Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • 2 verrières représentant saint Charles et saint Louis, saint Augustin et saint Martin
    2 verrières représentant saint Charles et saint Louis, saint Augustin et saint Martin Le Pont-Chrétien-Chabenet - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : "Latteux et Bazin - Mesnil Saint-Firmin - Oise - 1893" (baie 5).
    Historique :
    : Ensemble de verrières commandé aux établissements Latteux et Bazin dans les années 1890, probablement par modifications, notamment un agrandissement de la nef vers l’ouest et la construction d’une abside en hémicycle la famille de Poix, alors propriétaire et restauratrice de l'édifice.
    Description :
    Ces deux verrières, conçues et disposées en pendant l'une de l'autre, présentent un décor de : saint Charles Borromée et saint Louis de France (baie 5), saint Augustin et saint Martin (baie 10).
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers
    Titre courant :
    2 verrières représentant saint Charles et saint Louis, saint Augustin et saint Martin
    Illustration :
    Le Pont-Chrétien, église Notre-Dame, baie 5 : saint Charles et saint Louis. IVR24_20093601935NUCA Le Pont-Chrétien, église Notre-Dame, baie 10 : saint Augustin et saint Martin
  • Verrière représentant la Nativité et l'enfance du Christ
    Verrière représentant la Nativité et l'enfance du Christ Palluau-sur-Indre - en village
    Historique :
    Cette verrière de la fin du 19e siècle est probablement issue des ateliers Latteux et Bazin (Le
    Description :
    et de l'enfance de Jésus : l'Annonciation et la Visitation (registre inférieur), la Nativité et
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers
    Titre courant :
    Verrière représentant la Nativité et l'enfance du Christ
    Illustration :
    Palluau-sur-Indre, église Saint-Sulpice, baie 6 : Nativité et Enfance du Christ
  • 3 verrières mixtes
    3 verrières mixtes Le Pont-Chrétien-Chabenet - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : "Latteux et Bazin - Mesnil Saint-Firmin - Oise" (baie 101).
    Historique :
    : Ensemble de verrières commandé aux établissements Latteux et Bazin dans les années 1890, probablement par modifications, notamment un agrandissement de la nef vers l’ouest et la construction d’une abside en hémicycle la famille de Poix, alors propriétaire et restauratrice de l'édifice.
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers
  • 5 verrières représentant la Passion du Christ
    5 verrières représentant la Passion du Christ Le Pont-Chrétien-Chabenet - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : "Latteux et Bazin - 1894" (baie 1) ; "Le Mesnil St-Firmin, Oise
    Historique :
    : Ensemble de verrières commandé aux établissements Latteux et Bazin dans les années 1890, probablement par modifications, notamment un agrandissement de la nef vers l’ouest et la construction d’une abside en hémicycle la famille de Poix, alors propriétaire et restauratrice de l'édifice.
    Description :
    rehaussées de figures géométriques multicolores, et comportent dans leur second quart supérieur un médaillon
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers
  • Issoudun : cimetière, verrière figurant un saint en pied
    Issoudun : cimetière, verrière figurant un saint en pied Issoudun - chemin du Postillon - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : "Latteux Bazin Mesnil-St-Firmin Oise 1882".
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers
  • 2 verrières ornementales
    2 verrières ornementales Palluau-sur-Indre - en village
    Historique :
    St-Firmin, Oise", correspondant à l'adresse des ateliers Latteux et Bazin, qui semblent avoir réalisé conserve ainsi ses voûtes (nef, chapelle, abside) et ses baies à lancettes de style flamboyant. Les certains vitraux de la nef, des chapelles latérales (baies 5, 6, 7,8, 10, 11 et 12) et de la tribune.
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers
  • Pont-Chrétien-Chabenet : église Notre-Dame, verrières
    Pont-Chrétien-Chabenet : église Notre-Dame, verrières Le Pont-Chrétien-Chabenet - en village
    Historique :
    : Cette église comporte 10 verrières figurées ou mixtes issues des ateliers Latteux et Bazin (Oise modifications, notamment un agrandissement de la nef vers l’ouest et la construction d’une abside en hémicycle , anonymes et sans date.
    Précision dénomination :
    verrières figurées et ornementales
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers
    Illustration :
    Le Pont-Chrétien, église Notre-Dame, baie 5 : saint Charles et saint Louis. IVR24_20093601935NUCA
  • Palluau-sur-Indre : église Saint-Sulpice, verrières
    Palluau-sur-Indre : église Saint-Sulpice, verrières Palluau-sur-Indre - en village
    Historique :
    issus de l'atelier d'Auguste Charlemagne (Toulouse) et des ateliers Latteux et Bazin (Le Mesnil-Saint 1870 par les ateliers Lobin (Tours), tandis que les vitraux de la nef et des chapelles latérales sont conserve ainsi ses voûtes (nef, chapelle, abside) et ses baies à lancettes de style flamboyant. Les s'agit des cinq baies du chœur et de deux baies de la chapelle nord, fondée en 1503 par les seigneurs de
    Référence documentaire :
    . 2 : « Les vitraux du Centre et des Pays de la Loire », Paris, Éditions du C.N.R.S., 1981, p. 206-207.
    Auteur :
    [] Latteux et Bazin Ateliers [] Lobin (atelier)
    Illustration :
    Palluau-sur-Indre, église Saint-Sulpice, baie 5 : saint Roch et saint Sulpice Palluau-sur-Indre, église Saint-Sulpice, baie 6 : Nativité et Enfance du Christ Palluau-sur-Indre, église Saint-Sulpice, baies 12 et 14. IVR24_20093601251NUCA
  • Quais du Foix et Ulysse-Besnard
    Quais du Foix et Ulysse-Besnard Blois - rive droite - quai du Foix quai Ulysse-Besnard - en ville - Cadastre : 2011 CX non cadastré 2011 E non cadastré domaine public
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    président de la Délégation Spéciale de la Ville demanda à l'administration des Ponts-et-Chaussées de la Loire entre la place de la Grève et l’Abattoir. L'objectif exprimé par la ville dès août 1940 intégré au plan de Reconstruction et d'Aménagement de Charles Nicod validé en novembre 1942, mais Louis architecte était également en charge des études spéciales d'architecture du quartier Rétif et de l'ancienne prison, et du mail Clouseau. Il conçut un aménagement des quais situés entre les rues de l'Arceau et de reconstruction, était un peu excentré et devait sans doute être difficile à travailler du fait de l'entassement
    Référence documentaire :
    photog n. et b. Auteur inconnu. (Archives Départementales de Loir-et-Cher, Blois, Fonds Fenouillet et pers. d'ambiance. Mai 1943.
    Description :
    Les quais situés entre les rues de l'Arceau et de la Saulas, quai du Foix et quai Ulysse-Besnard , sont aménagés en parking et en jardin. Le parking a été aménagé à l'est de cet espace, au plus près du par quelques massifs végétaux et des zones de jeux d'enfants. Cet aménagement a en particulier une
    Titre courant :
    Quais du Foix et Ulysse-Besnard
    Annexe :
    l'atelier de Georges Gromort. Il se forma également en travaillant dans les agences de Michel Roux-Spitz et -Arretche qui devint le principal atelier de l'école des beaux-arts et se consacra à l'enseignement jusqu'à collabora également en 1971 avec les architectes Bazin et Martin à l'édification de 1000 logements HLM. Il de Roger-Henri Expert. Diplômé en 1937, il forma avec son ancien professeur l'atelier Gromort Blois la rénovation et l'extension du collège de jeunes filles, rue du Bourg-Saint-Jean avec : l'étude du quartier administratif sur les terrains de la propriété Rétif, de l'ancienne prison et des anciens remparts ; la création d'une voie entre la place de la République et la mairie ; une promenade sur l'immeuble de bureaux des Ponts-et-Chaussées sur le mail Clouseau. Après la Libération, il poursuivit ses Coutances et de Saint-Malo et collabora également à celle de Rouen. Il mena en outre une étude pour la reconstruction et le développement de petites villes de Basse-Normandie et établit les plans pour la
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Illustration :
    Zone de stockage des déblais et élargissement des quais. IVR24_20124100405NUDA Projet d'aménagement du quai du Foix en promenade par Louis Arretche, plan d'ensemble et coupe , années quarante. (Fds L. Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture Projet d'aménagement en promenade du quai du Foix, par Louis Arretche, plan et coupe de la zone centrale, années quarante. (Fds L. Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives . SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture du XXe s., 112 IFA : 200/2 au niveau du quai du Foix. Auteur inconnu (Archives Départementales de Loir-et-Cher, Blois, Fonds La rive droite de la ville vue depuis l'est. De part et d'autre du pont François-Mitterrand
  • 2 verrières ornementales
    2 verrières ornementales Palluau-sur-Indre - en village
    Historique :
    Ces verrières de la fin du 19e siècle sont probablement issues des ateliers Latteux et Bazin, ou Charlemagne, qui ont réalisé les vitraux de la nef et des chapelles latérales.
    Description :
    Ces deux verrières jumelées présentent un décor identique de quadrilobes alternativement rouges et
    Illustration :
    Palluau-sur-Indre, église Saint-Sulpice, baies 12 et 14. IVR24_20093601251NUCA
  • Verrière ornementale
    Verrière ornementale Palluau-sur-Indre - en village
    Historique :
    Ces verrières de la fin du 19e siècle sont probablement issues des ateliers Latteux et Bazin, ou Charlemagne, qui ont réalisé les vitraux de la nef et des chapelles latérales.
    Description :
    Cette verrière présente un décor géométrique composé d'un maillage de couleur bleue et jaune, orné d'une bordure verte et rouge. Le soufflet du tympan présente toutefois une tiare pontificale accompagnée
  • Ensemble d'immeubles du Mail Clouseau dit îlot C
    Ensemble d'immeubles du Mail Clouseau dit îlot C Blois - rive droite - mail Clouseau rue Porte-Clos-Haut rue des Rouillis rue du Père-Brottier - en ville - Cadastre : 2011 DO 96 à 105 2011 DO 134 2011 DO 763
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    donnant lieu à différents projets. Dans son plan de Reconstruction et d'Aménagement (PRA) de 1942, Charles Nicod proposa d'ouvrir une voie nouvelle reliant la place de la République et l'hôtel de ville préfecture en 1830, et confortée par le PRA avec la concentration de services administratifs sur les terrains entre la place de la République et la rue Porte-Clos-Haut, parallèlement au mail Clouseau, et d'y élever Ponts-et-Chaussées de la Porte-Clos-Haut, fut abandonné à ce stade. L'aménagement effectif de l'îlot C , Jean Voillereau, Jean Imbert-Fabe, Lucien Joubert et Henri Jannin, puis les travaux d'assainissement et de voirie, s'étalèrent entre 1952 et le début des années soixante. La solution de continuité entre la place de la République et l'hôtel de ville a donc été amputée à ses deux extrémités, au fil du projet. En outre, les maisons et immeubles finalement construits sur le mail Clouseau forment un ensemble finalement chargé de construire un nouvel immeuble de bureaux pour les Ponts et Chaussées dans la partie nord
    Référence documentaire :
    photog n. et b. Auteur inconnu. (Collection particulière, B. Guignard). (cf. illustration n plaque de verre. Par Gallerand, Jules. (Archives Départementales de Loir-et-Cher, Blois, Fonds plaque de verre. Par Gallerand, Jules. (Archives Départementales de Loir-et-Cher, Blois, Fonds plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte HUBERT-FILLAY. Les projets de reconstruction de Blois et de Vendôme. Le Jardin de la France. Blois et le Loir-et-Cher. n° 276-280. avril-juin 1943. AC Blois. Série Fi : 12 Fi 1. Plans et études pour la reconstruction de Blois et de Vendôme par AD Loir-et-Cher. Série Fi : 105 Fi 1367. Fonds Lunais-Bruère. AD Loir-et-Cher. Série F : F 2132. Le plan de reconstruction et d'aménagement de Blois et les de la République avec la Mairie et la transformation des terrains du Carmel en îlot de compensation
    Description :
    juin 1940. C'est un ensemble de douze édifices - maisons et immeubles - construits entre le mail Clouseau, la place de la République et la rue de Rouillis. Il ne s'agit pas d'un îlot au sens morphologique des rues des Rouillis et Porte-Clos-Haut, et enfin les deux immeubles donnant sur la place de la République. L'ensemble le plus important est constitué par six maisons et immeubles implantés sur le mail Rouillis, les façades donnent sur des cours et des jardins clos. Leurs façades sur le mail ont des traits , la variété des agencements et des caractéristiques propres assure un effet pittoresque. Les baies sont assemblées pour certaines en bandeaux, pour d'autres en travées ; la matière et la couleur des façades alternent entre brique et enduit ; les plateformes des balcons sont de diverses formes même logique d'ensemble. A l'angle de la rue des Rouillis et de la Porte-Clos-Haut, ce sont des
    Annexe :
    l'atelier de Roger-Henri Expert. Diplômé par le gouvernement, il s'installa simultanément à Paris et dans l'atelier de Georges Gromort. Il se forma également en travaillant dans les agences de Michel Roux-Spitz et -Arretche qui devint le principal atelier de l'école des beaux-arts et se consacra à l'enseignement jusqu'à collabora également en 1971 avec les architectes Bazin et Martin à l'édification de 1000 logements HLM. Il et en région parisienne. Les références qu'il transmet alors à l'édile sont : une gentilhommière à Grand garage de la Promenade des Anglais à Nice, l'hôtel Adriatic à Nice et un hôtel particulier à Neuilly-sur-Seine. S'étant spécifiquement proposé pour établir le programme et le plan d'aménagement les architectes Charbonnier et Rivet pour la construction d'immeubles des îlots A et H rive droite, et , J, H, Q et S. Il fut également à l'origine des plans d'équipements comme la piscine du quai Saint -Jean à laquelle il travailla avec André Aubert, et le Cinéma Palace, implanté au coeur de l'îlot K
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    bombardements allemands. Leur reconstruction sur place ne fut jamais envisagée et le Carmel se réinstalla plus constituèrent un emplacement disponible de choix et firent l'objet de divers projets d'aménagement. Le projet la place de la République et l'hôtel de ville, nouvellement installé dans les bâtiments de l'ancien administrative initiée en ville haute avec la construction de la préfecture en 1830, et confortée par le plan de Reconstruction et d'Aménagement (PRA) avec la concentration de services administratifs sur les terrains de Rouillis et être prolongée par une coupure dans le bâtiment de la rue Porte-Clos-Haut alors occupé par l'administration des Ponts-et-Chaussées. Dès 1942, l'architecte préconisa également que ce secteur urbain serve au sinistrés du Carmel et l'immeuble affecté au service des Ponts-et-Chaussées". Dans le projet qu'il présenta en 1943, l'hypothèse de la destruction d'une partie du bâtiment des Ponts et Chaussées était l'effet de perspective peu heureux que cet aménagement aurait créé, le dénivelé entre le mail et la cour
    Illustration :
    Evolution de l'aménagement du Mail Clouseau mise en valeur par la superposition du plan de 1937 et Commissariat à la Reconstruction, département du Loir-et-Cher, Ville de Blois. Fond de plan Plan de Reconstruction et d'Aménagement de Blois par Charles Nicod, approuvé par arrêté 6-11-1942 . (Fds L. Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture du XXe s./112 . (Fds L. Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture du XXe s./112 aux Ponts et Chaussées, par L. Arretche, mai 1943. (Fds L. Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du . (Fds L. Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture du XXe s./112 Etude de la nouvelle voie entre la place de la République et la mairie à travers les bâtiments sinistrés du Carmel et l'immeuble affecté aux Ponts et Chaussées, et aménagement du mail Clouseau, par L . Arretche, vers 1943 (Fds L. Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture
  • Quartier Rétif ou quartier de l'ancienne prison, dit îlot B
    Quartier Rétif ou quartier de l'ancienne prison, dit îlot B Blois - rive droite - rue des Remparts rue Trouessard rue des Cordeliers rue Claude-Robin rue d' Angleterre - en ville - Cadastre : 2010 DO 13 2010 DO 513 2010 DO 527, 528 2010 DO 558 2010 DO 611 à 615 2010 DO 617 2010 DO 620, 621 2010 DO 697
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    de reconstruction et d'aménagement dès 1941 en tant que terrain de compensation. Il était composé du terrain libéré de l'ancienne prison, et de celui d'une propriété privée, la propriété Rétif, dont , murs et fossés - dont la commission des sites et monuments de Loir-et-Cher demanda le classement dès octobre 1941. Les qualités de ce terrain vaste, central, et arboré justifient les discussions et les tâtonnements que suscitèrent les questions de son affectation et de sa desserte. L'architecte Charles Nicod la seconde moitié du XIXe siècle - et d'y implanter l'hôtel des postes et des logements. La réalisation. On décida finalement en 1946 de l'affecter à l'implantation du groupe scolaire Victor-Hugo et des de l'ancienne prison commença en 1948, et celle des remparts en 1952. Le percement des rues des Remparts et Trouessard nécessitèrent enfin les expropriations de sept immeubles, entreprises entre octobre 1946 et décembre 1952, avant leur démolition. Les chantiers des écoles s'étalèrent sur la décennie
    Référence documentaire :
    plan topographique du quartier Rétif et de l'ancienne prison, sur papier, 1941. Par Ménard photog n. et b. Auteur inconnu. (Collection particulière, B. Guignard). (cf. illustration n plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte projet d'aménagement des quartiers Rétif et de l'ancienne prison, sur papier, 06-1947. Par Aubert , André (architecte). (Fonds A. Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe plan sur papier. Par Cantais, Paul (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois plan sur papier. Par Cantais, Paul (architecte). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois France, Blois et le Loir-et-Cher. Janvier-février-mars 1942, n°263-264-265, p. 37. plan. Par Hubert plaque de verre. Par Gallerand, Jules. (Archives Départementales de Loir-et-Cher, Blois, Fonds France. Blois et le Loir-et-Cher. n°263-264-265, Janvier-février-mars 1942, p. 34-39.
    Précisions sur la protection :
    Ancien mur d'enceinte de la ville : Tour Beauvoir et la partie du mur voisine : inscription par
    Description :
    d'Angleterre, la rue des Cordeliers et le Palais de Justice, il résulte des aménagements de la Reconstruction Trouessard d'une part et rue des Cordeliers d'autre part. Il comprend un ensemble d'équipements publics et et sept immeubles avec commerces en rez-de-chaussée. Les immeubles se font face de part et d'autre de la rue des Remparts. Ils sont de part et d'autre limitrophes avec des bâtiments plus anciens. Aucune unité ne s'en dégage vraiment si ce n'est dans l'enduit de façade et les ardoises de couverture ; à part . Au-delà, écoles maternelle et primaire sont en vis-à-vis autour de la rue Trouessard. L'appareil de
    Annexe :
    dans les ateliers d'André puis de Pontremoli. Il fut diplômé et obtint le Second prix de Rome en 1932 l'atelier de Georges Gromort. Il se forma également en travaillant dans les agences de Michel Roux-Spitz et -Arretche qui devint le principal atelier de l'école des beaux-arts et se consacra à l'enseignement jusqu'à collabora également en 1971 avec les architectes Bazin et Martin à l'édification de 1000 logements HLM. Il . Dès 1934, il remporta avec Viard, Dondel et Dastugue le concours pour le palais du Musée d'Art moderne de la ville de Paris construit dans le contexte de l'exposition internationale des arts et techniques de 1937. Lauréat en 1935 du concours des Bâtiments civils et Palais nationaux, il travailla par la suite à ce titre pour les ministères de l'éducation nationale d'une part et des postes et collaboration avec Paul Herbé et Jean Le Couteur pour lequel ils reçurent l'équerre d'argent en 1962. Il : l'immeuble aux lignes classiques et épurées du 7, boulevard Emile-Augier, dans le 16e arrondissement (1950
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    justice, fut donc intégré au plan de reconstruction et d'aménagement en tant que terrain de compensation . L'administration appela "îlot B" la vaste réserve foncière constituée du terrain de l'ancienne prison et de celui comprenait des vestiges des anciennes fortifications de la ville : tours, murs et fossés dont la commission des sites et monuments de Loir-et-Cher demanda le classement en octobre 1941. Ses qualités - vaste , central, arboré - justifient les discussions et les tâtonnements que suscitèrent les questions de son affectation et de sa desserte. Poursuivre les aménagements du XIXe siècle. La direction qui fut prise tout faisait aboutir rue d'Angleterre et non rue du Bourg-Neuf. Elle s'accompagnait du percement de deux voies terme de longues négociations entre la Ville, l'administration des PTT et celle des monuments . Étudiant parallèlement l'aménagement du terrain du Carmel, et notamment le percement d'une voie reliant la l'organisation nouvelle de la ville haute, avec la concentration des services administratifs et les circulations
    Illustration :
    plan de 1937 et du cadastre actuel. IVR24_20124100403NUDA Mur et tour d'enceinte détruits pour la construction de l'îlot B. IVR24_20124100355NUDA Commissariat à la Reconstruction, département du Loir-et-Cher, Ville de Blois. Fond de plan Plan de Reconstruction et d'Aménagement de Blois approuvé par arrêté 6-11-1942, rive droite (détail . SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture du XXe s., 112 IFA : 200/2 Etudes des voies en bordure du terrain Rétif et des remparts, par Louis Arretche, 1943. (Fds L . Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture du XXe s., 112 IFA : 200/2 . Arretche. SIAF/Cité de l'architecture et du patrimoine/archives d'architecture du XXe s., 112 IFA : 200/2 Projet d'aménagement des quartiers Rétif et de l'ancienne prison par A. Aubert, 06-1947. (Fonds A . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 072 IFA : 119
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois Blois - en ville
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Val de Loire et Reconstruction
    Historique :
    mars 1941. Son plan de reconstruction et d'aménagement est validé en 1942. A l'exception des travaux de Aubert est nommé en remplacement de Charles Nicod par le Ministère de la reconstruction et de l'urbanisme centre de Blois, sur la rive droite, au niveau de l'îlot J. Ils se poursuivent entre 1946 et 1948 sur les îlots N, F et G et sur l'îlot P, situé sur la rive gauche. C'est à cette période également que débute la reconstruction sur l'un des terrains de compensation, celui de la Ferme départementale. Entre 1949 et 1950 suivent les îlots A, H, I et U ; puis entre 1951 et 1952, les îlots K, D, O, S et T. Enfin, entre 1953 et 1956, les travaux des îlots B, E et M mettent fin à la Reconstruction de Blois qui a également vu la construction d'équipements publiques et d'aménagements urbains, plusieurs places notamment.
    Référence documentaire :
    départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100147NUC2A). départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100148NUC2A). . SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 72 IFA : 324/5). (cf. illustration . SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 72 IFA : 324/5). (cf. illustration départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100139NUC2A). départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100152NUC2A). ). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100149NUC2A). ). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100150NUC2A). esquisse, couleur, 1940. Par Robert-Houdin, Paul (architecte). (Archives départementales de Loir-et -et-Cher, Blois, 176 FiV 65). (cf. illustration n° IVR24_20114100140NUC2A).
    Description :
    déblayés suite aux bombardements en centre-ville de Blois de part et d'autre du pont Jacques-Gabriel et édifiés sur des terrains de compensation plus excentrés et exclusivement situés sur la rive droite de la Loire. Les terrains déblayés sont situés le long des axes qui prolongent le pont : la rue Denis-Papin et Château, la rue des Trois-Clefs et la rue Jeanne-d'Arc. Sur la rive gauche, ils sont localisés entre le front de Loire, la rue Gaston-d'Orléans, la rue du Point-du-Jour et la rue de la Chaîne. Les îlots des terrains de compensation se situent, quant à eux, sur la partie sud-ouest de la rue Jean-Moulin, de part et d'autre de la rue des Remparts, de part et d'autre de l'avenue du Maréchal-Leclerc et sur les terrains
    Annexe :
    l'atelier de Roger-Henri Expert. Diplômé par le gouvernement, il s'installa simultanément à Paris et dans beaux-arts de Paris en 1891 dans l'atelier de Deglane, Paulin et Guadet. Il fut diplômé en 1907 et dans les ateliers d'André puis de Pontremoli. Il fut diplômé et obtint le Second prix de Rome en 1932 l'atelier de Georges Gromort. Il se forma également en travaillant dans les agences de Michel Roux-Spitz et -Arretche qui devint le principal atelier de l'école des beaux-arts et se consacra à l'enseignement jusqu'à collabora également en 1971 avec les architectes Bazin et Martin à l'édification de 1000 logements HLM. Il et en région parisienne. Les références qu'il transmet alors à l'édile sont : une gentilhommière à Grand garage de la Promenade des Anglais à Nice, l'hôtel Adriatic à Nice et un hôtel particulier à Neuilly-sur-Seine. S'étant spécifiquement proposé pour établir le programme et le plan d'aménagement les architectes Charbonnier et Rivet pour la construction d'immeubles des îlots A et H rive droite, et
    Aires d'études :
    Val de Loire et Reconstruction
    Texte libre :
    municipalité Riffault des années 1850 à 1870. Située au coeur d'une vaste zone agricole et à un carrefour autour de 1850 : la Chocolaterie Poulain et l'usine de chaussures Rousset. Portée par ce contexte d'amélioration de la voirie : le percement d'une voie dans l'axe du pont, actuelle rue Denis-Papin, et celui de boulevards extérieurs, les actuels boulevards Eugène-Riffault et Daniel-Dupuis, qui permirent respectivement de relier à l'est et à l'ouest ville basse et ville haute. Ces ouvrages avaient amélioré la desserte des différentes parties de la ville entre elles, et confirmé son développement en direction du plateau , vers le nord-est et l'ouest. Cette période fut trop rapidement interrompue, le développement à partir des années 1870, ne vit que l'achèvement lent des travaux entrepris et l'abandon des nouveau marché métallique en 1890 et celle d'une nouvelle gare de chemin de fer ouverte au public en 1893 . La ville ne retrouva pas cependant le dynamisme des années 1850 et 1860 avant la guerre. Cet
    Illustration :
    départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). IVR24_20114100147NUC2A l'aménagement de la tête de pont). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65 . SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 72 IFA : 324/5 . Aubert. SIAF/ Cité de l'architecture et du Patrimoine / Archives XXe siècle, 72 IFA : 324/5 Projet de reconstruction par Hubert-Fillay, 08-1940. (Archives départementales de Loir-et-Cher, 127 Projet d'aménagement par H. Lafargue et P. Robert-Houdin, 19-07-1940. (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). IVR24_20114100153NUC2A Projet d'aménagement par H. Lafargue et P. Robert-Houdin, rive droite, 19-07-1940 (détail ). (Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois, 176 FiV 65). IVR24_20114100154NUC2A Projet d'aménagement par H. Lafargue et P. Robert-Houdin, rive gauche, 19-07-1940 (détail
  • Ville :  maison (73 rue de la République)
    Ville : maison (73 rue de la République) Château-Renault - 73 rue de la République - en ville - Cadastre : 1835 B 610 1835 B 611 1835 B 612 2015 AN 25
    Historique :
    D'après le registre d'augmentations et diminutions portées aux matrices cadastrales, une maison et atelier (parcelle B 610), ainsi qu'une autre maison (parcelle B 611) sont démolis en 1862. Une nouvelle maison est construite en 1867 (parcelle B 611) pour Edmond Gatien, tanneur, et Alphonsine Pesson, son Bazin de Jessey, propriétaire, loue à Lucien Coldefy, directeur de la Société Générale des Tanneries Françaises, mandataire de Armand Weil industriel à Paris et administrateur de la tannerie, "une maison , cour par côté, au levant de la cour un autre bâtiment comprenant écuries, remises, passage et serre , un fruitier et un serre-bois ; d'un rez-de-chaussée avec petite pièce, vestibule, petit office premier étage avec cage d'escalier, cinq chambres, tourelle, water-closet, vestibule, anti-chambre et
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire, 48 J 5. Documents personnels de Louis Coldefy, directeur Archives départementales d'Indre-et-Loire, 3 P3 664. Registre des augmentations et diminutions
    Description :
    Edifice à un étage carré et étage de comble, construit en pierre et couvert de toits à longs pans et croupes en ardoise. Il se compose de deux corps de bâtiments placé en L auxquels est accolée une rue par un mur surmonté d'une grille en fer forgé. Des communs sont situés dans la cour et un jardin
1