Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Îlot V
    Îlot V Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue Colbert rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2010 DY 203 à 220, 222 à 225, 228 à 239, 248, 249, 300
    Historique :
    des beaux-arts, le muséum d'histoire naturelle et l'église Saint-Julien, qui a comparativement peu la mise en valeur de l'église Saint-Julien, et celles des commerçants sinistrés en édifiant le long de la rue Nationale une rangée de magasins en rez-de-chaussée. Entièrement préfinancés par le ministère de la Reconstruction, les immeubles et magasins qui forment le pourtour de cet îlot sont découpés d'immeubles longeant la rue Voltaire constitue la troisième unité, dont le chantier se déroule de 1954 à 1955 le musée du Compagnonnage. Une passerelle est construite pour relier le bâtiment à la rue Nationale et permettre ainsi un accès plus aisé. Le musée se dote en 1975 d'une nouvelle aile, édifiée en
    Référence documentaire :
    [Plan d'indexation des îlots publié par le quotidien La Nouvelle République] / Auteur inconnu. 23 p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    , a déterminé le gabarit et l'ordonnance des immeubles et magasins qui le composent, de même que de l'îlot V. Le remplacement de l'ancienne toiture du clocher de l'église par un toit en pavillon , semblable à ceux de la bibliothèque et des pavillons de la rue Nationale, illustre le souci d'intégrer ces de voies desservant notamment des garages individuels logés dans le soubassement des immeubles. Un jardin paysager de plan rectangulaire bordant le chevet plat de l'église en occupe le tiers central.
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    dressait jusqu'en juin 1940 l'imposant bâtiment abritant l'école des beaux-arts et le muséum d'histoire naturelle. Construit au début du 19e siècle, il formait le pendant symétrique de la bibliothèque établie de . L'église Saint-Julien, qui a comparativement peu souffert lors de ce double sinistre, apparaît comme le seul monument rescapé au sein de ce vaste parcellaire. Les bâtiments conventuels, délimitant le cloître
    Illustration :
    Vue des celliers depuis le cloître, [1948]. (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre Poste de transformation de l'îlot V, vu depuis le coeur d'îlot. IVR24_20103700987NUC2A
  • Îlot S
    Îlot S Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue de Jérusalem rue Richelieu rue Baleschoux - en ville - Cadastre : 2010 DZ 249 à 255, 257, 333
    Historique :
    Quatrième ensemble d'immeubles reconstruit dans le quartier nord, l'îlot S voit son implantation définitivement fixée par le plan de remembrement de décembre 1948. Désigné architecte chef de groupe en 1949 , Maurice Boille est chargé de la conception et du suivi des travaux de l'îlot, dans le respect du plan un vestige de l'ancienne enceinte de la Martinopole, que le service des Monuments historiques la nature friable du terrain. Le chantier est marqué par la visite d'Yves Pérony, préfet d'Indre-et -Loire, venu sceller la première pierre de l'îlot le 2 mai, à l'angle des rues des Halles et de Jérusalem . Le gros-œuvre est en voie d'achèvement début 1952, et les premiers certificats de conformité sont
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 29 mars 1951. Par Lebugle, Cl. (dessinateur). (archives municipales de Tirage : plan cadastral dressé le 28 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours Calque et encre noire : plan dressé le 17 janvier 1950. Par Baldet, Robert (architecte des Pour le quartier nord... La Nouvelle République, 8 septembre 1950.
    Description :
    Avoisinant la basilique Saint-Martin et le quartier ancien des Halles, l'îlot S se dresse en petites cours-jardins accessibles depuis le hall des immeubles. L'ensemble concerté aligne un bâtiment disparité dans le traitement des baies, chaque immeuble se dissociant nettement de son voisin. L'îlot lycée le long du mur de clôture. Son alimentation en air chaud est assurée par la chaufferie de l'îlot T
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1949/n°647) Le numéro entre ) - Devernois et Oury : DZ 255 (263) - Gasc et Barthélémy : DZ 253 (261) - Le Roy : DZ 257 (264) - Lhéritier de
  • Ensemble de 9 immeubles dit îlot Voltaire (1 à 17 rue Voltaire)
    Ensemble de 9 immeubles dit îlot Voltaire (1 à 17 rue Voltaire) Tours - Quartier sinistré nord - 1 à 17 rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2010 DY 211 à 219
    Historique :
    juin 1944. Constituant le côté est de l'îlot V, il n'adopte son implantation définitive qu'en 1950 , après le nouveau remembrement induit par le second modificatif du plan de reconstruction. Pierre Patout déclinant, il est suppléé par l'architecte Michel Vallée qui assure le contrôle des travaux. Les pour une valeur de plus de 110 millions de francs. Le gros-œuvre de cette troisième unité de chantier
    Référence documentaire :
    Calque : plan dressé le 23 février 1952, modifié le 20 mars 1952, le 22 et le 29 juin 1953. Par
    Description :
    Ces neufs immeubles sont édifiés en bordure du périmètre de reconstruction, le long d'un axe nord -sud entre le square Prosper-Mérimée et la rue Voltaire. Composant le côté est de l'îlot V, ils forment emplacements de stationnement à découvert ou nichés dans le soubassement des immeubles. Les édifices sont recouvertes d'un enduit ciment de teinte claire. Le soubassement est souligné par un revêtement de orne l'étage de soubassement et le rez-de-chaussée de l'ensemble. Les étages supérieurs sont recouverts
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. 149 W 20) Le numéro entre parenthèses correspond à la
    Illustration :
    Façades postérieures donnant sur le coeur d'îlot. IVR24_20103700990NUC2A
  • Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale)
    Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale) Tours - 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5, 634
    Historique :
    rues Nationale et Etienne-Pallu, sur un terrain de compensation. Cette implantation, soumise par le construction française de l'époque. La nouvelle succursale est inaugurée le 26 février 1956 par Marcel Wiriath , directeur général du Crédit Lyonnais, qui salue tout particulièrement l'esthétique, le confort et la grande permettre le réagencement de l'accueil et des espaces de bureaux. À l'extérieur, le parterre de gazon
    Référence documentaire :
    Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 24 Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice Pour rendre vivante la première rue de Tours, le Comité des commerçants de la rue Nationale Le Crédit Lyonnais inaugure son nouvel établissement. La Nouvelle République, 27 février 1956. Le Crédit Lyonnais a réalisé à Tours une installation moderne. La Nouvelle République, 21 mars 1956.
    Description :
    Nationale et Etienne-Pallu. Deux ailes, disposées en équerre le long des rues, masquent un corps de bâtiment coffres, un rez-de-chaussée et plusieurs étages de bureaux. Le gros-œuvre associe une ossature en béton de l'ordonnance édictée par l'architecte Pierre Patout pour les immeubles reconstruits plus haut le long de l'artère principale. Elle adopte le même alignement que ceux-ci et se dresse donc en retrait de -carrés et sept travées en façade. Coiffé d'un toit à longs pans brisés, le deuxième étage s'élève en . Depuis le réaménagement du rez-de-chaussée, deux grandes ouvertures à portes automatiques permettent
    Annexe :
    plans sont rejetés par le ministère de la Reconstruction qui impose que le Crédit Lyonnais soit élevé en retrait des bâtiments anciens, sur le même axe que les immeubles reconstruits au nord le long de la rue large vitrine sur le mur mitoyen visible et de recouvrir la partie basse de cette façade d'un revêtement l'agence, ils projettent également de réaliser un parterre de gazon agrémenté d'ifs taillés. Le second Transcription de l'article Le "Crédit Lyonnais" à Tours ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24) La la masse. Pour supprimer tout point d'appui dans le grand hall du rez-de-chaussée, il a fallu édifier
  • École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré
    École des beaux-arts, actuellement Centre de création contemporaine Olivier Debré Tours - Quartier sinistré nord - jardin François-1er - en ville - Cadastre : 2010 DZ 366
    Historique :
    avant-projet de reconstruction proche du site originel, sur un nouvel îlot délimité par le quai, la place Foire-le-Roi, la rue Voltaire et la rue Benjamin-Constant. La reprise du plan de reconstruction et beaux-arts est achevée en octobre 1960. Le site a connu quelques réaménagements entre 1960 et 2014 : le plus important a été la transformation des espaces d'exposition au rez-de-chaussée et au premier sud formé par deux corps de bâtiment, l'entrée actuelle de l'établissement est située dans le d'enseignement au sein des anciens locaux de l'imprimerie Mame et d'aménager à son emplacement le centre de création contemporaine Olivier Debré, l'agence Aires Mateus remporte le concours d'architecture organisé en
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 20 mai 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 6 novembre 1954. Par Patout, Pierre (architecte) ; Dorian, Jean (architecte Tirage : plan dressé le 20 février 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre Tirage : plan dressé le 20 février 1957. Par Boille, Maurice (architecte) ; Boille, Pierre
    Description :
    constituent le gros-œœuvre de l'édifice. Son plan adopte une forme de L, les deux parties présentant des gabarits différents. Le corps de bâtiment principal, ouvrant sur l'est, se présente comme un informatiques occupent actuellement le premier étage, surmontés de laboratoires et de salles de cours au deuxième étage. Le troisième étage, en retrait, est celui de l'ancien appartement du directeur. Ces différents niveaux sont reliés par deux escaliers et un ascenseur. Le traitement des façades de cette aile . Au rez-de-chaussée sont regroupés l'accueil, le secrétariat, une salle des professeurs, une salle de , les étudiants disposent d'ateliers pour le dessin, la peinture, le modelage et la gravure ; au sud pour le chargement et le déchargement des matériaux. Très peu du mobilier d'origine a été conservé
    Illustration :
    Elévation de la façade sud et coupe longitudinale sur le bâtiment est, Boille arch., 20 mai 1957 Elévation de la façade ouest et coupe transversale sur le bâtiment des classes, Boille arch., 20
  • Mairie-école (détruite), actuellement Hôtel de ville
    Mairie-école (détruite), actuellement Hôtel de ville La Riche - Place du Maréchal Leclerc
    Historique :
    la "ville-centre", Tours. Située entre la fourche composée par le chemin de Tours à Saint-Genough logement du garde et de la salle de classe. Le logement de l'instituteur occupait le premier étage. Elle a rythmée et ordonnancée en six travées de part et d'autre d'un corps central. Le toit, à longs pans, est
    Référence documentaire :
    [Mairie de la Riche Extra], plans, élévations dressés par Moreau (instituteur) le 28 mars 1877
    Description :
    Édifiée sur le même terrain que la précédente mairie-école (en partie détruite pendant les bombardements du 8 juin 1944), elle est, contrairement à cette dernière, orientée au sud et non à l'est. Le portail de l'église et l'entrée de la nouvelle mairie ne se font donc plus face. Le bâtiment de la mairie
    Illustration :
    L'hôtel de ville depuis le flanc nord de l'église IVR24_20153700088NUC4A
  • Ecole primaire dit Groupe Scolaire Paul Bert
    Ecole primaire dit Groupe Scolaire Paul Bert La Riche - Rue des Hautes-Marches - en ville
    Historique :
    Inscriptions: Une plaque en façade porte les inscriptions : L'AN 1933 / LE DIMANCHE 25 JUIN / CE GROUPE A ETE INAUGURE / SOLENNELLEMENT / PAR / LE PRESIDENT / CAMILLE CHAUTEMPS / MINISTRE DE L'INTERIEUR
    Description :
    Édifié sur un terrain au sud de la rue de la Mairie, le bâtiment central, de forme rectangulaire ordonnancée s'organise sur trois niveaux. Le registre supérieur est constitué d'un décor architectural (toit à
  • Bourg : hôpital (boulevard Jules Joran)
    Bourg : hôpital (boulevard Jules Joran) Château-Renault - boulevard Jules Joran - en ville - Cadastre : 2014 AM 176
    Historique :
    Château-Renault dès le 13e siècle. En 1780, une maison et école de charité, dirigée par deux sœurs de la Charité de Montoire-sur-le-Loir, est fondée près de l'église paroissiale, à l'initiative de notables le 7 mai 1783. Les travaux sont achevés en 1786 et l'édifice accueille ses premiers patients en 1788 de salle de bains, de salle d'opérations, de salle d'isolement pour le traitement des maladies pour l'édification d'un hôpital, situé au lieu-dit Le Petit Houx, sur la commune d’Auzouer, est choisi Louis Morel, architecte à Tours. L'hôpital est inauguré les 29-30 septembre 1912. Après le transfert, le bâtiment situé près de l'église sert de salles pour l'école voisine et le patronage laïc de garçons, puis celui de 1931 concernant les travaux à réaliser, mais le prix est ramené de 964 501,58 fr à 709 000 fr . Les pavillons sont inaugurés le 15 juin 1938. En 1942, un devis et un plan sont réalisés par Maurice
    Référence documentaire :
    MIELCZAREK, Willy. La maison et école de charité : le premier hôpital. Château-Renault infos
1