Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Gien (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Gien (Loiret) Gien
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    des produits finis pour la manufacture de faïence augmente très rapidement : en 1854, plus des 9/10e La rive droite de la Loire à Gien abritait plusieurs ports aux 17e et 18e siècles : le "port des à l'actuelle place des Alliés (quai Joffre), le port de la Poterne situé quai Lenoir et le petit port de laTour placé quai Lestrade en face de l'actuelle rue de la Porte du Champs. En 1767 , l'ingénieur des turcies et levées, de Régemortes, projette d'établir un quai rive droite. L'ouvrage proposé doit à la fois servir de grande route (Paris/Bourges et Orléans/Bourgogne) et de levée pour empêcher le bas de la ville de Gien d'être inondé. Un plan des terrains est levé en 1772 mais la quantité des maisons à dédommager empêche de poursuivre le travail. Durant les années suivantes, il y a défense de bâtir à cet endroit et même de consolider les maisons existantes. A cette époque, la Loire bat le pied projet de quai sur la rive droite n'aboutira qu'au début du 19e siècle (1824-1828). A Gien, le commerce
    Référence documentaire :
    Carte de la Loire, 1850, ech. 1/20 000e. Par Coumes (ingénieur). (archives nationales, F 14 6641 , vers 1755. (bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Ge FF 17578 (res)). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, Ech. De 400 toises, vers 1760. (archives nationales, F 14 1199). (cf Encre et aquarelle sur papier, Ech. De 400 toises, vers 1760. (archives nationales, F 14 1199). (cf ). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, Ech. 400 toises. (archives nationales, site de Paris, F 14 1199 Encre et aquarelle sur papier, Ech. 400 toises, 144 x 57,5 cm. (archives nationales, site de Paris Encre et aquarelle sur papier, Ech. 100 toises, 82 x 37,5 cm. (archives nationales, site de Paris AD Loiret, 2 S 53. Lettre des gérants de la manufacture de faïence de Gien au préfet du Loiret Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1/5000e. Par Navarre (ingénieur). (archives nationales, CP F 14
    Description :
    Les structures portuaires de la ville de Gien se composent actuellement de 5 modules : l'ancien aval du pont, le port au Bois situé rive droite en amont du pont, les quais de Gien implantés rive droite de part et d'autre du pont et le port de la Faïencerie situé rive droite en aval du pont.
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Gien (Loiret)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Plan de la ville levé en 1727-1730 par le sieur Matthieu. (école nationale des Ponts-et-Chaussées . (bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Ge FF 17578 (res)). IVR24_20114501134NUCA : section de mur en ruine. (archives nationales, site de Paris, F 14 1199). IVR24_20084500771NUCA Cours de la Loire, XVIIIe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/4, dossier 4, pièce 5 Cours de la Loire, rive droite, XVIIIe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/4, dossier 4 Carte de la Loire, rive droite, non daté (XVIIIe siècle), détail. (archives nationales, site de Carte de la Loire, rive droite, non datée (XVIIIe siècle), détail. (archives nationales, site de Cours de la Loire, rive gauche, XVIIIe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/4, dossier 4 Plan du cours de la Loire, 2ème quart du XIXe siècle. (archives nationales, CP F 14 10066/1 Plan du cours de la Loire par l'ingénieur Navarre, 11 février 1834, détail. (archives nationales
  • Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée professionnel Saint-Euverte Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Genre :
    de chanoines de la congrégation de Saint-Victor de chanoines réguliers de saint Augustin
    Historique :
    manufacture de coton. En 1822, l'église est remise à la fabrique de la cathédrale Sainte-Croix ; elle est dominant la Loire, au nord-est des remparts de la cité Cenabum, dans lequel les restes de saint Euverte , quatrième évêque d'Orléans, auraient été conservés. Peu à peu, le site devient un lieu de culte organisé autour de ces reliques. Au début du 9e siècle, la première église Saint-Euverte est construite, et ensuite en corps canonial nommé religieux de Saint-Euverte dirigé par un "abbé de Saint-Euverte", puis au 12e siècle par des chanoines réguliers de Saint-Victor. Après sa destruction par un incendie qui ravage également la ville, l'église actuelle est reconstruite en 1168, sous la direction de l'abbé Étienne de Tournai (1128-1203), et devient collégiale. Située dans un faubourg, donc hors les murs, elle est volontairement détruite à plusieurs reprises pendant la guerre de Cent Ans. Elle est en partie reconstruite entre 1513 à 1527 puis, après une nouvelle destruction pendant les Guerres de Religion, est
    Référence documentaire :
    Plan de la ville/dressé par l'ingénieur Frimot. Calque, 1835. (Archives Nationales. F/14/10252/6/2). . (Bibliothèque nationale de France, cartes et plans, GE C.3728). . (Bibliothèque nationale de France, cartes et plans. GE D.5401). Archives nationales ; G/8/734. Abbaye Saint-Euverte. Transcriptions de titres concernant les Carte du cours de Loire dans l'étendue de l'élection d'Orléans jusqu'au dessus de Sully. Papier , plume et lavis. 1660-1670. (Archives Nationales. Cartes et plans, F/14/10066-3). Plan de la ville d'Orléans / Chabbert. Orléans : Alphonse Gatineau, 1867. (Bibliothèque Municipale Plan pittoresque de la ville d'Orléans en 1836/ par Charles pensée, imprimé par A. Gatineau Plan figuré d'Orléans (Guide des amateurs de monuments anciens) /par Charles Pensée en 1843 Ville d'Orléans - partie du plan d'alignement. Papier calque contrecollé sur papier, encre de chine
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Le décor très simple est conforme à l'austérité de l'ordre de saint Augustin. Ensemble de cinq cloches déposées dans la cour d'honneur, dont deux portent des dédicaces, de bas en haut : cloche a un battant, portant la dédicace : SAINT EUVERTE, PRIEZ POUR NOUS (en haut de la robe) ; BOLLEE ET SES FILS FONDEURS DE CLOCHES A ORLEANS 1868 (en bas de la robe) - cloche dépourvue de battant, portant la dédicace : LOUIS BOLLEE ET SES FILS FONDEURS A ORLEANS (en haut de la robe) ; PENSIONNAT SAINT EUVERTE A ORLEANS 1950 (en bas de la robe).
    Description :
    L'abbatiale en maçonnerie de pierre de taille, adopte un plan en croix latine qui semble être celui de sept travées et d'un transept flanqué à l'est de quatre chapelles (deux dans chaque bras). La polygonal, le porche de plan barlong. La façade occidentale est précédée d'un clocher de plan barlong à est construit en pierre d'Apremont, de même l'était le dôme qui fut démonté en 1988. La charpente du chœur de l'église, datant du dernier tiers du 16e siècle ou de la première moitié du 17e siècle , comporte une ferme (la plus orientale) de l'ancienne abside à entrait retroussé moisé, permettant de consolider la structure de l'ensemble. Le portail qui donne accès à la nef, contemporain de la tour, est fortement désaxé en raison de la saillie de la tour. Les bâtiments conventuels construits au 18e siècle autour du cloître se composent de deux corps formant un L : un petit corps en prolongement du bras sud du
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Orléans - 28 rue de l'Ételon - en ville - Cadastre : 1981 BN 354
    Titre courant :
    Abbaye Saint-Euverte, puis fabrique de salpêtre, filature de coton, actuellement lycée
    Annexe :
    de la Manufacture et englobe le carrefour Bourgogne, jusqu'au faubourg Bourgogne. Des chambres pour l'installation dans les locaux d'une manufacture de coton. L'arrêté exécutoire est signé par le translation de la manufacture de basins et de toiles de coton blanches" établie dans la partie non utilisée l'établissement de la manufacture". En janvier 1807, autorisation est accordée par le comte de Rocheplatte, maire terrain occupé actuellement par l'établissement est dédié à une nécropole qui s'étend au moins de la rue l'enceinte du jardin en vue de l'établissement d'une filature de coton dans les bâtiments, puis en 1829 nord-est des remparts de la cité Cenabum, dans lequel les restes de saint Euverte, quatrième évêque d'Orléans au 4e siècle, auraient été conservés jusqu'à l'invasion normande de 866. Cet oratoire, connu sous le nom de chapelle Sainte-Marie-du-Mont (Sancta Maria in agro Tetradii), devient rapidement un important lieu de dévotion, saint Euverte étant réputé réaliser de nombreux miracles. Les fouilles menées en
    Illustration :
    Abbaye Saint-Euverte, au milieu à droite (n° 24) sur le "Plan et profil au naturel de la ville Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite sur un plan de la ville d'Orléans dessiné et gravé par Charles Inselin (1673-après 1715), daté de la fin du 17e siècle. IVR24_19764500222X Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite (n° 47) sur un profil de la ville d'Orléans daté de la fin du Abbaye Saint-Euverte, en bas à droite sur un plan d'Orléans dessé en 1705 par Nicolas de Fer Abbaye saint-Euverte, en bas à droite sur le "Nouveau plan de la ville d'Orléans", plan en Abbaye saint-Euverte, en haut à droite sur le "Plan de la ville d'Orléans", plan en perspective cavalière dressé dans les années 1840, présentant les bâtiments principaux, d'après le "Plan pittoresque de Abbaye Saint-Euverte, au fond à gauche. Perspective générale d'Orléans et de ses environs . Lithographie par Charles Pensée, 1845-1846 (Musée historique et archéologique de l'Orléanais
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret) Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    Tours. Pendant la Révolution (vers 1794), le directeur de la manufacture de coton d'Orléans (en amont A Orléans, les bords de Loire sont aménagés depuis longtemps pour faciliter la navigation. Des vestiges de quais et d'entrepôts datés entre le 1er av et le 1er siècle de notre ère ont été notamment retrouvés sur la rive droite au niveau du quartier Dessaux lors des fouilles archéologiques de 1993-1995 . La ville a bénéficié d'une position géographique avantageuse. A cet endroit les configurations de la remonte). Située au point de la Loire le plus septentrional et le plus proche de la Seine et de Paris, la ville est le point de rupture de charge obligé des marchandises qui y transitent. Orléans remplissait les fonctions de centre de redistribution (sorte de plaque tournante du commerce intérieur). Jusqu'au XVIIIe siècle, les bords de la Loire à Orléans sont constitués sur la rive droite de berges irrégulières sur lesquelles a été aménagée une série de petits espaces très sommaires, consolidés de pieux ou de
    Référence documentaire :
    nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/5, planche 15). (cf. illustration n° IVR24_20074500584NUCA). ). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1, planche 22). (cf. illustration n nationales, site de Paris, CP F 14 bis 8493, planche 18). (cf. illustration n° IVR24_20094501212NUCA). nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1). (cf. illustration n° IVR24_20094500881NUCA). Encre et aquarelle sur papier, détail. Par Trudaine (ingénieur). (archives nationales, site de ). (archives nationales, site de Paris, F 14 6642). (cf. illustration n° IVR24_20074500808NUCA). , vers 1755. (bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Ge FF 17578 (res)). (cf. illustration n Encre et aquarelle sur papier, Ech. 1 mm pm. (archives nationales, site de Paris, F 14 560). (cf ). (archives nationales, site de Paris, F 14 6642). (cf. illustration n° IVR24_20074500807NUCA). , 1848, détail. Par Coumes (ingénieur). (archives nationales, site de Paris, F 14 6640). (cf
    Description :
    Les aménagements portuaires de la ville d'Orléans sont établis sur les rives gauche et droite de la : la cale abreuvoir simple du Cabinet vert, le port de la Poterne comprenant la cale abreuvoir double à tablier bas de la Tour Neuve, la cale en tablier à quai incliné de la Poterne, la cale abreuvoir à tablier bas du Petit Puits - en aval du pont Royal : le port de Recouvrance composé d'une cale abreuvoir en rives. Pour améliorer la navigation dans la traversée de la ville, une digue (ou duit) a été construite dans le lit du fleuve. Elle a été conçue pour diriger les eaux vers les ports de la rive droite (ports de la Poterne et de Recouvrance).
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune d'Orléans (Loiret)
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    . (bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, Ge FF 17578 (res)). IVR24_20114501139NUCA Extrait de l'Atlas de Trudaine, entre 1745 et 1780. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 . (archives nationales, site de Paris, CP F 14 8493/293, folio 18). IVR24_19774500013X Plan de la Loire, non daté (XVIIIe siècle). Détail. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 Plan d'un canal projeté par M. Foxlow, directeur de la manufacture de coton, pour y introduire les l'ingénieur ordinaire. (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/2, dossier 2, pièce 15 Plan de la ville d'Orléans, non daté (probablement 1813). (archives nationales, site de Paris, F 14 l'état de la navigation sur la Loire et les moyens de les améliorer. (archives nationales, site de Paris nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier 1, pièce 1). IVR24_20094500881NUCA . Détail (Orléans, en amont du pont Royal). (archives nationales, site de Paris, CP F 14 100 66/1, dossier
  • Quartier Saint-Euverte
    Quartier Saint-Euverte Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    Contributeur Boscal de Reals Aude
    Historique :
    gallo-romaine. Au Moyen Age, il s’agit d’un faubourg situé à l’est de la ville fortifiée. On sait que la rue de Bourgogne, ancien decumanus, est déjà développée, comme d’autres axes historiques du quartier : la rue Saint-Euverte en lien avec le développement de l’abbaye du même nom (édifice étudié) et la rue de l’Ételon. La guerre de Cent Ans a d’importantes conséquences puisqu’en préparation des sièges, les siècles, ce quartier au caractère faubourien bien conservé accueille de multiples activités commerciales
    Référence documentaire :
    FRANCE. Institut National de Recherches archéologiques préventives. Fortifier la ville à la fin du principaux comptes de commune, forteresse, chaussées, turcies et levées de la ville d'Orléans, de 1256 à 1789 Bibliothèque municipale d'Orléans, Ms 1526. Inventaire analytique des chartes de l'abbaye de Saint Archives municipales d'Orléans. Série F : 1 F 8. Population. Recensement de 1841, liste nominative Archives municipales d'Orléans. Série M : 10M4. 12 rue des Ormes-Saint-Victor (asile de nuit). 1903 Archives municipales d'Orléans. Série M : 11 M 251. Bâtiments municipaux. École des Frères de la doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. , dossiers par rue. Rue de l'Ételon. 1805-1959. , dossiers par rue. Rue de Bourgogne. 1805-1959. principaux comptes de commune, forteresse, chaussées, turcies et levées de la ville d'Orléans, de 1256 à 1789
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Le quartier Saint-Euverte correspond à la section BN du cadastre. Il est localisé entre les rues de premières rues sont des axes historiques de ce secteur urbain. En effet, après l’insertion de celui-ci dans les murs de la ville à la fin du 15e siècle, elles se développent, pour l’une (rue du Bourdon-Blanc ), à la faveur de la destruction des anciens murs et, pour l’autre, dans le contexte de sécurité disparition des remparts au 19e siècle et en lien avec le développement de nouvelles voies en marge du centre général et technologique Sainte-Croix-Saint-Euverte comprend le seul monument emblématique de ce secteur urbain : l’église Saint-Euverte et les anciens bâtiments de l’abbaye (édifice étudié). De manière établissements religieux, mais aussi de jeux de paume. En 2014, il est majoritairement résidentiel.
    Texte libre :
    site de l’ancienne manufacture des tabacs, dans la rue du faubourg Bourgogne, dans le carrefour de louèrent à des particuliers. En 1792, vendu comme bien national, il devint une salle de bal et de réunion Situé au nord-est de la ville d’Orléans, le quartier Saint-Euverte est encadré par les rues des Bouteilles, du Bourdon-Blanc et de Bourgogne et par les boulevards Saint-Euverte et Aristide Briand. Bien qu’inclus dans la deuxième accrue de l’enceinte à la fin du 15e siècle (1466-1480), il a toujours conservé , tant dans ses formes que dans ses activités, un caractère faubourien. A l’exception de l’ancienne , ayant été épargné par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, il témoigne à travers son tissu -est et est de la ville, qui correspondent à une partie du quartier Saint-Euverte et à sa zone périphérique, ont fait l’objet de nombreuses campagnes de fouilles au cours des 19e et 20e siècles. Celles réalisées en 1989 et 1996 dans l’enceinte de l’actuel lycée d'enseignement général et technologique Sainte
    Illustration :
    Carte représentant les périodes de construction principales (supposées ou attestées) des édifices Carte recensant l'emplacement supposé des jeux de paume du quartier Saint-Euverte Projet d'alignement des boulevards Saint-Euverte, de Madame (actuel boulevard Aristide Briand) et de Monsieur (actuel boulevard Alexandre-Martin), 18e siècle. IVR24_19794500351P Plan d'alignement du boulevard de Madame (actuel boulevard Aristide Briand) situé au nord du Carte de la Ville d'Orléans pendant le Haut-Empire romain. IVR24_20074500351A3 Carte de la ville d'Orléans au Haut Moyen Age, avec le quartier Saint-Euverte à droite Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 14e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 15e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 16e siècle, avec le quartier Saint
1