Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 70 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Livre liturgique : manuel de Tours
    Livre liturgique : manuel de Tours Villedômer
    Inscriptions & marques :
    ". ("Manuel à l'usage de Tours, édité en 1786, par Louis Marie François Legier, imprimeur des Archevêques de . Legier, DD. Archiepiscopi Turonensis Typographi, Via Majori. M.DCC.LXXXVI. Cum privilegio regis Joachim François Mamert de Conzié, Archevêque de Tours. Avec privilège du Roi" ; sur la première page
    Historique :
    , archevêque de Tours, par Louis Marie François Legier, imprimeur de l'archevêque, Grande Rue à Tours, en 1786. Manuel à l'usage de Tours, imprimé, sous l'épiscopat de Joachim-François-Mamert de Conzié
    Auteur :
    [imprimeur-éditeur] Legier Louis François Marie
  • Livre de chant
    Livre de chant Villedômer
    Historique :
    Recueil imprimé par Louis Marie François Legier, imprimeur de l'archevêque, Grande Rue, près de
    Auteur :
    [imprimeur-éditeur] Legier Louis François Marie
  • 3 verrières figurant Notre-Dame des Victoires, sainte Marie-Madeleine et saint François-Xavier
    3 verrières figurant Notre-Dame des Victoires, sainte Marie-Madeleine et saint François-Xavier Vijon - en village
    Historique :
    Vijon par Louis-Victor Gesta dans la seconde moitié du 19e siècle.
    Représentations :
    saint François-Xavier sainte Marie Madeleine
    Description :
    d'architecture. Sont ainsi figurés Notre-Dame des Victoires, sainte Marie-Madeleine et saint François-Xavier.
    Auteur :
    [] Gesta Louis-Victor
    Titre courant :
    3 verrières figurant Notre-Dame des Victoires, sainte Marie-Madeleine et saint François-Xavier
    États conservations :
    Grisailles partiellement altérées, visage de sainte Marie-Madeleine refait.
    Illustration :
    Vijon, église Saint-Martin, baie 3 : sainte Marie-Madeleine. IVR24_20093604435NUCA Vijon, église Saint-Martin, baie 6 : saint François-Xavier. IVR24_20093604436NUCA
  • Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture (place de la République)
    Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture (place de la République) Blois - place de la République - en ville - Cadastre : 1980 DP 534, 217
    Historique :
    1647, est consacrée en 1648 ; elle est agrandie en 1688 par une chapelle annexe dédiée à Saint-François
    Référence documentaire :
    Archives départementale d'Indre-et-Loire. Série 3F : n° 215. La Visitation Sainte-Marie de Blois p. 588 BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. MARTIN-DEMEZIL, J. La Visitation Sainte-Marie de Blois. Mémoires de la société des Sciences et REBSOMEN, A. Histoire du monastère de la Visitation Sainte-Marie de Blois. Manuscrit dactilographié NOTTER, Marie-Thérèse. Les ordres religieux féminins à Blois, leurs rapports avec la société (1580
    Titre courant :
    Couvent de visitandines Sainte-Marie, actuellement hôtel du département et préfecture (place de la
    Vocables :
    Sainte-Marie
  • Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne
    Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne La Riche - - Rue Saint-François - en ville
    Référence documentaire :
    - 11 février 1979. Réd. Véronique Miltgen, Marie-Noëlle Pinot de Villechenon, Bernard Toulier. Tours
    Localisation :
    La Riche - - Rue Saint-François - en ville
    Titre courant :
    Voie navigable (détruite), dite canal Louis XI, canal de Sainte-Anne et ruau Sainte-Anne
    Texte libre :
    . Aussi appelé canal Louis XI, il a été aménagé au XVe siècle et supprimé vers 1777. Des projets de
  • Blois (Loir-et-Cher) : cathédrale Saint-Louis, 33 verrières de Jan Dibbets et Jean Mauret
    Blois (Loir-et-Cher) : cathédrale Saint-Louis, 33 verrières de Jan Dibbets et Jean Mauret Blois - rue Porte Clos-Haut - en ville
    Référence documentaire :
    p. 96-101. BERGATTO, Lionel. Blois cathédrale Saint-Louis Jan Dibbets. In : LAGIER, Jean-François -Marie, HILLAIRE, Norbert (dir.). Architectures de lumière - vitraux d'artistes 1975-2000. Paris p. 124-129 LANGRENE, Christelle. Blois cathédrale Saint-Louis, Jan Dibbets 1992-2000, de l'espace VERRIER, Philippe, DUPONT, Dominique. Cathédrale Saint-Louis, Blois, création, restauration. Paris
    Description :
    placés dans les baies hautes et basses de la nef de la cathédrale Saint-Louis de Blois. Au nord 7 baies , Saint Louis … On observe que les baies hautes sont presque toutes égayées par l’ajout de nombreux
    Titre courant :
    Blois (Loir-et-Cher) : cathédrale Saint-Louis, 33 verrières de Jan Dibbets et Jean Mauret
    Annexe :
    l’Espérance chrétienne, Hébreux 6/19) Baie 115 : SAINT LOUIS (Saint patron de la cathédrale) Baie 113 : SAINT PAUL (Apôtre) Baie 111 : L’AVE MARIA ET LES BLEUETS (Je vous salue Marie, les 7 bleuets rappellent la
    Illustration :
    Marie, les 7 bleuets rappellent la couleur traditionnelle de la Vierge). Reproduction d'une photographie - 2000. L’AVE MARIA ET LES BLEUETS (Je vous salue Marie, les 7 bleuets rappellent la couleur - 2000. SAINT LOUIS (Saint patron de la cathédrale). Centre national des arts plastiques. Inv FNAC 92123 salue Marie, les 7 bleuets rappellent la couleur traditionnelle de la Vierge). IVR24_20174100024NUCA Vue d'ensemble de la baie haute 115 (nef nord), 1992 - 2000. SAINT LOUIS (Saint patron de la
  • Ville : château fort (rue du château)
    Ville : château fort (rue du château) Château-Renault - rue du château - en ville - Cadastre : 1835 B 172 1835 B 173 1835 B 176 1835 B 186 1835 B 187 2014 AD 14 2014 AD 16 2014 AD 19 2014 AD 24 2014 AD 26 2014 AD 27 2014 AD 28 2014 AD 29
    Historique :
    Rousselet, à laquelle appartient François-Louis Rousselet (1637-1716) vice-amiral de la marine royale et , et Marie Catherine Louise d'Estaing, épouse de Charles Belland. En 1822, le château passe par Château-Renault à Louis de France, duc de Touraine et d'Orléans, frère de Charles VI. Son fils, Charles passe par mariage dans la famille d'Estaing. Le château est ensuite la propriété des filles de Marie Sophie Rousselet et de Charles Henri d'Estaing : Sophie Gabrielle d'Estaing, épouse de Louis de Barrairon
    Auteur :
    [propriétaire] Rousselet François Louis
  • Amboise : jardin d'agrément du château
    Amboise : jardin d'agrément du château Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    Lorans et Serge François en 1993. La documentation est donc lacunaire. Nous ne connaissons pas les les fossés pour Roger Ducos. Vers 1840, Louis-Philippe transforme les réalisations antérieures par un décision du Comte de Paris, président de la Fondation Saint-Louis qui gère dorénavant le site. A partir de 1994, Jean-Louis Sureau, conservateur du château d’Amboise, inaugure une réhabilitation des jardins en
    Référence documentaire :
    Archives nationales ; KK 289/2. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1517-1518. Archives nationales ; KK 289/1. Compte de l'argenterie du roi François Ier. 1517-1518. LUCINGE, Françoise de. Premier inventaire des parcs et jardins en région Centre : jardin du château . [dossier]. LUCINGE, Françoise de. Premier inventaire des parcs et jardins en région Centre : jardin du Fondation Saint-Louis, château d'Amboise. Compte de construction du château d'Amboise, tenu par Château d'Amboise, plan de 1708. Rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis XI BELBENOIT, Vincent, LORANS, Élisabeth, FRANCOIS, Serge. La terrasse est du château d'Amboise (Indre BOUDON, Françoise, BLECON, Jean, collab. GRODECKI, Catherine. Le château de Fontainebleau de François Ier à Henri IV, les bâtiments et leurs fonctions. Paris, 1998. BOUDON, Françoise. Jardin d'eau et jardins de pente dans la France de la Renaissance. In
    Représentations :
    porc-épic de Louis XII
    Statut :
    propriété privée La Fondation Saint-Louis est une institution reconnue d’utilité publique pour
    Description :
    l'arrivée du jardinier, en témoignent certaines parties du compte de construction de 1495-1496. Louis XII porte qui semble avoir été redécouverte en 1832. Elle est surmontée du porc-épic de Louis XII, et les anciens auteurs ont sans doute attribué le jardin à Louis XII à cause de cet emblème. Il est donc impossible de connaître la part de création revenant à Charles VIII et celle appartenant à Louis XII. On Charles VIII et Louis XII, et donc que sa conversion en logis canonial soit postérieure au départ tournée sur le jardin, parfaitement ordonnancée, daterait des travaux de François Ier (1515-1547) dans les Cerceau est valable, le logis aurait donc été achevé pour François Ier, voire rhabillé sous Henri II (1547 surmontée du porc-épic de Louis XII ceint d'une frise renaissante, donnait accès à une terrasse haute à
    Auteur :
    [auteur commanditaire] de Bourbon Louis-Jean-Marie
    Annexe :
    Gaugain, chercheur à l'université François Rabelais de Tours a réalisé ses recherches dans le cadre de son fragment de compte daté de l'année 1501 livre quelques informations sur les travaux réalisés par Louis XII ainsi dédommagé en 1496 : - Fondation Saint-Louis, compte de construction du château d'Amboise pour 1495-1496 (Fondation Saint-Louis, compte de construction du château d'Amboise pour l'année 1495-1496, f
    Texte libre :
    sur la terrasse nord face à la façade Louis XII. Respectant la structure originelle historique, cette
    Illustration :
    Plan du château de 1708 (AN, O² 1903) : rez-de-chaussée des logis des Sept Vertus et dit de Louis
  • 6 verrières mixtes
    6 verrières mixtes Crozon-sur-Vauvre - en village
    Représentations :
    saint François saint Louis de Gonzague
    Description :
    Sacré-Coeur de Jésus, saint Jacques, le Sacré-Coeur de Marie, saint François d'Assise, saint Joseph à l'Enfant et saint Louis de Gonzague.
    Illustration :
    Crozon-sur-Vauvre, église Saint-Germain, baie 9 : le Sacré-Coeur de Marie. IVR24_20093604115NUCA Crozon-sur-Vauvre, église Saint-Germain, baie 10 : saint François. IVR24_20093604116NUCA Crozon-sur-Vauvre, église Saint-Germain, baie 12 : saint Louis de Gonzague. IVR24_20093604118NUCA
  • La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne
    La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne Nogent-le-Rotrou
    Historique :
    propriété des Ducs de Condé sous le nom d'"Anghien-le-François" et des ducs de Sully sous le nom de "Nogent
    Référence documentaire :
    DECAENS, Joseph. La construction du comté du Perche. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman FLAMBARD-HERICHER, Anne-Marie, ETTEL, P. Fortifications de terre et résidences en Normandie. In FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre d'histoire morphologiques. Tours : Presses universitaires François-Rabelais, Maison des sciences de l'homme "villes et architecturales et morphologiques. Thèse de doctorat : Histoire de l'art : Tours, Université François Rabelais SIGURET, Philippe. Les Rotrou au temps des croisades. In : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman , Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le-Rotrou] : [Musée LOUISE, Gérard. La seigneurie de Bellême (Xe-XIIe siècle), le Pays Bas-Normand. Revue trimestrielle RUC, Marie-Cécile, PENNA Bruno. Aizier, chapelle de léproserie. L’Archéologue, Carnets de Fouilles : LECUYER-CHAMPAGNE, Françoise. Le roman des Nogentais : des origines à la guerre de Cent Ans. [Nogent-le
    Appellations :
    Enghien-le-François
  • Jardin de Beaune-Semblançay
    Jardin de Beaune-Semblançay Tours - Quartier sinistré nord - jardin de Beaune-Semblançay - en ville - Cadastre : 2010 DY 187
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Contributeur :
    Fourchet Marie-Luce
    Référence documentaire :
    François-Rabelais de Tours : 2004.
    Annexe :
    -François-de-Paule, convertie en cinéma, s'aperçoit aussi, derrière une cloison qui l'a heureusement classique, elle se tient dans la plus juste mesure entre l'art dit Louis XV et l'art dit Louis XVI". Cette
  • Entrée de ville monumentale
    Entrée de ville monumentale Tours - Quartier sinistré nord - place Anatole-France rue Nationale rue du Commerce rue Colbert - en ville - Cadastre : 2010 CD 2 2010 DY 197, 198, 200 à 204, 222 à 225, 228 à 239, 300 2010 DZ 8 à 29, 78 à 84, 357, 358
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Contributeur :
    Fourchet Marie-Luce
    Référence documentaire :
    Tirage : esquisse, [1948]. Par [Madeline, Louis (architecte)]. (archives municipales de Tours, 149 Tirage : esquisse, [1948]. Par [Madeline, Louis (architecte)]. (archives municipales de Tours, 149 [Esquisse de l'entrée nord] / [Louis Madeline]. [1948]. 2 tirages : élévations perspective (AC
  • Îlot S
    Îlot S Tours - Quartier sinistré nord - rue des Halles rue de Jérusalem rue Richelieu rue Baleschoux - en ville - Cadastre : 2010 DZ 249 à 255, 257, 333
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Contributeur :
    Fourchet Marie-Luce
    Référence documentaire :
    p. 41-42 BAUDIMENT, Louis. Communication. Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1944
  • Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours La Riche - Saint-François - en écart
    Historique :
    Fondé en 1489 par Saint-François-de-Paul, avec l'aide de Louis XI et de son fils Charles VIII sur siècle. Saint-François-de-Paul fondateur de l'ordre mendiant des Minimes est décédé au couvent du
    Référence documentaire :
    GUIOT, Thibaut, CREUSILLET, Marie-France. Résultats des fouilles de la "Z.A.C. des Minimes" à La Veüe du couvent des Pères Minimes du Plessis lez Tours, dessiné du costé de l'entrée. Par Louis . [Aquarelle ; 32,7 x 29 cm, de Louis Boudan], collectionneur : Gaignières, Roger de (1642-1715). (Bibliothèque
    Précisions sur la protection :
    La chapelle néo-gothique édifiée au-dessus du tombeau de Saint-François de Paule ; le bâtiment compris ce mur (cad. AS 85, 86, 141, 240, lieudit Saint-François) : inscription par arrêté du 30 mai 2007.
    Auteur :
    [personnage célèbre, habitant célèbre] Saint-François-de-Paule
    Localisation :
    La Riche - Saint-François - en écart
  • Château de Chaumont-sur-Loire
    Château de Chaumont-sur-Loire Chaumont-sur-Loire - Cadastre : 1809 A1 847 cadastre napoléonien 2017 AE 119
    Contributeur :
    Contributeur Férault Marie-Agnès
    Historique :
    sur ordre de Louis XI en représailles contre Pierre d'Amboise, la forteresse est rebâtie une première chapelle où apparaissent des éléments italianisants propres à la Renaissance. Louis XII et Anne de Bretagne La Morandière dans le style néo-Louis XII. Ce sont surtout le prince et la princesse Henri-Amédée de
    Référence documentaire :
    BOSSEBOEUF, Louis-Auguste. Le château de Chaumont dans l’histoire et les arts. Tours : Alfred Mame FERAULT, Marie-Agnès. Chaumont-sur-loire, un château, un bourg. Lyon : Lieux-dits, 2011. (Images du GÉBELIN, François. Les châteaux de la Loire. 3e éd. rev. Paris : Alpina, 1957. LORAIN, Jean-Marie. Les ponts sur la Loire entre Onzain et Chaumont (1858-1940). Bulletin du groupe LORAIN, Jean-Marie. Les ponts sur la Loire entre Onzain et Chaumont (1858-1940). Bulletin du groupe
    Représentations :
    armoiries blason monogramme phylactère porc-épic de Louis XII hermine feuillage couronne accolade
    Description :
    celui édifié dans l'aile François Ier du château de Blois. L'aile ouest est également pourvue d'un
    Auteur :
    [architecte] Boille Louis Marie Marcel [commanditaire] De Broglie Marie-Charlotte-Constance
    Annexe :
    château de Chaumont-sur-Loire et de son domaine en faisant la synthèse des travaux de Marie-Agnès Férault siècle. L'entrée est quant à elle surmontée des armes de France avec le monogramme de Louis XII et d'Anne l’extrémité est ornée d’une sculpture représentant un cygne percé de flèches, emblème commun à Louise de escalier de l’aile François Ier du château de Blois. Deux travées s’ouvrent sur la cour et l’une d’entre -Amboise à Louis XII. Le linteau de la porte la plus au sud du rez-de-chaussée de l'aile est est orné d'un d'ardoise en référence au style Louis XII. A l'inverse, celles remaniées par Sanson sont faites d'un l’escalier de l’aile François Ier de Blois. Le garde-corps du dernier palier reprend néanmoins des remplages " de Louis XII et "A" d’Anne de Bretagne) ornés de motifs végétaux (iris, œillets, bleuets et glaïeuls ), du duc de Bretagne et de Louis XII. Chacun des huit voûtains comporte ainsi l'un de ces motifs respectivement inscrits : "pietate et justitia" et "Anna regina") et, à gauche, ceux de Louis XII (un porc-épic
    Illustration :
    Aile est. Façade sur cour : armoiries parlantes de Louis XII (porc-épic). IVR24_20084100668NUC2A François Ier du château de Blois. IVR24_20094100139NUC2A Tour d'Amboise. Décor peint dans l'embrasure de la fenêtre : porc-épic de Louis XII, devises sur Tour d'Amboise. Décor peint sur le pafond du premier étage : armoiries couronnées de Louis XII Aile ouest. Porte de l'escalier Louis XI situé dans l'angle sud-ouest de la cour
  • Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte)
    Hôtel dit Maison du Chapitre, groupe scolaire dit institution Delfeuille, actuellement maison dite l'association des dames institutrices (2 rue Bourg-le-Comte) Nogent-le-Rotrou - 2 rue Bourg-le-Comte - en ville
    Historique :
    , Marguerite de Gaubert, avant d'être transmise à leur fille, Marie Lefranc, et son mari, François de Fegues , puis sa fille, Louise Hubert, en 1648. Néanmoins, les origines de l'édifice remontent à la deuxième
    Référence documentaire :
    p.17 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre
    Auteur :
    [propriétaire] Lefranc Marie [propriétaire] Fegues de François [propriétaire] Hubert Louise
    Annexe :
    viantais et de damoyselle marie lefranc son espouze qui estoit fille dudict sieur de soulars et de
    Texte libre :
    appartenait à François de Fegues, écuyer et sieur du grand et petit Viantais, ainsi qu’à sa femme Marie pour avoir été bailli d’Enghien-le-François (Nogent-le-Rotrou), conseiller du roi et lieutenant de propriétaire de l’édifice est Louise Hubert, veuve du sieur de Villeroussien et fille de Denys Hubert. Le
  • Manoir (La Rabaterie)
    Manoir (La Rabaterie) La Riche - Rabaterie (la) - Rue Saint-François - en ville
    Historique :
    deuxième moitié du 15e siècle. Il aurait appartenu au conseiller du roi Louis XI Olivier de Neckere dit Le
    Référence documentaire :
    11. PLESSIS-LES-TOURS (Indre-et-Loire). Habitation d'Olivier-le-Daim, Barbier de Louis XI. Carte ROUGÉ, Jacques-Marie. Vieilles demeures tourangelles. Châteaux, gentilhommières, manoirs. Tours
    Localisation :
    La Riche - Rabaterie (la) - Rue Saint-François - en ville
  • Château de Blois (place du Château)
    Château de Blois (place du Château) Blois - place du Château - en ville - Cadastre : 1980 DN 414
    Historique :
    château à la ville ; 1845, 1855 : restauration des bâtiments de Louis XII et de François Ier ; 1866 de Louis XII, bâtiments est et sud, chapelle Saint Calais, galerie du bâtiment ouest, aménagement des jardins. 1515, 1524 : constructions de François 1er, bâtiment sur la cour, puis bâtiment des loges campagne de restauration des parties hautes du bâtiment de François 1er, restauration de l'aile Gaston
    Référence documentaire :
    costé de l'avant-cour. Face du bastiment de Louis XII du costé de la cour. Veüe du bastiment de François BERGEVIN, Anatole et DUPRE, Louis. Histoire de Blois. Blois : Dezairs, 1846-1847, 2 vol. BRAHAM, A. et SMITH, P. François Mansart. Londres : Zwemmer, 1972. CHATENET, M. Les logis royaux de Louis XII. In [Catalogue d'exposition Château et Musée de Blois COSPEREC, Annie. Une nouvelle chronologie de l'aile François Ier à Blois. Bulletin monumental, 1993 p. 170-173 COSPEREC, Annie. Le 'Grand dessein' pour le château de Blois. In : François Mansart, le COSPEREC, Annie. Le nouveau château de Blois, 1635-1638. In : François Mansart, le génie de GEBELIN, François. Les châteaux de la Renaissance. Paris : Les Beaux-Arts, Éditions d'études et de GEBELIN, François. Les châteaux de la Loire. Paris : Alpina, 1967. GUILLAUME, Jean. Les logis royaux, règne de François Ier. In [Catalogue d'exposition Château et
    Représentations :
    Statue équestre de louis XII ; emblèmes de louis XII ; françois ier ; anne de bretagne ; claude de
    Auteur :
    [architecte] Mansart François
    Illustration :
    Façades sur cour (ailes Louis XII et François Ier). (état avant restauration). IVR24_19924100163X Façades sur cour (ailes Louis XII et François Ier). (état avant restauration). IVR24_19924100158X Plan d'ensemble schématique du château et des jardins au début du XVIe siècle, à la mort de Louis Plan au niveau du rez-de-chaussée établi par le corps royal du Génie. Détails : bâtiments de Louis Plan au niveau du rez-de-chaussée établi par le corps royal du Génie. Détail : bâtiment de Louis Plan au niveau du rez-de-chaussée établi par le corps royal du Génie. Détail : bâtiment de François Plan au niveau du 3ème étage avec retombes pour l'étage de comble du bâtiment de Louis XII et l'étage en galetas du bâtiment de François 1er. IVR24_19884101142Z Plan au niveau du 4ème étage avec retombe pour l'étage de comble du bâtiment de François 1er Constructions de François Ier. Bâtiment des loges. IVR24_19924100171XA
  • Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust)
    Hôtel du Soleil d'Or, actuellement garage de réparation automobile et maison (1 rue Giroust) Nogent-le-Rotrou - 1 rue Giroust - en ville
    Historique :
    nom après que des gardes de Marie de Médicis, qui portaient des cuirasses ornées d'un soleil doré travaux. En effet, un bail de 1578 le mentionne déjà. Un autre bail de 1648 mentionne Louis-Julien Dupin
    Référence documentaire :
    AD Eure-et-Loir. Série B : 2723. Procès entre François Vasseur, et François Dupin, maitre de la p.238 FRET, Louis-Joseph. Antiquités et chroniques percheronnes. Volume III. Paris : Le Livre
    Auteur :
    [propriétaire] Dupin Louis-Julien
    Texte libre :
    . Il aurait pris son nom suite à l’hébergement des gardes de Marie de Médicis lors de son passage à comme l’auberge de la Fleur de Lys. Son propriétaire, Louis-Julien Dupin (sieur de la Fleur de Lys), est opposant le Baron de Nogent, François de Béthune, à l’Abbaye des Clairets quant à la perception des droits l’inventaire sommaire des archives départementales d’Eure-et-Loir. Julien Dupin, le père présumé de Louis grand chemin près de la croix de Margon. Il exerce la profession d’avocat. François Dupin, fils ou petit fils présumé de Louis-Julien, est cité dans un procès en 1695, il exerce la fonction de maître des
  • Verrière représentant la Vie de la Vierge
    Verrière représentant la Vie de la Vierge Fontgombault - Fontgombault - en écart
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le donateur : "A N.-D. de Fontgombault François-Marie Taillepied / de Bondy . Son épouse Esther-Félicité-Louise Seillière. / Lionel de Bondy Olivier de Bondy leurs enfants
    Historique :
    Bourges, offerte en 1857 par François-Marie Taillepied de Bondy, futur député de l'Indre, et sa famille
1 2 3 4 Suivant