Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Rue des Carmes
    Rue des Carmes Orléans - rue des Carmes - en ville
    Historique :
    Remontant peut-être au 1er siècle après J.C., la rue des Carmes et les architectures la bordant ont longtemps eu un caractère de faubourg. Intégré dans les murs de la ville à la fin du 15e siècle, l'ensemble urbain qu'elle constitue conserve des traces courant de la fin de l'époque médiévale pour les plus anciennes à la deuxième moitié du 20e siècle, notamment pour les immeubles reconstruits suite aux
    Référence documentaire :
    ALIX, Clément. L'habitat orléanais à la fin du Moyen Âge. Tours : Université François Rabelais sur l’habitat urbain en Europe aux XVe et XVIe siècles. Actes du colloque de Tours, juin 1977. Paris de Tours, juin 1977. Paris : Picard, 1983. (De Architectura). à 1900 : les trois percées d'Orléans. Paris : I.E.R.A.U., Ministère de l’Équipement et du Logement LAISNEY, François. Les plans d'alignements des villes (1807-1819) : une loi mal appliquée. in : Villes françaises au XIXe siècle. Aménagement, extension et embellissement. Les Cahiers de l'Ipraus : Avignon et Nîmes. in : Villes françaises au XIXe siècle. Aménagement, extension et embellissement. Les LEPAGE, Eugène. Les rues d'Orléans. Recherches historiques sur les rues, places et monuments NASR, Joseph. Continuités et changements dans les rues et parcellaires des centre-villes détruites PROST, Antoine. Les Ouvriers orléanais dans leurs quartiers en 1911. In GARDEN, M. LEQUIN, Y
    Texte libre :
    PROBLÉMATIQUES La rue des Carmes offre peu de prise à l'analyse et aux commentaires. Les archives sont pauvres , et, en conséquence, les historiens, géographes, archéologues et autres chercheurs vont rarement au -delà de la simple mention : on ne compte à ce jour aucune étude monographique sur les Carmes, hormis un semble que dans ce cas précis, la rue ne puisse s'appréhender en tant que telle ; elle joue plutôt le , que l'auteur situe cent ans trop tôt. Émile Huet ne fait guère mieux : la rue joue un simple rôle de définir avant tout par un rapport de médiation vis-à-vis de ce qui l'entoure, rues et îlots. I. LES CARMES HORS LES MURS : DES ORIGINES À LA DERNIÈRE « ACCRUE » Orléans à l'époque du Bas-Empire n'intégrait pas les Carmes. Car l'oppidum gaulois qu'a investi César se limitait à une ville fortifiée fermée par des Bourges ou Tours (rive gauche de la Loire), via le pont qui commandait l'axe nord-sud ; à l'ouest, après un dédoublement de la route, vers Tours (rive gauche), ou vers Châteaudun et Le Mans plus au nord. La
    Illustration :
    Reproduction du plan du réseau viaire et délimitation des espaces morphologiques dans les quartiers Façade du cinéma "Les Carmes". IVR24_20084500142NUCA
  • Maison à boutique (69 rue des Carmes)
    Maison à boutique (69 rue des Carmes) Orléans - 69 rue des Carmes - en ville
    Description :
    une corniche moulurée. Le toit à pans brisés est recouvert d'ardoise, ainsi que les jouées de la frise décorée de quatre bossages en table, les deux éléments centraux séparés par un bossage rond, et
  • Immeuble (3 rue des Carmes)
    Immeuble (3 rue des Carmes) Orléans - 3 rue des Carmes - en ville
    Historique :
    Reconstruction d'Orléans. L'immeuble du numéro 3, édifié par les architectes Paul A. Leroux et Faraut logements, dévolu dès l'origine à la vaste opération de relogement des personnes sinistrées par les
    Description :
    , joue sur le rythme paratactique des ouvertures, toutes identiques, scindant les dix travées en trois sections inégales : de gauche à droite, respectivement cinq, une et quatre travées, toutes les ouvertures étant alignées en hauteur, sur les trois niveaux. La travée isolée s'inscrit dans le prolongement de la fenêtre en ciment vient discrètement souligner les horizontales des trois niveaux, au-dessus du bandeau du
  • Maison à boutique (63 rue des Carmes)
    Maison à boutique (63 rue des Carmes) Orléans - 63 rue des Carmes - en ville
    Description :
    ). La façade avec enseigne observe une organisation à travées régulières : les lucarnes à fronton-pignon sur un bandeau séparateur entre le rez-de-chaussée et le niveau supérieur. Les fenêtres, dépourvues de siècle, est caractéristique de la rue. La couverture en ardoise du toit à longs pans s'étend aux jouées l'étage carré, les traces d'une enseigne disparue qui désignait un magasin de la société Degrémont - une
  • Maison à boutique (65 rue des Carmes)
    Maison à boutique (65 rue des Carmes) Orléans - 65 rue des Carmes - en ville
    Description :
    . Les deux ouvertures de l'étage carré, identiques, reçoivent une fenêtre avec persienne en bois à deux lui aussi en fer, est couverte d'ardoise sur ses jouées, à l'instar du toit. L'enduit maçonné lissé de l'existence de caves sous les bâtiments eux-mêmes, ayant très tôt servi - et de façon largement prédominante
  • Maison à boutique (71 rue des Carmes)
    Maison à boutique (71 rue des Carmes) Orléans - 71 rue des Carmes - en ville
    Description :
    décoratif : le blanc domine et vient trancher sur le bleu de l'ardoise qui recouvre le toit et les jouées de La maison à boutique avec enseigne du 71 présente les mêmes caractéristiques que la maison
  • Immeuble (14 rue des Carmes)
    Immeuble (14 rue des Carmes) Orléans - 14 rue des Carmes - en ville
    Historique :
    L'immeuble à logements d'angle du numéro 14 appartient à l'îlot 6 de la Reconstruction. Les travaux s'effectuèrent sous la direction de M. Bazin, architecte chef de groupe, et furent réalisés d'après les plans d'E
    Description :
    combinaison joue sur les trois étages carrés : (en partant de la rue des Carmes vers la rue du Grenier à Sel présente une articulation complexe de sept travées sur les trois étages carrés. Chaque baie ou bloc croisée et demi ; E : larges de quatre dalles, hautes de trois. Les baies de type A, D et E reçoivent une double barre d'appui en fer. Les trois baies couplées de type B reçoivent un balcon filant aveugle en béton rehaussé d'une barre d'appui en fer, sur une dalle bétonnée à caissons. Les baies de type C l'immeuble du reste du front bâti, édifié avec les mêmes matériaux selon les mêmes principes. La façade sur claustras à décor losangé et de trous de ventilation pour les blocs WC absents sur la rive nord de la rue
  • Maison à boutique (68 rue des Carmes)
    Maison à boutique (68 rue des Carmes) Orléans - 68 rue des Carmes - en ville
    Description :
    recouverte d'enduit maçonné gris a été fortement remaniée. Elle reçoit deux ouvertures sur les deux étages et du toit construite en bois est sommée d'un arc segmentaire mouluré typique du 18e siècle. Ses jouées
  • Cinéma Les Carmes (7 rue des Carmes)
    Cinéma Les Carmes (7 rue des Carmes) Orléans - 7 rue des Carmes - en ville
    Historique :
    Reconstruction d'Orléans. L'immeuble du numéro 7, édifié par les architectes Paul A. Leroux et Jacques E logements. Une gigantesque salle des fêtes longtemps projetée par les architectes de la Reconstruction
    Description :
    le cinéma "Les Carmes". Il présente une façade à deux étages carrés et six travées, sans comble, sous celle tracée par les immeubles des numéros 3 et 5. La partie qui accueille le hall du cinéma ainsi que des appartements, est prolongée dans la profondeur par un bloc moins élevé qui compose les salles . L'élévation joue sur deux registres en hauteur, le premier niveau de fenêtres éclairant le hall, le second entre les ouvertures. Celles du premier niveau sont coupées par une traverse centrale qui délimite deux . Le second étage reprend les dimensions de la seconde fenêtre du premier niveau : fenêtre à deux
    Titre courant :
    Cinéma Les Carmes (7 rue des Carmes)
    Appellations :
    Les Carmes
  • Maison (47 rue des Carmes)
    Maison (47 rue des Carmes) Orléans - 47 rue des Carmes - en ville
    Historique :
    couvent. Elle a été surélevée d'un niveau dans les années 1920.
    Description :
    piétonne. La maison joue sur les camaïeux de blanc : blancheur de la pierre d'angle, des encadrements de donnant sur la rue des Carmes, a été surélevée d'un niveau dans les années 1920, ce dont témoigne le large d'angle harpée continue et encadrement des fenêtres en pierre. Seules les ouvertures du premier étage sont lumière extérieure. Les fenêtres du deuxième étage sont moins hautes, avec des persiennes de bois et un les fenêtres du troisième étage carré, principe que l'on retrouve sur la façade en retour rue des
1