Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Lotissement réglementé des Beaumonts
    Lotissement réglementé des Beaumonts Orléans - 50 à 62, pairs de 64 à 70 rue Porte-Dunoise rue Général-de-Sonis rue Paul-Besnard rue Maurice-Rollinat rue Léon-Thauvin rue Paul-Gauguin impasse Mac-Nab impasse André-Chenal place Adolphe-Cochery - en ville - Cadastre : 2008 AI 10 à 14, 26 à 28, 40 à 52, 58 à 64, 74, 75, 80, 82, 89, 98 à 104, 118 à 146, 606, 607
    Copyrights :
    (c) Université de Tours
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les lotissements
    Historique :
    et artisanales. Les délais de construction sont fixés à 24 mois maximum après l'acquisition du 3000 francs par mètre linéaire de façade. Parmi les acquéreurs figure la société coopérative de
    Annexe :
    , refuser toute cession aux candidats acquéreurs dont les projets de construction ne répondraient pas, entre de mettre en vente les terrains qui leurs sont cédés avant l'achèvement de la totalité des travaux relatif aux constructions Article 8 : distribution du lotissement Les lots n° 7, 8, 19, 22, 38, 42 et 67 seront destinés à recevoir des constructions isolées. Les autres lots seront obligatoirement occupés par des constructions jumelées. Les attributaires devront se grouper pour construire simultanément. La obtenir à cet effet, toute construction légale et réglementaire. Les acquéreurs, leurs ayants-droit, ou : constructions interdites Les parcelles sont destinées uniquement à recevoir des bâtiments à usage d'habitation principale. En conséquence, sont prohibés les usines, ateliers, dépôts, entrepôts, de tous genres qu'ils soient compris ou non parmi les établissements classés comme étant dangereux, insalubres ou incommodes . Toutefois, sur autorisation spéciale de la Commission Municipale, pourront être autorisées les constructions
    Texte libre :
    programme de construction comprenant plusieurs centaines de logements collectifs dans les secteurs ouest Loiret qui a également à sa charge à la même période les plans des lotissements du Clos-Belneuf et du . La rue Porte-Dunoise forme le second axe principal du lotissement et joue un rôle de circulation long de ces différentes voies, les maisons sont implantées en rangée discontinue et en retrait selon une composition symétrique qui se joue à l'échelle d'un îlot. Elles sont entourées d'un jardin traité muret parfois surmonté d'une barre d'appui. Les dessins des grilles métalliques, que l'on retrouve également à Orléans dans les lotissements du Clos-Belneuf, de la rue Eugène-Turbat ou de la rue Georges trame fine, motifs géométriques tels que les losanges, les cercles, les dents de scie, les formes période, en particulier les maisons couvertes de toits asymétriques (n° 6 rue Maurice-Rollinat, image ci lotissement demeure cependant fortement marqué par les groupes d'habitations réalisés par des sociétés privées
  • Lotissement réglementé des Champs-Élysées
    Lotissement réglementé des Champs-Élysées Orléans - rue Théophile-Chollet 2 à 25 rue Fernand-Rabier 2 à 19 rue Alsace-Lorraine rue Émile-Davoust rue Paul-Fourché place Halmagrand 1, 7, 9 rue Saint-Martin-du-Mail 27 ter à 31 boulevard Alexandre-Martin - en ville - Cadastre : 2008 BR 63 à 65, 67, 68, 72 à 83, 86 à 92 2008 BP 1 à 3, 5 à 23, 129 à 135, 148 à 174, 187, 192
    Copyrights :
    (c) Université de Tours
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les lotissements
    Historique :
    des bureaux de l’État-major de la place. C'est durant cette période que les premières études ) en février 1913 suscite alors de nombreux débats alimentés par les questions du maintien du Campo architecturales. Les acquéreurs ont ainsi l'obligation de construire, dans un délai de deux ans et sur des lots de en pierre et brique, soit en ciment avec un ravalement imitant la pierre. Sur les 84 édifices bâtis ), soit près de 40 % du nombre total des constructions, et s'installe au n° 13 rue Théophile-Chollet. Les autres maîtres d’œuvre sont essentiellement Orléanais parmi lesquels figurent les architectes Coursimault , Ballu et Vaillant et les entrepreneurs Pagot, Dessus et Guillon. Si la construction du lotissement est
    Référence documentaire :
    VOYER, David. Les Champs-Elysées d'Orléans. Mémoire de maîtrise : Tours : Histoire de l'art : 1998. Orléans, place du Docteur Halmagrand, les Champs-Élysées. Carte postale. Par L. Lenormand PELLETIER, Jacques. Les Champs-Élysées d'Orléans. Mémoires de la Société d'agriculture, sciences
    Description :
    édifices répartis sur sept îlots desservis par cinq rues. Les deux voies principales, la rue Théophile place triangulaire arborée et gazonnée (place Halmagrand). Les rues d'Alsace-Lorraine et Émile-Davoust l'Étape au Campo Santo, lequel jouxte le lotissement. Les édifices sont implantés à l'alignement et entre la rue et clôturés par un mur et une grille métallique. Les habitations, maisons et immeubles en logements étudiants), deux établissements d'assurance (les assurances E. Coppens Et Fils et la longs pans brisés et de croupes en ardoise ou en tuile mécanique (2 cas). Seuls les deux édifices homogène reposant en grande partie sur les matériaux utilisés, lesquels étaient imposés par le cahier des l'unique matériau de façade dans 7 édifices, est également associée à la pierre et au ciment : les façades à 21 reprises (soit 1/4 des édifices) sous forme de plate-bande, de carroyage en parement (pour les briques se prête à de nombreuses variations composant des décors géométriques jouant sur les effets de
    Texte libre :
    du 19e siècle les terrains du couvent des Jacobins. Envisagé dès l'administration Gitton (maire de véritablement aménagé qu'à partir de 1927, lorsque sont entrepris les travaux de voirie. Il présente une la voirie et les constructions et le cahier des charges du lotissement, que des pratiques élaborés entre les années 1912 et 1915 par des architectes, conseillers municipaux ou citoyens locaux voies et la reconstruction de plusieurs édifices publics. Les premières études sont menées durant de liaisons entre le lotissement projeté et les quartiers environnants est vivement critiquée dans le circulation et les liaisons externes y sont davantage étudiées. La place de l’Étape, dégagée et reliée par une , théâtre) mais l'école joue un rôle plus important au sein de la composition, en étant placée à la jonction Saint-Vincent. Présenté en mai et juin 1913 (les documents sont envoyés à la mairie d'Orléans), le plan l'ancien cimetière. S'il existe une parenté entre ce projet et celui de Grandjean (les deux axes nord-sud
    Illustration :
    Siège de l'Union nationale Les Mutilés du Loiret, 10 rue Théophile-Chollet. IVR24_20104502303NUC2A
1