Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 11 sur 11 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Immeuble (6 rue de la Scellerie)
    Immeuble (6 rue de la Scellerie) Tours - Quartier sinistré nord - 6 rue de la Scellerie - en ville - Cadastre : 2010 DY 170
    Historique :
    , annexés au permis de construire de l'îlot. Les travaux de gros-œuvre se déroulent courant 1954. Le certificat de conformité est rédigé le 1er décembre 1955.
    Observation :
    L'immeuble est le seul de l'étude du quartier nord à présenter des lucarnes à fronton cintré.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 16 septembre 1953. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 septembre 1953. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 septembre 1953. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 septembre 1953. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales
    Description :
    béton armé et des murs en maçonnerie de moellons constituent le gros-œuvre. Les façades sur rue, qui sont clôturées par des garde-corps en ferronnerie. Le rez-de-chaussée est occupé par deux boutiques ferronneries, est surmontée d'une baie d'imposte à soufflet. Le vestibule d'entrée conduit par des degrés caractérisent cette partie commune, éclairée par un mur continu de pavés de verre. Le premier étage est partagé en deux appartements de deux et trois pièces avec cuisine. Le palier du deuxième étage dessert deux studios et un grand quatre pièces avec cuisine. Détail original, le plan mentionne pour cet appartement l'utilisation de pavés de verre comme murs de séparation entre la chambre et le couloir, entre la cuisine et la espaces qui en sont totalement dépourvus. De discrets motifs géométriques ornent identiquement le barreaudage des balcons et balconnets, le vantail de la porte d'entrée et la rampe de l'escalier.
  • Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale)
    Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale) Tours - 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5, 634
    Historique :
    rues Nationale et Etienne-Pallu, sur un terrain de compensation. Cette implantation, soumise par le construction française de l'époque. La nouvelle succursale est inaugurée le 26 février 1956 par Marcel Wiriath , directeur général du Crédit Lyonnais, qui salue tout particulièrement l'esthétique, le confort et la grande permettre le réagencement de l'accueil et des espaces de bureaux. À l'extérieur, le parterre de gazon
    Référence documentaire :
    Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 24 Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice Pour rendre vivante la première rue de Tours, le Comité des commerçants de la rue Nationale Le Crédit Lyonnais inaugure son nouvel établissement. La Nouvelle République, 27 février 1956. Le Crédit Lyonnais a réalisé à Tours une installation moderne. La Nouvelle République, 21 mars 1956.
    Description :
    Nationale et Etienne-Pallu. Deux ailes, disposées en équerre le long des rues, masquent un corps de bâtiment coffres, un rez-de-chaussée et plusieurs étages de bureaux. Le gros-œuvre associe une ossature en béton de l'ordonnance édictée par l'architecte Pierre Patout pour les immeubles reconstruits plus haut le long de l'artère principale. Elle adopte le même alignement que ceux-ci et se dresse donc en retrait de -carrés et sept travées en façade. Coiffé d'un toit à longs pans brisés, le deuxième étage s'élève en . Depuis le réaménagement du rez-de-chaussée, deux grandes ouvertures à portes automatiques permettent
    Annexe :
    plans sont rejetés par le ministère de la Reconstruction qui impose que le Crédit Lyonnais soit élevé en retrait des bâtiments anciens, sur le même axe que les immeubles reconstruits au nord le long de la rue large vitrine sur le mur mitoyen visible et de recouvrir la partie basse de cette façade d'un revêtement l'agence, ils projettent également de réaliser un parterre de gazon agrémenté d'ifs taillés. Le second Transcription de l'article Le "Crédit Lyonnais" à Tours ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24) La la masse. Pour supprimer tout point d'appui dans le grand hall du rez-de-chaussée, il a fallu édifier
  • Îlot N
    Îlot N Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue des Déportés rue Richelieu rue Marceau - en ville - Cadastre : 2010 DZ 145 à 165
    Historique :
    L'îlot N fait partie d'une seconde vague d'îlots reconstruits dans le quartier nord, après du bâti. Le permis de construire est déposé en décembre 1954, pour un montant global des travaux
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 16 novembre 1954. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 17 Tirage : plan dressé le 16 novembre 1954. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1954. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1954. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1954. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1954. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1954. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    lucarnes rentrantes ou à toit plat éclairent ce dernier niveau. Bordant le côté ouest, les cinq immeubles étages d'un balcon filant en béton. Le dernier niveau est éclairé par une grande lucarne à toit plat qui dispose de deux fenêtres disposées dans l'alignement des travées. Le gros-œuvre de l'îlot est réalisé en de ferronneries aux motifs géométriques. Sur le pourtour de la cour, des garages, des arrière
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1954/n°842) Le numéro entre (202) - Le Roy : DZ 152 (196) - Lissalde : DZ 172 (190) - Tulasne : DZ 148 (194) ; DZ 153 (197
  • Immeuble (1 rue du Maréchal-Foch)
    Immeuble (1 rue du Maréchal-Foch) Tours - Quartier sinistré nord - 1 rue du Maréchal-Foch - en ville - Cadastre : 2010 DZ 92
    Historique :
    L'immeuble s'élève, avec le 3 rue du Maréchal-Foch, sur la parcelle remembrée des Consorts Lemarié chantier de l'îlot E. Le certificat de conformité est signé en 1955.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 16 novembre 1949. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1949. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1949. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1949. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 16 novembre 1949. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales
    Description :
    -carrés et un étage de comble donnant uniquement sur le cœur d'îlot. Ponctué de souches de cheminée en de cheminée en béton. Des lucarnes à linteau droit éclairent le premier niveau de comble, sous le brisis. Elles sont surmontées côté cour de lucarnes rentrantes disposées sur le terrasson. Insérée au , ceinturé d'une rampe en ferronnerie. Le parement de pierre, complété d'un carrelage de la même teinte et de
  • Chambre des métiers d'Indre-et-Loire, actuellement Centre de soins spécialisés pour toxicomanes Port-Bretagne (26 rue Richelieu)
    Chambre des métiers d'Indre-et-Loire, actuellement Centre de soins spécialisés pour toxicomanes Port-Bretagne (26 rue Richelieu) Tours - Quartier sinistré nord - 26 rue Richelieu - en ville - Cadastre : 2010 DZ 230
    Historique :
    Instituée par décret le 5 octobre 1931, la Chambre des métiers d'Indre-et-Loire occupait depuis l'établissement. Le plan de remembrement de 1948 attribue à celui-ci une parcelle de l'îlot T, à l'angle de la rue Jacques Boille, qui signe en octobre 1950 les plans annexés au permis de construire. Débuté fin 1951, le chantier est marqué par la visite de Jean-Paul Chapel, préfet d'Indre-et-Loire, venu le 4 février 1952 le Centre de soins spécialisés aux toxicomanes (CSST) Port-Bretagne.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 14 octobre 1950. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de
    Description :
    moellons constituent le gros-œuvre. L'édifice comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée, deux étages encadrements verticaux en pierre qui regroupent les baies des deux étages-carrés. Le niveau de soubassement protégées par un barreaudage métallique horizontal. Le premier étage dispose de fenêtres à demi-vantaux croupe. Le toit polygonal, qui accuse une plus forte pente que celui des immeubles mitoyens, est couvert d'ardoise. L'entrée de l'édifice rue Richelieu bénéficie d'un traitement particulier, qui rompt avec le
  • Immeuble (3 bis rue des Halles)
    Immeuble (3 bis rue des Halles) Tours - Quartier sinistré nord - 3 bis rue des Halles - en ville - Cadastre : 2010 DZ 110
    Historique :
    . Ses plans sont visés fin octobre par le Commissaire à la Reconstruction et le permis de construire est accordé en mars 1950. Le certificat de conformité est dressé en 1955.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 31 mai 1949. Par Boille, Jacques (architecte). (archives municipales de
    Description :
    cheminées en brique. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de moellons. La
  • École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré
    École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré Tours - Quartier sinistré nord - jardin François-1er - en ville - Cadastre : 2010 DZ 366
    Historique :
    avant-projet de reconstruction proche du site originel, sur un nouvel îlot délimité par le quai, la place Foire-le-Roi, la rue Voltaire et la rue Benjamin-Constant. La reprise du plan de reconstruction et beaux-arts est achevée en octobre 1960. Le site a connu quelques réaménagements entre 1960 et 2014 : le plus important a été la transformation des espaces d'exposition au rez-de-chaussée et au premier sud formé par deux corps de bâtiment, l'entrée actuelle de l'établissement est située dans le d'enseignement au sein des anciens locaux de l'imprimerie Mame et d'aménager à son emplacement le centre de création contemporaine Olivier Debré, l'agence Aires Mateus remporte le concours d'architecture organisé en
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 6 novembre 1954. Par Patout, Pierre (architecte) ; Dorian, Jean (architecte Tirage : plan dressé le 20 février 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre Tirage : plan dressé le 20 février 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre
    Description :
    constituent le gros-œœuvre de l'édifice. Son plan adopte une forme de L, les deux parties présentant des gabarits différents. Le corps de bâtiment principal, ouvrant sur l'est, se présente comme un informatiques occupent actuellement le premier étage, surmontés de laboratoires et de salles de cours au deuxième étage. Le troisième étage, en retrait, est celui de l'ancien appartement du directeur. Ces différents niveaux sont reliés par deux escaliers et un ascenseur. Le traitement des façades de cette aile . Au rez-de-chaussée sont regroupés l'accueil, le secrétariat, une salle des professeurs, une salle de , les étudiants disposent d'ateliers pour le dessin, la peinture, le modelage et la gravure ; au sud pour le chargement et le déchargement des matériaux. Très peu du mobilier d'origine a été conservé
    Illustration :
    Elévation de la façade sud et coupe longitudinale sur le bâtiment est, Boille arch., 20 mai 1957 Elévation de la façade ouest et coupe transversale sur le bâtiment des classes, Boille arch., 20
  • Hôtel Mondial et brasserie Buré (3 place de la Résistance)
    Hôtel Mondial et brasserie Buré (3 place de la Résistance) Tours - Quartier sinistré nord - 3 place de la Résistance - en ville - Cadastre : 2010 DZ 61
    Historique :
    Libération, le plan de remembrement de la zone sinistrée lui octroie un nouvel emplacement dans l'îlot D, sur édifice qui regroupe indépendamment le restaurant et un nouvel hôtel de voyageurs, l'hôtel Mondial. Les centre du quartier reconstruit. Le restaurant a conservé sa disposition intérieure, mais ses baies du
    Référence documentaire :
    . et b. (AC Tours. Fonds Jacques et Thierry Germain, 114 Fi 189 : reportage pour l'architecte André Le Le quartier Nord de Tours sera de 1948 à 1950 un vaste chantier de reconstruction. La Nouvelle (illustration) Accord sur le plan Patout "revu et corrigé". L'Echo de Touraine, 1er mai 1950.
    Description :
    régulier en L qui englobe au nord l'un des deux passages d'accès au cœur d'îlot. Le gros-œuvre est
  • Centre paroissial Saint-Paul
    Centre paroissial Saint-Paul Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 311
    Historique :
    Le programme d'équipements du secteur industrialisé, tel qu'il était fixé à son origine à l'été nouvelle pour un quartier devant compter plus de 5 000 logements, réclama à la municipalité, dès le mois de avec la Ville, qui reprenait le terrain attribué par l'ASR, en échange d'une emprise destinée à la , l'architecte Michel Marconnet étant chargé de son étude. Elle fut consacrée le 7 octobre 1962. Les plans de , Michel Vallée, Jacques Boille, Jean et Michel Marconnet. Le permis de construire fut accordé le 22 août 1969, la chapelle Saint-Paul étant consacrée le 17 avril 1972, après l'achèvement de l'ensemble du
    Description :
    caractère monumental, aucun clocher ne venant élancer en hauteur le bâtiment. L'échelle de celui-ci reste la nef en partie supérieure. Le chœur prend lui la forme d'une demi pyramide venant s'appuyer sur le tout en créant un puits de lumière sur le maître-hôtel. La façade nord de l'église, ouvrant sur le irrégulièrement, ouvrant sur le rez-de-chaussée. La totalité de l'édifice est couvert d'ardoise. La nef, d'une , laissant la nef entièrement dégagée. Plusieurs salles sont alignées sur le flanc ouest du bâtiment : un
    Illustration :
    Vue de la nef depuis le choeur. IVR24_20113702323NUC2A
  • École maternelle Suzanne-Kleiber
    École maternelle Suzanne-Kleiber Tours - Quartier du Sanitas - 8 rue du Hallebardier - en ville - Cadastre : 2010 CR 80
    Historique :
    d'enfants ne pouvant être accueillis dans le groupe déjà existant, composé de l'école maternelle Marie-Curie et de l'école primaire Pascal-Diderot. La première, en particulier, réalisée dans le cadre de la seconde école maternelle, baptisée Suzanne-Kleiber, sur le terrain de la crèche de la rue du Hallebardier , dont le programme avait été revu à la baisse. Après plusieurs avant-projets, la ville retint, par souci de maîtrise des coûts et des délais, l'utilisation de procédés standardisés de préfabrication. Le
    Description :
    L'école maternelle Suzanne-Kleiber, localisée sur une parcelle située entre le pôle petite enfance du Hallebardier et la cité universitaire, suit un plan au sol en forme de V. Le principal corps de dédié à la circulation. Le deuxième corps de bâtiment, plus petit, forme un retour suivant l'alignement de l'allée de desserte de la cité universitaire. Il abrite le hall d'entrée de l'école, les
  • École primaire Claude-Bernard
    École primaire Claude-Bernard Tours - Quartier du Sanitas - 2 rue Eugène-Pic-Paris - en ville - Cadastre : 2010 CV 295
    Historique :
    centaines d'enfants ne pouvant être accueillis dans les groupes déjà existants, et en particulier dans le groupe Pascal-Diderot, réalisé dans le cadre de la première tranche. Connu comme "groupe SNCF II", un centrale. L'école maternelle Pauline-Kergomard était quant à elle transférée dans le secteur de la Rotonde , l'utilisation de procédés standardisés de préfabrication. Le modèle proposé par l'entreprise GEEP fut retenu à
    Description :
    , ouvrant en miroir sur une cour centrale. Les salles de classe sont orientées à l'est pour le bâtiment occidental, et à l'ouest pour le bâtiment oriental. Au sud de la cour commune, un petit bâtiment à un niveau , sont réalisés en parpaings enduits, le rez-de-chaussée recevant un bardage en ardoise identique à celui
1