Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 13 sur 13 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Écueillé : église Notre-Dame, verrières
    Écueillé : église Notre-Dame, verrières Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Les vitraux de l'église, issus de divers ateliers, ont été créés suite à la construction de la nouvelle église. Le vitrail du bras nord du transept (atelier Lobin, Tours) provient de l'ancienne église d'Écueillé, abandonnée au profit de l'édifice actuel. Les baies de la nef et de la tribune, non étudiées ici
  • Saint-Genou : église, verrières
    Saint-Genou : église, verrières Saint-Genou - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Genou : Inspiré par Saint-Martin de Tours et Saint-Benoît-sur-Loire, à la (nef actuelle), elle-même flanquée par deux collatéraux voûtés en quart-de-rond. Les vitraux : Les -Léopold Lobin (Tours), et de ceux des quatre baies du chœur, réalisés par Charlemagne (Toulouse).
  • Demeure (10-12 rue Saint-Jean)
    Demeure (10-12 rue Saint-Jean) Nogent-le-Rotrou - 10-12 rue Saint-Jean - en ville
    Historique :
    face nord). La même hypothèse peut être formulée pour les bâtiments 3 et 4 avec leur toiture en s’agissait du logis. La cheminée et le four du bâtiment 3 et sa proximité avec la cour et les caves, invitent à restituer une cuisine. Enfin la lucarne passante du bâtiment 5 et les portes charretières du
    Description :
    des décharges. Les tours d’angles sont éclairées par de petits jours et sont surmontées de toits derrière une cour avant. Le côté nord de ce dernier est accoté à l’ouest et à l’est par des tours semi ouest au contact d’un escalier desservant la cave et les combles des bâtiments 1, 2 et 3. Les caves du les consoles en quart-de-rond reposent sur des piédroits, et d’un four dont le cœur forme une petite coniques. Les bâtiments 3 et 4 sont couverts de toits en pavillons. Le bâtiment 5 est ouvert à la fois sur ), l’autre sur la rue (bouchée). Les bâtiments 5 et 6 sont couverts d’un toit à deux versants tandis que le
  • Bouges-le-Château : église Saint-Germain, verrières
    Bouges-le-Château : église Saint-Germain, verrières Bouges-le-Château - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    . Les vitraux : Les vitraux de cette église sont issus de divers ateliers. Les plus anciens ont été réalisés par la maison Lobin, de Tours (1863), tandis que Charles Lorin, de Chartres, signe deux vitraux du
  • Luçay-le-Mâle : église Saint-Maurice, verrières
    Luçay-le-Mâle : église Saint-Maurice, verrières Luçay-le-Mâle - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    seconde moitié du 19e siècle, les vitraux de cette église ont été réalisés par les ateliers Lobin (Tours datables du 11e siècle (nef), mais elle a été très remaniée après les guerres de Cent Ans. Son chevet plat date quant à lui du 19e siècle. Les vitraux : Tous postérieurs à la restauration de l'édifice dans la seconde les baies du chœur (1878), et la troisième les baies de la nef (1883). Notons également la
  • Palluau-sur-Indre : église Saint-Sulpice, verrières
    Palluau-sur-Indre : église Saint-Sulpice, verrières Palluau-sur-Indre - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    1870 par les ateliers Lobin (Tours), tandis que les vitraux de la nef et des chapelles latérales sont conserve ainsi ses voûtes (nef, chapelle, abside) et ses baies à lancettes de style flamboyant. Les s'agit des cinq baies du chœur et de deux baies de la chapelle nord, fondée en 1503 par les seigneurs de Palluau. Les verrières garnissant les lancettes des baies du chœur ont été réalisées au milieu des années
    Référence documentaire :
    . 2 : « Les vitraux du Centre et des Pays de la Loire », Paris, Éditions du C.N.R.S., 1981, p. 206-207.
  • Preuilly-la-Ville : église Saint-Pierre, verrières
    Preuilly-la-Ville : église Saint-Pierre, verrières Preuilly-la-Ville - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    , composée de trois courtes travées, a été reconstruite par l'architecte Létang à la fin du 19e siècle. Les vitraux : Les vitraux de l'église Saint-Pierre appartiennent à plusieurs campagnes de création. Les trois verrières de l'abside sont anonymes et sans date, tandis que dans les chapelles latérales et dans les baies nord de la nef, neuf verrières datées de 1897 sont issues de l'atelier de Julien Fournier (Tours ). Enfin, dans les baies sud de la nef, deux compositions abstraites sont venues compléter cet ensemble à
  • Buzançais : église du Sacré-Cœur, verrières
    Buzançais : église du Sacré-Cœur, verrières Buzançais - rue des Grands Jardins - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    , à Tours, aux alentours de 1900-1901. Ils occupent les chapelles rayonnantes du déambulatoire, le , d’un transept, et d’un chœur à déambulatoire qui s’ouvre sur cinq chapelles rayonnantes. Les vitraux : Dans leur grande majorité, les vitraux de l'église de Buzançais ont été réalisés par l'atelier Florence transept et la nef. Les fenêtres hautes de la nef et du transept (côté ouest), comportent des grisailles incolores non étudiées ici (baies 115 à 126). Les fenêtres hautes du chœur sont quant à elles munies de
  • Issoudun : église Saint-Cyr, verrières
    Issoudun : église Saint-Cyr, verrières Issoudun - place Saint-Cyr - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    deux tours, restée inachevée. Enfin, l'ensemble fut doté dans les années 1930 d'un clocher de plan Église paroissiale Saint-Cyr : D’origine romane, la collégiale Saint-Cyr fut détruite pendant les carré bâti au dessus du portail nord, surmonté d’une haute flèche. Les vitraux : Des vitraux anciens de cette ancienne collégiale subsistent les panneaux de la grande baie axiale, dont l'installation, vers 1470, marque l'achèvement de la reconstruction du choeur. Les 18 autres verrières figurées ou ornementales, de la seconde moitié du 19e siècle, sont issues de l'atelier de Lucien-Léopold Lobin, de Tours
    Référence documentaire :
    . 2 : « Les vitraux du Centre et des Pays de la Loire ». Paris, Éditions du C.N.R.S., 1981, p. 202.
  • Argenton-sur-Creuse : église Saint-Sauveur, verrières
    Argenton-sur-Creuse : église Saint-Sauveur, verrières Argenton-sur-Creuse - rue du Point du Jour - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    d’Argenton a subi de nombreux remaniements dans les années 1850 et 1860, sous la direction d’Alfred Dauvergne unique ouverte sur dix chapelles latérales, flanquée à l’est par une profonde abside polygonale. Les étudiées ici). Les trois verrières de la chapelle absidiale ont été réalisées par les ateliers de Julien -Léopold Lobin, à Tours (1860), tandis que 9 verrières de la nef sont issues de l'atelier de Charles
  • Luant : église Saint-Jean-Baptiste, verrières
    Luant : église Saint-Jean-Baptiste, verrières Luant - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    les vitraux de la nef, réalisés en 1939 par Lux Fournier, de Tours (baies 5, 6, 7 et 8). Le vitrail de seconde moitié du 19e siècle, en partie selon les plans de l’architecte Létang. La nef unique, couverte coupés. Les vitraux : Les vitraux de l'église de Luant ont été créés au cours de deux campagnes . Anonyme, il peut toutefois être rapproché des ouvrages produits par les ateliers tourangeaux (Lobin , Florence ou Fournier père ?). Enfin, les baies occidentales de la nef sont fermées d'une vitrerie à
  • Verrière représentant saint Pierre, saint Ursin et saint Martial
    Verrière représentant saint Pierre, saint Ursin et saint Martial Chaillac - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Cette verrière dont le style rappelle celui de l'atelier Lobin (Tours), demeure anonyme. Elle a 1860 : "Dans les trois compartiments séparés par deux meneaux, sont des écussons dans le vitrail. L'un , écartelé de Raiz : ce sont les armes d'André de Chauvigny, qui portait au 1 et 4, d'argent à cinq fuseaux
    Référence documentaire :
    . 2 : « Les vitraux du Centre et des Pays de la Loire ». Paris, Éditions du C.N.R.S., 1981. p. 209. DE BEAUFORT, E. "Recherches archéologiques dans les environs de Saint-Benoît-du-Sault. Eglise de
    Description :
    un décor d'architecture et sur un fond damassé bleu. Les trois quadrilobes qui ajourent le tympan
  • Maison, restaurant (22 place du Général-Saint-Pol)
    Maison, restaurant (22 place du Général-Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 22 place du Général-Saint-Pol - en ville
    Historique :
    Les marqueurs stylistiques observés (linteaux moulurés en chanfrein et escalier en vis circulaire à moitié du 16e siècle. Néanmoins le fait que celui-ci dispose de deux tours d’escaliers, dont l’une (3 charpente du bâtiment 1. Les modes d’assemblage de la porte (gros claveaux chanfreinés), comme de la
    Description :
    vis desservant les étages du bâtiment 1, et une cave située sous le bâtiment 2. Celle-ci est voûtée en
1