Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 48 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret) Saint-Aignan-le-Jaillard
    Historique :
    Deux cales abreuvoirs simples ont été repérées sur la commune de Saint-Aignan-le-Jaillard, aux
    Description :
    de Cuissy a été rattachée au port de Cuissy établi "à cheval" sur les communes de Saint-Aignan et
    Localisation :
    Saint-Aignan-le-Jaillard
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret)
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien de Saint-Aignan, 1809. Le site de Cuissy est représenté alors qu'il
  • Cale dite cale abreuvoir simple (port de Cuissy)
    Cale dite cale abreuvoir simple (port de Cuissy) Saint-Aignan-le-Jaillard - Cuissy - en écart
    Description :
    La cale est située sur la commune de Saint-Aignan-le-Jaillard mais fait partie du port de Cuissy
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Localisation :
    Saint-Aignan-le-Jaillard - Cuissy - en écart
    Illustration :
    Carte de la Loire, rive gauche, non datée (XVIIIe siècle). Détail sur le château de Cuissy et sur
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan Épeigné-les-Bois - Bourg - en village
    Historique :
    saint Joseph qui le remplace. saint Sébastien. Cet autel n'existe plus de nos jours et c'est vraisemblablement l'actuel autel dédié à
    Référence documentaire :
    p. 246-247 MOUSSE (chanoine). Le culte de Notre-Dame en Touraine. Tours : Mame, 1915.
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
    Annexe :
    , présence d'une niche. Placard-clôture des fonts baptismaux ? Chapelle nord. Statue : saint Aignan ; plâtre nord ; statue faisant pendant à celle de saint Aignan. Statue : saint Joseph et l'Enfant Jésus saint Joseph ; plâtre blanc ; 19e siècle. L'autel situé sous le retable a disparu. Les pilastres Statue : saint Antoine ; plâtre blanc ; 19e siècle ; saint Antoine avec son cochon ; h = 105 ; sur supportant une cuve en pierre (fonts baptismaux ?). l = 173 ; h = 86. Dans le mur au-dessus de l'autel polychrome ; 19e siècle ; h = 96 ; croisée du transept, côté sud ; statue faisant pendant à celle de saint Vincent. Statue : saint Vincent ; plâtre polychrome ; 19e siècle ; h = 105 ; croisée du transept, côté . Statue : sainte Thérèse ; plâtre blanc ; 1er quart 20e siècle ; sur console ; 1ère travée droite du ch peinture imitant le marbre et précédé de 4 degrés. De part et d'autre des gradins, des colonnes ; ensemble de 6 grands chandeliers dont un portant le cierge pascal ; sacristie. Seau à eau bénite
    Texte libre :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan comprend plusieurs objets protégés au titre des réalisé en 1906 mentionne un grand tableau (sans préciser l'iconographie) placé derrière le maître-autel
    Illustration :
    Vue du croisillon nord avec un bénitier et deux tableaux (la Sainte Famille et le Vierge à l'Enfant
  • Cale dite cale abreuvoir simple
    Cale dite cale abreuvoir simple Saint-Aignan-le-Jaillard - les Gorgeats - en écart
    Typologies :
    cale abreuvoir simple : rampe d'accès à l'eau parallèle au fleuve orientée vers l'amont (le plus
    Localisation :
    Saint-Aignan-le-Jaillard - les Gorgeats - en écart
  • Port dit port de Cuissy
    Port dit port de Cuissy Lion-en-Sullias - Cuissy - en écart
    Historique :
    siècle. Avant 1852, il se faisait quelquefois des dépôts de bois ou autres marchandises sur le sommet de suffisante pour le passage des voitures et que par conséquent les dépôts ne doivent plus y être tolérés. Le port est propriété de l'Etat en 1852. En 1854, le garde-port Jean Midoux, en résidence à Ouzouer-sur
    Description :
    simples, l'une située sur la commune de Lion-en-Sullias, l'autre située sur la commune de Saint-Aignan-le Le port de Cuissy, établi rive gauche vis à vis du château de Cuissy, possède deux cales abreuvoirs -Jaillard. Les deux cales sont adossées à la levée de Cuissy. Les marchandises déposées sur ce port étaient le bois, les grains et le fourrage.
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret) Saint-Aignan-le-Jaillard
    Dossier :
    ). Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret) Extrait du cadastre napoléonien de Saint-Aignan, 1809. Le site de Cuissy est représenté alors qu'il
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret)
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret) Saint-Aignan-le-Jaillard
    Dossier :
    de Saint-Aignan-le-Jaillard (Loiret) Carte de la Loire, rive gauche, non datée (XVIIIe siècle). Détail sur le château de Cuissy et sur
  • Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Référence documentaire :
    Dion, Roger, "Le val de Loire, étude de géographie régionale", 1934, réed. 1978, p 643. Babonaux, Yves, "Le lit de la Loire, étude d'hydrodynamique fluviale", Paris, Comité des travaux AN Paris, F 14 6639. Police de la navigation de la Loire par le préfet du Loiret, 1840. Mauret-Cribellier Valerie, "Les gares d'eau sur la Loire dans le département du Loiret première AD Loiret, 2 S 46. Gardes ports dans le Loiret, 1846. AD Loiret, 2 S 49. Rapport de l'ingénieur en chef du Loiret sur la situation des bacs dans le AD Loiret, 2 S 49. Nomenclature des ports compris entre Saint-Firmin-sur-Loire et Sandillon, 1852. AD Loiret, 2 S 72. Grues sur le port de Recouvrance en 1817. bacs dans le Loiret. AD Loiret, 2 S 102. Renseignements statistiques dans le Loiret, avril 1860 : ports et bas-ports.
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire dans le département du Loiret
    Texte libre :
    -Sullias, Saint-Aignan-le-Jaillard, Ouzouer-sur-Loire, Saint-Père-sur-Loire, Sully-sur-Loire, Saint-Benoît , eaux de vie du midi, houille de Saint-Etienne, Creusot, Blanzy, Decize. -le commerce d'exportation /Cléry-Saint-André. En 1871, il n'y a plus que trois bacs dans le Loiret. On note l'absence , Combleux, Saint-Jean-de-Braye, Saint-Jean-le-Blanc, Saint-Pryvé-Saint-Mesmin, La Chapelle-Saint-Mesmin complexes. Dans le Loiret, la largeur des cales abreuvoirs simples varie de un mètre (Saint-Benoît en 1851 La Loire traverse le département du Loiret du sud-est vers l'ouest en formant une grande courbe dont le point septentrional est l'agglomération d'Orléans. La longueur du fleuve dans le département ). Dans le département, le fleuve reçoit très peu d'affluents parmi lesquels le Loiret (le plus important plus grandes difficultés à la navigation. Le manque d'eau, les crues soudaines et dévastatrices, les provenance de la haute Loire. Cinquante ans plus tard (1691), le canal d'Orléans permet de relier la capitale
    Illustration :
    Ports et gares d'eau sur la Loire dans le département du Loiret. IVR24_20104500001NUDA
  • Saint-Aignan, Lycée Val de Cher : groupe sculpté,
    Saint-Aignan, Lycée Val de Cher : groupe sculpté, "Attitudes" Saint-Aignan - 2 avenue Jean Magnon - en ville
    Historique :
    Dans le cadre de la construction du Lycée d'Enseignement Professionnel (L.E.P) de Saint-Aignan, les et après délibération le projet du sculpteur Crispin Guest intitulé "Attitudes" a été retenu. La personnages dans le lycée", par "la plastique des personnes qui ne peuvent laisser indifférents et présentent complicité lorsque les personnes sont en groupe", ainsi que par "la qualité du matériau et sa tenue dans le
    Référence documentaire :
    Saint-Aignan. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1981-1990. Archives nationales, 19910237 art. 24. Projet Guest pour le lycée d'enseignement professionnel de
    Canton :
    Saint-Aignan
    Description :
    À l'origine, le projet de l'artiste comprenait différents groupes sculptés formant un ensemble de
    Localisation :
    Saint-Aignan - 2 avenue Jean Magnon - en ville
    Titre courant :
    Saint-Aignan, Lycée Val de Cher : groupe sculpté, "Attitudes"
    Annexe :
    professionnel de Saint-Aignan, 1981-1990) ATTITUDES C'est une série de volumes destinées à l'espace qui entoure ATTITUDES (Archives nationales, 19910237 art. 24. Projet Guest pour le lycée d'enseignement expressives, non pas dramatiques mais intentionnellement quotidiennes. Le traitement ou la texture suggérant grandes que nature, environ 1,90 m de hauteur. Ils seront ancrés dans le sol, mais sans piédestal, pour
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan Épeigné-les-Bois - Bourg - en village
    Dossier :
    Sonnette d'autel. Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan Épeigné-les-Bois - Bourg - en village
    Dossier :
    Stalles. Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
  • Fonds d'atelier Jean Mauret : présentation des réalisations
    Fonds d'atelier Jean Mauret : présentation des réalisations
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives.
    Annexe :
    : Département de l’Allier Ainay-le-Château, église Saint-Étienne – 1990 (non étudié) Bert, église Saint-Laurent Saint-Aignan - 2001 (étudié) Bourges, crypte de la cathédrale Saint-Étienne -1983 (étudié) Bourges maison de retraite Saint-Joseph – 1972 (étudié) Lacs, église Saint-Martin - 1976 (étudié) Le Blanc , église de la Nativité – 2004 (non étudié) Etoges, église Saint-Antoine – 1969 (non étudié) Heiltz-le – 1979 (non étudié) Le Mesnil-sur-Oger, église Saint-Nicolas – 2003 (non étudié) Rouvroy-Ripont, église AQUITAINE : Département de la Dordogne Château-l’Evêque, église de Preyssac d’Agonac – 2009 (non étudié) Le Sainte-Madeleine – 2003 (non étudié) Tursac, église Saint-Julien – 2006 (non étudié) RÉGION AUVERGNE – 1978 (non étudié) Meaulne-Vitray, église Saint-Symphorien – 2007 (non étudié) Neuvy, église Saint -Vincent – 1973 (non étudié) Saint-Bonnet-Tronçais, église Saint-Bonnet - 1994 (non étudié) Souvigny , église Saint-Pierre et Saint-Paul – 1982 (étudié) Yzeure, église Saint-Pierre – 1992 (non étudié
    Texte libre :
    dans la Vienne en 1997, Sainte-Feyre dans la Creuse en 1999, Gardefort dans le Cher en 2004, Faye-la (verres industriels : essai pour Vallenay dans le Cher en 2011, vitraux de la nef de Sainte-Lunaise dans importance dans le cheminement créatif du verrier. On observe que sur les 126 ensembles de création, environ Saint-Benoît-du-Sault (Indre), 16 à Yzeure (Allier), 20 dans l’église prieurale de Villesalem à Journet (Vienne), 25 dans l’église Saint-Pierre de Chauvigny (Vienne) et 30 dans la chapelle de Gireugne à Saint situation des baies a été dessiné pour chaque édifice. La numérotation est celle adoptée par le Corpus les quinze premières années de l’atelier, les commandes se situent principalement non loin de Saint , relativement éloignés du lieu de travail de Jean Mauret, résulte de l’implantation à Heiltz-le-Maurupt (Marne souhaitant aider son fils à démarrer son propre atelier, le sollicite à plusieurs reprises pour proposer des confiera directement des chantiers : Heiltz-le-Maurupt (Marne) en 1979, Tourteron (Ardennes) en 1982
    Illustration :
    Châteauroux (Indre), église paroissiale Saint-André : vue d'ensemble de la baie 2 de la crypte Marville (Meuse), église Saint-Nicolas : vitrail de la baie 6 (face est du bras sud du transept Bourges (Cher), crypte de la cathédrale Saint-Étienne : vitraux anciens du XVe siècle et verrière Solignac (Haute-Vienne), église abbatiale Saint-Pierre Saint-Paul : proposition de maquettes par papier. 3 x (32 x 50 cm), échelle 1/10e. Document conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières Issoire (Puy-de-Dôme), église abbatiale Saint-Austremoine : vue d'ensemble du bras nord du transept Lyon (Rhône), cathédrale Saint-Jean : verrière réalisée par Jean Mauret en 1991 et posée sur la Lavaudieu (Haute-Loire), église abbatiale Saint-André : vue d'ensemble de la baie 1 (choeur de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20148600006NUC2A Saint-Benoît-du-Sault (Indre), église paroissiale Saint Benoît : verrière abstraite à décor
  • Présentation de la commune d'Epeigné-les-Bois
    Présentation de la commune d'Epeigné-les-Bois Épeigné-les-Bois
    Texte libre :
    à saint Aignan. Aspects historiques Les premières traces d'occupation remontent au Néolithique pour cent de la surface communale. Aucune industrie n'est présente. Le ruisseau de Chézelle (qui de la vallée, dont les versants ont entaillé le calcaire du Turonien supérieur, s'étendent des , notamment dans le bourg, au nord de l'église, où une galerie a été creusée creusée et abrite un autel dédié , attestées notamment par la découverte d'un polissoir. Spaniacum est cité en 816 dans un diplôme de Louis le population s'accroît régulièrement jusqu'en 1886 où l'on comptabilise 777 habitants, chiffre le plus élevé
    Illustration :
    Galerie souterraine et autel de Saint-Aignan. IVR24_20093701101NUCA Galerie souterraine conduisant à la source Saint-Aignan avec des cavités aménagées Vue du bourg depuis le plan d'eau. IVR24_20093700478NUCA Le bourg : place de l'église. IVR24_20093700338NUCA
  • Langé : église Saint-Jacques, verrières
    Langé : église Saint-Jacques, verrières Langé - Entraigues - en village
    Copyrights :
    (c) Rencontre avec le Patrimoine Religieux
    Historique :
    , dédiée à saint Aignan, détruite en 1909. Les vitraux : Suite à sa construction à la fin du 19e siècle Église paroissiale Saint-Jacques : Cette église de style néo roman a été édifiée au lieu-dit rapprochés des productions de Dettviller et Tillier (Issoudun). Quatre autres baies, situées dans le transept
    Titre courant :
    Langé : église Saint-Jacques, verrières
    Illustration :
    Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 0 : l'Immaculée Conception et saint Jacques le Majeur Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 6 : saint Aignan. IVR24_20093601271NUCA Langé, verrières de l'église paroissiale Saint-Jacques. IVR24_20093601266NUCA Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 3 : sainte Anne. IVR24_20093601268NUCA Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 4 : saint François de Sales. IVR24_20093601269NUCA Langé, église paroissiale Saint-Jacques, baie 5 : sainte Solange. IVR24_20093601270NUCA
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan Épeigné-les-Bois - Bourg - en village
    Dossier :
    Ostensoir dans son coffret. Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan Épeigné-les-Bois - Bourg - en village
    Dossier :
    Ensemble de vases en porcelaine blanche. Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan Épeigné-les-Bois - Bourg - en village
    Dossier :
    Aménagement de la sacristie : placards muraux. Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Aignan
  • Quartier Saint-Euverte
    Quartier Saint-Euverte Orléans
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Quartier Saint-Euverte
    Historique :
    Des fouilles ont montré que l’occupation humaine remonte dans le quartier Saint-Euverte à l’époque : la rue Saint-Euverte en lien avec le développement de l’abbaye du même nom (édifice étudié) et la rue développe alors et le réseau viaire se fige prenant la forme qu’on lui connait aujourd’hui. Aux 18e et 19e , artisanales ou industrielles. Celles-ci disparaissent pour la plupart entre le début et le milieu du 20e
    Référence documentaire :
    doctrine chrétienne de Saint-Aignan, rue Saint-Euverte et 36 rue du Bourdon-Blanc. 1821-1823. Moyen Age : l'accrue de Saint-Aignan. Réd. Grégory Vacassy (dir.). Pantin : INRAP Centre-Ile-de-France Orléans : le lycée Saint-Euverte. Orléans : DRAC Centre, AREP-Centre, 1997. Bibliothèque municipale d'Orléans, Ms 1526. Inventaire analytique des chartes de l'abbaye de Saint Archives municipales d'Orléans. Série M : 10M4. 12 rue des Ormes-Saint-Victor (asile de nuit). 1903 -Saint-Victor. 1881. , dossiers par rue. Rue du Champ-Saint-Euverte. 1805-1959. , dossiers par rue. Rue des Ormes-Saint-Victor. 1805-1959. , dossiers par rue. Rue du Petit-Saint-Loup. 1805-1959. , dossiers par rue. Boulevard et rue Saint-Euverte. 1805-1959.
    Description :
    Le quartier Saint-Euverte correspond à la section BN du cadastre. Il est localisé entre les rues de général et technologique Sainte-Croix-Saint-Euverte comprend le seul monument emblématique de ce secteur Bourgogne, du Bourdon-Blanc et des Bouteilles et les boulevards Aristide-Briand et Saint-Euverte. Les deux ), à la faveur de la destruction des anciens murs et, pour l’autre, dans le contexte de sécurité disparition des remparts au 19e siècle et en lien avec le développement de nouvelles voies en marge du centre historique pour faciliter la circulation. Dans la partie nord-est du quartier, le lycée d’enseignement urbain : l’église Saint-Euverte et les anciens bâtiments de l’abbaye (édifice étudié). De manière générale, le quartier est très marqué aux époques médiévale et moderne par la présence d’édifices ou
    Titre courant :
    Quartier Saint-Euverte
    Vocables :
    Saint-Euverte
    Texte libre :
    Situé au nord-est de la ville d’Orléans, le quartier Saint-Euverte est encadré par les rues des urbain peu altéré et son architecture d'une histoire qui lui est propre. A. Le quartier Saint-Euverte au fil des siècles 1 - Le quartier Saint-Euverte hors les murs : des origines à 1466 Les secteurs nord -Croix-Saint-Euverte, ont été conduites par le service régional de l’archéologie du Centre (Direction des . L’aménagement du chemin de fer de Vierzon en 1847, dont la ligne longe le quartier Saint-Euverte à l’est, en l’enceinte du Bas-Empire édifiée au 4e siècle. Le quartier Saint-Euverte se situe à la périphérie orientale donne à cens et à rentes aux chanoines de Saint-Aignan à condition qu’ils y bâtissent des maisons un Saint-Euverte". Progressivement, le quartier se construit, en particulier le long de la rue de Bourgogne . Cette période médiévale est également synonyme de destructions pour le quartier Saint-Euverte. Dans le -1480), par décision de Louis XI. Celle-ci englobe les églises de Saint-Aignan et Saint-Euverte situées
    Illustration :
    Le quartier Saint-Euverte représenté à droite sur ce plan dessiné par Fleury en 1640 Carte de la ville d'Orléans au Haut Moyen Age, avec le quartier Saint-Euverte à droite Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 14e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 15e siècle, avec le quartier Saint Carte montrant le tracé de l'enceinte fortifiée d'Orléans au 16e siècle, avec le quartier Saint Saint-Euverte établie par comparaison entre le cadastre napoléonien de 1823 et le cadastre de 1981 Carte représentant les espaces non construits du quartier Saint-Euverte d'après le cadastre Orthophotographie du quartier Saint-Euverte. IVR24_20144500821NUDA du quartier Saint-Euverte. IVR24_20144500817NUDA quartier Saint-Euverte depuis l'époque médiévale. IVR24_20144500818NUDA
  • Présentation du fonds d'atelier Jean Mauret
    Présentation du fonds d'atelier Jean Mauret Saint-Hilaire-en-Lignières - 1 place de l'Église - en village
    Référence documentaire :
    Atelier de Jean Mauret, Saint-Hilaire-en-Lignières. Archives. p. 148-150. BERGATTO, Lionel. Jean Mauret à Saint-Étienne de Bourges et Saint-Jean de Lyon 1985 Rencontre avec le Patrimoine religieux, 1996, volume IV, p. 79-83. p. 84-88. CAZENAVE, Agnès. Blois le temps des cathédrales. La Vie, 21 décembre 2000, n° 2886-2887 COISTIA, Michel, LECOMTE, Jean-Marie. Les églises des reconstructions dans les Ardennes, le p. 18-21. GENESTE, Olivier. Vitraux du XXe siècle dans l'Indre : le choix de la modernité. Lyon GRILLO, Marie. Le vitrail cistercien dans ses interprétations contemporaines. Paris : Université p. 6-9. LAGIER, Jean-François. Le vitrail de création à la fin du XXe siècle. Chroniques d'art p. 72-77. BERGATTO, Lionel. Blois cathédrale Saint-Louis Jan Dibbets. In : LAGIER, Jean-François , SAUNIER, Philippe (dir.). Les couleurs de la lumière, le vitrail contemporain en région Centre (1945-2001
    Localisation :
    Saint-Hilaire-en-Lignières - 1 place de l'Église - en village
    Annexe :
    depuis 1969 dans le département du Cher est filmé dans son atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. Il baies du déambulatoire (environ 150 m²), 1980-1985 Bourges (Cher), cathédrale Saint-Étienne : le grand le Majeur), chapelle Sainte-Croix (saint Nicolas, sainte Marie-Madeleine, sainte Marie l’Égyptienne Saint-Louis : vitrail XIXe, baie d’axe (environ 16 m²), 1996 Le Puy-en-Velay (Haute-Loire), cathédrale ouest), vitraux XIXe (ouest), 1981-1985 Vic-le-Comte (Puy-de-Dôme), Sainte-Chapelle : vitraux XVIe : Département de l’Allier Ainay-le-Château, église Saint-Étienne – 1990 (non étudié) Bert, église Saint-Laurent Saint-Aignan - 2001 (étudié) Bourges, crypte de la cathédrale Saint-Étienne -1983 (étudié) Bourges maison de retraite Saint-Joseph – 1972 (étudié) Lacs, église Saint-Martin - 1976 (étudié) Le Blanc , église de la Nativité – 2004 (non étudié) Etoges, église Saint-Antoine – 1969 (non étudié) Heiltz-le – 1979 (non étudié) Le Mesnil-sur-Oger, église Saint-Nicolas – 2003 (non étudié) Rouvroy-Ripont, église
    Texte libre :
    chapiteaux XVIIIe en grès rose de la façade occidentale de la cathédrale Saint-Christophe de Belfort avec le dans un ancien prieuré situé à Saint-Hilaire-en-Lignières (Cher), le village natal de Dominique. Ils ouvre son atelier à Saint-Hilaire-en-Lignières, à son domicile, le 1er avril 1969. Les débuts ne sont Sainte Chapelle de Vic-le-Comte (XVIe). La liste des principaux chantiers de restaurations conduits par révèlent ». Le vitrail d’essai exécuté en 2004 pour l’église du bourg de Saint-Pantaléon de Lapleau -à-dire 40 heures par m². Pour le vitrail d’axe de l’église prieurale Saint-Pierre et Saint-Paul de ) en 2011 que le service Patrimoine et inventaire a rencontré Jean Mauret, découvert son atelier et et son savoir-faire, ainsi que la présence d'une œuvre de création bien ancrée sur le territoire , à comprendre le fonctionnement de celui-ci et à en restituer l’évolution. Il s'agissait de restituer l’œuvre et la démarche d’un artiste verrier installé depuis 50 ans dans le département du Cher et ayant
    Illustration :
    Plan de situation de l'atelier de vitraux de Jean Mauret dans le bourg de Saint-Hilaire-en Le bourg de Saint-Hilaire-en-Lignières vu depuis la route de Touchay. La maison et l'atelier de Église de Saint-Pantaléon-de-Lapleau (Corrèze) : carton réalisé par Jean Mauret en 2004 pour le Atelier de Jean Mauret à Saint-Hilaire-en-Lignières : En 2016, le four électrique utilisé pour les sa hotte, une cintreuse. Etat le 5 septembre 2018. Atelier de Jean Mauret à Saint-Hilaire-en La verrière de l'atelier de Jean Mauret à Saint-Hilaire-en-Lignières : état le 4 septembre 2018 carrés bleus. Vitrail conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en-Lignières. IVR24_20121800978NUC2A Panneau d'essai réalisé par Jean Mauret en 1970 et conservé à l'atelier de Saint-Hilaire-en Sculpture en pierre réalisée par Jean Mauret pour le 1% du collège d'enseignement général (CEG ) d'Ecueillé (Indre) en 1971. Photographie noir et blanc. Atelier de Jean Mauret à Saint-Hilaire-en-Lignières
  • Présentation du patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Présentation du patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans Orléans
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine du centre hospitalier régional d'Orléans
    Historique :
    vieil hôtel-Dieu, fondé près de la cathédrale Sainte-Croix avant le 11e siècle, devint un bel édifice provenant essentiellement de la chapelle Saint-Charles et de salles de malades, le matériel médical et les vers le Nouvel Hôpital d’Orléans, l’étude d'inventaire du patrimoine du centre hospitalier d'Orléans faire le lien entre passé et futur. Parmi les plus anciens établissements hospitaliers en France, le probablement 1700, fut établi le bâtiment principal de l’hôpital général à l’ouest de la ville sur des terrains l'hôpital général, consacrée à saint Charles Borromée, fut édifiée sur les plans de Jacques V Gabriel (1667 furent construits à partir de 1828 au sud-est de l'hôpital général. Le nouvel hôtel-Dieu, réalisation des Orléans-La Source en octobre 1975. Dans le cadre du regroupement de l'ensemble des activités et des services sur un site unique, le Nouvel Hôpital d'Orléans fut inauguré à La Source le 2 janvier 2017. Outre englobé l'ensemble des objets mobiliers conservés sur le site Porte-Madeleine : le mobilier religieux
    Référence documentaire :
    CHEVALLIER, Fabienne. Le Paris moderne : histoire des politiques d'hygiène (1855-1898), Rennes IMBERT, Jean. Le Droit hospitalier de l'Ancien Régime. Paris : PUF, 1993. IMBERT, Jean. Le Droit hospitalier de la Révolution et de l'Empire. Paris : Sirey, 1954. JARRY, Eugène. Notes et documents sur la Maladrerie (Hôtel Saint-Ladre) d'Orléans. In : Mémoires de LE CLECH-CHARTON, Sylvie (dir.). Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe SAINTE-PARE-GARNOT, Nicolas, MARTEL, Pierre. L'architecture hospitalière au XIXe siècle. L'exemple JOUANNEAUX, Françoise. Le nouvel hôtel-Dieu d’Orléans. In Situ [En ligne], mis en ligne le 21 février 2017, 2017, n°31, [consulté le 06 avril 2017], DOI : 10.4000/insitu.13946. URL : http
    Texte libre :
    maladreries accueillaient les lépreux : La maladrerie Saint-Ladre ou Saint-Lazare, établie dans le faubourg Bannier, au nord de la ville, fondée en 1112 par le chapitre de Sainte-Croix, était destinée aux lépreux l'abbaye Saint-Mesmin de Micy. Elle fut ensuite cédée aux chevaliers de Saint-Lazare par le roi Louis VII ). L'Aumône Saint-Serge, sise près du cloître Saint-Aignan, fut fondée avant 1188 par un certain Bertier , chanoine de l'église Saint-Aignan pour recevoir treize pauvres chaque jour. Elle semblait avoir disparu Les établissements de soin L'établissement hospitalier le plus ancien d'Orléans était l'hôtel-Dieu dont la fondation pourrait remonter au 9e ou au 10e siècle. Élevé contre le flanc nord de la cathédrale dans la première moitié du 16e siècle où fut édifiée la grande salle des malades Saint-Lazare. Entre orléanais, pauvres ou riches, et desservie par des religieux de l'ordre de Saint-Augustin. En 1624, les démolie entre 1544 et 1557 et les lépreux furent envoyés à la maladrerie Saint-Ladre. La maladrerie des
1 2 3 Suivant