Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 25 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 12 immeubles (3 à 25 place Anatole-France)
    Ensemble de 12 immeubles (3 à 25 place Anatole-France) Tours - Quartier sinistré nord - 3 à 25 place Anatole-France - en ville - Cadastre : 2010 DZ 8 à 18
    Historique :
    -guerre. Il est composé de douze immeubles préfinancés par le ministère de la Reconstruction, et destinés au relogement de familles touchées par le sinistre du quartier en 1940 et en 1944. L'architecte chef de groupe André Le Roy est l'auteur des plans généraux dressés en août 1953 sous le contrôle de habitations, puis le lancement d'une première tranche de huit immeubles au début de l'année 1954. Ceux-ci
    Observation :
    Ces immeubles constituent un important front bâti cernant le sud-ouest de la place Anatole-France . Leur composition est à rapprocher de celle des immeubles édifiés au sud-est de la place, qui forment le
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 26 août 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 5 octobre 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Ministère de la Reconstruction. Ville de Tours. Îlot ABC / André Le Roy. 1:50 et 1:20. 20 août, 26 [Vue de l'ensemble d'immeubles depuis le pont Wilson] / Robert Arsicaud. [1959]. 1 photogr. pos [Vue de l'ensemble d'immeubles depuis le pont Wilson] / Ministère de la Reconstruction et de
    Description :
    desservir des emplacements de stationnement, à découvert ou aménagés dans le soubassement des immeubles. On comble et un sous-sol, ce niveau inférieur étant ouvert sur le cœur d'îlot. En raison de la proximité du pieux de béton fichés à plusieurs mètres de profondeur. Le gros-œœuvre associe par ailleurs une ossature , leurs façades postérieures reprennent en soubassement et en rez-de-chaussée le parement de pierre et en retrait des trois étages-carrés. Le dernier étage, ménagé dans les combles, présente une
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Illustration :
    Elévation des façades antérieures du côté ouest de l'ensemble, A. Le Roy arch., 26 août 1953 . Le Roy arch., 26 août 1953. (archives municipales de Tours, Permis de construire 1953/n°432 Elévation des façades postérieures du côté ouest de l'ensemble, A. Le Roy arch., 26 août 1953 Coupe transversale sur le porche et la chaufferie, A. Le Roy arch., 20 août 1953. (archives Plans du rez-de-chaussé et de l'entresol du corps de passage à l'ouest de l'ensemble, A. Le Roy Plans des premier et deuxième étages du corps de passage à l'ouest de l'ensemble, A. Le Roy arch Détails du hall d'entrée d'un immeuble et coupe sur la galerie des canalisations, A. Le Roy arch Vue générale de l'ensemble depuis le pont Wilson, [1959]. (archives départementales d'Indre-et Vue de l'ensemble achevé depuis le pont Wilson, août 1965. (ministère de l'écologie, du Vue générale de l'ensemble depuis le débouché du pont Wilson. IVR24_20113701670NUCA
  • Îlot E
    Îlot E Tours - Quartier sinistré nord - rue du Commerce rue Nationale rue du Maréchal-Foch place de la Résistance rue des Fusillés - en ville - Cadastre : 2010 DZ 77 à 99, 357, 358
    Historique :
    décembre 1948, l'architecte André Le Roy dresse en juillet 1950 les plans généraux de l'îlot. Son confrère
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 16 Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 6 juillet 1950. Par Pierre Patout (architecte) ; André Le Roy (architecte Tirage : plan dressé le 23 mars 1951. Par Lebugle, Cl. (dessinateur). (archives municipales de Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Îlot E / Pierre Patout et André Le Roy. 1:200 Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Îlot E / Pierre Patout et André Le Roy. 1:200
    Description :
    assurée par la chaufferie de l'îlot M, et un transformateur commun situé en œcœur d'îlot régule le courant d'eau, d'électricité, de gaz et de téléphone. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une particulière de l'îlot entre la place de la Résistance et le haut de la rue Nationale. Les immeubles bordant étages-carrés d'habitation dont aucun n'est en retrait par rapport à la rue Nationale. Par ailleurs, le
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1950/n°534 et 1951/n°723) Le
    Illustration :
    Plan masse, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, Permis de Plan du sous-sol, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, 149 Plan du rez-de-chaussée, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Plan des étages, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950. (archives municipales de Tours, 149 Elévation des façades rues du Commerce et Nationale, P. Patout et A. Le Roy arch., 6 juillet 1950 Elévation des façades place de la Résistance et rue du Maréchal-Foch, P. Patout et A. Le Roy arch
  • Ensemble de 6 immeubles dit îlot Constantine (2 à 16 rue Constantine)
    Ensemble de 6 immeubles dit îlot Constantine (2 à 16 rue Constantine) Tours - Quartier sinistré nord - 2 à 16 rue Constantine - en ville - Cadastre : 2010 DZ 42 à 48
    Historique :
    en juin 1940. Constituant le côté ouest de l'îlot ABC, l'îlot Constantine n'adopte son implantation définitive qu'en 1950, après le nouveau remembrement induit par le second modificatif du plan de s'interroge longuement sur le gabarit des immeubles et leur insertion au sein de l'entrée nord recomposée. Les plans définitifs de l'ensemble sont dressés sous sa direction en février 1954 par André Le Roy, nommé
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 20 mars 1952, rectifié les 20 juillet 1952, 30 juillet et 30 août 1953. Par Tirage : plan dressé le 20 mars 1952, rectifié les 20 juillet 1952, 30 juillet et 30 août 1953. Par Tirage : plan dressé le 18 février 1954. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Le Roy. 1:100. 18 février 1954. 1 tirage : plans du sous-sol et du rez-de-chaussée. (AC Tours. Permis p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    Ces six immeubles sont édifiés en bordure du périmètre de reconstruction, le long d'un axe nord-sud . Ils composent le côté ouest de l'îlot ABC. L'ensemble adopte un plan rectangulaire régulier, flanqué et un bandeau horizontal surmontant le rez-de-chaussée. Le soubassement des immeubles à logements . Quatre balcons en béton, regroupant au premier étage deux travées, animent le bâti sur rue suivant un rythme régulier. Côté jardin, un plaquis de pierre calcaire revêt le rez-de-chaussée et le premier étage . Disposé en retrait, le deuxième étage-carré est simplement enduit et s'ouvre sur une terrasse filante
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Illustration :
    Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée, A. Le Roy arch., 18 février 1954. (archives municipales de
  • Buste à l'antique de Pierre Patout
    Buste à l'antique de Pierre Patout Tours - Quartier sinistré nord - 2bis avenue André-Malraux - en ville
    Historique :
    Ce buste de Pierre Patout a été exécuté par le sculpteur parisien Alfred-Auguste Janniot (1889-1969 technique nettement moins monumentale, le portrait de Pierre Patout reflète un autre pan important et tout décès en 1965, le buste a été offert à la Bibliothèque de Tours il y a plus d'une vingtaine d'années.
    Emplacement dans l'édifice :
    surmonte la première pierre dans le hall monumental du premier étage de la bibliothèque
    Dimension :
    h = 40 Dimensions du buste sans le socle en bois.
  • Îlot ABC
    Îlot ABC Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue Constantine - en ville - Cadastre : 2010 DZ 8 à 21, 23 à 38, 40 à 48, 366, 368
    Historique :
    bibliothèque municipale), le vaste parcellaire sur lequel s'établit l'îlot ABC est fortement sinistré et ruiné laquelle est établi en 1948 le premier plan de remembrement du quartier. Deux ans plus tard toutefois de la rue Nationale. Le nouvel ensemble monumental définit ainsi, autour de la place Anatole-France , la nouvelle entrée nord de Tours. Entièrement préfinancés par le ministère de la Reconstruction , les immeubles et magasins qui forment le pourtour de l'îlot ABC sont découpés en grandes unités de nouveau jardin, le cœur d'îlot va permettre la reconstruction de l'école des beaux-arts, confiée à Maurice
    Référence documentaire :
    [Plan d'indexation des îlots publié par le quotidien La Nouvelle République] / Auteur inconnu. 23 p. 17 (ill.), 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet
    Description :
    d'immeubles pouvant constituer eux-mêmes des îlots. Cette forme résulte des projets successifs, depuis le plan voies desservant notamment des garages individuels logés dans le soubassement des immeubles, le cœur
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Texte libre :
    Lefèvre établit un projet de reconstruction qui conserve le tracé viaire existant mais crée un nouvel axe . Le lancement d'un second modificatif du projet de reconstruction de l'entrée nord en janvier 1950 difficulté un nouveau plan répondant aux exigences du ministère de le Reconstruction, du service des le ministère de la Reconstruction, les immeubles et magasins qui forment le pourtour de l'îlot ABC unité. En 1955 démarre la construction de la quatrième unité, le long de la rue du Commerce, et les
    Illustration :
    Vue aérienne de l'entrée nord (à gauche, le terrain réservé à la reconstruction des îlots A, B et C Façades principales des immeubles de la place Anatole-France, vues depuis le débouché du pont Façades postérieures des immeubles de la rue du Commerce, vues depuis le coeur d'îlot
  • Îlot H
    Îlot H Tours - Quartier sinistré nord - rue Berthelot rue Jules-Favre rue de la Scellerie rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 169 à 184
    Historique :
    du mois de décembre. La chaufferie est le premier élément mis en chantier, afin d'alimenter rapidement l'îlot I. Déposé en mars 1954, le permis de construire atteste de l'engagement des travaux pour construction des immeubles de la rue Nationale. L'architecte André le Roy est chargé de concevoir la chaufferie
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 13 juillet 1953 (dernières modifications le 5 novembre 1953). Par Boille Tirage : plan, [1953]. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tours, Permis de Tirage : plan dressé le 28 mai 1952. Par Braulard (dessinateur). (archives municipales de Tours Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 20 Calque : plan dressé le 27 avril 1953. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 13 juillet 1953 (dernières modifications le 5 novembre 1953). Par Boille Tirage : plan dressé le 20 janvier 1953. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Chaufferie H-I-G / André Le Roy. 1:100. 20 Trois îlots seraient commencés en 1952, sur le côté Est de la rue Nationale. La Nouvelle République Sous le signe de la reconstruction. La Nouvelle République, 2 et 3 janvier 1954.
    Description :
    immeubles alignés à front de rues, complétés sur cour par des garages à toit-terrasse disposés le long des de pierre blanche. Le dernier étage est coiffé d'un toit à longs pans couvert d'ardoise et ponctué de retrait : le balcon de son premier étage, à garde-corps en ferronnerie, forme donc saillie sur la rue Nationale. Le second corps de bâtiment, de plan rectangulaire, comporte seulement un rez-de-chaussée et traditionnelle, dont les façades en moellons équarris apparents font figure d'exception dans le quartier reconstruit. Les éléments de décor résident dans le barreaudage des garde-corps des fenêtres et portes
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1954/n°147) Le numéro entre ) - Lacape et Lemaure : DY 182 (114b) ; DY 183 (115) ; DY 184 (114) - Le Roy : DY 172 (112) - Marconnet : DY
    Illustration :
    Plans et coupe de la chaufferie commune (avant-projet), A. Le Roy arch., 20 janvier 1953. (archives Plans et coupe de la chaufferie commune, A. Le Roy arch., [1953]. (archives municipales de Tours
  • Îlot V
    Îlot V Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue Colbert rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2010 DY 203 à 220, 222 à 225, 228 à 239, 248, 249, 300
    Historique :
    des beaux-arts, le muséum d'histoire naturelle et l'église Saint-Julien, qui a comparativement peu la mise en valeur de l'église Saint-Julien, et celles des commerçants sinistrés en édifiant le long de la rue Nationale une rangée de magasins en rez-de-chaussée. Entièrement préfinancés par le ministère de la Reconstruction, les immeubles et magasins qui forment le pourtour de cet îlot sont découpés d'immeubles longeant la rue Voltaire constitue la troisième unité, dont le chantier se déroule de 1954 à 1955 le musée du Compagnonnage. Une passerelle est construite pour relier le bâtiment à la rue Nationale et permettre ainsi un accès plus aisé. Le musée se dote en 1975 d'une nouvelle aile, édifiée en
    Référence documentaire :
    [Plan d'indexation des îlots publié par le quotidien La Nouvelle République] / Auteur inconnu. 23 p. 24 VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959, n°86.
    Description :
    , a déterminé le gabarit et l'ordonnance des immeubles et magasins qui le composent, de même que de l'îlot V. Le remplacement de l'ancienne toiture du clocher de l'église par un toit en pavillon , semblable à ceux de la bibliothèque et des pavillons de la rue Nationale, illustre le souci d'intégrer ces de voies desservant notamment des garages individuels logés dans le soubassement des immeubles. Un jardin paysager de plan rectangulaire bordant le chevet plat de l'église en occupe le tiers central.
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    dressait jusqu'en juin 1940 l'imposant bâtiment abritant l'école des beaux-arts et le muséum d'histoire naturelle. Construit au début du 19e siècle, il formait le pendant symétrique de la bibliothèque établie de . L'église Saint-Julien, qui a comparativement peu souffert lors de ce double sinistre, apparaît comme le seul monument rescapé au sein de ce vaste parcellaire. Les bâtiments conventuels, délimitant le cloître
    Illustration :
    Vue des celliers depuis le cloître, [1948]. (service Patrimoine et Inventaire de la Région Centre Poste de transformation de l'îlot V, vu depuis le coeur d'îlot. IVR24_20103700987NUC2A
  • Îlot M
    Îlot M Tours - Quartier sinistré nord - rue du Maréchal-Foch rue Nationale rue des Halles rue des Déportés place de la Résistance - en ville - Cadastre : 2010 DZ 100 à 120
    Historique :
    Troisième ensemble d'immeubles reconstruit dans le secteur de la place de la Résistance, l'îlot M est également le troisième îlot édifié dans le quartier nord. Déjà en charge de la réalisation des îlots D et L, l'architecte André Le Roy supervise les opérations. Il dresse en janvier 1949 les plans République le 7 mai 1949. Venu remettre la Croix de guerre à la ville de Tours, Vincent Auriol scelle au sein
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 18 mars 1949. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 21 mars 1951. Par Lebugle, Cl. (dessinateur). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 20 décembre 1948. Auteur inconnu. (archives municipales de Tours, 149 W 17 Tirage : plan dressé le 27 janvier 1949. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 27 janvier 1949. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 27 janvier 1949. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 26 mars 1949. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Îlot M / André Le Roy. 1:200. 27 janvier, 18 et l'architecte André Le Roy). Le plan architectural de la zone Nord de la ville vient d'être approuvé à Paris ; deux îlots vont
    Description :
    chaud est assurée par la chaufferie située en cœur d'îlot, et un transformateur commun régule le courant d'eau, d'électricité, de gaz et de téléphone. Le gros-œœuvre associe une ossature en béton armé et une comporte pas d'étage en retrait : le balcon de son premier étage, à garde-corps en ferronnerie, forme donc saillie sur la rue Nationale. Le second corps de bâtiment, de plan rectangulaire, comporte seulement un géométriques en ferronnerie ornent le barreaudage des garde-corps et les portes d'entrée de plusieurs immeubles.
    Auteur :
    [architecte] Le Roy André
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1949/n°251) Le numéro entre
    Illustration :
    Plan du sous-sol, A. Le Roy arch., 27 janvier 1949. (archives municipales de Tours, 149 W 17, îlot Plan du rez-de-chaussée, A. Le Roy arch., 27 janvier 1949. (archives municipales de Tours, 149 W 17 Plan des étages, A. Le Roy arch., 27 janv. 1949. (archives municipales de Tours, 149 W 17, îlot M Elévation des façades postérieures, A. Le Roy arch., 18 mars 1949. (archives municipales de Tours Elévations des façades antérieures, A. Le Roy arch., 26 mars 1949. (archives municipales de Tours Vu du coeur d'îlot depuis le porche monumental de la rue des Déportés, mars 1952. (archives Porche monumental de la rue des Déportés vu depuis le coeur d'îlot. IVR24_20103701084NUC2A Coeur d'îlot vu depuis le porche monumental de la rue des Déportés. IVR24_20103701085NUC2A
  • Jardin de Beaune-Semblançay
    Jardin de Beaune-Semblançay Tours - Quartier sinistré nord - jardin de Beaune-Semblançay - en ville - Cadastre : 2010 DY 187
    Historique :
    leur valorisation au sein d'un jardin est posée dès décembre 1940, dans un article publié par le Pierre Patout en décembre 1948. Le service des Monuments historiques, qui a protégé la chapelle de Beaune -Semblançay en août 1941, classe le pan d'élévation de l'ancienne galerie de l'hôtel en octobre 1947. Tandis G, au dernier trimestre de l'année 1956 et la fontaine est installée en juillet 1957. Le jardin de
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 3 avril 1956. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 30 juin 1954 et modifié le 1er août 1956. Par Labadie, Pierre (architecte Calque : plan dressé le 13 décembre 1948. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Tours. ASR. Îlot G. Le jardin / Pierre Patout et Pierre Labadie. [1:200]. Juin 1954. 1 calque , modifié le 1er août 1956. 1 tirage : élévations des façades intérieures est et sud (AC Tours. 149 W 16). La reconstruction dans le Nord de la ville : un parterre de verdure encadrera les ruines de l'hôtel L'espace vert de l'îlot G portera le nom de Beaune-Semblançay. La Nouvelle République, 27 juin 1956. S. J. Beaune-Semblançay : le jardin dissimulé. La Nouvelle République, 29 septembre 1990.
    Description :
    liés à la famille de Beaune-Semblançay. Il est pour le promeneur doublement accessible : à l'ouest, par chapelle de Beaune-Semblançay est le dernier élément constitutif de l'ensemble. Entièrement restaurée par le service des Monuments historiques lors de la reconstruction de l'îlot, elle est englobée dans une parcelle à l'extrémité sud-ouest du jardin. Elle accueille le prolongement d'une boutique au rez-de situées à l'entrée de l'îlot rue Jules-Favre, le long de chaque pavillon en retour. Légèrement en
    Annexe :
    baies à meneaux. Dès les premières études, le remembrement et la reconstruction de cet îlot ont été . Bien entendu ces utilisations seront faites sans porter atteinte au caractère de ce monument. Enfin le puisse servir à des spectacles ou auditions de musique ancienne, devant le décor constitué par la façade jolis vestiges de l'Hôtel disparu et retrouvé. La charmante fontaine de marbre blanc, souvent si mal traitée sur la place du Grand-Marché, reprendra, dans le cadre le plus convenable, un emplacement voisin jardins publics au bord de la Loire, dégagera le Palais du Commerce et son architecture remarquable par sa
  • Ensemble de 13 immeubles (2 à 14 place Anatole-France ; 1 à 6 avenue André-Malraux)
    Ensemble de 13 immeubles (2 à 14 place Anatole-France ; 1 à 6 avenue André-Malraux) Tours - Quartier sinistré nord - 2 à 14 place Anatole-France 1 à 6 avenue André-Malraux - en ville - Cadastre : 2010 DY 228 à 239
    Historique :
    -France, ainsi qu'à des immeubles d'habitation érigés entre les rues Benjamin-Constant, Voltaire et le bombardements alliés de juin 1944. Entièrement préfinancés par le ministère de la Reconstruction, ils , parallèlement à l'achèvement des opérations de remembrement de la deuxième unité. Le gros-œuvre des huit 1952. Le chantier des cinq immeubles restants est attribué sur adjudications à la fin de cette même
    Observation :
    Ces immeubles constituent un important front bâti cernant le sud-est de la place Anatole-France le pendant symétrique de cet ensemble.
    Référence documentaire :
    Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 23 Tirage : plan dressé le 10 juin 1952. Par Le Roy, André (architecte). (archives municipales de Association syndicale de reconstruction Tours-Nord. Îlot V / Pierre Patout et André Le Roy. 1:100 p. 23 (illustration) VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir
    Description :
    , permettant de desservir des emplacements de stationnement, à découvert ou nichés dans le soubassement des , constituées de centaines de pieux de béton fichés à plusieurs mètres de profondeur. Le gros-œuvre restant -de-chaussée le parement de pierre et sont revêtues d'un simple enduit ciment aux niveaux supérieurs . Ce traitement coïncide avec l'élévation en retrait des trois étages-carrés. Le dernier étage, ménagé sur l'avenue sont précédées d'une terrasse rehaussée de quelques degrés, ou reportées sous le porche
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1951/n°19 et 1952/n°710) Le ) - Bertrand : DY 237 (317) - cabinet Boucheron : DY 239 (319) - Le Roy : DY 236 (316)
    Illustration :
    Deuxième unité de chantier : coupes transversales, A. Le Roy arch., 10 juin 1952. (archives Porche monumental vu depuis le coeur d'îlot. IVR24_20103700991NUC2A
  • Immeuble (35 rue Nationale)
    Immeuble (35 rue Nationale) Tours - Quartier sinistré nord - 35 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DZ 107
    Historique :
    . L'aménagement des boutiques situées au rez-de-chaussée est réalisé en 1952. Le certificat de conformité est
    Observation :
    . Celle-ci a été scellée le 7 mai 1949 par le président de la République Vincent Auriol.
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948, modifié le 14 mars 1949. Par Marconnet, Roger (architecte Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948. Par Marconnet, Roger (architecte) ; Marconnet, Jean Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948, modifié le 14 mars 1949. Par Marconnet, Roger (architecte Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948. Par Marconnet, Roger (architecte) ; Marconnet, Jean Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948. Par Marconnet, Roger (architecte) ; Marconnet, Jean Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948, modifié le 14 mars 1949. Par Marconnet, Roger (architecte Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948, modifié le 14 mars 1949. Par Marconnet, Roger (architecte Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948, modifié le 14 mars 1949. Par Marconnet, Roger (architecte Tirage : plan dressé le 8 décembre 1948, modifié le 14 mars 1949. Par Marconnet, Roger (architecte Tirage : plan dressé le 10 mars 1949. Par Marconnet, Roger (architecte) ; Marconnet Jean
    Description :
    l'ordonnancement de la rue Nationale et celui des rues qui lui sont perpendiculaires. Le premier corps de pas d'étage en retrait : le balcon de son premier étage, à garde-corps en ferronnerie, forme donc saillie sur la rue Nationale. Le second corps de bâtiment, donnant sur la rue des Halles, est de plan plus , sur le versant nord, d'un terrasson bardé de zinc qui surmonte l'étage de comble éclairé par trois lucarnes rentrantes. Le gros-œuvre de l'immeuble associe une ossature en béton armé et une maçonnerie de ferronnerie. Le corps de bâtiment élevé à l'angle de la rue des Halles comporte également une terrasse filante
    Illustration :
    Coupe sur le bâtiment de la rue des Halles, R. et J. Marconnet et P. Leseurre arch., 8 décembre Coupe sur le bâtiment de la rue Nationale, R. et J. Marconnet et P. Leseurre arch., 8 décembre 1948
  • Îlot G
    Îlot G Tours - Quartier sinistré nord - rue Colbert rue Jules-Favre jardin de Beaune-Semblançay rue Berthelot rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 185 à 202, 240
    Historique :
    durement touchés par le sinistre du quartier nord en juin 1940 et dont les ruines éveillent une véritable ensemble reconstruit. À la Libération, la présence de ces éléments classés guide fortement le remembrement l'architecte en chef Pierre Patout. Le lancement du chantier est envisagé pour le mois d'août 1952, mais les démarrent réellement qu'en 1954, après la réalisation des terrassements en juillet et le vote des adjudications en août. Au préalable, le cinéma Olympia situé dans l'ancienne église Saint-François-de-Paule, à à 255 millions de francs. Les premières boutiques ouvrent en 1956 et le dernier certificat de conformité est signé en juillet 1958. L'îlot n'a depuis connu aucune transformation majeure hormis le
    Observation :
    Dernier des trois îlots construits sur le côté est de la rue Nationale, l'îlot G marque
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 30 juin 1954 et modifié le 1er août 1956. Par Labadie, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 30 mars 1954. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 30 mars 1954. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 30 mars 1954. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 30 juin 1954. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 30 juin 1954. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Tirage : plan dressé le 30 juin 1954. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 22 Tirage : plan dressé le 30 juin 1954. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre (architecte Tirage : plan dressé le 30 juin 1954. Par Labadie, Pierre (architecte). (archives municipales de
    Description :
    . Le rez-de-chaussée commercial est principalement occupé par des boutiques et des bureaux. Côté cour , une rangée de garages à toit-terrasse s'implante le long des façades nord et sud. L'îlot possède un par la chaufferie de l'îlot H voisin. Le gros-œuvre associe une ossature en béton armé et une aucun n'est en retrait par rapport à la rue Nationale. Par ailleurs, le balcon du premier étage de ce étages-carrés sur rez-de-chaussée, couronnée d'une large corniche en béton moulé. Le quatrième immeuble , positionné dans l'angle sud-est de l'îlot, reprend le parement de pierre blanche rencontré rue Nationale et terrasses délimitées par des balustrades en pierre. Également soignées, les façades ouvrant sur le jardin
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1954/n°522) Le numéro entre
  • Rue Nationale
    Rue Nationale Tours - Quartier sinistré nord - 15 à 49, 26 à 64, 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5 2010 DY 151 à 158, 168, 169, 175 à 179, 192 à 197, 277 2010 DZ 84 à 92, 101 à 107, 179 à 189
    Historique :
    Édifiée sur le tracé de la route d'Espagne, la rue Nationale résulte des travaux lancés au 18e cette artère principale. Le caractère prioritaire de la reconstruction de la rue Nationale est reconnu par les plus hautes instances ministérielles qui en confient le plan d'aménagement à l'architecte à la silhouette des immeubles anciens conservés dans le tiers sud de la rue. C'est finalement l'architecte Pierre Patout, chargé en 1946 par le ministère de la Reconstruction de diriger les opérations de toitures d'ardoise et des façades de pierre blanche rappelant le tuffeau des maisons anciennes. Les
    Référence documentaire :
    Calque : plan dressé le 27 avril 1953. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 22 Le problème de la rue Nationale / Paul Métadier, Tours : Arrault et Cie, 1942, p. 29. Impr Le deuxième sinistre de la rue Nationale : sa reconstruction / Paul Métadier, Tours : Arrault et Calque : plan dressé le 10 octobre 1951. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 9 octobre 1947. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de p. 29 La rue Nationale à Tours / Auteur inconnu. [1942]. 1 impr. photoméc. n. et b. Extr. de : "Le inconnu. [1943]. 1 impr. photoméc. n. et b. Extr. de : "Le deuxième sinistre de la rue Nationale : sa solution proposée par le conseil municipal. La Dépêche, 9 octobre 1941. Le plan de reconstruction de la rue Nationale. La Dépêche, 17 août 1942.
    Description :
    croupes couverts d'ardoise et hérissés de souches de cheminées en brique. Le Crédit Lyonnais suit une mitoyens que le balcon de leur premier étage carré sur la rue Nationale forme saillie. Deux d'entre eux se
    Texte libre :
    Pour l'architecte Camille Lefèvre auquel est confié le plan d'aménagement de la rue Nationale fin personnalités influentes de Tours qui prônent le maintien à sa largeur d'avant-guerre. Après plusieurs mois l'issue de longues discussions avec le ministère des Travaux publics, la largeur de la rue Nationale est finalement fixée à 23 mètres à la fin de l'année 1941. Sur la base d'une proposition de Lefèvre en 1942, le constructions précédentes. De nouvelles destructions touchant la ville de Tours en 1943 et 1944, le plan . En 1946, le ministère de la Reconstruction charge l'architecte Pierre Patout de diriger les monumentale, celui-ci intègre à sa réflexion le problème de la déclivité de la rue Nationale, évaluée à sept rappelant le tuffeau des maisons anciennes. En 1948 toutefois, Patout doit reprendre son étude pour le haut de la rue Nationale, le service des Monuments historiques lui demandant de dégager l'église Saint -Julien de toute construction. Le second modificatif du plan d'aménagement et de reconstruction entérine
    Illustration :
    Vue générale des îlots G, H et I depuis le carrefour des rues Nationale et Colbert, [1959
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours Tours - en ville
    Historique :
    Le quartier de l'entrée nord est le premier secteur urbain de Tours détruit lors de la Seconde Guerre mondiale, à la suite des tirs d'obus incendiaires du 19 juin 1940. Attisé par un vent violent, le brasier perdure plus de deux jours durant lesquels le maire de Tours, Ferdinand Morin, négocie l'arrêt des combats. Déclarée "ville ouverte" le 21 juin, Tours est occupée par les Allemands dès le lendemain. Le de 1300 familles sans logis. Reconnue comme partiellement sinistrée par arrêté préfectoral le 29 concerne les vestiges épargnés par les destructions, un premier plan voit le jour qui conserve notamment la perspective nord-sud initiale, prévoit l'élargissement de la rue Nationale, et structure le quartier à l'aide identifiés par une lettre sont édifiés en 1947. Un second modificatif du plan Lefèvre voit le jour en 1950
    Référence documentaire :
    Tirage rehaussé d'aquarelle : plan dressé en 1898, mis à jour en juin 1910, annoté le 30 juillet -voyer en chef) ; Le Natail (architecte voyer) ; Albin (architecte voyer en chef). (archives municipales Tirage rehaussé de crayons de couleur : plan d'aménagement du quartier sinistré dressé le 1er août Le plan de reconstruction des quartiers sinistrés / La Dépêche, 23 août 1940. Impr. photoméc. n. et [Projets de reconstruction du quartier nord publiés par le quotidien La Dépêche] / Groupement des Le nouveau plan de reconstruction / La Dépêche, 23 septembre 1941. Impr. photoméc. n. et b. : plan [Plan d'aménagement et de reconstruction du quartier nord publié par le quotidien La Dépêche Calque et encre noire : plan masse dressé le 2 septembre 1944. Auteur inconnu. (archives Fond de plan de 1938, ajouts de G. Dupuy après le 29 septembre 1944. Par Danger (géomètres Tirage rehaussé d'aquarelle : plan dressé le 20 mars 1946. Par Dorian, Jean (architecte urbaniste
    Description :
    Le quartier nord reconstruit forme un ensemble homogène traversé par l'axe majeur nord-sud que Président-Merville et Constantine. Une zone de reconstruction annexe, comprenant le groupe scolaire terrain militaire de la caserne Lasalle, tandis que le Crédit Lyonnais a été reconstruit sur un terrain de , dans les années 1960, l'extension du territoire communal vers le sud.
    Texte libre :
    de France, elle dispose à cette époque d'un riche patrimoine architectural, concentré dans le centre la Seconde Guerre mondiale surviennent en juin 1940. Entrée sur le territoire français le mois précédent, l'armée allemande atteint le 16 juin la rive nord de la cité tourangelle. Quelques jours auparavant, face à la progression rapide de l'ennemi, le gouvernement de Paul Reynaud a quitté Paris pour se brusquement le 19 juin lorsque de violents combats s'engagent de part et d'autre du fleuve. Des tirs d'obus incendiaires frappent l'entrée monumentale et déclenchent un immense brasier dans le quartier de la rue Nationale. La rupture des canalisations logées dans le tablier du pont Wilson empêche l'extinction de importantes, le maire Ferdinand Morin négocie le lendemain l'arrêt des combats et les Allemands occupent la ville dès le 22 juin. 2 - 1940-1943 : déblaiements et premiers projets de reconstruction et d'aménagement Le début de la période d'occupation est marqué par le déblaiement des ruines. Les travaux se
    Illustration :
    Avant-projet du plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension, Becq-Rouget, Le Natail et Plan de reconstruction dressé par le Groupement des Architectes d'Indre-et-Loire, 23 août 1940 Plan de reconstruction dressé par le quotidien La Dépêche, 28 août 1940. (archives municipales de Plan de reconstruction dressé par le service municipal de la Voirie, 3 septembre 1940. (archives
  • Bibliothèque municipale
    Bibliothèque municipale Tours - Quartier sinistré nord - 2 bis avenue André-Malraux - en ville - Cadastre : 2010 CD 2
    Historique :
    est le premier édifice touché par les tirs d'obus incendiaires qui frappent Tours en juin 1940 : suite autres locaux, le bibliothécaire en chef Georges Collon est à l'initiative d'une réflexion puis de trouvée en 1950, choix officiellement entériné par la municipalité en juillet 1950, avec le soutien des esquisses, l'architecte Pierre Patout, auteur du plan de reconstruction de l'entrée nord, se voit confier le francs offerte par le ministère de l’Éducation nationale. La réalisation du gros-œuvre débute en juin pierre est posée le 29 mai 1954, en présence du ministre de l’Éducation nationale André Marie : le maire et emblématique du Tours reconstruit. Le chantier du gros-œuvre s'achève à la fin de l'année 1955 1956, le mobilier est installé peu avant l'ouverture de la bibliothèque au public en novembre 1957 l'accroissement des collections. L'édifice a été inscrit aux Monuments historiques le 31 décembre 1996.
    Observation :
    , l'édifice a connu une première phase de travaux de réaménagement de ses espaces publics en 2012-2013. Le
    Référence documentaire :
    Plan annexé à une lettre adressée au maire le 23 avril 1942. Par Collon, Georges (bibliothécaire Plan annexé à une lettre adressée au maire le 23 avril 1942. Par Collon, Georges (bibliothécaire Plan annexé à une lettre adressée au maire le 23 avril 1942. Par Collon, Georges (bibliothécaire Projet de reconstruction de la bibliothèque dans le jardin du Musée des beaux-arts / Georges Collon Le Conseil Municipal... s'élevant contre la commission des Sites, décide de reconstruire la Le Conseil Municipal a examiné diverses questions touchant aux écoles et maintenu sa position pour Le Conseil Municipal a étudié diverses questions scolaires et recherché une solution pour la Le Conseil municipal en commission générale se prononce en faveur de la construction de la La bibliothèque sera reconstruite dans le bloc est de la place Anatole France. La Nouvelle La bibliothèque et le plan de reconstruction du quartier Nord en échec devant la Commission
    Description :
    terrasse et percées d'oculi. Comptant neuf niveaux, dont deux en sous-sol et un entresol, le bâtiment escalier d'apparat en pierre menant à une porte à double battant desservant le rez-de-chaussée haut et, au niveau de la rue, par deux portes disposées de part et d'autre de cet escalier et desservant le rez-de -chaussée bas. Aux quatrième et cinquième étages, le corps central du bâtiment est plus étroit. Ce dernier
    Texte libre :
    Histoire d'une genèse Après les destructions de juin 1940, le bibliothécaire en chef Georges Collon , qui souhaite un rétablissement rapide de l'institution, rédige dès le mois d'août un "premier . Séduite par le projet, la municipalité donne son accord en avril 1942 en espérant une construction rapide de l'édifice. Mais la Commission supérieure des Sites décide dès le mois suivant de classer le jardin part sur le site du Champ-Girault, et d'autre part sur l'emplacement primitivement retenu dans le jardin du musée. Le premier site, à proximité de la gare, offre la possibilité de construire un édifice conditionnée par le déplacement de la gare, qui n'est pas envisageable dans l'immédiat. La terrasse du jardin blocage de la Commission supérieure des Sites qui refuse de déclasser le jardin du musée, malgré bibliothèque. Il rappelle qu'initialement le pavillon n'a pas été conçu pour cet usage, et estime que la Strasbourg, est remplacé par René Fillet en septembre 1953. Arrivant au cours du chantier, le nouveau
    Illustration :
    Projet de reconstruction souterraine. Type III : magasins creusés dans le coteau, rue Losserand, G Projet dans le jardin du musée. Plan du sous-sol et rez-de-chaussée bas, G. Collon, 23 avril 1942 Projet dans le jardin du musée. Plan du rez-de-chaussée haut, G. Collon, 23 avril 1942. (archives Projet dans le jardin du musée. Plan du deuxième étage, G. Collon, 23 avril 1942. (archives Vue générale depuis le pont Wilson, août 1965. (ministère de l'écologie, du développement durable
  • Entrée de ville monumentale
    Entrée de ville monumentale Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue Colbert - en ville - Cadastre : 2010 CD 2 2010 DY 197, 198, 200 à 204, 222 à 225, 228 à 239, 300 2010 DZ 8 à 29, 78 à 84, 357, 358
    Historique :
    ensemble architectural prolongé le long de la rue Nationale par une longue enfilade de façades ordonnancées les plans de reconstruction et d'aménagement successifs produits entre 1942 et 1950. Le premier transversales partant de la place de tête de pont, ainsi qu'un front bâti de style néoclassique. Le successeur de Lefèvre, Jean Dorian, reprend l'idée dans les grandes lignes en 1946. Dans le même temps
    Référence documentaire :
    Calque : plan dressé le 5 novembre 1947. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 10 septembre 1947. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales Calque : plan dressé le 10 novembre 1947. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 22 février 1951. Par Patout, Pierre (architecte) ; Chaume, Robert Calque : plan dressé le 8 septembre 1950. Par Patout, Pierre (architecte) ; Chaume, Robert photographie accompagnant le programme d'aménagement. Photogr. pos. n. et b. : élévation Calque : plan dressé le 30 juin 1948. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Calque : plan dressé le 9 février 1950. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de 318. Tours. Le square de la place du Musée / Auteur inconnu. [1er quart 20e siècle]. 1 impr [Vue de l'entrée nord depuis le pont Wilson] / Robert Arsicaud. [1959]. 1 photogr. pos. : n. et b
    Description :
    visibles depuis le débouché du pont.
    Texte libre :
    vaste place aux terrasses plantées. Encadrant le haut de la rue Nationale, deux bâtiments identiques plan de reconstruction du quartier sinistré. Le premier projet établi par l'architecte Camille Lefèvre néoclassique sur le pourtour de la place, qui reprend les anciens gabarits des édifices détruits. Les nouvelles vagues de bombardements qui frappent la ville en 1943 et 1944, comme le sinistre du quartier de la Dorian conçoit un premier modificatif en 1946 qui affirme davantage le tracé en "patte d'oie" esquissé . Le lancement du second modificatif du plan de reconstruction au début de l'année 1950 se traduit par également repoussée vers le cœur de ville, au-delà de l'axe est-ouest formé par les rues Colbert et du extrémités de la place et placés de part et d'autre de la tête de pont. En juillet 1950, le ministère de la quelques transformations, telles que le réaménagement des espaces paysagers et la disparition des deux
    Illustration :
    Plan masse de l'entrée nord, P. Patout arch., publié dans La Nouvelle République le 28 décembre Vue de la place Anatole-France depuis le square Rabelais, [1er quart 20e siècle]. (archives Vue de l'entrée nord depuis le pont Wilson, [1960]. (archives départementales d'Indre-et-Loire Vue de l'entrée nord depuis le pont Wilson, août 1965. (ministère de l'écologie, du développement
  • Ensemble de 9 immeubles dit îlot Voltaire (1 à 17 rue Voltaire)
    Ensemble de 9 immeubles dit îlot Voltaire (1 à 17 rue Voltaire) Tours - Quartier sinistré nord - 1 à 17 rue Voltaire - en ville - Cadastre : 2010 DY 211 à 219
    Historique :
    juin 1944. Constituant le côté est de l'îlot V, il n'adopte son implantation définitive qu'en 1950 , après le nouveau remembrement induit par le second modificatif du plan de reconstruction. Pierre Patout déclinant, il est suppléé par l'architecte Michel Vallée qui assure le contrôle des travaux. Les pour une valeur de plus de 110 millions de francs. Le gros-œuvre de cette troisième unité de chantier
    Référence documentaire :
    Calque : plan dressé le 23 février 1952, modifié le 20 mars 1952, le 22 et le 29 juin 1953. Par
    Description :
    Ces neufs immeubles sont édifiés en bordure du périmètre de reconstruction, le long d'un axe nord -sud entre le square Prosper-Mérimée et la rue Voltaire. Composant le côté est de l'îlot V, ils forment emplacements de stationnement à découvert ou nichés dans le soubassement des immeubles. Les édifices sont recouvertes d'un enduit ciment de teinte claire. Le soubassement est souligné par un revêtement de orne l'étage de soubassement et le rez-de-chaussée de l'ensemble. Les étages supérieurs sont recouverts
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. 149 W 20) Le numéro entre parenthèses correspond à la
    Illustration :
    Façades postérieures donnant sur le coeur d'îlot. IVR24_20103700990NUC2A
  • Magasins-terrasses (rue Nationale)
    Magasins-terrasses (rue Nationale) Tours - Quartier sinistré nord - 1 à 13, 2 à 20 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 203, 204, 222 à 225, 248, 300 2010 DZ 19 à 29
    Historique :
    . L'implantation des commerces a suscité une vive polémique, amenée par le lancement du deuxième modificatif du le problème de sécurité lié à l'absence de garde-corps, la nouvelle mandature repousse leur ouverture
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 10 novembre 1950. Par Chaume, Robert (architecte). (archives municipales de Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 21 Les sinistrés du Nord de la rue Nationale se prononcent contre le projet de reconstruction qui a Le représentant du Ministre de la Reconstruction a présenté hier la maquette du plan de l'entrée Le triomphe de la ligne droite. La Nouvelle République, 21 septembre 1954. p. 21 (ill) VÉGA-ROCHE, Luc. Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours. Bâtir, juillet 1959
    Description :
    , sur une portion comprise entre la place Anatole-France et le carrefour des rues Colbert et du Commerce . Une première série de neuf boutiques, un café et un bureau d'embauche en rez-de-chaussée formait le d'entrée qui permettaient de rejoindre le cœur d'îlot depuis la rue Nationale. Deux autres édifices commerciaux ont subsisté et sont disposés en retour sur la rue du Commerce, dans le prolongement d'une grande terrasse bitumée recouvrait ce premier ensemble. Un escalier bâti le long de la façade ouest en permettait l'accès, condamné à mi-hauteur par une grille métallique. Le côté ouest de l'îlot V était formé , présente les mêmes caractéristiques que les commerces précédents. Un escalier bâti le long de la façade de moellons. Le cloisonnement des boutiques était assuré par des murs en parpaings de béton. Des
    Annexe :
    L'Association de défense des intérêts des sinistrés de la rue Nationale, qui examine en janvier 1950 le projet reconstruction le long de la rue Nationale. Patout tente de satisfaire ces exigences, tout en tenant compte des des Monuments historiques pour le dégagement de l'église Saint-Julien. Face à l'opposition persistante des commerçants sinistrés, le ministre Eugène Claudius-Petit rappelle en juillet 1950 qu'il est urgent , qui soulignent l'absence d'étages réservés aux habitations comme le style résolument moderniste de l'architecture proposée. Le projet reste toutefois soumis au visa du ministère de la Reconstruction, qui tranche
  • Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale)
    Agence du Crédit Lyonnais (71 rue Nationale) Tours - 71 rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DW 5, 634
    Historique :
    rues Nationale et Etienne-Pallu, sur un terrain de compensation. Cette implantation, soumise par le construction française de l'époque. La nouvelle succursale est inaugurée le 26 février 1956 par Marcel Wiriath , directeur général du Crédit Lyonnais, qui salue tout particulièrement l'esthétique, le confort et la grande permettre le réagencement de l'accueil et des espaces de bureaux. À l'extérieur, le parterre de gazon
    Référence documentaire :
    Quartier reconstruit : le quartier nord de Tours / Luc Véga-Roche, Bâtir, juillet 1959, n°86, p. 24 Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte Tirage : plan dressé le 13 mars 1952. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice (architecte Tirage : plan dressé le 1er octobre 1952. Par Boille, Maurice (architecte). (archives municipales Tirage : plan dressé le 21 avril 1950. Par Leconte, André (architecte) ; Boille, Maurice Pour rendre vivante la première rue de Tours, le Comité des commerçants de la rue Nationale Le Crédit Lyonnais inaugure son nouvel établissement. La Nouvelle République, 27 février 1956. Le Crédit Lyonnais a réalisé à Tours une installation moderne. La Nouvelle République, 21 mars 1956.
    Description :
    Nationale et Etienne-Pallu. Deux ailes, disposées en équerre le long des rues, masquent un corps de bâtiment coffres, un rez-de-chaussée et plusieurs étages de bureaux. Le gros-œuvre associe une ossature en béton de l'ordonnance édictée par l'architecte Pierre Patout pour les immeubles reconstruits plus haut le long de l'artère principale. Elle adopte le même alignement que ceux-ci et se dresse donc en retrait de -carrés et sept travées en façade. Coiffé d'un toit à longs pans brisés, le deuxième étage s'élève en . Depuis le réaménagement du rez-de-chaussée, deux grandes ouvertures à portes automatiques permettent
    Annexe :
    plans sont rejetés par le ministère de la Reconstruction qui impose que le Crédit Lyonnais soit élevé en retrait des bâtiments anciens, sur le même axe que les immeubles reconstruits au nord le long de la rue large vitrine sur le mur mitoyen visible et de recouvrir la partie basse de cette façade d'un revêtement l'agence, ils projettent également de réaliser un parterre de gazon agrémenté d'ifs taillés. Le second Transcription de l'article Le "Crédit Lyonnais" à Tours ("Bâtir", juillet 1959, n°86, p. 24) La la masse. Pour supprimer tout point d'appui dans le grand hall du rez-de-chaussée, il a fallu édifier
  • Îlot I
    Îlot I Tours - Quartier sinistré nord - rue de la Scellerie rue de Lucé rue Emile-Zola rue Nationale - en ville - Cadastre : 2010 DY 151 à 168, 277
    Historique :
    L'îlot I est le premier ensemble édifié à l'est de la rue Nationale, et sa reconstruction illustre sur leur intégration au futur ensemble. Si le plan Lefèvre de 1942 affecte peu ces bâtiments, le reconstruction : la procédure d'adjudication et le chantier se poursuivent, tandis que des fouilles sont menées au centre de l'îlot. Le permis de construire est déposé en décembre 1951, pour une dépense globale de 300 millions de francs. Débuté en mai 1952, le chantier de reconstruction dure une quinzaine de mois , deux grandes salles de cinéma, l'Olympia et le Studio, respectivement situées au 3 rue de Lucé et au 4 restructuration de cet ensemble, le Studio étant réaménagé en bureaux tandis que le Nouvel Olympia construit par
    Référence documentaire :
    Tirage : plan dressé le 14 décembre 1951. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre Tirage : plan dressé le 14 décembre 1951. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre Tirage : plan dressé le 14 décembre 1951. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre Tirage : plan dressé le 14 décembre 1951. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre Tirage : plan dressé le 14 décembre 1951. Par Patout, Pierre (architecte) ; Labadie, Pierre Calque : plan dressé le 10 octobre 1951. Par Patout, Pierre (architecte). (archives municipales de Pour le quartier nord... La Nouvelle République, 8 septembre 1950. La reconstruction de Tours devant les "découvertes archéologiques" et le classement des monuments Trois îlots seraient commencés en 1952, sur le côté Est de la rue Nationale. La Nouvelle République Sur le chantier de l'îlot I, les archéologues vont s'attacher à éclaircir un point d'histoire sans
    Description :
    la rue Emile-Zola et à l'est par la rue de Lucé, le sud-est de ce quadrilatère étant exclu du comporte pas d'étage en retrait : le balcon de son premier étage, à garde-corps en ferronnerie, forme donc saillie sur la rue Nationale. Le second corps de bâtiment, de plan rectangulaire, comporte seulement un et Studio. Inauguré en 2004, le centre dramatique régional se présente comme une combinaison de volumes simples à toit-terrasse. Sa hauteur se limite à celle des immeubles voisins, rendant le bâtiment résident dans le barreaudage des garde-corps des fenêtres et portes-fenêtres, des vantaux de portes
    Annexe :
    Liste des architectes d'opération (AC Tours. Permis de construire 1952/n°2) Le numéro entre