Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Cité universitaire du Sanitas
    Cité universitaire du Sanitas Tours - Quartier du Sanitas - boulevard de-Lattre-de-Tassigny rue du Hallebardier - en ville
    Historique :
    l'îlot situé entre la rue des Hallebardiers, le boulevard de Lattre-de-Tassigny et l'avenue du Général-de -Gaulle soit dédié à la cité universitaire. Finalement, le périmètre fut restreint à l'ouest et au sud , respectivement par la construction d'une crèche et d'une école maternelle, et par celle de logements. Le de l'enquête (2011), le premier bâtiment en R+4 (situé entre le boulevard de Lattre-de-Tassigny et la "résidence Europa") construit en 1960 avait été détruit et le restaurant universitaire était désaffecté.
    Description :
    décrochements de façade, altérant l'impression de planéité. Situé immédiatement au nord, le restaurant universitaire (désaffecté) suit le même alignement et le même recul par rapport au boulevard de Lattre-de locaux associatifs. Le niveau d'étage, destiné à la restauration, est largement ouvert sur l'extérieur afin de faire profiter les étudiants du cadre arboré pendant leur repas. Toujours suivant le même
    Texte libre :
    construction des différents bâtiments Initialement délimité par le boulevard de Lattre-de-Tassigny, l'avenue du Général-de-Gaulle et par la rue du Hallebardier, le projet d'implantation de la cité universitaire vit son , et des bâtiments 20 et U du Sanitas au sud. Michel Marconnet conçut sur le terrain subsistant un restaurant (qui ouvrit en janvier 1960) et une résidence de 264 chambres, dont le volume en R+4 (quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée) reprenait celui des bâtiments d'habitation situés en vis-à-vis le par le même architecte. Une tour en R+8 de 147 chambres, réservées aux jeunes filles, fut adjointe en 1965 à la cité universitaire du Sanitas, le reste de l'emprise étant progressivement occupé par Faisant suite à la volonté de Jean Royer de renforcer le pôle universitaire du Sanitas, la réalisation 1980. Le Développement Social de Quartier (DSQ), dispositif lancé dans le cadre du programme Banlieues auberge de jeunesse, ainsi que le transfert de la bibliothèque universitaire du site des Tanneurs. Les
    Illustration :
    Vue générale de la cité universitaire, du bâtiment 20 et de la tour U - 1972. Le bâtiment en R+4 à
  • Îlot P
    Îlot P Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue Nationale rue Néricault-Destouches rue des Déportés - en ville - Cadastre : 2010 DZ 166 à 194
    Historique :
    Dernier îlot de la rue Nationale à être réalisé, l'îlot P représente le plus important chantier du des dommages de guerre, elle récupère également plusieurs parcelles remembrées alignées le long des dessus-de ses coffres, le Crédit Lyonnais pose plus de difficultés. Repoussée jusqu'en 1956, son considérablement le lancement des travaux de l'îlot. Ce retard est néanmoins suivi d'une mise en chantier réalisation de l'important parking aménagé en sous-sol. Le dépôt du permis de construire et les procédures d'adjudications se succèdent en mai, et les travaux de fondations commencent dès le mois d'août 1956. La durée du chantier est alors estimée entre 18 et 24 mois. Le certificat de conformité de l'îlot est établi en juin
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 18 février 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Tirage : plan dressé le 18 février 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Tirage : plan dressé le 18 février 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Tirage : plan dressé le 18 février 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Tirage : plan dressé le 18 février 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Tirage : plan dressé le 18 février 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Tirage : plan dressé le 25 avril 1956. Par Marconnet, Jean (architecte) ; Marconnet, Michel Le dernier chantier de la rue Nationale. La Nouvelle République, 2 et 3 juin 1956. p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    d'habitation. Le gros-œuvre de ces différents lots a été réalisé en béton armé et maçonnerie de moellons. Comme de cette rue, ce pavillon d'angle ne comporte pas d'étage en retrait : le balcon de son premier étage , à garde-corps en ferronnerie, forme donc saillie sur la rue Nationale. Le second corps de bâtiment
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1956/n°307) Le numéro entre 168 (223) ; DZ 194 (222) - Labadie : DZ 170 (216b) cinéma Rex, aujourd'hui désaffecté - Le Roy : DZ
    Illustration :
    Coupe sur le porche côté nord, J. et M. Marconnet arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Coupe sur le porche côté sud, J. et M. Marconnet arch., 25 avril 1956. (archives municipales de Porche monumental sud vu depuis le coeur d'îlot. IVR24_20103701058NUC2A
  • Centre paroissial Saint-Paul
    Centre paroissial Saint-Paul Tours - Quartier du Sanitas - place Saint-Paul - en ville - Cadastre : 2010 CV 311
    Historique :
    Le programme d'équipements du secteur industrialisé, tel qu'il était fixé à son origine à l'été nouvelle pour un quartier devant compter plus de 5 000 logements, réclama à la municipalité, dès le mois de avec la Ville, qui reprenait le terrain attribué par l'ASR, en échange d'une emprise destinée à la , l'architecte Michel Marconnet étant chargé de son étude. Elle fut consacrée le 7 octobre 1962. Les plans de , Michel Vallée, Jacques Boille, Jean et Michel Marconnet. Le permis de construire fut accordé le 22 août 1969, la chapelle Saint-Paul étant consacrée le 17 avril 1972, après l'achèvement de l'ensemble du
    Description :
    caractère monumental, aucun clocher ne venant élancer en hauteur le bâtiment. L'échelle de celui-ci reste la nef en partie supérieure. Le chœur prend lui la forme d'une demi pyramide venant s'appuyer sur le tout en créant un puits de lumière sur le maître-hôtel. La façade nord de l'église, ouvrant sur le irrégulièrement, ouvrant sur le rez-de-chaussée. La totalité de l'édifice est couvert d'ardoise. La nef, d'une , laissant la nef entièrement dégagée. Plusieurs salles sont alignées sur le flanc ouest du bâtiment : un
    Illustration :
    Vue de la nef depuis le choeur. IVR24_20113702323NUC2A
1