Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 11 sur 11 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison
    Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison Frazé - Le Bourg - 5 place du Château - isolé - Cadastre : 1813 E2 363, 364 2016 AB 20
    Historique :
    Ce bâtiment, dont la fonction initiale reste inconnue, date très certainement du 16e siècle. En témoignent la structure en pan de bois encore visible au niveau du pignon sud, ainsi que la charpente à une importante rénovation pour devenir un commerce (café) : reconstruction en brique de la façade principale qui donne sur la place, création de nombreuses ouvertures et rehaussement d'environ un mètre de la façade principale, tout en conservant et en adaptant la charpente ancienne. Dès 1887, un bureau de poste s'implante dans le bâtiment voisin au 4, place du Château. Le commerce est alors renommé "café de la poste
    Description :
    d'ouvertures. La partie nord de l'édifice est occupée par un corps de passage permettant l'accès à une cour anciens, mis à part les empoutrements des planchers et la charpente modifiée tardivement. Cette dernière obliques). Suite au rehaussement des murs gouttereaux, la pente de toit a été adoucie par un système recouvert d'un enduit plein. La partie de la façade principale faisant face au château possède un décor géométrique constitué de briques orangées et flammées formant des losanges. La date 1862 portée par le même
    Titre courant :
    Bourg : café de la poste puis auberge dite du Château, actuellement maison
    Dates :
    1862 porte la date
    Illustration :
    Vue panoramique depuis le château vers l'est, avec au centre le café de la Poste Bugué - Pescher Façade principale, vue de détail de l'inscription et de la date portée 1862. IVR24_20162800322NUCA
  • Chevilleau : ferme
    Chevilleau : ferme La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Historique :
    modifié par la suite. Présent en 1814 sur le plan cadastral, un troisième bâtiment situé à l’est de l’ensemble a été reconstruit par la suite. En 1847, la municipalité voisine de Thiron-Gardais souhaite porte acquéreur. La halle est reconstruite en 1856 (date portée sur l’enduit, ainsi que l’inscription CMC, probablement les initiales du maître d’œuvre, inconnu) au sud de la ferme pour servir de betteraverie. En 1859, la propriété entre dans le giron de la famille Chellet de Kerdréan. Dans l’acte de vente les bâtiments sont succinctement décrits : sept bâtiments constituent la ferme (un bâtiment principal [logis, écurie], deux granges, une bergerie, une halle, un poulailler et toit à porcs). La transformation du bâtiment en "L" semble remonter à la seconde moitié du 19e siècle, commanditée par les Chellet de Kerdréan. En 1904, la ferme (ainsi que tout le domaine réuni par les Chellet de Kerdréan) est la ferme : reconstruction de la bergerie, construction de remises, de hangars, modification des
    Observation :
    L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des principal de la ferme des Charmois : caractéristiques architecturales similaires (mise en œuvre du silex
    Référence documentaire :
    La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Plan de l’appentis au nord du logis /auteur inconnu, non Archives privées. La Croix-du-Perche, ferme de Chevilleau. Actes de vente. 1832-1859.
    Description :
    Située dans la partie est de la commune, la ferme comprend quatre bâtiments répartis autour d’une ouest abrite la grange et l’étable. Les murs sont en moellons de silex couverts d’un enduit plein (aile l’est de l’ensemble, la bergerie possède des murs en moellons de silex jointoyés. Un plancher métallique chaînages d’angle et les jambes harpées sont en brique. L’ancienne halle, devenue la betteraverie, s’élève niveau d’un hourdis, l’enduit porte la date 1856 et l’inscription CMC. Une remise et un hangar situé à l’ouest complètent l’ensemble. Un puits (pompe à bras) se situe au centre de la cour. Les toits à longs
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Chevilleau - isolé - Cadastre : 1814 B2 175, 179, 180 2013 ZE 60, 61
    Dates :
    1856 porte la date
    Annexe :
    Synthèse des actes de vente de la ferme de Chevilleau, à La Croix-du-Perche (1832–1859) • 9 juillet 1832 : vente de la ferme et dépendances de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et enfants . Benoist père avait fait l’acquisition de tous ces biens pendant le cours de sa communauté avec la dite Touzeau de la manière suivante : Partie de l’article premier sur lequel (n°175) les époux Benoist père et titre d’échange de François Chevreau, bordage, demeurant à la Grande Coudray, commune de Coudreceau . [...] " • 9 juillet 1832 : vente d’une petite ferme située à Chevilleau (La Croix-du-Perche) par la veuve et : " [...] composée de bâtiments nécessaire à son exploitation (de la ferme), cour, jardin, [...] " "- [...] Une et son épouse demeurant commune de la Bazoche-Gouet, le 28 mars 1792. [...]" • 26 octobre 1859 : vente de la ferme de Chevilleau (La Croix-du-Perche) par M. Romain-Môle, docteur en médecine demeurant à Chratres à M. Olivier Marie Augustin Chellet de Kerdréan, propriétaire demeurant à la Pihourdière (La Croix
  • Ferrière : ferme, actuellement maison
    Ferrière : ferme, actuellement maison Frazé - La Ferrière - isolé - Cadastre : 1813 H 37 2016 H 151
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, La Ferrière apparaît sous le toponyme Ferraria dès 1531. Fief à cette époque, le lieu-dit devient une seigneurie en 1627 avant d’être achetée par les Gramont, et annexée à la siècle. Témoignent de cette époque, les cheminées de la cuisine et de la chambre, le cloisonnement en pan de bois, ainsi qu'une partie de la charpente. Vers 1774 (date portée sur une pierre de taille du chaînage d'angle), le bâtiment est remanié : la probable ossature en pan de bois est remplacée par des murs maçonnés en moellons de silex, de nouvelles ouvertures sont percées, la cheminée de la salle est restaurée , la charpente remaniée (les poinçons longs sont raccourcis pour pénétrer dans de nouveaux entraits retroussés, facilitant la circulation dans le comble). Alexandre Thiroux de Gervilliers, propriétaire du domaine de Frazé, fait détruire la ferme du Châtellier en 1813, récupère les matériaux pour construire de nouveaux bâtiments (partie porcherie et bergerie). La ferme entre dans le giron de Joseph Dulong de Rosnay
    Observation :
    conséquence la construction d'une vaste bergerie au plancher métallique novateur pour l'époque, d'un lavoir
    Description :
    Située à moins d'un kilomètre à l'ouest du bourg, la ferme comprend quatre bâtiments principaux , répartis autour d'une cour ouverte en "O", ainsi qu'un fournil : - Placé au nord de la ferme, le bâtiment d'habitation dont la façade principale est orientée au sud comprend une cuisine, la salle et une chambre. En basse-goutte (appentis) au nord se trouve la laiterie (qui a conservé son évier maçonné en brique) et la : deux d'entre elles (celles de la cuisine et de la chambre) possèdent des piédroits semi-circulaires et des corbeaux en pyramide inversée, en pierre de taille calcaire. Les linteaux des cheminées de la salle et de la chambre sont en bois sculpté, tandis que celui de la cheminée de la cuisine est en pierre l'édifice, il subsiste le cloisonnement en pan de bois entre la salle et la chambre, séparées par l'entrée et l'escalier. La charpente à fermes est à faîtières et sous-faîtières reliées entre elles par des retroussé. Un puits collé à la façade sud (dont il ne subsiste en surface qu'une plaque de béton) possède un
    Localisation :
    Frazé - La Ferrière - isolé - Cadastre : 1813 H 37 2016 H 151
    Dates :
    1774 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016 Extrait du plan géométrique des seigneries de Frazé, du Châtelier, de la Ferrière et de la Flohorie Vue d'ensemble de la ferme depuis le nord-ouest. IVR24_20172800265NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20172800274NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20162800094NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la façade sud. IVR24_20162800096NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la date gravée sur une pierre de l'angle sud-est (1774 Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la salle avec accès au puits, à gauche de la Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la cuisine. IVR24_20162800102NUCA Bâtiment principal, intérieur, vue de la cheminée de la chambre. IVR24_20162800103NUCA
  • Bourg : château de Frazé
    Bourg : château de Frazé Frazé - le Bourg - 1 place du Château - en village - Cadastre : 1813 E2 312, 344, 345, 346 2016 AB 202
    Historique :
    Le châtelet, la tour Saint-François et la galerie sont construits à la fin du 15e siècle ou au réaménagé entre 1664 et 1671 pour Françoise Marguerite de Gramont. La galerie du pavillon est ensuite . L'ensemble est restauré pour Joseph Dulong de Rosnay entre 1893 et 1930 avec la construction d'un château d'eau, d'un portail attenant et la réalisation d'aménagement paysagers.
    Référence documentaire :
    Archives privées du château de Frazé. Plan terrier des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Châtellier et la Flohorie dressé en 1767. p. 27-34 Compte-rendu de l'excursion à Brou, Yèvres, Frazé et Vieuvicq. Procès-verbaux de la (1876-1962) au château de Frazé. In : Bulletin de la société dunoise, 2007, Tome XXII, n°297, p. 61-67. p. 33-35 BROSSARD, Jean. La petite histoire des jardins de Frazé. In : Bulletin de la société d'après un procès-verbal de récolement du 11 mars 1707. In : Bulletin de la société dunoise, 2009, Tome CASSAIGNE, Pascal, SIGURET, Philippe. Le Perche-Gouët. Présence du Perche, La Loupe : Les amis du LECOMTE, Denis René. Manuscrit d'un curé de Frazé : renseignements sur la paroisse, 1843, 40 p.
    Description :
    Le château de Frazé se situe au nord-ouest du bourg, à proximité de la rivière de la Foussarde. Il cour comprend le châtelet, la galerie ouest, la tour Saint-François, une tour nord-ouest (reconstruite parterres de buis). Les matériaux employés pour la construction des murs sont la pierre de taille de grison (soubassement des bâtiments de la haute cour), la pierre de taille de grès roussard (soubassement du pavillon du bourg), la pierre de taille calcaire et la brique. Les toits sont en tuile plate ou en ardoise.
    Dates :
    1560 porte la date
    Annexe :
    de Martigné, seigneur de Mayenne, de Sablé, de la Ferté-Bernard et de Brou, pair de France, à tous peu de gens, où pour le tems passé souloit avoir et demourer grand nombre et quantité de peuple. A l'occasion de quoy le pays lors estoit grandement augmenté et amelioré par la conversacion, residence et , bâtir et fortifier la dicte place et maison forte tant de murailles, fossez à l'environ, pont leviez , barbequannes et archivoltez que autres édifices diffensables, appartenant à la place forte, sans toutefoys que cesdictes presentes de notre scel. Donné à la Tour le XXIXe jour d'apvril l'an de grâce mil quatre cens Renseignements sur la seigneurie de Frazé et développement d'après les notes de Denis René Lecomte (LECOMTE, Denis René. Manuscrit d'un curé de Frazé : renseignements sur la paroisse, 1843, 40 p.) Sous l'Ancien Régime, la châtellenie de Frazé était composée de fermes, terres, près, pâtures, bois, moulins et foire, de scel (ou sceaux) à contrat. Développement de la seigneurie (sur la paroisse de Frazé) : En
    Texte libre :
    document est riche d’enseignements quant à l’état de la ville de Frazé qui était "close, considérable et Repères historiques La reconstruction d'un château fort Un château fort ainsi qu'un important bourg sont attestés à Frazé dès le 11e siècle. À l’instar de l’abbaye voisine de Thiron, la forteresse et la anglaises allant assiéger Orléans. Propriété d’Anne Gaudin, veuve de Jean seigneur de Moulhard, la terre et Chollet son épouse, veuve de Geoffroi de Courcillon, pour la somme de huit cents écus d’or. En 1493, le Castres et de Beaufort, vicomte de Châtellerault et de Montique, seigneur de Sablé, de La Ferté-Bernard et de Brou, pour obtenir la permission de rebâtir le château fort et la "ville" de Frazé et les par la guerre et la vétusté, il ne restait alors de la cité que de "vieilles murailles et de vieux muraillés" sont alors aménagés autour de la vaste enceinte carrée où s’élève le château. L’eau de la rivière de la Foussarde vient combler les fossés, tandis qu’au nord l’eau d’un vaste étang baigne les murs du
    Illustration :
    Plan géométrique des seigneuries de Frazé, la Ferrière, le Châtelier et la Flohorie, dressé en 1767 Vue de situation du château depuis la route de Chassant au nord. IVR24_20162801055NUCA Vue de la route de Luigny (vers l'est), murs de clôture, portail du parc et château d'eau Châtelet, galerie et tour nord-ouest de la haute cour, vue générale depuis le sud-ouest Vue partielle du châtelet, de la galerie, de la tour nord-ouest de la basse-cour et des douves Châtelet, vue de détail des mâchicoulis de la tour nord-ouest. IVR24_20162801089NUCA Châtelet, vue de détail des mâchicoulis de la tour sud-est. IVR24_20162801013NUCA Châtelet, vue de détail du linteau à double accolade de la fenêtre de l'étage, et corbeaux sculptés Châtelet, vue de détail de la fenêtre de l'étage du corps central côté nord-est Châtelet, vue de la porte piétonne (intérieur) et d'une statue déposée (initialement dans la
  • Grand Écossé : ferme
    Grand Écossé : ferme Frazé - Le Grand Écossé - isolé - Cadastre : 1813 I2 292 2016 ZX 10
    Historique :
    D'après Édouard Lefèvre, Le Grand Écossé est mentionné pour la première fois en 1475 comme fief dépendant de la seigneurie de Frazé. Le bâtiment le plus ancien conservé semble être le logis secondaire , qui pourrait remonter au 17e siècle, comme le montre son ossature en pan de bois. La partie centrale . Propriétés de la famille Thiroux de Gervilliers, quatre bâtiments organisés en "O" autour d'une cour ouverte sont présents sur le plan cadastral de 1813. Les travaux d'agrandissement de la ferme débutent vraisemblablement vers 1841 (date portée sur une pierre de taille calcaire du chaînage d'angle de la bergerie) pour se terminer dans les années 1930. Ils sont commandités par la famille Thiroux de Gervilliers, puis période, la grange et l'étable sont reconstruites, deux écuries et une dépendance sont construites aux l'angle ouest ainsi qu'un hangar agricole à l'extrémité est. Dans la seconde moitié du 20e siècle, la
    Observation :
    Avec la ferme de la Flohorie, celle du Grand Écossé est considérée comme la plus importante de la
    Description :
    La ferme se situe au sud-est de la commune, à environ deux kilomètres au sud-est du bourg. Elle comprend six bâtiments : - Le bâtiment principal se trouve au nord-ouest de la ferme. Il comprend sous un côté de la cour, une vaste dépendance est divisée en grange, étable et bergerie. - Perpendiculairement et au milieu de la cour - délimitant l'ancienne cour agrandie au 19e siècle -, se situe un logis l'angle ouest de la cour, se trouve l'ancien fournil. - Un hangar est placé à l'est de la ferme. A
    Dates :
    1841 porte la date 1897 porte la date
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016, section ZX Vue partielle de la ferme depuis le nord-est. IVR24_20162800257NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la date 1897 portée en haut du pignon nord-est Intérieur, partie aire à battre de la remise (pavage circulaire), et pompe à bras Bâtiment secondaire, vue de détail du chaînage d'angle nord-est, gravé de la date 1841
  • Moulin de l'Étang : moulin et ferme
    Moulin de l'Étang : moulin et ferme Frazé - L' Moulin de l'Étang - isolé - Cadastre : 1813 D1 40, 41 2016 YA 97
    Historique :
    cadastral de 1813, les bâtiments les plus anciens - la partie ouest du bâtiment principal et le fournil la structure en pan de bois (façade postérieure du bâtiment principal). Dépendant de la seigneurie de Frazé, le moulin reste la propriété de la famille Thiroux de Gervilliers (seigneurs de Frazé) jusqu'aux certainement du milieu du 19e siècle. Quant à la remise, elle semble remonter à la fin du 19e ou au début du 20e siècle. Produisant de la farine jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, le moulin est déclassé en ferme dans la seconde moitié du 19e siècle.
    Hydrographies :
    la Foussarde
    Description :
    Le moulin se situe à l'est de la commune, à environ 700 mètres du bourg. La retenue d'eau alimentée par un bief dérivé de la Foussarde est toujours présente. La propriété comprend quatre bâtiments répartis autour d'une cour ouverte. - Placé au nord, le bâtiment principal comprend la partie domestique (disparue) transférant la force motrice aux meules du rez-de-chaussée surélevé. Si la façade principale , moderne, possède des murs en moellons de silex et des encadrements d'ouvertures en brique, la façade postérieure, en pan de bois hourdé en torchis, témoigne de l’ancienneté de la construction. - Au sud, le une vaste remise. - Au sud-ouest, se trouve le fournil. La voûte du four, localement appelé "butte" du
    Illustration :
    Bâtiment secondaire, vue de détail de la façade nord. IVR24_20162800242NUCA
  • Coudray : ferme
    Coudray : ferme La Croix-du-Perche - Le Coudray - isolé - Cadastre : 1814 B1 130, 131 2013 ZH 29
    Historique :
    tendent à le montrer les murs en pan de bois hourdés en terre et la pente de toit importante. Ce bâtiment à la construction du nouveau logis au sud-est. Chellet de Kerdréan est propriétaire d’un vaste domaine agricole comprenant entre autre les fermes de La Pihourdière, des Charmois, et de Chevilleau. Il des bâtiments préexistants. La ferme reste en activité jusqu’en 1992. Elle est actuellement en cours
    Observation :
    L’histoire assez bien connue de cette ferme, les dimensions importantes de la grange-étable et la premier ordre à l’échelle communale. La grange-étable est à mettre en relation avec le bâtiment principal de la ferme des Charmois et la bergerie de Chevilleau : caractéristiques architecturales similaires
    Description :
    Située dans la partie est de la commune, à quelques centaines de mètres du bourg, la ferme du ancien, au nord, est en rez-de-chaussée. Il abrite l’ancien logis (converti par la suite en dépendance ), une étable et un toit à porcs. Un four à pain est accessible depuis la cheminée du logis. Les murs de la ferme, le second bâtiment abrite le logis. Une laiterie en appentis lui est accolée en façade moellons de silex. Au sud, la grange-étable est en rez-de-chaussée et à comble à surcroît. Les portes et
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Le Coudray - isolé - Cadastre : 1814 B1 130, 131 2013 ZH 29
    Illustration :
    Vue générale de la ferme depuis le sud-est. IVR24_20132800380NUC2A
  • Charmois : ferme dite du Grand Charmois
    Charmois : ferme dite du Grand Charmois La Croix-du-Perche - Les Charmois - isolé - Cadastre : 1814 B2 251, 252 2013 ZK 33
    Historique :
    . Après la Révolution, la famille de Chabot possède un vaste domaine comprenant plusieurs fermes (La Pihourdière, Les Charmois, Chevilleau, Le Coudray et La Roullière) et plus de 300 ha de terre. Puis, à partir la seconde moitié du 19e siècle, de l’agrandissement de la ferme du Grand Charmois (au nord-est du de la grange. En 1904, le domaine est acheté par la famille Dulong de Rosnay, propriétaire du château de Frazé. Vers 1910, ces derniers font reconstruire le bâtiment principal de la ferme du Grand Charmois (logis et écurie). Non étudiée dans ce dossier, la ferme du Petit Charmois menace ruine.
    Observation :
    L’histoire assez bien connue de cette ferme, ses dimensions importantes et la diversité des
    Description :
    Située à l’extrémité est de la commune, la ferme du Grand Charmois comprend trois bâtiments en "U encadrements des baies, les chaînages d’angle et le bandeau qui fait la jonction entre les appuis de fenêtres sont en brique (à part les lucarnes où la brique est associée au bois). Les ouvertures sont en arc segmentaire (portes et fenêtres) ou en demi-cercle (fenêtres de l’écurie). La partie écurie est séparée du quadrangulaires (portes), en plein cintre (portes des niches) et en demi-cercle (fenêtres). La lucarne pendante , donnant accès au comble, associe la brique et le bois. Le dernier corps de bâtiment, à usage d’écurie, est encadrements de baies et les chaînages d’angle en brique. La charpente repose en partie sur des poteaux en bois pan de bois hourdés en terre ou en brique. Ces derniers reposent sur un solin en moellons de silex. La charretières encadrées de bois permettent l’accès à la grange. Les toits à longs pans sont couverts en tuile
    Localisation :
    La Croix-du-Perche - Les Charmois - isolé - Cadastre : 1814 B2 251, 252 2013 ZK 33
    Illustration :
    Vue éloignée de la ferme depuis l'est. IVR24_20172800290NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la salle. IVR24_20132800293NUC2A Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20132800294NUC2A Bâtiment principal, vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20132800295NUC2A Bâtiment secondaire, vue de détail de la mise en œuvre du pignon nord en pan de bois
  • Petit Essard : ferme, actuellement maison
    Petit Essard : ferme, actuellement maison Frazé - Le Petit Essard - isolé - Cadastre : 1813 I1 5, 6 2016 ZV 19
    Historique :
    La ferme du Petit Essard - qui apparaît sous le toponyme Les Essards Lignerolles sur le cadastre de de bois ainsi que les empoutrements des planchers et la charpente du logis (salle, chambre) ont fait anciennes de la ferme (grange et pressoir) ont très certainement été édifiés en 1514 ou en 1515. Des travaux semblent avoir été effectués au 18e siècle comme la construction de l'étable à vaches, du fournil, ou la reconstruction de la cheminée et de la charpente au-dessus de la salle (une seule ferme à poinçon court). A la fin du 19e siècle, la ferme entre dans le giron du domaine de Frazé, reconstitué par Joseph Dulong de Rosnay. Ce dernier procède à une restauration et un agrandissement de la ferme au début du 20e siècle : suppression de certains murs en pan de bois reconstruits en moellons de silex (mur sud de la grange et du pressoir, mur nord de la salle du logis), construction de la bergerie, du lavoir, du poulailler, et du toit
    Observation :
    conséquence la construction d'une vaste bergerie au plancher métallique novateur pour l'époque, d'un lavoir
    Description :
    La ferme se situe à un kilomètre au sud du bourg. Elle comprend trois bâtiments répartis de manière irrégulière en "U" autour d'une cour ouverte : celui du logis, la bergerie-grange, un hangar ainsi qu'un surmonté d'un comble à usage de grenier, le logis est accessible par deux portes, la première située en façade principale (au sud-est) et la dernière, en façade postérieure, donnant sur la cour. Un ancien couloir de distribution séparait la chambre de la salle (remplissage du pan de bois enlevé côté chambre subsiste l'huisserie, permettait l'accès au grenier via une échelle de meunier. La salle conserve son dimensions beaucoup plus restreintes. La cheminée de la chambre, à linteau et corbeaux en bois, a été fermes de la charpente d'origine sont conservées : à poinçon long qui pénètre dans l'entrait, elles sont contre-ventées par une sous-faîtière, reliée à la faîtière par des liens obliques. Des trous de boulins pigeonnier de comble, avant la construction de la laiterie adjacente. - Placé au nord, le second bâtiment
    Illustration :
    Plan schématique au sol des bâtiments de la ferme. IVR24_20162800055NUDA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20172800273NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis la mare au sud. IVR24_20172800246NUCA Vue d'ensemble de la ferme depuis le sud. IVR24_20172800245NUCA Bâtiment principal, vue de détail de la façade nord-ouest du logis. IVR24_20162800058NUCA Bâtiment principal, partie logis, vue de détail de la mise en oeuvre en pan de bois et des Bâtiment principal, partie logis, vue de détail de la mise en oeuvre côté nord Bâtiment principal, vue de détail de la façade sud-est du logis. IVR24_20162800060NUCA Vue de détail de la cheminée de la chambre. IVR24_20162800061NUCA Vue de détail de la cheminée de la salle. IVR24_20162800062NUCA
  • Bourg : ferme du château (1 rue du 8 mai 1945)
    Bourg : ferme du château (1 rue du 8 mai 1945) Frazé - Le Bourg - isolé - Cadastre : 1813 E 351 2016 AB 11
    Historique :
    notamment du bâtiment des dépendances au sud de la ferme, qui conserve des parties en pan de bois datant en pan de bois, dont les bois les plus anciens pourraient remonter à la même époque. La ferme assurait la production agricole des denrées alimentaires consommées au château de Frazé. La cour de la ferme jouxte un ancien bief (à sec aujourd'hui) dérivé de la Foussarde, qui fournissait la force motrice . D'autres bâtiments semblent avoir été construits au 18e siècle, notamment la grange et les étables-écuries , ainsi que l'ancien portail d'entrée. Propriété des seigneurs de Frazé jusqu'à la Révolution (et même après), la ferme - à l'instar des autres propriétés du domaine de Frazé - est rachetée par Joseph Dulong de Rosnay à la fin du 19e siècle. Ce dernier fait restaurer la ferme (remplacement de certaines pièces du pan de bois du logis, et remplacement du hourdage en torchis par de la brique) et fait , remplacement de l'ancien portail par un corps de bâtiment joignant le logis à la grange, et création d'un
    Description :
    La ferme se situe au cœur du bourg, directement à l'est du château. Elle comprend deux bâtiments en portail ont été réunis suite à la suppression de ce dernier dont les traces sont encore visibles dans la °. La façade nord est rythmée par trois travées d'ouvertures. Quatre lucarnes, dont deux à la capucine au nord, éclairent le comble. Ces dernières sont couronnées d'épis de faîtage. La grange et les d'angle et les encadrements d'ouvertures (les deux portes de la grange, piétonne et cochère en plein cintre) ainsi que les jambes harpées sont en pierre de taille calcaire, parfois alternée avec de la
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016, section AB Partie grange, vue de détail de la porte en plein cintre. IVR24_20162800329NUCA Partie écuries/étables, vue de détail de la mise en oeuvre côté sud. IVR24_20162800330NUCA Intérieur de la ferme, vue d'ensemble des bâtiments. IVR24_20162800332NUCA
  • Calvaire : Ferme
    Calvaire : Ferme Frazé - Le Calvaire - isolé - Cadastre : 1813 B2 235, 236 2016 OB 166
    Historique :
    siècle, comme tend à le montrer la structure en pan de bois à grille du logis et de la dépendance bâtiment présent au Calvaire sur le plan des seigneuries de Frazé, La Ferrière, Le Châtellier et La Flohorie, datant du troisième quart du 18e siècle. Présente sur le plan cadastral de 1813, la laiterie est le second bâtiment construit à la fin du 18e siècle ou au début du 19e siècle. Le fournil est édifié en 1868 pour la famille Thiroux de Gervilliers, propriétaire du château (mention des matrices cadastrales). Le domaine passe ensuite entre les mains de Joseph Dulong de Rosnay qui développe la ferme en
    Description :
    La ferme se situe au nord-ouest du bourg, face au château et séparée de celui-ci par le ruisseau de la Foussarde. Elle comprend quatre bâtiments : - En rez-de-chaussée, le bâtiment principal possède (de fonctions indéterminées). Une lucarne à la capucine permet l'accès au comble à usage de grenier . - La laiterie aux murs en terre crue, reposant également sur un solin maçonné en silex, conserve un . - De construction similaire au précédent, le troisième bâtiment abrite le fournil, la voûte du four accolée à un petit toit à porcs, et une dépendance à la fonction indéterminée. En alignement au nord, se construit en brique, à l'exception de la façade principale de la partie étable et écurie, édifiée en Rosnay à Frazé mais également à La Croix-du-Perche, le plancher est constitué de voûtains en terre cuite
    Illustration :
    Plan de localisation des bâtiments de la ferme (fond : plan cadastral de 2016, section OB Bâtiment d'exploitation (fournil, toit à porcs et remise), vue de détail de la mangeoire des Bâtiment d'exploitation (fournil, toit à porcs et remise), vue d'ensemble de la façade principale
1