Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 14175 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg de La Croix-du-Perche
    Bourg de La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche - le Bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    D’après Édouard Lefèvre, le bourg primitif de la Croix-du-Perche se trouvait au haut Moyen-Âge dans l’ancien logis du prieur dont la cave date du 16e siècle, de même que la structure de l’ancienne mairie bourg tel qu’il était à la fin du 18e siècle. A cette époque, une trentaine de maisons de fermes se la seconde moitié du 20e siècle, quelques maisons ont été édifiées en extension du bourg (rue de les environs de l’étang de Gaillard. En 1495, "la motte et la place de la maison-fort de Gaillard (plus aucune trace actuellement). L’édifice le plus ancien du bourg, occupant une place centrale, est -école (murs solidement renforcés de contreforts au sud). Le plan cadastral de 1814 est le reflet du le sud. La quasi-totalité des maisons et des fermes a été reconstruite à partir de 1850, le plus
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Référence documentaire :
    Plan de l’ancienne école de La Croix-du-Perche. 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 5 Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux. , maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et
    Description :
    Le bourg de La Croix-du-Perche se situe à proximité de la rivière de la Foussarde qu’il surplombe essentiellement implantées autour de la place de l’Eglise. A l’exception d’une maison à un étage carré et à façade manière perpendiculaire ou en vis-à-vis du bâtiment principal. Les murs sont le plus souvent en moellons de silex couverts d’un enduit à la chaux. Plusieurs exemples possèdent des murs en brique (maisons au dépendances datant du 18e siècle, ont des murs en terre (reposant sur un solin en silex). Les encadrements
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - le Bourg - en village
    Titre courant :
    Bourg de La Croix-du-Perche
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1814, assemblage des sections A2, B1 et C2. (Archives départementales d´Eure Vue d’ensemble de l’église paroissiale, de la mairie-école et de la salle polyvalente, depuis le
  • Présentation de la commune de La Croix-du-Perche
    Présentation de la commune de La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux. Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série B : 3090 - 3091. Baillage de La Croix-du-Perche. Plan de la commune de La Croix-du-Perche/auteur inconnu. Dressé en 1868. (Archives départementales Plan de l’ancienne école de La Croix-du-Perche. 1868. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 5 Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non FEY, Nathalie. La Croix-du-Perche - L’église à rêves. Pays du Perche n° 10, Fédération des Amis du KERDREAN, Comte de. Notice sur l’église de La Croix-du-Perche. Mémoires de la société archéologique FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994. OUVRAGE COLLECTIF. Édifices religieux du canton de Thiron-Gardais. Bulletin de la société
    Localisation :
    La Croix-du-Perche
    Titre courant :
    Présentation de la commune de La Croix-du-Perche
    Annexe :
    Cadre de l'étude L´inventaire topographique du patrimoine architectural de la commune de La Croix -du-Perche a été réalisé en 2013, en reprenant un recensement de l’architecture ancienne effectué en
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Texte libre :
    la Croix-du-Perche dont l’enceinte circulaire est toujours lisible. En 1495, "[...] la motte et la précisément à Tiron), auraient érigé une imposante croix. La Croix-du-Perche est connue pour une bataille qui commémorer cette bataille. Sous l’Ancien Régime, le territoire de La Croix-du-Perche est sous l’emprise de du baillage de La Croix-du-Perche (Archives départementales d’Eure-et-Loir, B 3090 - 3091) montre régional du Perche, la commune de La Croix-du-Perche (canton de Thiron-Gardais, Communauté de communes du paroissiale Saint-Martin) et les caves du logis prieural (devenu presbytère puis maisons). En 1250, la paroisse porte le nom de Crux in Pertico d’après les titres de la fabrique et inventaire manuscrit du 18e opposa en 1589 les troupes royales du Comte de Soissons, menées par le capitaine Fontenay de la Resnière conservation. En 1866, la commune compte 483 habitants. DESCRIPTION Située au sud-est du Parc naturel Chemin de César, reliant le Dunois à Nogent-le-Rotrou et coïncidant avec la route départementale 110. A
    Illustration :
    Extrait de la carte de Cassini (3e quart 18e siècle). IVR24_20132800471NUC2 Tableau d’assemblage du cadastre de 1814. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Plan de la commune, dressé en 1868, auteur inconnu. (Archives départementales d’Eure-et-Loir, 4 Fi Demeure de la Pihourdière. IVR24_20172800295NUCA Vue d'ensemble de la ferme de Chesneau depuis le sud-est. IVR24_20162801136NUCA
  • Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Référence documentaire :
    FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche
    Titre courant :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Texte libre :
    Trois Muids). Conclusion : L´architecture rurale de La Croix-du-Perche a connu de nombreux remaniements construites entre le 16e siècle (vestiges dans la cave du logis probable du prieur au bourg) et les années 1930. Dans l’ensemble, elles datent de la seconde moitié du 19e siècle et du début du 20e siècle demeure à La Pihourdière). A l’exception de six d’entre elles, les fermes se situent à l’extérieur du moitié du 19e siècle. Plusieurs fermes, à l’instar de celles de La Léonie ou de Gaillard, sont construites dans la seconde moitié du 19e siècle. Plusieurs dates (chronogrammes ou mentions des matrices s’est agrandie au fil du temps. Le type prédominant de ces fermes à cour semble être la ferme en "U sud-est du premier) ménageant une cour ouverte au sud. La grande majorité des logis des fermes sont œuvre : les moellons de silex extraits du sol (liés au mortier chaux/sable, voire à la terre) sont taille de calcaire importé (logis prieural du bourg, à La Chesnaye, au Moulin Gaillard, au Parcouvert et
    Illustration :
    Maisons et fermes à La Croix-du-Perche - Carte synthétique des édifices repérés et sélectionnées Tableau synthétique des éléments bâtis sélectionnés à La Croix-du-Perche. IVR24_20132800467NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (1 sur 3). IVR24_20132800468NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (2 sur 3). IVR24_20132800469NUD Tableau synthétique des éléments bâtis repérés à La Croix-du-Perche (3 sur 3). IVR24_20132800470NUD La Léonie, ferme : plan de localisation des bâtiments de la ferme. IVR24_20132800419NUDA La Pihourdière, demeure. IVR24_20172800295NUCA La Léonie, ferme construite en 1864. IVR24_20132800420NUC2A La Léonie, mise en oeuvre en terre crue (bauge) sur solin maçonné en moellons de silex
  • L’architecture rurale du Parc naturel régional du Perche
    L’architecture rurale du Parc naturel régional du Perche
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Référence documentaire :
    ), Atlas des paysages du Parc naturel régional du Perche. Diagnostic et orientations pour une politique du paysage. Commande du Parc naturel régional du Perche. Nogent-le-Rotrou : Imprimerie Peau, 2003, 232 p. FISHER, Roger. Les maisons paysannes du Perche. Paris : Eyrolles, Maisons paysannes de France, 1994. GAUTIER, Nicolas, FAUCON, Régis. Les manoirs du Perche. Paris : Acanthe, 2006, 223 p. LOUISE, Gérard. La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècle), le Pays Bas-Normand. Revue trimestrielle
    Titre courant :
    L’architecture rurale du Parc naturel régional du Perche
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Texte libre :
    immense forêt, la « silva pertica » ou forêt du Perche, qui prenait place aux confins des anciennes part apanagée du Perche fait retour à la Couronne. Le Perche, associé au Maine, est l’une des provinces définitivement le principe de découpage de la Nation en départements : la majeure partie de la province du Perche affirmée. L’ancien comté du Perche, dont une étude récente a suggéré que c’est sans doute à la faveur de sa création « que s’individualisa vraiment la province du Perche […] et que cette région se coupa définitivement […] de la Normandie », constitue le cœur du Syndicat mixte du Parc naturel régional du Perche cidre se sont généralisées dans le Perche à partir du XVIIIe siècle. La production de Calvados bénéficie , l’extraction de matériaux (sables du Perche, calcaire voire argile à silex), la sylviculture sont aujourd’hui décalcification de la couverture de craie de Rouen et chargées en silex, les sables du Perche, ferrugineux et En raison de leur intérêt commun pour l’architecture rurale du territoire du Perche, les Régions
    Illustration :
    La Croix-du-Perche, église paroissiale Saint-Martin. IVR24_20142800124NUC4A La Croix-du-Perche, église paroissiale Saint-Martin, vue partielle de la fausse voûte lambrisée Senonches, vue de l'étang de la Benette. IVR24_20162800009NUCA Vue du village de Margon depuis le coteau. IVR24_20162800010NUCA Thiron-Gardais, abbaye de la Sainte-Trinité. IVR24_20142800130NUC4A Thiron-Gardais, la Chalopinière, ferme. IVR24_20172800204NUCA Thiron-Gardais, vue de l'étang et du bourg. IVR24_20142800612NUC2A Argenvilliers, vue du bourg. IVR24_20092800058NUCA Champrond-en-Perchet, manoir du Grand Champrond. IVR24_20112800065NUCA
  • Bourg : monument aux morts
    Bourg : monument aux morts La Croix-du-Perche - Bourg - place de l'Église - en village
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    Le monument aux morts a été érigé en 1922 par Emile Jouvet, entrepreneur en travaux publics à La
    Représentations :
    croix de Lorraine palme
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument aux morts se situe dans le bourg, au centre de la place de l’Église. En pierre de taille de grès, il comprend une stèle de forme pyramidale, posée sur un socle de section carrée. La stèle porte les noms des soldats morts pour la France sur ses faces. Elle est décorée d’une palme et d’une croix de Lorraine.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Bourg - place de l'Église - en village
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
  • Bourg de La Croix-du-Perche
    Bourg de La Croix-du-Perche La Croix-du-Perche - le Bourg - en village
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Dossier :
    de La Croix-du-Perche
  • Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison
    Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison La Croix-du-Perche - Bourg - 3 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 67
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Dossier :
    , détail du plan de situation. (Archives communales de La Croix-du-Perche). Bourg : mairie et école Projet d’aménagement et d’agrandissement de la cantine dressé par l’architecte Wilhelm en 1946
  • Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison
    Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison La Croix-du-Perche - Bourg - 3 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 67
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Dossier :
    , plan, coupe et élévation. (Archives communales de La Croix-du-Perche). Bourg : mairie et école publique Projet d’aménagement et d’agrandissement de la cantine dressé par l’architecte Wilhelm en 1946
  • Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison
    Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison La Croix-du-Perche - Bourg - 3 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 67
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Dossier :
    l’architecte Desmares en 1877. (Archives communales de La Croix-du-Perche). Bourg : mairie et école publique
  • Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison
    Bourg : mairie et école publique primaire, actuellement mairie et maison La Croix-du-Perche - Bourg - 3 rue de l'Église - en village - Cadastre : 1814 C2 271 2013 AB 67
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Dossier :
    par l’architecte Desmares en 1878. (Archives communales de La Croix-du-Perche). Bourg : mairie et
  • Chevilleau : ferme
    Chevilleau : ferme La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    CMC, probablement les initiales du maître d’œuvre, inconnu) au sud de la ferme pour servir de transformation du bâtiment en "L" semble remonter à la seconde moitié du 19e siècle, commanditée par les Chellet ouvertures du bâtiment en "L". Dans la seconde moitié du 20e siècle, le logis est transformé (agrandissement d’ouvertures, suppression du fournil et de la laiterie). Au début du 19e siècle, le lieu-dit est divisé en deux propriétés, soit deux fermes appartenant à , semble dater, en ce qui concerne sa structure, du début du 19e siècle (voire un peu avant). Il a été très modifié par la suite. Présent en 1814 sur le plan cadastral, un troisième bâtiment situé à l’est de l’ensemble a été reconstruit par la suite. En 1847, la municipalité voisine de Thiron-Gardais souhaite porte acquéreur. La halle est reconstruite en 1856 (date portée sur l’enduit, ainsi que l’inscription betteraverie. En 1859, la propriété entre dans le giron de la famille Chellet de Kerdréan. Dans l’acte de
    Observation :
    principal de la ferme des Charmois : caractéristiques architecturales similaires (mise en œuvre du silex L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des
    Référence documentaire :
    La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859. daté : deuxième moitié du 19e siècle. (Archives privées).
    Description :
    Située dans la partie est de la commune, la ferme comprend quatre bâtiments répartis autour d’une ouest abrite la grange et l’étable. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein (aile l’est de l’ensemble, la bergerie possède des murs en moellons de silex jointoyés. Un plancher métallique (poutres et solives métalliques, entrevous en brique en berceau segmentaire) sépare le rez-de-chaussée du chaînages d’angle et les jambes harpées sont en brique. L’ancienne halle, devenue la betteraverie, s’élève sur deux niveaux : rez-de-chaussée, un étage carré et un comble à surcroît. Les murs du rez-de niveau d’un hourdis, l’enduit porte la date 1856 et l’inscription CMC. Une remise et un hangar situé à l’ouest complètent l’ensemble. Un puits (pompe à bras) se situe au centre de la cour. Les toits à longs
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Dates :
    1856 porte la date
    Annexe :
    Synthèse des actes de vente de la ferme de Chevilleau, à La Croix-du-Perche (1832–1859) • 9 juillet 1832 : vente de la ferme et dépendances de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et enfants . [...] " • 9 juillet 1832 : vente d’une petite ferme située à Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et : vente de la ferme de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par M. Romain-Môle, docteur en médecine demeurant à Chratres à M. Olivier Marie Augustin Chellet de Kerdréan, propriétaire demeurant à la Pihourdière (La Croix -du-Perche) : "[...] Bâtiments, cour et jardin Article premier - [...] Une maison composée d’une . Benoist père avait fait l’acquisition de tous ces biens pendant le cours de sa communauté avec la dite Touzeau de la manière suivante : Partie de l’article premier sur lequel (n°175) les époux Benoist père et titre d’échange de François Chevreau, bordage, demeurant à la Grande Coudray, commune de Coudreceau : " [...] composée de bâtiments nécessaire à son exploitation (de la ferme), cour, jardin, [...] " "- [...] Une
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZE Extrait du cadastre de 1814, section B2. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Plan de l’ancien appentis (détruit) au nord du logis, auteur inconnu et non daté : 2e moitié 19e Bergerie, vue de détail du plancher métallique. IVR24_20132800313NUC2A
  • Bourg : chapelle prieurale puis église paroissiale Saint-Martin
    Bourg : chapelle prieurale puis église paroissiale Saint-Martin La Croix-du-Perche - Bourg - en village - Cadastre : 1814 C2 273 2013 AB 45
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    la fin du 16e siècle, les moines quittent La Croix-du-Perche et la chapelle prieurale devient église Les moines de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron fondent au 12e siècle un prieuré à La Croix-du -Perche. La chapelle, qui deviendra par la suite l’église paroissiale, remonte à cette époque dans sa dont les auteurs et commanditaires restent inconnus. En 1591, pour commémorer la bataille de La Croix -du-Perche livrée deux ans plus tôt entre royalistes et ligueurs, les moines de Tiron commandent des fresques murales dans la chapelle du prieuré (aujourd'hui invisibles, recouvertes d'un épais badigeon). A lambrissée et d’une partie du mobilier (la remise en état du clocher a eu lieu quelques années auparavant). structure, comme en témoignent les vestiges de baies romanes et la corniche à modillons. Elle a été remaniée au 16e siècle : percement d’une baie à réseau gothique flamboyant au sud-est, réfection entière de la charpente et de la fausse voûte lambrissée. Portant la date de 1537, cette dernière est ornée de fresques
    Observation :
    celles des édifices du secteur et la richesse de son mobilier (non étudié dans ce dossier) font de cet ancien prieuré devenu église paroissiale un site majeur de l’architecture religieuse du Parc du Perche. Son ancienneté (12e - 16e siècles pour l’essentiel), la conservation de sa fausse voûte lambrissée
    Référence documentaire :
    FEY, Nathalie. La Croix-du-Perche - L’église à rêves. Pays du Perche n° 10, Fédération des Amis du KERDREAN, Comte de. Notice sur l’église de La Croix-du-Perche. Mémoires de la société archéologique OUVRAGE COLLECTIF. Édifices religieux du canton de Thiron-Gardais. Bulletin de la société Perche, Décembre 2008 - Juin 2009, pp. 15-22.
    Précisions sur la protection :
    Classement par arrêté du 18 septembre 1934.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    la jonction avec le poinçon. Une poutre de gloire se trouve au niveau du poinçon du troisième d'une abside semi-circulaire. La façade occidentale conserve la trace de l’ancien clocher-mur : grand cintre. Six baies éclairent la nef : trois au nord, trois au sud. L'élévation nord conserve les vestiges l’arrière de ce dernier se trouve la sacristie, accessible par deux portes qui encadrent le retable de style classique. La structure de l’édifice est renforcée par d’imposants contreforts (quatre contreforts plats à couverts d’un enduit à pierre vue, à l’exception du pignon ouest essentiellement construit en moellons calcaire. Les chaînages d’angle et les contreforts sont en pierre de taille de grison. Le toit de la nef et du choeur à longs pans et à croupe arrondie est couvert en tuile plate. Celui du clocher octogonal est couvert d’une flèche en ardoise. La charpente, à chevrons formant fermes où alternent fermes à section octogonale, les six entraits et six poinçons apparents de la charpente sont sculptés. Les cinq
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Bourg - en village - Cadastre : 1814 C2 273 2013 AB 45
    Dates :
    1537 porte la date
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1830, assemblage des sections A2, B1 et C2. (Archives départementales Vue générale de la place de l'église depuis le nord-ouest. IVR24_20142800126NUC4A Intérieur, le choeur, vue du retable et du mobilier. IVR24_20132800443NUC2A Intérieur, vue de détail du retable. IVR24_20142800105NUC4A Intérieur, vue globale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800110NUC4A Intérieur, vue globale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800104NUC4A Intérieur, vue générale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800103NUC4A Intérieur, vue générale de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800102NUC4A Intérieur, vue partielle de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800107NUC4A Intérieur, vue partielle de la fausse voûte lambrissée peinte. IVR24_20142800106NUC4A
  • Bourg : cimetière
    Bourg : cimetière La Croix-du-Perche - Bourg - rue du Petit Moulin - en village
    Référence documentaire :
    Archives communales de La Croix-du-Perche. Grands travaux.
    Dossier :
    Plan du cimetière, dressé en 1875 (auteur anonyme), à l'occasion de son assainissement. Bourg
  • Moulin Gaillard : moulin
    Moulin Gaillard : moulin La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    Le moulin semble remonter, en ce qui concerne la partie la plus ancienne au nord du bâtiment, à du 19e siècle ou du premier quart du 20e siècle. En activité jusqu’après la seconde guerre mondiale 1830 (date portée sur le linteau de la porte). A cette époque, il appartient à François Rivière domaine comprenant plusieurs bâtiments et 250 ha de terre, est vendu à la famille Silvy. D’après l’examen en 1863 en conservant la partie nord de l’édifice (fenêtre datée et chaînage d’angle en pierre de taille calcaire). Les dépendances (fournil et bâtiment secondaire) datent probablement du quatrième quart
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Observation :
    lisibilité des bâtiments) ce moulin constitue un témoignage assez unique à l’échelle du Parc du Perche quant approfondie. L’ensemble formé par le moulin, la maison de maître et la ferme constitue un site patrimonial et
    Référence documentaire :
    , maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et
    Description :
    , placé au centre du bâtiment, dessert chaque niveau. Les murs, couverts d’un enduit plein à la chaux Le Moulin Gaillard se situe à environ un kilomètre à l’ouest du bourg, en bordure de l’étang de bâtiment principal abrite le moulin et le logement du meunier. Il s’élève sur deux niveaux accessibles de par l’étang de Gaillard, la chute d’eau actionne une roue métallique placée sous un appentis contre le pignon sud du bâtiment principal. Les mécanismes (arbre, engrenage, etc.) ainsi que le logis du meunier , sont en moellons de silex à l’exception du rehaussement côté est en pan de bois hourdé en terre. Les surcroît. Le bâtiment secondaire, à l’est du premier, sert de dépendances. Du nord au sud, il abrite des clapiers à lapins, le poulailler, un toit à porcs, une grange, une écurie, une étable et une remise. La maçonnés. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein ou à pierre vue à la chaux. Les au sud de l’ensemble. Ses murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein à la chaux. Ses
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Moulin Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 16 2013 ZM 62
    Dates :
    1830 porte la date
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Fournil, détail de la gueule du four. IVR24_20132800408NUC2A Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZM Extrait du cadastre de 1814, section C1. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Façade pricnipale, vue de détail de la porte centrale et de la lucarne passante Bâtiment principal, façade est, détail du linteau d’une fenêtre (inscription : Rivière 1830 Bâtiment principal, partie logis du meunier, cheminée. IVR24_20132800402NUC2A Bâtiment principal, partie atelier, meules et trémies du rez-de-chaussée surélevé Bâtiment principal, partie atelier, meule du rez-de-chaussée surélevé. IVR24_20172800431NUCA Bâtiment principal, partie atelier, meule et trémies du rez-de-chaussée surélevé Bâtiment principal, partie atelier, vue d’ensemble du comble à surcroît. IVR24_20172800425NUCA
  • L’opération d'inventaire du patrimoine bâti du Parc naturel régional du Perche
    L’opération d'inventaire du patrimoine bâti du Parc naturel régional du Perche
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Référence documentaire :
    FRANCE. Ministère de la Culture et de la Communication. Sous-direction de l’archéologie, de l’ethnologie, de l’inventaire et du système d’information. Principes, méthode et conduite de l’inventaire général du patrimoine culturel. Dir. Hélène Verdier ; réd. Xavier de Massary et Georges Coste ; collab . Bruno Malinverno, Jean Davoigneau, Anne-Claire Viron-Rochet. 2e éd. Paris : Ministère de la culture et de la communication, 2007. (Documents et Méthodes, n°9)  FRANCE. Inventaire général du patrimoine culturel. Architecture : description et vocabulaire méthodiques. Réd. Jean-Marie Pérouse de Montclos. Paris : Editions du patrimoine, Centre des monuments
    Titre courant :
    L’opération d'inventaire du patrimoine bâti du Parc naturel régional du Perche
    Annexe :
    naturel régional du Perche (A.E.P.N.R.P.) s’est engagée, de manière indépendante, dans la réalisation d’un immense forêt, la « silva pertica » ou forêt du Perche, qui prenait place aux confins des anciennes du Perche ; à Jacques de Château-Gonthier, neveu du dernier comte, la châtellenie de Nogent-le-Rotrou Moyen Age. En 1525, la part apanagée du Perche fait retour à la Couronne. Le Perche, associé au Maine la province du Perche est alors intégrée au département de l’Orne, ceux d’Eure-et-Loir, de la Sarthe sans doute à la faveur de sa création « que s’individualisa vraiment la province du Perche […] et que et, surtout, celle de la pomme à cidre se sont généralisées dans le Perche à partir du XVIIIe siècle silex, les sables du Perche, ferrugineux et colorés par l’oxydation, la craie de Rouen du cénomanien et « sables du Perche ». Leur teneur en argile permet d’économiser la chaux dans la fabrication des enduits 2.3.1 La maison percheronne La maison percheronne n’a jamais plus de deux niveaux. Au cœur du Perche
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Texte libre :
    départements à la Révolution. 126 communes ont adhéré à la seconde charte du Parc naturel régional du Perche . Finalité L’étude sert à mieux connaître l’architecture rurale du Parc du Perche et la re-contextualiser pour la restauration du bâti percheron, le référentiel couleur du Grand Perche ou le Cahier de Depuis 2008, le Parc naturel régional du Perche et les régions Centre-Val de Loire et Normandie, en , d’étudier et de faire connaître l’architecture rurale du Parc du Perche. Contexte territorial Le syndicat mixte du Parc naturel régional du Perche a été créé en 1998 en partie sur les territoires régionaux de promouvoir une identité percheronne, de favoriser la protection et la gestion du patrimoine naturel et l’information…. Ancienne province du royaume de France, le Perche avait été démantelé et divisé en plusieurs chargé de mission "inventaire du patrimoine bâti" au sein du Parc naturel régional du Perche plans schématiques) au cas par cas. Méthodologie L’inventaire du patrimoine bâti est réalisé selon la
    Illustration :
    Carte de la couverture des pré-inventaire du patrimoine bâti du Parc naturel régional du Perche Carte de situation du Parc naturel régional du Perche. IVR24_20162800001NUDA Carte des intercommunalités du Parc naturel régional du Perche. IVR24_20162800002NUDA Historique et prévisionnel des inventaires du patrimoine bâti (2008-2018). IVR24_20162800004NUDA
  • Bourg : lavoir
    Bourg : lavoir La Croix-du-Perche - le Bourg - chemin des Écoles - en village - Cadastre : 2013 ZM 80
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    Probablement construit dans la seconde moitié du 19e siècle (il est inexistant en 1814, date du cadastre ancien), le lavoir du bourg subit une importante réfection vers 1938-1939. L’adjudication des travaux (adjudicateur inconnu) date de 1938 et les travaux sont réalisés conformément aux plans de 1932 du service du Génie Rural du ministère de l’agriculture (à quelques détails près).
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Situé au sud-ouest du bourg, sur la rivière de la Foussarde, le lavoir possède trois murs maçonnés
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - le Bourg - chemin des Écoles - en village - Cadastre : 2013 ZM 80
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Projet de réfection du lavoir, plan dressé par le service du Génie Rural du ministère de Projet de réfection du lavoir, coupe et profil dressés par le service du Génie Rural du ministère Vue de détail du dispositif de lavage. IVR24_20132800281NUC2A
  • Chesneau : moulin, actuellement maison
    Chesneau : moulin, actuellement maison La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    la seconde moitié du 20e siècle, le moulin a été à nouveau très transformé : percements d'ouvertures A Chesneau, la présence d’un moulin sur la Foussarde est attestée en 1667. Un certain Marin Grosse
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Référence documentaire :
    , maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et
    Description :
    Situé à l’extrémité sud-est de la commune, le moulin du Chesneau comprend deux bâtiments en vis-à dans l’épaisseur du mur en moellons de silex couvert d’un enduit à la chaux à pierre vue. Un toit à -vis. Le bâtiment principal abrite sous le même toit le moulin et le logis du meunier. Si les façades alimentée par un bief de la rivière de la Foussarde permet une chute qui actionne une roue (en l'état de porcs est accolé au sud de la grange-étable. Les toits sont à longs pans couverts en tuile plate.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Chesneau - isolé - Cadastre : 1814 C2 221, 222 2013 ZL 21
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Vue générale du moulin et de la retenue d’eau depuis le nord-ouest. IVR24_20132800372NUC2A Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZL Extrait du cadastre de 1814, section C2. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Vue générale du moulin depuis le sud-ouest. IVR24_20132800373NUC2A Moulin, intérieur, vue de détail : vestiges de la roue et chute d’eau. IVR24_20132800374NUC2A Moulin, intérieur, vue de détail du mécanisme. IVR24_20132800375NUC2A
  • Grandes Guinières : ferme
    Grandes Guinières : ferme La Croix-du-Perche - Les Grandes Guinières - isolé - Cadastre : 1814 A1 183 2013 ZA 59
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    La ferme des Grandes Guinières a été reconstruite in situ en 1893 pour Pierre Paul Marie Lucas , associé d’agent de change à Paris (d’après l’examen des matrices cadastrales, et la date portée sur la souche de cheminée). Tous les bâtiments semblent construits durant cette période. Pour les besoins de la
    Description :
    appentis lui est accolé à l’est. La voûte du fournil, initialement dissocié du bâtiment principal, est jointive du toit à porcs. Une grange se situe à l’est de la cour, et la bergerie au sud. Un hangar est Située dans la partie ouest, cette ferme isolée compte trois bâtiments répartis autour d’une cour ouverte. La mare et le lavoir se situent à l’est de la ferme. Le bâtiment principal comprend le logis (à aligné sur cette dernière. De l’autre côté de la mare se trouve le lavoir. Une pompe à bras en fonte est installée à côté du logis. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein. Les encadrements demi-croupe (logis et bergerie) sont couverts en tuile plate. Au niveau du logis, de l’écurie, de l’étable et de la bergerie, la descente de toit est interrompue par des lucarnes pendantes.
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Les Grandes Guinières - isolé - Cadastre : 1814 A1 183 2013 ZA 59
    Dates :
    1893 porte la date daté par source
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments du lieu-dit (fonds : plan cadastral de 2013, section ZA Extrait du cadastre de 1814, section A1. (Archives départementales d´Eure-et-Loir, 3 P 6522 - 6529 Vue générale du bâtiment principal depuis le sud-ouest. IVR24_20132800413NUC2A
  • Bourg : cimetière
    Bourg : cimetière La Croix-du-Perche - Bourg - rue du Petit Moulin - en village
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    . Ils sont réalisés la même année. La croix de cimetière date probablement du quatrième quart du 19e En 1874, la municipalité acquiert une portion de parcelle de 25 ares aux époux Rivière pour en faire le cimetière qui, jusque , se trouvait au nord-ouest de l’église paroissiale. En 1875, les travaux de clôture du nouveau cimetière sont adjugés au rabais à M. Boudet fils, maître maçon à Luigny
    Description :
    portail en fer forgé donne accès au cimetière. Également en fer forgé, la croix de cimetière repose sur un socle en pierre de taille de calcaire. En partie basse de la croix sont représentés le Christ, la Vierge Situé à 400 m au sud-ouest du bourg, le cimetière est clos de murs érigés en moellons de silex. Un
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Bourg - rue du Petit Moulin - en village
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche
    Illustration :
    Projet de translation du cimetière, plan de l’emplacement choisi pour la translation dressé par le Croix du cimetière, élévation sud. IVR24_20132800276NUC2A Projet de translation du cimetière (avec indication des situations respectives du cimetière actuel et de l’emplacement choisi pour la translation), plan dressé par le géomètre arpenteur Jean-Marie Plan du cimetière, dressé en 1875 (auteur anonyme), à l'occasion de son assainissement Vue générale du cimetière. IVR24_20132800275NUC2A Croix de cimetière, détail le Christ, le Père et le Saint Esprit, inscription "Hochard
  • Gaillard : maison de maître
    Gaillard : maison de maître La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 59
    Copyrights :
    (c) Parc naturel régional du Perche
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique L'architecture rurale du parc naturel régional du Perche
    Historique :
    , l’emplacement du "Château-Gaillard", une forteresse contenant le bourg primitif de la Croix-du-Perche. Il - date à laquelle il quitte le Perche pour devenir directeur de la Caisse Hypothécaire de Paris -, achète -est de la maison de maître au troisième quart du 19e siècle. n'existe aujourd'hui aucune trace de l’enceinte circulaire qu'il avait signalée en 1856. En 1495, "la motte et la place de la maison-fort de Gaillard, entourée de bois et d’étangs profonds remplis de poissons d’une excellente qualité" sont encore visibles. Au début du 19e siècle, seuls trois petits bâtiments à Tullius Émile Léon Silvy, professeur au collège de Nogent-le-Rotrou et maire de la ville de 1831 à 1835 la propriété avec 250 ha de terrain, pour en faire un rendez-vous de chasse. L’examen des matrices
    Observation :
    construction. De style classique, la sobriété du rez-de-chaussée (arc en plein cintre en brique) contraste avec le calcaire des ouvertures, de la corniche et des piliers cormiers moulurés. L’histoire relativement bien connue et le côté atypique de cette maison de notable font de l’ensemble qu’elle forme avec la
    Référence documentaire :
    , maisons et chapelles du département d'Eure-et-Loir en 1856. Chartres : Société archéologique d´Eure-et
    Description :
    Cette maison de maître se situe au sud de l’étang de Gaillard, à proximité de la ferme du même lieu brique (ancienne corniche du bâtiment en rez-de-chaussée). Les façades principales, éclairées par sept souches aux conduits multiples, chauffent les pièces de la maison (intérieur non-vu lors de l’étude). Les ouvertures du rez-de-chaussée, en brique, sont surmontées d’arcs en plein cintre ; celles de l’étage, en pierre de taille de calcaire, sont quadrangulaires et surmontées d’une plate-bande. Les ouvertures du pierre de taille de calcaire. La corniche et la partie sommitale des piliers cormiers sont moulurées, en
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Gaillard - isolé - Cadastre : 1814 C1 120 2013 ZM 59
    Aires d'études :
    Parc naturel régional du Perche