Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 108 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871
    Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871 Aubigny-sur-Nère - Les Grands-Jardins - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le titre sur l'oeuvre gravé inscription concernant le fabricant sur socle indépendant gravé inscription concernant le commanditaire sur socle indépendant gravé avant : "LE PASSE ET L'AVENIR" ; Inscription sur le fût du canon à l'arrière : "1870" ; inscription sur le socle avant : "DON DE L'ETAT" ; Inscription sur la base senestre du socle : "CARRIERE / DE LA [BIC
    Historique :
    Le modèle en plâtre est acheté par l’État en 1901 pour 5 000 francs, avant d'être envoyé au musée (originellement destinée à Villeneuve-sur-Lot) pour 18 000 francs et attribue à l'artiste le bloc no. 827. Le du Cher H. Maret, la Ville d'Aubigny-sur-Nère obtient le dépôt du groupe en 1905 (lettre du 5 août le début du 20e siècle fait dériver sa signification, sans doute plus évidente à l'époque de sa , il s'agit bien d'un dépôt actuellement géré par le Fonds national d'art contemporain (Inv. 1871). Le groupe est aujourd'hui le seul ornement de statuaire publique de la ville d'Aubigny-sur-Nère.
    Référence documentaire :
    Archives départementales du Cher. Série 9 T 50 (Beaux-Arts). Attribution par le Sous-secrétariat
    Représentations :
    Le groupe représente une allégorie des ravages de la Guerre de 1870 : un enfant nu accourt vers sa
    Description :
    Le groupe en marbre blanc est placé sur un socle en pierre à refends, de plan carré aux angles
    Titre courant :
    Aubigny-sur-Nère : groupe sculpté, Le Passé et l'Avenir ou La Défense nationale 1870-1871
    Illustration :
    Vue d'ensemble du groupe et du socle de trois quarts, avec les inscriptions "LE PASÉ ET L'AVENIR Vue d'ensemble du groupe de trois-quarts droit, avec le titre sur la plinthe avant "LE PASSE ET Vue de trois quarts arrière droit, avec l'inscription "1870" sur le fût du canon Vue de trois quarts arrière gauche, avec les armes de l'Alsace et de la Lorraine sur le côté gauche
  • Saint-Amand-Montrond : statue, Le Sommeil
    Saint-Amand-Montrond : statue, Le Sommeil Saint-Amand-Montrond - cours Manuel - en ville
    Historique :
    Cette statue, exécutée par Émile Popineau, est exposée au Salon de 1935 et acquise par le musée de
    Représentations :
    femme couché sur le côté
    Titre courant :
    Saint-Amand-Montrond : statue, Le Sommeil
  • Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : statue,
    Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : statue, "Le jeune constructeur" ou "Le réalisateur" Bourges - 1 avenue de Gionne - en ville
    Historique :
    donne son accord pour l’œuvre de l'artiste Marcel Gili le 17 novembre 1960 et l'arrêté est signé le 11 avril 1961. La statue, représentant "Le Jeune constructeur" ou "Le réalisateur", est réalisée pour un
    Référence documentaire :
    AN 19880466/32. Projets Brayer, Gili, Rohner pour le collège technique de Bourges, commission
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : statue, "Le jeune constructeur" ou "Le réalisateur"
  • Saint-Amand-Montrond, Lycée Jean Guéhenno, sculpture,
    Saint-Amand-Montrond, Lycée Jean Guéhenno, sculpture, "Le Mur" Saint-Amand-Montrond - 31 rue des Sables - en ville
    Inscriptions & marques :
    : 100ème EDITION DU JOURNAL "LE MUR" / VENDREDI 18 DECEMBRE 1998 / EN PRESENCE DE SEGOLENE ROYAL / MINISTRE
    Historique :
    Cette œuvre a été réalisée dans le cadre d'un atelier pédagogique et élevée pour la centième édition du journal lycéen "Le Mur". Elle est inaugurée le vendredi 18 décembre 1998 en présence de
    Titre courant :
    Saint-Amand-Montrond, Lycée Jean Guéhenno, sculpture, "Le Mur"
  • Saint-Amand-Montrond : statue, Le Dépit du Poète
    Saint-Amand-Montrond : statue, Le Dépit du Poète Saint-Amand-Montrond - rue Léopold-Senghor - en ville
    Historique :
    Salon la même année, placé dans le Jardin du Luxembourg à Paris et mis en dépôt au Sénat en mars 1874 par la direction des Beaux-Arts. Le modèle en plâtre a paru au Salon de 1868 (n° 3869).
    Description :
    Le poète est représenté assis et s'appuie du coude sur sa jambe gauche, légèrement surélevée.
    Titre courant :
    Saint-Amand-Montrond : statue, Le Dépit du Poète
  • Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures
    Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures "Auxiliaires et Parasites" Le Subdray - Sollier - isolé - Cadastre : 2011 OA 102, 106, 107
    Historique :
    "Auxiliaires et Parasites" est le projet lauréat du 1% artistique sélectionné le 18 novembre 2010 dans le cadre de la construction du lycée agricole du Subdray par l'agence d'architecture Carré d'Arche grillages. Trois "Parasites" sont installés au contact des bâtiments : "Mousse", Bactérie", "Fongus" ; le quatrième dit "Lombric" est isolé sur une pelouse. Le projet artistique global recherche l'instauration de
    Référence documentaire :
    opérationnelle. Le 1% artistique du lycée du Subdray (2010-2012). Plan masse des Auxiliaires, document figurant dans le document d'oeuvre exécutée, papier A4 Plan de situation des Parasites, document figurant dans le document d'oeuvre exécutée, papier A4 Quand le 1% est aussi environnemental. Le Berry Républicain, 4 avril 2012.
    Description :
    de plaques d'acier Indaten qui portent les inscriptions décrivant le 1% artistique (voir en annexe
    Localisation :
    Le Subdray - Sollier - isolé - Cadastre : 2011 OA 102, 106, 107
    Titre courant :
    Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures
    Annexe :
    (rien ici n'est dégradé ou détruit). Le projet va donc aider ce jeune écosystème en développement par la petits ? Le projet répond naturellement "Several Small" pour s'adapter à l'hétérogénie du site et s'insinuer dans le bâti, générer des refuges et habitats ponctuels, sans s'imposer en système dominant et pour mieux répondre aux différences de ses utilisateurs. L'œuvre, entité fragmentée, se lit dans le . L'ÉLOGE DU PARASITE La relation hôte/parasite n'est pas nécessairement délétère pour l'hôte. Le parasite à , ces territoires artificiels parasitent positivement le bâti et ses abords et s'offrent généreusement à vautrer ou se percher. Le parasite et son hôte vivent là la symbiose. SCULPTURES PARASITES Ces organismes le substrat de la rencontre et de l'échange pour ceux qui les investissent. [sur les marches ] HOMMAGE AUX AUXILIAIRES D'autres sculptures cohabitent dans le grand parvis, vacant à leurs activités paysage agricole (fermes, hangars, séchoirs...), crée des abris pour mieux voir, sentir et lire le paysage
    Illustration :
    Plan masse des Auxiliaires figurant dans le "document d'oeuvre exécuté" (juillet 2012 Plan de situation des Parasites figurant dans le "document d'oeuvre exécuté" (juillet 2012
  • Sancoins : modèle pour le monument aux Mobiles morts du Cher, dit l'Homme-taureau
    Sancoins : modèle pour le monument aux Mobiles morts du Cher, dit l'Homme-taureau Sancoins - - 10 place de la Halle - en ville
    Historique :
    Modèle (homme vêtu), exécuté vers 1900, pour le monument commémoratif commandé à Jean Baffier par Cher, lors de la bataille de Juranville pendant la Guerre de 1870. Ce monument, dont le projet date de 1896, est inauguré le 2 juin 1905. Une autre oeuvre préparatoire est conservée au centre artistique
    Représentations :
    L’homme serre contre sa poitrine un glaive gaulois que le soc de sa charrue vient de mette au jour.
    Titre courant :
    Sancoins : modèle pour le monument aux Mobiles morts du Cher, dit l'Homme-taureau
    Illustration :
    Vue de profil, avec le soc de charrue. IVR24_20141800110NUC4A
  • Sancoins : oeuvre préparatoire pour le monument aux Mobiles morts du Cher, dit l'Homme-taureau
    Sancoins : oeuvre préparatoire pour le monument aux Mobiles morts du Cher, dit l'Homme-taureau Sancoins - 10 place de la Halle - en ville
    Historique :
    Œuvre préparatoire, exécutée avant 1900, pour le monument commémoratif commandé à Jean Baffier par Cher lors de la bataille de Juranville pendant la Guerre de 1870. Ce monument dont le projet date de 1896 est inauguré le 2 juin 1905. Une autre œuvre préparatoire est conservée au centre artistique Jean
    Représentations :
    L’homme serre contre sa poitrine un glaive gaulois que le soc de sa charrue vient de mette au jour.
    Titre courant :
    Sancoins : oeuvre préparatoire pour le monument aux Mobiles morts du Cher, dit l'Homme-taureau
  • Bourges : statue de Jacques Cœur
    Bourges : statue de Jacques Cœur Bourges - place Jacques Cœur - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire sur socle indépendant gravé inscription concernant le donateur sur socle indépendant gravé / MOUCHE" "DIRE FAIRE/ DE/ MAYME" "DIRE FAIRE/ TAIRE DE/ MA IOIE" ; inscriptions concernant le commanditaire et inscriptions concernant le donateur (face arrière du socle) : "INAUGURÉ/ LE 15 MAI 1879/ EN
    Historique :
    Le premier projet de monument à Jacques Cœur, confié au sculpteur Jules Dumoutet et daté vers 1840 1873, de la transcription en marbre. Au début de l'année 1874, le praticien Jean Daumas travaille sur le marbre qui est exposé au Salon de 1875 (n° 3337). La statue, transportée en août 1875 à Bourges ) pendant que divers emplacements pour le monument sont successivement étudiés jusqu'à la fin de 1878. Un concours est alors lancé entre les architectes berruyers pour le piédestal, remporté en 1879 par Augustin . L'inauguration de l'ensemble sur la place Jacques-Coeur a lieu le 15 mai 1879, quelques mois après la mort d'Auguste Préault dont Jacques Cœur est le dernier monument public, projet dans lequel il s'était fortement impliqué comme le témoignent ses multiples échanges avec la Ville.
    Observation :
    Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Commande prestigieuse pour le musée du château de Versailles, ce qui explique le matériau inhabituel (marbre) pour un hommage à un grand homme sous la IIIe République. - Œuvre d'un grand statuaire du XIXe siècle, qui fait perdurer le Préault, toutes les étapes du processus créatif sont renseignées et le musée du Berry conserve la très le style du Palais Jacques-Cœur.
    Référence documentaire :
    La statue de Jacques Cœur, à Bourges, inaugurée le 15 mai. L'Illustration, n°1891, vol. LXXIII, p
    Représentations :
    La statue représente l'argentier de Charles VII en costume oriental fantaisiste, avec le manteau sur la hanche, et le bras droit posé sur les attributs à sa droite, la tête au profil néoclassique écumant sur la terrasse arrière. Un écu aux armes de Jacques Cœur figure sur la plinthe avant. Le
    Description :
    Le monument, constitué d'un haut piédestal en pierre de Vallenay (conçu par Auguste Souchon) et d'une statue en marbre blanc, par Augustin Préault, est situé au centre de la place Jacques-Cœur
    Annexe :
    , 12 février 1873 (AN f21/248). « Monsieur le directeur, Le Jacques Cœur de M. Préault est d'une grande support. Le caractère oriental du costume rappelle les voyages de Jacques Cœur dans le Levant. La tête est tête de 1653 est fine et pensive. M. Préault a préféré lui donner un air de défi hautain ; le cou , mais dans une mesure qu'on peut admettre, et l'esprit est, en somme, monumental. Cette figure, dont le corrections de détail. L’œuvre fera certainement honneur à M. Préault dont le talent original est connu de tout le monde. (...) » 1879 (AM Bourges. 1M43). "L'an mil huit cent soixante dix-neuf le samedi six décembre à dix heures du , le 13 mars 1879. 2° M. Domage, demeurant à Bourges, entrepreneur de la construction du piédestal. 3 ° M. Gours, chargé de l'exécution du bas relief [sic] et de la sculpture qui décorent le piédestal sur Yèvre aux soins duquel avait été confié le travail de la grille d'entourage du monument. Nous
    Illustration :
    "La statue de Jacques Coeur, à Bourges, inaugurée le 15 mai" (L'Illustration, n° 1891 du 31 mai Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec le monument faisant face au Palais Jacques-Coeur Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec le monument faisant face au Palais Jacques-Coeur Vue du relief gauche du socle : scène d'intérieur, le départ en exil. IVR24_20121800903NUC4A Vue du relief droit du socle : scène d'extérieur, le départ en exil. IVR24_20121800904NUC4A
  • Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : peinture,
    Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : peinture, "Les vendanges" (non visible) Bourges - 1 avenue de Gionne - en ville
    Historique :
    l’œuvre de l'artiste Yves Brayer le 17 novembre 1960 et l'arrêté est signé le 11 avril 1961. La peinture
    Référence documentaire :
    Rohner, Brayer, Gili et Mikelian. Le Berry Républicain, 27 mars 2012 AN 19880466/32. Projets Brayer, Gili, Rohner pour le collège technique de Bourges, commission
    Description :
    L’œuvre est une peinture acrylique sur toile marouflée. Selon le projet, elle mesure 3,15 m de long
    Dimension :
    Le panneau qui dissimule l’œuvre mesure 3,22 m de long et 2,86 m de haut.
    Illustration :
    Emplacement de l'oeuvre dissimulée derrière le panneau. IVR24_20141800024NUCA
  • Vierzon, Lycée Henri Brisson : statues,
    Vierzon, Lycée Henri Brisson : statues, "Béliers" Vierzon - 25 avenue Henri-Brisson - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le fabricant
    Représentations :
    représentation animalière couché sur le ventre bélier
  • Bourges, Vélodrome de Bourges : décor mural,
    Bourges, Vélodrome de Bourges : décor mural, "Résistance à l'air" Bourges - avenue Maréchal-Juin - en ville
    Référence documentaire :
    Les pictogrammes de Heidi Wood. Le Berry Républicain, 2 avril 2012
    Représentations :
    le corps et la vie matérielle représentation non figurative
    Description :
    Pictogrammes répétés sur le bardage métallique de l'enveloppe du vélodrome. Cette œuvre représente le déplacement d'air autour d'un cycliste, vue du dessus.
    Illustration :
    Vue de détail : le motif répété représentant l'aérodynamique du cycliste. IVR24_20141800626NUC4A
  • Port dit port de l'Orme
    Port dit port de l'Orme Argenvières - le Gué-au-Roi - en écart
    Historique :
    Le seul document faisant état d'un "port de l'Orme" est le cadastre napoléonien de 1829. Les plans cet endroit en figurant une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval. Le plan de 1857 indique également la présence d'une triple rampe permettant la descente depuis la levée vers le village ensablements accumulés le long de la levée. Actuellement, environ 700 mètres séparent l'emplacement de la cale (existe-elle toujours ?) et le fleuve. Les ensablements ont peut-être été provoqués par l'établissement et mentionné sur le plan de 1859.
    Description :
    Etabli rive gauche, en amont de l'île au Page et au niveau du bourg d'Argenvières, le port de l'Orme était équipé d'une cale abreuvoir simple orientée vers l'aval qui n'a pas été retrouvée sur le
    Localisation :
    Argenvières - le Gué-au-Roi - en écart
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de 1829 : le port de l'Orme (partie amont). (archives Extrait du cadastre napoléonien de 1829 : le port de l'Orme (partie aval). (archives chef des Ponts-et-Chaussées. Détail sur le port de l'Orme (actuellement lieudit le Gué au Roi Plan général de la Loire, défense des rives entre le Bec d'Allier et Briare dressé le 19 avril 1859
  • Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : 41 médaillons de femmes célèbres
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : 41 médaillons de femmes célèbres Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    Historique :
    décoratifs de la Renaissance". Les artistes ont été agréés le 11 février 1952 pour exécuter 41 médaillons
    Observation :
    juin 2001. D'autre part, depuis le 26 mars 2013 le Lycée Marguerite de Navarre est labellisé "Patrimoine du XXe siècle" par le Ministère de la Culture et de la Communication.
    Référence documentaire :
    le lycée de jeunes filles de Bourges, Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture
    Annexe :
    (Ex-professeur de philosophie au lycée de jeunes filles de Bourges) [le choix définitif souligné par , dans l'atelier qu'occupa le potier Paul Beyer, travaillent dans l'esprit et les méthodes de la vieille le foyer, et sous l'action de la chaleur les surfaces émaillées se parent d'un luisant savoureux. Les
    Illustration :
    Le lycée en cours de construction, façade nord-est (1951-1952) : emplacement des médaillons Le médaillon de Marguerite de Navarre. IVR24_20141800536NUC4A Le médaillon de Simone Weil. IVR24_20141800529NUC4A Le médaillon de Suzanne Lenglen. IVR24_20141800528NUC4A Le médaillon de Maryse Bastié. IVR24_20141800527NUC4A Le médaillon de Marie Curie. IVR24_20141800640NUC4A Le médaillon de Marie de Sévigné. IVR24_20141800641NUC4A Le médaillon de Lili Boulanger. IVR24_20141800642NUC4A Le médaillon de Sarah Bernhardt. IVR24_20141800643NUC4A Le médaillon de Berthe Morisot. IVR24_20141800644NUC4A
  • Port dit port refuge de l'Aubois
    Port dit port refuge de l'Aubois Marseilles-lès-Aubigny - le Bourg - en village
    Historique :
    A Marseilles-les-Aubigny, la rivière de l'Aubois débouche dans le fleuve perpendiculairement. Elle accidents, le commerce et le Conseil général du département demandent l'établissement d'une gare à cet endroit. Le projet consiste en deux bassins séparés par un ancien pont à deux arches sous lequel les bateaux chargés de bois, de foin ou de charbon ne peuvent passer à cause de leur hauteur. Le bassin en d'entrer dans le bassin. Le projet proposé par les ingénieurs Rouhlac et Dumas est adopté le 24 novembre 1820 par le Conseil général des ponts-et-Chaussées mais en 1821, à la demande du même Conseil, il est décidé de ne réaliser qu'un seul des deux bassins (celui qui communique avec la Loire). Le nouveau projet est approuvé le 6 octobre 1821. Malgré l'allègement du projet, les travaux ne semblent pas avoir été réalisés, peut-être en raison du début des travaux du canal latéral à la Loire en 1822. Le plan Grenier
    Description :
    Le port refuge de l'Aubois était situé rive gauche, au niveau du bourg de Marseilles-les-Aubigny et
    Localisation :
    Marseilles-lès-Aubigny - le Bourg - en village
  • Port dit port du Poids de Fer
    Port dit port du Poids de Fer Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Historique :
    Le port du Poids de Fer est mentionné durant la seconde moitié du XVIIIe siècle (1745, 1790) et fer, fontes et fers produits notamment dans les forges de Feularde, Torteron et Le Crottay). Des que le port du Poids de Fer sert de lieu d'embarquement aux produits importants des usines de la vallée de l'Aubois. Il précise que le nombre et le chargement de voitures qui parcourent journellement la (4 mètres sur 1560 mètres) étant en très mauvais état, il propose de le remplacer par un empierrement et de le prolonger de 360 mètres vers l'amont. Ce prolongement correspondent, d'après lui, à la partie qui sert aux arrivages d'une partie des produits à embarquer. Le rapport de l'ingénieur Ducros nous éclairer sur ce point. Le 22 juillet 1846, une ordonnance royale fixe les alignements du quai du d'exécuter certains travaux de défense sur le quai du Poids de Fer (lisse = clôture ?) afin d'éviter les l'essor commercial de la commune de Jouet et le déclin progressif du port sur la Loire. Malgré l'existence
    Description :
    Situé rive gauche, entre la Loire et le canal latéral à la Loire, le port du Poids de Fer était pas été retrouvés sur le terrain.
    Typologies :
    et le chemin d'accès est au même niveau que les terres du val et les habitations
    Localisation :
    Jouet-sur-l'Aubois - le Poids de Fer - en écart
    Illustration :
    Vichy, levée en 1727-1730 sous la conduite du sieur Matthieu. Détail sur le Poix de Fer. (école Le Poids de Fer, demande d'alignement pour des plantations d'osiers, 9 avril 1851. (archives , 1851. Détail sur le port du Poids de Fer à Jouet-sur-l'Aubois. IVR24_20121800734NUCA Plan du port du Poids de Fer dressé par l'ingénieur ordinaire Joly le 6 février 1854 (suite à une
  • Sancoins : buste de Jean Eugène Baffier
    Sancoins : buste de Jean Eugène Baffier Sancoins - route de Saint-Pierre-le-Moûtier - en ville
    Inscriptions & marques :
    F.E. POPINEAU 1936 (sur la plinthe à droite) - L. NAUDIN (sur le socle) - Alexis. Rudier / Fondeur . Paris (marque de fondeur à l'arrière du buste) - A / JEAN / BAFFIER / 1851 / 1920 (sur le socle, face / FRANCE ET / LE GARDIEN DES / ANCIENNES / COUTUMES DU / BERRY (sur le socle, face arrière).
    Historique :
    Ce buste est exécuté en 1936 par Émile Popineau et fondu par la fonderie d'art d'Eugène Rudier ; le
    Localisation :
    Sancoins - route de Saint-Pierre-le-Moûtier - en ville
    Illustration :
    Détail : signature du sculpteur et date sur le buste ; inscription sur le socle
  • Vierzon, Lycée Édouard Vaillant : sculpture
    Vierzon, Lycée Édouard Vaillant : sculpture Vierzon - 41 bis rue Charles-Hurvoy - en ville
    Historique :
    La sculpture a été réalisée dans le 4e quart du 20e siècle par un artiste non identifié. Si le
    Représentations :
    le corps et la vie matérielle groupe de figures homme femme
  • Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : décor mural,
    Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : décor mural, "Art et technique du fer" Bourges - 1 avenue de Gionne - en ville
    Historique :
    l’œuvre de l'artiste Georges Rohner le 17 novembre 1960 et l'arrêté est signé le 11 avril 1961. Le décor mural, sur le thème de l'art et la technique du fer, est effectué pour un coût total de 35 200 NF (30
    Référence documentaire :
    Rohner, Brayer, Gili et Mikelian. Le Berry Républicain, 27 mars 2012 AN 19880466/32. Projets Brayer, Gili, Rohner pour le collège technique de Bourges, commission
    Représentations :
    le corps et la vie matérielle représentation d'objet représentation humaine enclume soufflet
    Description :
    la technique du fer et représente des outils utilisés pour le travail du fer, les mains portant ses
    Illustration :
    Vue de détail : le soufflet. IVR24_20151800136NUCA Vue de détail : le marteau. IVR24_20151800137NUCA État de l'oeuvre : le béton se désagrège à la base du mur-paravent. IVR24_20141800345NUCA
  • Les mobiliers culturels du CREPS et du Vélodrome de Bourges
    Les mobiliers culturels du CREPS et du Vélodrome de Bourges Bourges - avenue Maréchal-Juin - en ville
    Historique :
    Parmi leurs mobiliers culturels, le Vélodrome et le CREPS de Bourges possèdent différentes œuvres issues de la commande publique dite du 1% artistique : le Vélodrome compte un décor mural intitulé "Résistance à l'aire" de Heidi Wood ; le CREPS de Bourges possède une photographie nommée "Équilibre
    Référence documentaire :
    Au CREPS le 1% artistique est funambule. Le Berry Républicain, 31 mars 2012
    Illustration :
    Décor mural dit "Résistance à l'aire" de Heidi Wood sur le Vélodrome. IVR24_20141800627NUC4A Photographies dites "Équilibre-Déséquilibre" de Gérard Perron dans le CREPS. IVR24_20141800578NUC4A L'une des 7 photographies (situées dans le CREPS) de l'ensemble photographique dit "Arabesques" de
1 2 3 4 6 Suivant