Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 722 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Miermaux : manoir
    Miermaux : manoir Trizay-Coutretot-Saint-Serge - Miermaux - isolé - Cadastre : 1811 A 184 2019 B1 435
    Historique :
    (granges, étables, colombier) est à mettre à l'actif de Jacques Le Mercier, descendant (le fils ?) du terre de Miermaux est vendue par les héritiers des défunts Jacques le Mercier, sieur de Miermaux, et était, de 1548 à 1555, exploitée par Pierre le Mercier. Aucune trace de l’établissement métallurgique ne maître de forge Pierre Le Mercier. Il inscrit la construction dans son époque par le style Renaissance Miermaux dès le Moyen-Âge central (12e siècle). Un incendie est signalé en 1356, ainsi qu’une le haut fourneau de la Sohorie, établi vers 1538. Peu d’actes concernent cet établissement, qui nous est parvenue, si ce n'est une quantité importante de laitier présente dans le sol sur tout le site sobres (tour d'escalier dans-œuvre, travées d'ouvertures, recherche de symétrie). Le 3 août 1604, la . L'accès principal se faisait par le nord-ouest (axe repris par la voie de chemin de fer vers 1908) tandis que l'accès secondaire - devenu le seul accès aujourd'hui - traversait à gué la Berthe au nord de la
    Observation :
    Le manoir de Miermaux est atypique à bien des titres : - son implantation en fond de vallée très la terre de la Gadelière et en réaménageant le manoir, - son plan : tour d'escalier dans-œuvre, une de la maison du Bailli à Nogent-le-Rotrou, des cheminées monumentales. Il constitue un édifice majeur
    Canton :
    Nogent-le-Rotrou
    Description :
    Le manoir de Miermaux se situe au fond de la vallée de la Berthe, à un kilomètre au sud-est du de la cour se trouve le logis manorial. Adapté à la déclivité du terrain, il s'élève sur un étage de supérieur. Le rez-de-chaussée surélevé comprend deux grandes salles distribuées par la tour d'escalier. La corniche. Le fond de cheminée a été percé postérieurement d'une niche et d'une entrée de four (voûte du , tout comme le faux-comble accessible par des échelles de meunier depuis l'étage de comble. La fermes de comble (la ferme centrale étant réduite, coiffant simplement le mur de refend sud). Les autres (pénétrant dans le faux-entrait), de jambes de force, de blochets et d'arbalétriers. Des pannes faîtières et une étable accolée au pigeonnier. De plan carré, ce dernier s'élève sur deux niveaux. Le rez-de le logis). Les toits à longs pans et en pavillon (pigeonnier) sont couverts en tuile plate.
    Auteur :
    [commanditaire] Le Mercier Jacques
    Illustration :
    Vue générale du logis manorial depuis le nord-est. IVR24_20192800043NUCA Vue générale depuis le sud. IVR24_20192800044NUCA Grange, vue générale depuis le nord-est. IVR24_20192800078NUCA Bâtiments de ferme (toit à porcs, étable) faisant la jonction entre le logis et la grange, vue générale depuis le nord. IVR24_20192800084NUCA Bâtiments de ferme (toit à porcs, étable) faisant la jonction entre le logis et la grange, vue générale depuis le sud. IVR24_20192800085NUCA Remise et fournil, vue générale depuis le nord-ouest. IVR24_20192800086NUCA
  • Verrière représentant saint Jacques le Majeur
    Verrière représentant saint Jacques le Majeur Châteauroux - rue Amiral Ribourt - en ville
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur Inscription concernant l'auteur : "L. Lobin - Tours 1881". Inscription concernant le donateur
    Historique :
    Cette verrière appartient à l'ensemble réalisé par Lucien-Léopold Lobin entre 1880 et 1882, pour le déambulatoire, le transept, la nef et la crypte de l'église Notre-Dame.
    Représentations :
    saint Jacques
    Description :
    Saint Jacques est représenté en pied muni du bourdon des pèlerins.
    Titre courant :
    Verrière représentant saint Jacques le Majeur
    Illustration :
    Châteauroux, église Notre-Dame, baie 13 : saint Jacques. IVR24_20093602126NUCA
  • Verrière représentant saint Jacques le Majeur
    Verrière représentant saint Jacques le Majeur Valençay - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Représentations :
    saint Jacques
    Description :
    Cette verrière représente saint Jacques le Majeur, en pied, sous un dais architecturé et sur fond
    Titre courant :
    Verrière représentant saint Jacques le Majeur
    Illustration :
    Valençay, église St-Martin, baie 3 : saint Jacques. IVR24_20093601313NUCA
  • Pont Jacques Gabriel
    Pont Jacques Gabriel Blois - rue du Maréchal de Lattre de Tassigny quai Villebois Mareuil - en ville
    Historique :
    nouveau pont suivant le devis dressé par Jacques Gabriel, architecte et premier ingénieur des ponts et Après l' écroulement du pont médiéval, le régent autorise le 14 novembre 1716 la construction d' un chaussées ; le nouvel ouvrage doit être édifié en amont du pont médiéval ; les travaux commencent en avril 1717 et s' achèvent le 4 mai 1724 ; dès 1723 on aménage les quais des deux rives. Du côté de la ville on détruit une grande portion du mur de la ville, et le pont ne se trouvant pas dans l' axe de l ' ancienne grande rue, on le fait communiquer avec la rue de la Poissonnerie qui est élargie ; en 1724 on lors des bombardements de 1940. Le 18 juin 1940, l'armée française fit sauter sa 10e arche pour freiner l'avancée de l'armée allemande. Une fois Blois occupée, cette dernière rétablit rapidement le qui fut menée en 1941-1942. Le pont ne fut pas touché par les bombardements alliés des 10 au 14 juin Normandie. Mais deux mois plus tard, le 16 août 1944, les Allemands firent sauter les trois arches centrales
    Référence documentaire :
    généralité d'Orléans, le 29 août 1716. Nov.-Déc. 1936, n° 21. CHAVIGNY, J. L'ancien et le nouveau pont de Blois. Le flambeau du Centre.
    Description :
    Le pont franchit la Loire à hauteur du centre ancien et reconstruit de Blois. Il est composé de
    Auteur :
    [architecte] Gabriel Jacques V
    Titre courant :
    Pont Jacques Gabriel
    Appellations :
    pont Jacques Gabriel
    Texte libre :
    Jacques Gabriel se rende sur les lieux au début de l'été 1716. Le 29 août, un arrêt du Conseil d'Etat chacune des trois parties. Le devis de Jacques Gabriel permet de connaître la technique de construction fois réparé et consolidé, ne résista pas à la débâcle des eaux de la Loire, prises par le gel depuis deux mois. Dans un premier temps, les deux tiers du pont sont emportés, puis le lendemain, les treize perdait toute possibilité de franchir la Loire et toute communication avec le faubourg de la rive gauche ratifie l'adjudication de la démolition des ruines jusqu'à 18 pouces sous l'étiage, puis, le 14 novembre , Philippe d'Orléans accorde par lettres patentes l'autorisation de construire. Le devis est établi par les s'achever qu'en 1724 pour le pont, en 1726 pour l'aménagement des abords immédiats, et son coût atteignit près du double de la somme prévue, car le chantier devait rencontrer de nombreuses difficultés. Un manuscrit de la bibliothèque des Ponts-et-Chaussées permet de suivre le déroulement des travaux, tandis que
    Illustration :
    Profil du batardeau qui envelopera la première pille et la cullée du pont de Blois avec le plan des Profil d'une pille avec la crèche et Profil d'une pille avec le bastardeaux. IVR24_19884100095Z Le pont de Blois en cours de construction IVR24_19934100001VA Le pont vu depuis la rive gauche en 1943. L'arche détruite en 1940 a été réparée. Auteur inconnu Le pont, 1943. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives départementales de Loir-et-Cher, Blois Pont détruit, vu depuis le nord-est de la ville, 1944. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives Bords de Loire, le bac, été 1944. Par René Millet (Fonds René Millet, Archives départementales de Le pont en cours de réparation, vers 1948-1949. (Archives communales, Blois, 13 Z 21 Le pont depuis le sud-est en 2006 IVR24_20064100112NUCA Le pont vu depuis le nord-est en 2007 IVR24_20074100986NUC2A
  • Verrière représentant l'Immaculée Conception et saint Jacques le Majeur
    Verrière représentant l'Immaculée Conception et saint Jacques le Majeur Langé - Entraigues - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Représentations :
    saint Jacques
    Description :
    paroisse (la Vierge et saint Jacques), placés devant un fond damassé doré et sous un riche décor de
    Titre courant :
    Verrière représentant l'Immaculée Conception et saint Jacques le Majeur
    Illustration :
    Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 0 : l'Immaculée Conception et saint Jacques le Majeur
  • Bourges : statue de Jacques Cœur
    Bourges : statue de Jacques Cœur Bourges - place Jacques Cœur - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire sur socle indépendant gravé inscription concernant le donateur sur socle indépendant gravé avant du socle) : "A/ JACQUES CŒUR/ LA VILLE/ DE/ BOURGES" ; devises (sur chaque face du socle : avant / MOUCHE" "DIRE FAIRE/ DE/ MAYME" "DIRE FAIRE/ TAIRE DE/ MA IOIE" ; inscriptions concernant le commanditaire et inscriptions concernant le donateur (face arrière du socle) : "INAUGURÉ/ LE 15 MAI 1879/ EN
    Historique :
    Le premier projet de monument à Jacques Cœur, confié au sculpteur Jules Dumoutet et daté vers 1840 . L'inauguration de l'ensemble sur la place Jacques-Coeur a lieu le 15 mai 1879, quelques mois après la mort d'Auguste Préault dont Jacques Cœur est le dernier monument public, projet dans lequel il s'était fortement 1873, de la transcription en marbre. Au début de l'année 1874, le praticien Jean Daumas travaille sur le marbre qui est exposé au Salon de 1875 (n° 3337). La statue, transportée en août 1875 à Bourges ) pendant que divers emplacements pour le monument sont successivement étudiés jusqu'à la fin de 1878. Un concours est alors lancé entre les architectes berruyers pour le piédestal, remporté en 1879 par Augustin impliqué comme le témoignent ses multiples échanges avec la Ville.
    Observation :
    le style du Palais Jacques-Cœur. Critères pour la protection au titre des Monuments historiques : - Commande prestigieuse pour le musée du château de Versailles, ce qui explique le matériau inhabituel (marbre) pour un hommage à un grand homme sous la IIIe République. - Œuvre d'un grand statuaire du XIXe siècle, qui fait perdurer le Préault, toutes les étapes du processus créatif sont renseignées et le musée du Berry conserve la très
    Référence documentaire :
    La statue de Jacques Cœur, à Bourges, inaugurée le 15 mai. L'Illustration, n°1891, vol. LXXIII, p Archives départementales du Cher. 9T ; 49. Demande d'autorisation pour élever une statue à Jacques Archives départementales du Cher. 1 O ; 6 (Bourges, statues et monuments divers). Jacques Cœur Archives municipales de Bourges. 1M ; 43. Statue de Jacques Cœur.
    Représentations :
    écumant sur la terrasse arrière. Un écu aux armes de Jacques Cœur figure sur la plinthe avant. Le La statue représente l'argentier de Charles VII en costume oriental fantaisiste, avec le manteau sur la hanche, et le bras droit posé sur les attributs à sa droite, la tête au profil néoclassique piédestal est orné de motifs à la cathédrale inspiré du Palais Jacques-Cœur (frises de quadrilobes ornés de coquilles Saint-Jacques) et porte sur les côtés deux scènes en relief : les adieux de Jacques Coeur et sa
    Description :
    Le monument, constitué d'un haut piédestal en pierre de Vallenay (conçu par Auguste Souchon) et d'une statue en marbre blanc, par Augustin Préault, est situé au centre de la place Jacques-Cœur , faisant face au Palais Jacques-Cœur.
    Localisation :
    Bourges - place Jacques Cœur - en ville
    Titre courant :
    Bourges : statue de Jacques Cœur
    Annexe :
    , 12 février 1873 (AN f21/248). « Monsieur le directeur, Le Jacques Cœur de M. Préault est d'une grande support. Le caractère oriental du costume rappelle les voyages de Jacques Cœur dans le Levant. La tête est Brisson, maire" Sur le côté sud, un bas relief représente les adieux de Jacques- Cœur ; six personnages y , Une servante, Un garçon tenant en bride le cheval de Jacques-Cœur, Et un autre ficelant un ballot ." Sur le côté opposé : Un autre bas-relief représentant la réhabilitation de la mémoire de Jacques-Coeur tête de 1653 est fine et pensive. M. Préault a préféré lui donner un air de défi hautain ; le cou peut être assez simple, la figure complexe et [?] de Jacques Cœur ; c'est de la sculpture pittoresque , mais dans une mesure qu'on peut admettre, et l'esprit est, en somme, monumental. Cette figure, dont le corrections de détail. L’œuvre fera certainement honneur à M. Préault dont le talent original est connu de tout le monde. (...) »
    Illustration :
    "La statue de Jacques Coeur, à Bourges, inaugurée le 15 mai" (L'Illustration, n° 1891 du 31 mai Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec le monument faisant face au Palais Jacques-Coeur Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec le monument faisant face au Palais Jacques-Coeur Vue générale de la place Jacques-Coeur, avec l'ensemble des aménagements urbains autour du monument Vue arrière du monument, avec la façade du Palais Jacques Coeur en arrière-plan Vue du relief gauche du socle : scène d'intérieur, le départ en exil. IVR24_20121800903NUC4A Vue du relief droit du socle : scène d'extérieur, le départ en exil. IVR24_20121800904NUC4A
  • Fontgombault : église Saint-Jacques, verrières
    Fontgombault : église Saint-Jacques, verrières Fontgombault - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Jacques : Édifiée à la fin du 12e siècle, ou au début du 13e, ce dont témoigne l'abside en hémicycle et le choeur voûté en berceau brisé, cette église a été fortement restaurée vitraux : L'église Saint-Jacques de Fontgombault comporte une série de 6 verrières ornementales, sans date
    Titre courant :
    Fontgombault : église Saint-Jacques, verrières
    Illustration :
    Fontgombault, église Saint-Jacques, baie 0 : le saint Esprit. IVR24_20093603877NUCA Fontgombault, église Saint-Jacques, vue intérieure. IVR24_20093603876NUCA Fontgombault, église Saint-Jacques, baie 1 : verrière ornementale. IVR24_20093603878NUCA Fontgombault, église Saint-Jacques, baie 5 : saint Joseph. IVR24_20093603884NUCA Fontgombault, église Saint-Jacques, baie 6 : Notre-Dame des Victoires. IVR24_20093603885NUCA
  • Langé : église Saint-Jacques, verrières
    Langé : église Saint-Jacques, verrières Langé - Entraigues - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Historique :
    Église paroissiale Saint-Jacques : Cette église de style néo roman a été édifiée au lieu-dit rapprochés des productions de Dettviller et Tillier (Issoudun). Quatre autres baies, situées dans le transept
    Titre courant :
    Langé : église Saint-Jacques, verrières
    Illustration :
    Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 0 : l'Immaculée Conception et saint Jacques le Majeur Langé, verrières de l'église paroissiale Saint-Jacques. IVR24_20093601266NUCA Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 3 : sainte Anne. IVR24_20093601268NUCA Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 4 : saint François de Sales. IVR24_20093601269NUCA Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 5 : sainte Solange. IVR24_20093601270NUCA Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 6 : saint Aignan. IVR24_20093601271NUCA
  • Amboise : rue Jean-Jacques Rousseau
    Amboise : rue Jean-Jacques Rousseau Amboise - rue Jean-Jacques-Rousseau - en ville
    Historique :
    -1804), son nom alternait entre rue du Faisseau et rue Jean-Jacques Rousseau ; sous le Premier Empire La rue Jean-Jacques Rousseau changea d'appellation cinq fois : avant la Révolution, on l'appelait celui de rue Tripière. Elle acquit son nom actuel sous Louis-Philippe, le 23 août 1833. C'est une rue issue de la seconde enceinte urbaine. Elle se trouve dans le même cas de figure que la rue François Ier Tripière s'explique par le métier qui y était principalement pratiqué. Comme on le rencontre souvent dans récupérer le plus rapidement possible les matières premières.
    Localisation :
    Amboise - rue Jean-Jacques-Rousseau - en ville
    Titre courant :
    Amboise : rue Jean-Jacques Rousseau
    Illustration :
    Vue générale de la rue Jean-Jacques Rousseau à son intersection avec la rue Nationale
  • Tableau : portrait de Jacques Dubois ( 1478-1555)
    Tableau : portrait de Jacques Dubois ( 1478-1555) Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le tableau anonyme, provenant du collège de chirurgie de la ville d'Orléans, fut offert au 17e siècle par Pierre Létard (âgé de 36 ans). Jacques Dubois dit Jacobus Sylvius (1478-1555), médecin à Paris , fut également le traducteur et commentateur d'Hippocrate et de Galien. Il étudia également la
    Référence documentaire :
    [base de données en ligne]. Paris : Ministère de la culture et de la communication, 1997. Jacques Dubois
    Représentations :
    Portrait de Jacques Dubois. Le portrait du donateur, Pierre Létard, figure au milieu du tableau
    Description :
    Le cadre est en bois doré.
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Jacques Dubois ( 1478-1555)
    Dimension :
    h = 94 ; la = 62. Dimensions avec le cadre : h = 100 ; la = 68.
  • Tableau : portrait de Jacques Daléchamps ( 1513-1588)
    Tableau : portrait de Jacques Daléchamps ( 1513-1588) Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le tableau anonyme, provenant du collège de chirurgie de la ville d'Orléans, fut offert au 17e siècle par deux chirurgiens restés anonymes. Jacques Daléchamps (1513-1588) médecin, botaniste
    Référence documentaire :
    [base de données en ligne]. Paris : Ministère de la culture et de la communication, 1997. Jacques
    Représentations :
    Portrait de Jacques Daléchamps. Les portraits en médaillon des donateurs restés anonymes, figurent
    Description :
    Le cadre en bois doré date du 17e siècle.
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Jacques Daléchamps ( 1513-1588)
    Dimension :
    h = 94 ; la = 66,5. Dimensions avec le cadre : h = 99,5 ; la = 71,5.
  • Maison (7 rue Jean-Jacques Rousseau)
    Maison (7 rue Jean-Jacques Rousseau) Amboise - 7 rue Jean-Jacques-Rousseau - en ville
    Historique :
    Jean-Jacques Rousseau, notamment sur cette maison. Cette maison est la seule de la rue susceptible
    Description :
    Le plan de réalignement nous indique, conformément à l'analyse du bâti, que la façade donnant sur ; nous pouvons étudier la façade arrière, qui donne sur la cour et le comble. La façade sur cour est à pignon et sans encorbellement. Le rez-de-chaussée est très remanié mais le reste demeure en l'état. La sablières. On remarque le fort écartement des bois et l'absence quasi-totale d'écharpes. Au premier étage ouverture sans croisée et dont le volet intérieur est resté en place, perce le mur à gauche du poteau de la ferme. Le volet est constitué de simples planches à lames et son loquet est récent. À gauche du pignon , on aperçoit le mur gouttereau. Il présente la même structure en pan-de-bois mais le hourdis est en successifs. La pente du toit est de 50°. Le plan du comble au sol mesure environ 7,5 m par 9,5 m. La pignons, avec poteau sur chaque ferme reliant le faîte à l'entrait ; ce dernier recevait les solives qui étaient disposées perpendiculairement au pignon. Le plafond de l'étage inférieur se divisait donc en trois
    Localisation :
    Amboise - 7 rue Jean-Jacques-Rousseau - en ville
    Titre courant :
    Maison (7 rue Jean-Jacques Rousseau)
    Illustration :
    Vue générale du pignon sur cour, en pan-de-bois, du 7 rue Jean-Jacques Rousseau depuis l'hôtel de
  • Tableau : portrait de Jacques de Marques (1569-1622)
    Tableau : portrait de Jacques de Marques (1569-1622) Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur Inscription : Jacobus Demarque (en haut à droite). Inscription : AET. SVE 46 1654. (le troisième chiffre de la date est partiellement illisible, au-dessus de la tête de Jacques Constant père, en bas à gauche). Inscription : Jacobus Constant chirurgus aurelius filius cons. (autour de la tête de Jacques
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    Le tableau anonyme, provenant du collège de chirurgie de la ville d'Orléans, fut peint au 17e siècle et offert par les chirurgiens Jacques Constant père et fils. Jacques Constant père fut reçu chirurgien vers 1654. Jacques de Marques (1569-1622) fut chirurgien à Paris.
    Référence documentaire :
    LOUVEL, Georges. Étude sur Jacques de Marque, chirurgien, et analyse de ses ouvrages. Dijon [base de données en ligne]. Paris : Ministère de la culture et de la communication, 1997. Jacques de
    Représentations :
    Portrait de Jacques de Marques. Les portraits des donateurs, Jacques Constant père et fils
    Description :
    Le cadre est en bois doré.
    Auteur :
    [donateur] Constant Jacques père [donateur] Constant Jacques fils
    Titre courant :
    Tableau : portrait de Jacques de Marques (1569-1622)
    Dimension :
    h = 95,5 ; la = 66. Dimensions avec le cadre : h = 99 ; la = 72.
  • Bourges : maquette (tête disparue) de la statue de Jacques Coeur
    Bourges : maquette (tête disparue) de la statue de Jacques Coeur Bourges - - 4 rue des Arènes - en ville
    Inscriptions & marques :
    Devise et armoiries de Jacques Coeur.
    Historique :
    Il s'agit de la maquette pour le premier projet destiné à honorer la mémoire de Jacques Coeur 1875, et inauguré devant le palais Jacques Coeur à Bourges en 1879. , bien que plus abouti, a subi le même sort. Le monument est finalement exécuté par Auguste Préault en
    Représentations :
    Jacques Coeur est représenté en pied. Il tient un parchemin dans la main gauche, ses attributs sont posés au sol : ancre, ballot, caisse, livre. Le socle est orné de quadrilobes, et sur la face principale , de la devise et des armoiries de Jacques Coeur.
    Titre courant :
    Bourges : maquette (tête disparue) de la statue de Jacques Coeur
  • Bourges : maquette de la statue de Jacques Coeur
    Bourges : maquette de la statue de Jacques Coeur Bourges - 4 rue des Arènes - en ville
    Historique :
    Il s'agit de la maquette pour le second projet de monument destiné à honorer la mémoire de Jacques devant le palais Jacques-Coeur à Bourges en 1879. sont laissés sans suite. Le monument est finalement exécuté par Auguste Préault en 1875, et inauguré
    Représentations :
    Jacques Coeur est représenté en pied. Il tient un parchemin d'une main et de l'autre désigne les objets au sol : caisses, ballot, ancre. Le piédestal développe une riche ornementation gothique et est orné des armoiries de Bourges et de Jacques Coeur et de deux scènes de la vie de l'argentier.
    Titre courant :
    Bourges : maquette de la statue de Jacques Coeur
    Illustration :
    au-dessous : A JACQUES COEUR / LE BERRY RECONNAISSANT. IVR24_20131800187NUC4A Vue d'ensemble, avec le piédestal. IVR24_20131800186NUC4A Vue du piédestal. Face ornée de la scène de la réhabilitation de Jacques Coeur Vue du piédestal. Face ornée de deux personnages présentant les armoiries de Jacques Coeur
  • Collégiale Saint-Jacques (rue Denis Papin ; rue du Commerce)
    Collégiale Saint-Jacques (rue Denis Papin ; rue du Commerce) Blois - rue Denis Papin rue du Commerce - en ville - Cadastre : 1810 A 1205 1204
    Historique :
    Puits du Quartier. En 1695 le chapitre Saint-Jacques est transféré à la cathédrale Saint-Louis et La collégiale est fondée en 1366 par le comte de Blois Louis de Chatillon ; la première église dont travaux de restauration sont effectués durant le premier quart du 16e siècle, dont une chapelle et une relèvera jamais de ce désastre. Dès le début du 17e siècle le cimetière désaffecté devient la place du
    Référence documentaire :
    LESUEUR, F. Saint-Jacques. Congrès Archéologique de France, 88e session tenue à Blois, 1925, p. 149 chapitre de la cathédrale ; mense de Saint Jacques.
    Titre courant :
    Collégiale Saint-Jacques (rue Denis Papin ; rue du Commerce)
    Vocables :
    Saint-Jacques
    Illustration :
    Collégiale Saint Jacques (détruite) : vue de l'église et de ses abords dans la seconde moitié du Collégiale Saint Jacques (détruite) : mur sud de la nef. Vestiges, piliers et grandes arcades Collégiale Saint Jacques (détruite) : mur ouest de la nef. Vestiges arcades superposées Collégiale Saint Jacques (détruite) : fontaine Saint Jacques (adossée au mur nord de la nef
  • Bourges : esquisse de la statue de Jacques Coeur
    Bourges : esquisse de la statue de Jacques Coeur Bourges - - 4 rue des Arènes - en ville
    Inscriptions & marques :
    JACQUES-COEUR (sur la face avant de la plinthe).
    Historique :
    Esquisse pour le monument destiné à honorer la mémoire de Jacques Coeur, l'argentier de Charles VII intérieur puis finalement inauguré devant le palais Jacques Coeur le 15 mai 1879 où il se trouve toujours , à Bourges. Le monument est exécuté en 1875 par Auguste Préault, placé dans un premier temps en daté de 1858, confié au même artiste, bien que plus abouti, avait subi le même sort.
    Représentations :
    Jacques Coeur est représenté en pied, drapé dans un ample manteau et coiffé d'un turban. De la main
    Titre courant :
    Bourges : esquisse de la statue de Jacques Coeur
  • Maison dite cour Saint-Jacques (80 rue du Commerce)
    Maison dite cour Saint-Jacques (80 rue du Commerce) Blois - 80 rue du Commerce - en ville - Cadastre : 1980 DN 196 186 187 185 197
    Historique :
    L'appellation Cour Saint-Jacques ne semble pas être antérieure au 19e siècle ; selon la tradition locale les bâtiments de cette parcelle abritaient l'hospice Saint-Jacques ; la collégiale du même nom . Autour de la cour, les bâtiments ouest et nord datent du 15e siècle ainsi que le passage latéral voûté  ; le bâtiment sur rue a été totalement reconstruit lors des plans d'alignement des années 1820.
    Titre courant :
    Maison dite cour Saint-Jacques (80 rue du Commerce)
    Appellations :
    dite Cour Saint Jacques
  • Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée Jacques Cœur
    Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée Jacques Cœur Bourges - 108 rue Jean Baffier - en ville
    Historique :
    En l’état du repérage partiel réalisé et en attente d’un recensement exhaustif, le Lycée Jacques élément décoratif prenant place dans le bâtiment restauré et une rosace dans la chapelle.
    Titre courant :
    Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée Jacques Cœur
  • Les mobiliers culturels du Lycée Jacques de Vaucanson
    Les mobiliers culturels du Lycée Jacques de Vaucanson Tours - 1 rue Védrines - en ville
    Historique :
    Aucun mobilier culturel n'a été repéré dans le Lycée Jacques de Vaucanson. Toutefois quelques
    Titre courant :
    Les mobiliers culturels du Lycée Jacques de Vaucanson
1 2 3 4 37 Suivant