ici le même modèle que celui des noyaux tore de vis en bois . Le diamètre est proportionnellement à la taille de la cage d'escalier le même que dans les maisons, à savoir 30 cm de diamètre ici, contre 18 cm dans les petites vis en bois. Contrairement aux exemples en bois, qui se trouve dans des cages d'escalier carrées d'en moyenne 1 mètre de côté, la rampe du noyau participe sans doute ici davantage à la mise en valeur de l'espace qu'à sa sécurisation. Une rampe devait être fixée sur le mur de la cage et l'escalier est suffisamment large pour l'emprunter à cet endroit. Précisions sur les plafonds et les charpentes de l'Hôtel Morin Les plafonds ont été scrupuleusement relevés par le service des Monuments historiques. Au rez-de-chaussée, la majorité des plafonds sont encore
    Illustration :
    Plans du rez-de-chaussée et du 1er étage après les restaurations de 1882. IVR24_19753704495ZD Plans du rez-de-chaussée et du premier étage, avant les restaurations de 1882. IVR24_19753704496ZD Coupe longitudinale et relevé en élévation du côté de la rue François Ier. (Médiathèque de Coupe transversale de l'Hôtel de Ville. IVR24_19753704494ZD . (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine). IVR24_19753704687ZD Relevés en coupe longitudinale et en élévation du côté de la rue François Ier. (Médiathèque de Relevé en élévation de la façade donnant sur le quai Charles Guinot. (Médiathèque de l'Architecture Relevé de la façade et d'une coupe donnant sur la rue François Ier. (Médiathèque de l'Architecture Relevé en élévation de la façade donnant sur la cour. (Médiathèque de l'Architecture et du Relevé de la façade et d'une coupe donnant sur la rue François Ier. (Médiathèque de l'Architecture
  • Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol)
    Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 42 place Saint-Pol - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    Les bâtiments 1 et 3 ainsi que les caves des bâtiments 4 et 6 ont été datés de la seconde moitié du 16e siècle sur la base de leurs marqueurs stylistiques. L’édifice est alors composé d’un large bâtiment sur rue doté de deux niveaux d’élévation, assis sur un niveau de cave. Il est distribué par un couloir central et un escalier en vis semi-hors œuvre. L’édifice fait ensuite fait l’objet de plusieurs campagnes de construction, bornées entre le 17e et le 19e siècles, dont sont certainement issus les bâtiments 2, 4, 5 et peut-être 6, 7 et 8 (non étudiés). La reprise des façades et de la distribution du bâtiment 1 est datée du 18e siècle. Le rez-de-chaussée du bâtiment 1, déjà occupé par une boutique au début du 20e siècle, est complètement reconstruit en 1979. L’ensemble de la parcelle est alors dédiée à un magasin de commerce.
    Référence documentaire :
    fol 23 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le Recueil de plans. 1973-1999. Plans et élévations. (Archives privées). 419 - Nogent-le-Rotrou, le bureau de poste. 20e siècle. Impr. photoméc., carte postale. (Archives p. 21 et 67 DE SOUANCE, Hector Guillier, TOURNOUER, Henri. Armorial de la province du Perche, 1696 -1701. Mortagne : Impr. de "L’Écho de l'Orne", 1897.
    Dénominations :
    magasin de commerce
    Description :
    L’édifice est composé d’une somme de bâtiments hétérogènes, occupant la totalité de l’espace de la parcelle sur laquelle ils sont assis. Celle-ci mesure 18 m de large pour environ 25 m de long et une surface au sol de 480 m². Le magasin de commerce qui occupe actuellement le rez-de-chaussée et une partie des étages de l’édifice a rendu son étude en partie impossible. Seules les caves des bâtiments 1, 2 et 6 ainsi que l’étage et le comble du bâtiment 1 ont été étudiés. Au rez-de-chaussée, on peut tout au assurait antérieurement la distribution des caves et de l’étage du bâtiment 1. Les premières sont voûtées en berceau d’orientation et de profil différents, l’une d’elles possède un four (5). Le second est comble du bâtiment est monté à ferme et pannes avec des pannes assemblées à des arbalétriers de jouée
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison, actuellement magasin de commerce et logement (42 place Saint-Pol)
    Appellations :
    magasin de commerce U express
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 23 v°. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 23 v°. [...] Item deux deniers de cens et douze deniers de rente au jour de sainct remy sur une tenue de plusieurs logis devant leglise de laumosne tant sur la rue doree que sur le marché au baistial contenant deux cens quattre vingtz sept piedz et demy de longueur lieu parroisse de nostre dame et qui a cy devant appartenu a gervaise lemoyne jehan dubrueil ambroyse huberson silvaistre hucheloup luc lemoyne andre riguet pierre michelet et autres et de present appartient a leurs successeurs et autres ce concistant en un plassage remply de dix corps de logis composez de place du marché ayant deux cens seize piedz de longueur sur ladicte place, d’autre par le derriere a la tenue du cheval blanc et jeux de boulles d’un bout a la rue doree qui commance au coing du hault de ladicte place du marche ayant de longueur sur ladicte rue doree soixante piedz de longueur sauf plus de
    Texte libre :
    la fois être attribués à une famille noble ou à de riches bourgeois. composée de dix corps de logis dotés de chambres basses, chambres hautes et pour certains, de caves , soit à l’angle formé par le marché au bétail et la rue Dorée, en face de l’église de l’aumône. Une partie de son rez de chaussée tandis que l’autre partie est directement accessible depuis la rue par une porte disposée au centre de la façade. Le toit comporte des rampants en pierre de taille, une crossette sculptée est visible sur le mur pignon ouest. Trois souches de cheminées sont également visibles sur le toit. Un plan de 1973 figure le rez-de-chaussée de l’édifice. Celui-ci est composé de 8 bâtiments et 8 composent les ailes en retour et en fond de cour. Les deux derniers disposent de leur propre escalier droit ou en équerre. L’ensemble du rez-de-chaussée est couvert par des planchers portés par des brune rehaussée d’un décor de couleur beige incorporant des candélabres (à vérifier) et des motifs
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801951NUDA Plan du rez-de-chaussée et élévation de la façade nord (1973) - annotés (2016) (Archives privées Plan du rez-de-chaussée et élévation de la façade nord (1999) - annotés (2016) (Archives privées Bâtiment 1, vue intérieure, rez-de-chaussée, détail des poutres et solives du plancher (après 1973 Bâtiment 1, vue intérieure du premier étage, détail de l'un des piédroits et du manteau de la Bâtiment 1, vue intérieure du premier étage, détail du manteau de la cheminée (mur pignon est Bâtiment 1, vue intérieure du premier étage, détail de la hotte de la cheminée (mur pignon est
  • Verrière représentant la sainte Famille avec saint Jean-Baptiste enfant
    Verrière représentant la sainte Famille avec saint Jean-Baptiste enfant Paulnay - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    concernant le donateur : "Don de / Madame Veuve Docteur Alfred / Lainé née Salmont". Inscription concernant
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cette verrière, de style néo Rénaissance, représente la Vierge à l'Enfant trônant, avec saint
    Titre courant :
    Verrière représentant la sainte Famille avec saint Jean-Baptiste enfant
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Paulnay, église Saint-Etienne, baie 0 : la sainte famille. IVR24_20093603714NUCA
  • Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust)
    Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust) Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Historique :
    L’édifice est connu sous le nom de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle. Il aurait pris ce nom après que des gardes de Marie de Médicis, qui portaient des cuirasses ornées d'un soleil doré , aient séjourné sur place lors de son passage à Nogent en 1579. Toutefois, la mention dans l'aveu de 1648 d'une "tenue et maison de la Fleur de Lys" correspondant à l'emplacement de l'édifice étudié, ainsi que la présence d'un cartouche portant la date de 1579 surmontée d'une fleur de lys sur la hotte de l'une des cheminées, laissent penser que l'appellation de cet hôtel a varié dans le temps. Néanmoins , l'hôtel est probablement antérieur à la date de 1579, qui a pu correspondre à une nouvelle campagne de travaux. En effet, un bail de 1578 le mentionne déjà. Un autre bail de 1648 mentionne Louis-Julien Dupin (Sieur de la Fleur de Lys) comme propriétaire du lieu. Les façades sur rue de l'édifice sont considérablement modifiées lors de la réalisation d'un alignement en 1953. Le corps de bâtiment ouest est amputé de
    Référence documentaire :
    Fol 5 v° Archives nationales. Série P : article P898, numéro 38. Aveu et dénombrement de Nogent-le AD Eure-et-Loir. Série B : 2096. Bail de l'auberge de la Fleur de Lys. 1647-1648. AD Eure-et-Loir. Série B : 2504. Bail de la maison de la Fleur-de-Lis, rue de la Chaussée du Ruisseau, paroisse de Saint-Hilaire de Nogent. 1577-1578. AD Eure-et-Loir. Série B : 2529. Inventaire et prise des meubles et effets de Julien Dupin, avocat AD Eure-et-Loir. Série B : 2723. Procès entre François Vasseur, et François Dupin, maitre de la poste de Nogent. 1695. Feuille A1. Cadastre ancien. 1811. Plan cadastral. (Archives municipales de Nogent-le-Rotrou). . (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cartes et plans : 082.28.2023). Dossier d'alignement du 1 Giroust. Recueil de plans, cartes postales. (Archives privées).
    Dénominations :
    garage de réparation automobile
    Description :
    L'édifice est situé au nord du centre-ville de Nogent-le-Rotrou. Il adopte un plan en U. Des documents d'archives nous permettent de connaître son apparence avant l'alignement qu'il subit en 1953 . Ainsi, au début du 20e siècle, la façade sud est composée de trois niveaux d’élévation surmontés d’un toit en croupe et d’une haute souche de cheminée en brique. Une échauguette est visible dans son angle sud-ouest. Côté ouest, la façade est composée de deux bâtiments. Le premier, au nord, possède un passage d’entrée carrossable, il est doté de deux niveaux d'élévation et de deux travées. Le second, au . En 2013, lors de la réalisation de la campagne photographique, le bâtiment est accessible par une ouverture de boutique sur le pignon nord du bâtiment ouest et depuis sa cour. Il comprend toujours trois niveaux d'élévation sous un comble, couvert de tuiles plates. Les différentes ailes sont distribuées par
    Étages :
    2 étages de comble
    Titre courant :
    Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust)
    Annexe :
    Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. AN, série P : article P898. Aveu et dénombrement de Nogent-le-Rotrou (1648). Fol 5°v. Item la directe justice et jurisdiction tant sur ladicte rue des ruysseaux et autres en leurs enclaves y joignant qui sont la maison de la fleur de lis et ses circonstances et deppendances. Les maisons et moullins du hault lestang et retenues des ruysseaux la maison de jehan portier et moullin dabas et sur les maisons et tenues avecq les jardins et clos du coste de la rue
    Texte libre :
    de justice sur la maison de la Fleur de Lys. Plusieurs membres de la famille Dupin sont cités dans HISTORIQUE L’édifice est connu sous l’appellation de l’hôtel du Soleil d’Or depuis le 20e siècle . Il aurait pris son nom suite à l’hébergement des gardes de Marie de Médicis lors de son passage à Nogent en 1579. La cuirasse de ses gardes, ornée d’un soleil d’or, aurait alors donné à l’édifice l’appellation qu’on lui connaît aujourd’hui. L’aveu de 1648 contient la déclaration des droits de justice et de juridiction de la "tenue et maison" de la Fleur de Lys. Celle-ci, localisée à l’emplacement du bâtiment étudié portant la date de 1579 surmontée d’une fleur de lys. Si la date susnommée peut être retenue comme celle d’une campagne de travaux, elle ne peut servir à identifier l’année de construction de l’édifice. Le terminus ante quem de ce dernier est fixé par un bail daté au plus tard de 1578 qui mentionne déjà la maison de la Fleur de Lys. Au 17e siècle, la tenue est un fief urbain situé en bordure de la seigneurie
    Illustration :
    Plans de situation. IVR24_20162801227NUDA Plan de la cave. IVR24_20132800213NUDA Plan du rez-de-chaussée. IVR24_20132800214NUDA Plan du premier niveau de comble. IVR24_20132802015NUDA Plan du second niveau de comble. IVR24_20132802017NUDA Plan de l'échauguette, élévation et détail de la face sud, vue du sud, 1906. (Médiathèque du Carte postale de la rue Giroust, vue du sud, archives privées (avant 1953). IVR24_20162801234NUCA Carte postale de la rue Giroust, vue du sud, archives privées (avant 1953). IVR24_20162801235NUCA Détail de l'échauguette, vue du sud. IVR24_20132800199NUC4A Façade est (sur cour), bâtiment 2, détail de la fenêtre O-211, vue de l'est. IVR24_20132800197NUC4A
1 2 3 4 25 Suivant