Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 115 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourges : maquette de la statue de Jacques Coeur
    Bourges : maquette de la statue de Jacques Coeur Bourges - 4 rue des Arènes - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Il s'agit de la maquette pour le second projet de monument destiné à honorer la mémoire de Jacques
    Représentations :
    objets au sol : caisses, ballot, ancre. Le piédestal développe une riche ornementation gothique et est orné des armoiries de Bourges et de Jacques Coeur et de deux scènes de la vie de l'argentier.
    Statut :
    propriété de la commune Inv. 996-X-7
    Titre courant :
    Bourges : maquette de la statue de Jacques Coeur
    Dimension :
    la 49.0 centimètre
    Illustration :
    Vue du piédestal. Face ornée de la scène de la réhabilitation de Jacques Coeur
  • Vierzon, Lycée Henri Brisson : statue,
    Vierzon, Lycée Henri Brisson : statue, "La forêt de la Londe" Vierzon - 25 avenue Henri-Brisson - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur la base : une estampille avec S / S(EVR)ES / (illisible), MR.L.R. PAUL RICHER forêt de La Londe
    Historique :
    Cette statue, nommée "La forêt de la Londe", est réalisée en 1899 par le sculpteur Paul Richer au sein de la Manufacture nationale de Sèvres. L’œuvre a été restaurée en 2001 par Sandrine et Benoît
    Référence documentaire :
    COIGNARD, Benoit, COIGNARD, Sandrine. Rapport de restauration de La Forêt de Lalonde de Paul Richier [en ligne]. La Piscine : Musée d'Art et d'Industrie de Roubaix, [2001].
    Statut :
    propriété de la région
    Titre courant :
    Vierzon, Lycée Henri Brisson : statue, "La forêt de la Londe"
    Texte libre :
    des arts et industries textiles - ainsi qu'en terre cuite vernis datée de 1899 à la Manufacture de
    Illustration :
    Vue de détail : cachet et signature sur la base. IVR24_20141800587NUC4A Vue de détail : cachet de la Manufacture nationale de Sèvres. IVR24_20141800586NUC4A
  • Port dit port de la Madeleine
    Port dit port de la Madeleine Léré - la Madeleine la Turlunerie - en écart
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le port de la Madeleine correspond au lieu d'abordage du bac reliant Léré (rive gauche) et la Celle -sur-Loire (rive droite). Le port et le passage par eau de la Madeleine sont mentionnés depuis le début Léré (1812) et de la Celle-sur-Loire (vers 1835) y figurent en effet un décrochement de la rive. Un rapport de tournée d'inspection effectuée en 1813 expose que le port de la Madeleine est bien tenu. En " (sans doute la Madeleine) consistent en bois, grains et fruits. Au milieu du XIXe siècle, des atterrissements importants se sont accumulés vis à vis de la Madeleine. La carte de Coumes (1852) figure le passage du bac un peu en amont du port de la Madeleine, à l'extrémité d'un chemin menant au village du
    Hydrographies :
    la Loire
    Observation :
    Non repéré par la Diren.
    Description :
    Le port de la Madeleine était situé un peu au nord du village de la Madeleine, près de l'actuel lieudit "la Turlunerie".
    Typologies :
    port de levée : port situé au pied du perré de la levée
    Localisation :
    Léré - la Madeleine la Turlunerie - en écart
    Titre courant :
    Port dit port de la Madeleine
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de Léré, 1812 : le Port de la Madeleine. (archives départementales Extrait du cadastre napoléonien de la Celle-sur-Loire, non daté (vers 1835) : décrochements sur la rive gauche de la Loire (côté Léré). (hôtel des impôts de Nevers). IVR24_20125800157NUCA
  • Bourges : statue, Les Harmonies de la forêt
    Bourges : statue, Les Harmonies de la forêt Bourges - rue Jean-Baffier rue Jean-de-Berry - en ville
    Inscriptions & marques :
    RECIPON (signé à gauche) - LES HARMONIES / DE LA FORET / PAR RECIPON (sur le socle, devant).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    La statue en marbre sculptée par Georges Récipon, restée inachevée à la mort de l'artiste en 1920 Beaux-Arts écrit à son propos :"Je ne vois pas bien la place de l'art tourmenté de M. Récipon dans le d'embellissement envisagés par la ville de Bourges donnent l'opportunité d'utiliser ce marbre qui est déposé en
    Représentations :
    La femme est représentée en pied et déhanchée, appuyée sur un rocher recouvert d'une draperie.
    Titre courant :
    Bourges : statue, Les Harmonies de la forêt
    Dimension :
    la 115.0 centimètre
    États conservations :
    La statue est en grande partie recouverte de mousse.
  • Port dit port refuge de la Vauvise
    Port dit port refuge de la Vauvise Saint-Satur - Saint-Thibault - en village
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    L'embouchure de la Vauvise a fait l'objet de plusieurs demandes de projets d'aménagement durant les préfet du Cher, l'établissement d'une gare à la confluence de la Loire et de la Vauvise. Quatre ans plus chargement dans l'ancien lit de la Vauvise pour mettre les bateaux de Loire à l'abri des grandes eaux et des glaces. La délibération du conseil précise en outre que le refuge formé naturellement par le cours de la
    Hydrographies :
    la) ; Vauvise Loire
    Référence documentaire :
    la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800797NUCA).
    Description :
    Située rive gauche, en amont du port de Saint-Thibault, l'embouchure de la rivière de la Vauvise a
    Titre courant :
    Port dit port refuge de la Vauvise
    Illustration :
    Extrait de l'Atlas de Trudaine. Carte de la généralité de Bourges, n°10 : route de Sancerre à -Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800797NUCA
  • Bourges : groupe sculpté, Femme à la carpe ou La Pêcheuse et l'enfant
    Bourges : groupe sculpté, Femme à la carpe ou La Pêcheuse et l'enfant Bourges - boulevard de la République - en ville
    Inscriptions & marques :
    F.E. POPINEAU (signé sur la plinthe gauche).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Bourges - boulevard de la République - en ville
    Titre courant :
    Bourges : groupe sculpté, Femme à la carpe ou La Pêcheuse et l'enfant
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Chapelle-Montlinard (Cher)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Chapelle-Montlinard (Cher) La Chapelle-Montlinard
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Jusqu'à la seconde moitié du XVIIe siècle, il semble que le chenal principal de la Loire entre la Charité-sur-Loire et la Chapelle-Montlinard était situé côté rive gauche . Une chevrette (digue) est alors construite entre l'extrémité sud de l'île de l'Ours et la rive gauche afin de diriger les eaux du fleuve et la navigation vers la ville de la Charité (rive droite). Les pieux de bois encore en place dans le lit du fleuve permettent d'attester la construction d'un pont médiéval entre le milieu du XIe et la fin du XIIIe siècle sur le bras gauche de la Loire vis à vis de la Chapelle-Montlinard. Un autre pont lors d'une débâcle au début de l'année 1789. Un bac assure alors la traversée du fleuve de 1789 à 1804 ). Après la chute du pont lors de la débâcle de 1789, les officiers municipaux demandent la création de deux rampes pour faciliter l'abordage du bac entre la rive gauche et l'île de l'Ours : la première rampe doit être placée près de la culée du pont détruit du côté du faubourg (ile), la seconde doit être
    Référence documentaire :
    AN, F 14 6549. Projet d'alignement du port de Passy à la Chapelle-Montlinard, 1845. AN, F 14 1200. Demande des habitants des paroisses de la Chapelle, Argenvières, Saint-Léger et Beffes que l'on construise les ouvrages nécessaires pour les garantir des inondations de la Loire, 1769. AD Cher, C 118. Etablissement d'un bac sur le bras gauche de la Loire entre l'ile de l'Ours (la Charité-sur-Loire) et la rive gauche (la Chapelle-Montlinard) suite à la destruction du pont lors d'une Dumont, Annie, "Nouvelle découverte d'un pont médiéval entre la Charité-sur-Loire et la Chapelle AD Cher, C 118. Projet de créer deux rampes pour l'abord du bac de la Charité (bras gauche de la
    Description :
    Située rive gauche, la commune de la Chapelle-Montlinard bénéficiait d'un port situé vis à vis du
    Localisation :
    La Chapelle-Montlinard
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de La Chapelle-Montlinard (Cher)
    Illustration :
    Atlas de Trudaine, 1744-1751, détail sur la Chapelle-Montlinard. (archives nationales, F 14 8461 Plan de la levée d'Espagne de Beffes au pont de l'Abat, rive gauche, non daté (après 1777). Détail Plan de la levée d'Espagne de Beffes au pont de l'Abat via Argenvières et le port aux Fagots, non Plan de la continuation de la levée d'Espagne vis à vis de la ville de la Charité-sur-Loire dressé par l'ingénieur Normand, non daté (vers 1787). Mention de la digue du port aux Fagots (chevrette Extrait du cadastre napoléonien de 1829 : la Loire. (archives départementales du Cher, 049/01 Extrait du cadastre napoléonien de 1829 : le pont reliant la Charité-sur-Loire et la Chapelle -Montlinard et le lieudit la Barque (une cale). (archives départementales du Cher, 049/07 Carte de la Loire dressée le 11 décembre 1833 par l'ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées du Défense de la levée de la Charité sur 1575 mètres. Plan dressé par l'ingénieur ordinaire Ducros le
  • Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : sculpture,
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : sculpture, "L'oiseau dans la tourmente" Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature et date sur l’œuvre à la base : Claude / ALARD / 1976
    Historique :
    sculpteur Claude Alard réalise en 1976 une sculpture intitulée "L'oiseau dans la tourmente", pour un coût de
    Référence documentaire :
    Claude Alard, l'aigle et la flamme. Le Berry Républicain, 30 mars 2012 %, Ministère de la Culture, s.d.
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    L’œuvre est constituée d'un ensemble de feuilles de fer découpées, assemblées et soudées. La
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : sculpture, "L'oiseau dans la tourmente"
    Dimension :
    la 4.0 mètre Socle : H=84 cm, la=100 x 80 cm
    Dates :
    1976 porte la date
    Illustration :
    Vue de détail : la découpe et l'assemblage des lames de fer. IVR24_20141800086NUCA
  • Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : peinture,
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : peinture, "Allégorie de la jeunesse" Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    Historique :
    Bourges. La somme attribuée pour la réalisation de cette œuvre est de 1 200 000 francs.
    Référence documentaire :
    le lycée de jeunes filles de Bourges, Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture
    Représentations :
    la nature scène groupe de figures enfants animaux nature
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    . Elle représente une scène de loisirs et de jeux d'enfants en compagnie d'animaux, dans la nature.
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : peinture, "Allégorie de la jeunesse"
    Dimension :
    Panneaux latéraux : la = 2 m ; panneau central : la = 5,80 m. (Dimensions cadres compris)
    États conservations :
    Manque d'adhésion de la toile sur son support, déformation. Diverses salissures et graffiti sur la
  • Bourges : maquette (tête disparue) de la statue de Jacques Coeur
    Bourges : maquette (tête disparue) de la statue de Jacques Coeur Bourges - - 4 rue des Arènes - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Il s'agit de la maquette pour le premier projet destiné à honorer la mémoire de Jacques Coeur
    Représentations :
    Jacques Coeur est représenté en pied. Il tient un parchemin dans la main gauche, ses attributs sont posés au sol : ancre, ballot, caisse, livre. Le socle est orné de quadrilobes, et sur la face principale , de la devise et des armoiries de Jacques Coeur.
    Statut :
    propriété de la commune Inv. 865-3-17
    Titre courant :
    Bourges : maquette (tête disparue) de la statue de Jacques Coeur
    Dimension :
    la 24.0 centimètre
    États conservations :
    La tête a disparu.
  • Bourges : esquisse de la statue de Jacques Coeur
    Bourges : esquisse de la statue de Jacques Coeur Bourges - - 4 rue des Arènes - en ville
    Inscriptions & marques :
    JACQUES-COEUR (sur la face avant de la plinthe).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Esquisse pour le monument destiné à honorer la mémoire de Jacques Coeur, l'argentier de Charles VII
    Représentations :
    Jacques Coeur est représenté en pied, drapé dans un ample manteau et coiffé d'un turban. De la main
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Bourges : esquisse de la statue de Jacques Coeur
    Dimension :
    la 53.0 centimètre
  • Bourges, Lycée Jean Mermoz : sculpture,
    Bourges, Lycée Jean Mermoz : sculpture, "La tectonique des plaques" Bourges - 4 allée des Collèges - en ville
    Historique :
    cadre de la commande publique dite du 1% artistique.
    Statut :
    propriété de la région
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Jean Mermoz : sculpture, "La tectonique des plaques"
    Annexe :
    Description de l'oeuvre par l'artiste La tectonique des plaques, 1.80m*2.50m, 1% lycée Jean Mermoz
    Illustration :
    Vue de détail : bulle de mémoire à la surface des rêves. IVR24_20151800149NUCA
  • Bourges : esquisse pour la fontaine Bourdalouë de Bourges (?)
    Bourges : esquisse pour la fontaine Bourdalouë de Bourges (?) Bourges - - 4 rue des Arènes - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    Il s'agit probablement de la première esquisse (?) de la fontaine Bourdalouë exposée place Marcel
    Statut :
    propriété de la commune Inv. 996-X-37
    Titre courant :
    Bourges : esquisse pour la fontaine Bourdalouë de Bourges (?)
    Dimension :
    la 46.7 centimètre
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Léré (Cher)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Léré (Cher) Léré
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    D'après la carte de Coumes (1852), un plan de 1858 et la carte IGN, le lit de la Loire formait napoléonien de 1812 figure un état comparable à celui que l'on observe aujourd'hui. Avant que le lit de la Loire n'adopte la situation actuelle, le village de la Madeleine devait être situé non pas sur la rive gauche du fleuve (commune de Léré) mais sur sa rive droite (commune de la Celle-sur-Loire). Cette situation semble être confirmée par le décret du 26 décembre 1791 qui établit que le village de la Madeleine est rattaché à la commune de Léré. Au XIXe siècle, deux ports sont évoqués à Léré : le port de la Bouëlle et le port de la Madeleine. Le premier n'est mentionné que sur le cadastre napoléonien de 1812. Le second correspond à l'abordage du bac reliant la Madeleine (Léré, rive gauche) et la Celle-sur-Loire (rive droite). Le port et le passage par eau de la Madeleine sont mentionnés depuis le début du XIIIe siècle (1223) jusqu'au début du XXe siècle. Avant la Révolution, ce bac appartient au chapitre de Saint
    Référence documentaire :
    Document imprimé, Ech. 1/20 000e, détail, 1852. Par Coumes (ingénieur). (site Internet de la DREAL la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800693NUCA). AD Cher, 22 G 13. Titres du bac et passage par eau de la rivière de Loire à l'endroit de la Madeleine et la Celle, 1223--1775. AD Cher, 3 S 405. Rapport sur la Loire de Roanne à Briare, ingénieur en chef Mazoyer, 10 juin 1888 : mention du bac de la Madeleine. Miejac, Emmanuelle, "Histoire des franchissements de la Loire entre Cosne-sur-Loire et Gien du XIIe AD Cher, 3 S 410. Mention du bac de la Madeleine de 1844 à 1877. AD Cher, 3 S 410. En 1871-1877, il n'y a plus que trois bacs sur la Loire dans le département du Cher : le Bec d'Allier à Cuffy, Marseilles-les-Aubigny et la Madeleine à Léré.
    Description :
    La commune de Léré (rive gauche de la Loire) disposait de deux sites portuaires : le lieu d'abordage du bac dénommé le port de la Madeleine et le port de la Bouëlle (lieudit la Bouelle) dont nous ne
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Léré (Cher)
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de Léré, 1812 : le village de la Madeleine. (archives Extrait du cadastre napoléonien de Léré, 1812 : Port de la Bouëlle. (archives départementales du Carte de la Loire (section située entre Sancerre et Beaulieu-sur-Loire) avec mention des bacs, 11 la Madeleine (bateau). IVR24_20121800695NUCA Plan général de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, feuille 16 : détail sur la Madelaine à Léré. (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121800693NUCA Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes, édition de 1852. (site Internet de la DREAL Prlongement de la levée de la Madeleine pour empêcher que, lors des crues, la Loire remonte par la rivière de la Judelle et ne vienne envahir le village de la Madeleine, 15 février 1858. (archives
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Boulleret (Cher)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Boulleret (Cher) Boulleret
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un pont sur la Loire est édifié dès le 1er siècle après J.-C. entre Cosne-Cours-sur-Loire et Boulleret. L'ouvrage perdure jusqu'à la fin du 2ème siècle au moins. Il semble qu'il n'y a pas de nouveau pont à cet endroit entre cette période et le XIXe siècle. La traversée du fleuve s'effectue alors au moyen d'un bac jusqu'en 1834, date d'établissement d'un pont suspendu. Le 17 février 1896, la municipalité de Boulleret réclame la construction d'une rampe donnant accès à la Loire au lieudit le «Petit Pont» (situé dans le bras gauche non navigable de la Loire, non localisé précisément) pour faciliter rampe d'accès dans le talus de la rive gauche de la Loire est établie en 1903. L'ouvrage doit également permettre d'extraire du sable dans le lit de la Loire. Le projet propose un ouvrage d'une largeur de 3 m et . Les talus doivent être plantés d'osiers et défendus au besoin par des enrochements, la chaussée empierrée. La cale doit être construite par les soins des propriétaires demandeurs, les sieurs Vachers et
    Référence documentaire :
    Document imprimé, Ech. 1/20 000e, détail, 1852. Par Coumes (ingénieur). (site Internet de la DREAL AD Cher, 3 S 400. Demande de la municipalité de Boulleret pour construire une rampe d'accès à la
    Description :
    Située sur la rive gauche, la commune de Boulleret bénéficiait d'un port situé près du village de
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Boulleret (Cher)
    Illustration :
    Extrait de la carte de la Loire de l'ingénieur Coumes, édition de 1852 : le village de Rognon et le pont sur la Loire reliant Cosne à Boulleret. (site Internet de la DREAL Centre). IVR24_20121800696NUCA
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Couargues (Cher)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Couargues (Cher) Couargues
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un bac reliant Couargues (les Vallées) à Pouilly-sur-Loire est attesté du XVIIe à la fin du XIXe siècle. Il est supprimé au tout début du XXe siècle lorsqu'un pont sur la Loire est construit à cet amont. Ce déplacement s'explique par la formation d'îles et d'amoncellement de sable en face des Vallées . Ces obstacles obligent à effectuer la traversée du fleuve en plusieurs fois (de part et d'autre des Vallées est mentionné à la fin du XVIIIe et durant la première moitié du XIXe siècle.
    Référence documentaire :
    Document imprimé. Par Coumes (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121801090NUCA). Document imprimé, Ech. 1/20 000e, détail, 1852. Par Coumes (ingénieur). (site Internet de la DREAL religieux bénédictins de la Charité-sur-Loire chacun dans la moitié du bac sur la Loire au port de Pouilly AN, F 14 589. Courrier du Commissaire général de la navigation adressé au Directeur général des Ponts-et-Chaussées, 21 janvier 1809, relatif à l'établissement d'un garde-port pour la surveillance des AD Cher, 3 S 400. Réparation de la rampe des Vallées suite aux dégâts causés par une crue, 1903. Musée de la Marine de Loire de Châteauneuf-sur-Loire, 13 M 3131. Manuscrit d'Henri Chevalleau garde
    Description :
    Située sur la rive gauche, la commune de Couargues bénéficiait d'un port sur la Loire établi vis à
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Couargues (Cher)
    Illustration :
    Plan des bords de la Loire depuis les Vallées jusqu'à Couargues et d'un projet de levée avec passes Carte de la Loire par l'ingénieur Coumes, édition de 1852. Détail sur Couargues et Pouilly. (site Internet de la DREAL Centre). IVR24_20121800709NUCA Extrait de la carte de la Loire par l'ingénieur Coumes de 1852. Détail sur Couargues (Cher) et les Loges (Nièvre). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). IVR24_20121801090NUCA Demande des habitants des Loges (Pouilly-sur-Loire) tendant à obtenir la construction d'une rampe
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Argenvières (Cher)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Argenvières (Cher) Argenvières
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un bac assurait la traversée de la Loire entre la Nièvre (la Marche) et le Cher (Saint-Léger-le -Petit et Argenvières). Sur la carte de 1833, l'abordage côté rive gauche n'est pas clairement établi. En revanche, le plan de 1854 le situe précisément sur le territoire de Saint-Léger-le-Petit, tout près de la ordinairement sur un terrain gagné sur le fleuve (sans ouvrage construit) malgré la présence d'une cale descendant de la levée. En 1884, on projette de créer une cale descendant depuis la levée vers la Loire au lieudit Le Cros Colas (extrémité sud de la commune, actuel lieudit le Dessertis) et au lieudit Les Radis (non localisé). On ne sait pas si les travaux sont réalisés. Le seul port attesté sur la commune est
    Référence documentaire :
    d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf Document imprimé, Ech. 1/20 000e, détail, 1852. Par Coumes (ingénieur). (site Internet de la DREAL AN, F 14 6549. Projet d'établir un barrage en tête de l'île de La Marche sur la Loire pour supprimer le bras gauche du fleuve et rejeter les eaux vers la rive droite, 1845. AN, F 14 1200. Demande des habitants des paroisses de la Chapelle, Argenvières, Saint-Léger et Beffes que l'on construise les ouvrages nécessaires pour les garantir des inondations de la Loire, 1769. AD Cher, 3 S 399 bis. Projet de reconstruire une rampe supprimée suite à la crue de 1856 dressé par AD Cher, 3 S 410. Mention d'un bac reliant Saint-Léger-le-Petit / Argenvières (Cher) et La Marche
    Description :
    Située rive gauche, la commune d'Argenvières bénéficiait d'un seul port dénommé "port de l'Orme" au
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Argenvières (Cher)
    Illustration :
    Carte de la Loire avec mention des bacs, 11 décembre 1833, ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées Extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes, édition de 1852. (site Internet de la DREAL Centre). IVR24_20121800723NUCA Plan de situation du bac entre les communes de Saint-Léger-le-Petit et Argenvières (Cher) et La Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare dressé le 19 avril 1859 par l'ingénieur ordinaire Biard. Détail sur Argenvières (Cher) et la Marche (Nièvre
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Cuffy (Cher)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Cuffy (Cher) Cuffy
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Un bac a assuré la traversée de la Loire entre Cuffy (Cher) et Marzy (Nièvre) durant tout le XIXe relatif au bac concerne la période de 1913-1917. En 1801, le bac est desservi au moyen de trois charrières (13 mètres, 11,60 mètres et 11 mètres) et d'une toue de 9,50 mètres. En 1877, la limite du port du , l'abordage du bac s'effectuait sur la cale double du port du Bec d'Allier. Jusqu'au début du XIXe siècle , les archives mentionnent sur la commune trois sites portuaires sur la Loire : le port du Bec d'Allier (étudié) établi à la confluence Loire / Allier, le port et passage de Laubret (ou Laubray) mentionné à port existait également sur la rivière d'Allier au Bec d'Allier : un plan de 1875 y mentionne un "ancien port" et les plans de 1833 et 1869 figurent des cales abreuvoirs simples sur la rive gauche de l'Allier. En 1813, les ports du Bec d'Allier, des Bouillots à Cuffy et de Givry sont confiés à la garde bateaux provenant ou se rendant sur la rivière d'Allier. Entre 1826 et 1833, il passait en moyenne chaque
    Référence documentaire :
    de la Nièvre, S 3064). (cf. illustration n° IVR24_20131800073NUCA). d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf Dans : ' Traité des moyens de rendre les rivières navigables ', 1693. (musée de la Marine de Loire AN, F 14 539. Ports sur la Loire entre le Bec d'Allier et la Boile (la Bouelle à Léré ?) en l'an 7 AN, F 14 6549. Mémoire sur l'amélioration de la Loire du Bec d'Allier à Orléans par le Service spécial de la Loire, 1839 : mention d'un bureau d'octroi au Bec d'Allier. AD Cher, 6 H 34. Cuffy, port et passage de Laubret sur la Loire, 1215-1541. AD Cher, 3 S 21 ter. Liste des bacs sur la Loire entre le Bec d'Allier et Léré, dressée par le jusqu'à la Charité, 23 ventôse an 9 (1801). AD Cher, 3 S 410. Bacs sur la Loire dans le département du Cher en 1871-1877.
    Description :
    Située rive gauche, la commune de Cuffy possède un port sur la Loire à la confluence de l'Allier et du fleuve : le port du Bec d'Allier. Le village du Bec d'Allier est protégé de la Loire par une tourets (ouvrages en pierre et fonte conçus pour l'aide au halage à la remonte) et d'organeaux encastrés.
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Cuffy (Cher)
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le Bec d'Allier. (école Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Planche 30 : le Bec Carte de la Loire avec mention des bacs, dressée le 11 décembre 1833 par l'ingénieur en chef des Plan géométrique de la Loire à l'état d'étiage dans l'année 1834, détail sur le Bec d'Allier . (archives départementales de la Nièvre, S 3064). IVR24_20131800073NUCA Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare dressé le 19 avril 1859 la levée entre le déversoir du Bec d'Allier et la RN 76. Mention df'un ancien port (côté rivière de Plan du val de Germigny, 18 avril 1900, ingénieur Mazoyer. Le fond de carte est un extrait de la carte de la Loire dressée par l'ingénieur Coumes de 1852. Mention d'une cale double et de deux cales Le Bec d'Allier vers 1900, carte postale ancienne. Présence des deux tourets (aide au halage à la
  • Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871
    Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871 Aubigny-sur-Nère - Les Grands-Jardins - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature et date sur la plinthe senestre : "Mme Vve Ch-E QUINQUAUD 1901" ; Titre sur la plinthe le socle avant : "DON DE L'ETAT" ; Inscription sur la base senestre du socle : "CARRIERE / DE LA [BIC
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale La statuaire publique
    Historique :
    de Tananarive (Madagascar). L'arrêté du 29 janvier 1902 commande la transcription en marbre marbre est achevé en 1904, année de son exposition au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts (n °2066), et entre au Dépôt des marbres (n°1871), après son exposition. A la suite de la demande du député du Cher H. Maret, la Ville d'Aubigny-sur-Nère obtient le dépôt du groupe en 1905 (lettre du 5 août 1905 du Sous-secrétaire d’État aux Beaux-arts au préfet), après que l'attribution en 1902 de la statue commandés autour de 1900 en hommage aux morts de la Guerre de 1870, et son installation dans un jardin dès création, vers celle d'une sculpture purement décorative. La mention "don de l’État" du socle est erronée groupe est aujourd'hui le seul ornement de statuaire publique de la ville d'Aubigny-sur-Nère.
    Référence documentaire :
    p.38-39 CHAMBRION, Matthieu. Statues dans la ville. Un musée à ciel ouvert en Région Centre-Val de
    Représentations :
    Le groupe représente une allégorie des ravages de la Guerre de 1870 : un enfant nu accourt vers sa mère, en l'absence du père de famille. La femme en habit de paysanne des années 1870 est assise sur un canon de la Guerre de 1870, et sur la terrasse dextre sont placés deux écus brisés aux armes de la
    Description :
    coupés, qui se rétrécit au-dessus de la base.
    Titre courant :
    Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871
    Dimension :
    la 127.0 centimètre statue seule
    Dates :
    1901 porte la date
    Illustration :
    " et "DON DE L'ETAT" sur la plinthe et la face avant du socle. IVR24_20121800917NUC4A Vue d'ensemble du groupe de trois-quarts droit, avec le titre sur la plinthe avant "LE PASSE ET L'AVENIR" et la signature sur la plinthe : "MME VVE CH. E. QUINQUAUD 1901". IVR24_20121800920NUC4A Vue de trois quarts arrière gauche, avec les armes de l'Alsace et de la Lorraine sur le côté gauche Détail du socle, avec l'inscription : "CARRIERE DE LA P?CH?". IVR24_20121800922NUC2A
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Cours-les-Barres (Cher)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Cours-les-Barres (Cher) Cours-les-Barres
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Le bac qui assurait la traversée de la Loire entre Cours-les-Barres (Givry) et Fourchambault est supprimé en 1837 suite à la construction l'année précédente d'un pont suspendu au même emplacement. En 1801 mètres et 10 mètres de long. De 1841 à 1846, un embranchement navigable est creusé sur la commune pour relier le canal latéral à la Loire et le fleuve au lieudit Givry (rive gauche). Un chenal est alors aménagé dans le lit de la Loire pour faciliter la traversée et l'accès aux usines de Fourchambault situées sur la rive droite (département de la Nièvre). Ce chenal est établi grâce à la mise en place d'un épi submersible relié à la rive gauche du fleuve et mesurant environ 800 mètres de long. A la tête de l'épi (côté de la maison éclusière de Givry à l'épi. L'ingénieur ordinaire Ducros rapporte en 1856 que cet éperon a été complètement détruit lors de la crue du 1er juin de cette même année. Il propose alors de niveau de la crue de 1856. Toute la surface de l'éperon doit être défendu jusqu'à l'étiage par un perré
    Référence documentaire :
    départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers). (cf. illustration n° IVR24_20121800770NUCA). Encre sur papier, Ech. 1/2000e, 1839, détail. (direction départementale de l'équipement de la (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121801086NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n (ingénieur) ; Zeiller (ingénieur). (centre d'exploitation de Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre). (cf. illustration n° IVR24_20121800745NUCA). départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 91). (cf. illustration n° IVR24_20121800768NUCA). Carte postale ancienne. (musée de la Batellerie, Conflans-Sainte-Honorine). (cf. illustration n ). (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 91). (cf. illustration n
    Description :
    jonction reliant le canal latéral à la Loire et le fleuve est également situé sur la commune (entre les
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Cours-les-Barres (Cher)
    Illustration :
    Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Planche 31 : Givry et Carte de la Loire avec mention des bacs, 11 décembre 1833, ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées Plan général de la Loire à Givry et Fourchambault dressé par l'ingénieur ordinaire, non daté (après Mutrécy-Maréchal. Détail. (direction départementale de l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 91 Projet d'aligner la berge et le chemin de halage aux abords du pont sur la Loire à Givry (suite à une demande des mariniers), 15 août 1839. Détail. (direction départementale de l'équipement de la Saint-Satur, subdivision de la direction départementale des territoires de la Nièvre l'équipement de la Nièvre, Nevers, Boite 91). IVR24_20121800768NUCA conducteur Clusel. Détail sur la culée gauche, une rampe et une cale d'abordage. IVR24_20121801100NUCA Plan relatif aux travaux à exécuter à Fourchambault et Givry pour l'établissement et la
1 2 3 4 6 Suivant