Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 26 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison Saint-Quentin (3 rue Saint-Hilaire)
    Maison Saint-Quentin (3 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 3 rue Saint-Hilaire - en ville
    Historique :
    La maison Saint-Quentin est attestée par les textes en 1190. Rotrou IV confirme alors la donation d’une maison située près du pont Saint-Hilaire à Payen de Saint-Quentin. Celle-ci est cédée à l’abbaye un fief urbain. La tradition locale reconnaît l’édifice situé au 3 rue Saint-Hilaire comme la maison néanmoins probable puisque la maison est située près du pont Saint-Hilaire. Les premiers marqueurs des Clairets en 1274. La maison est citée dans le cartulaire de l'abbaye en 1645, Elle constitue alors Saint-Quentin mentionnée dans ces textes anciens. Ces documents ne mentionnant toutefois pas précisément stylistiques observés (linteau en accolade, porte moulurée de baguettes, fenêtre croisée, fenêtre simple et escalier en vis, ont permis de dater la maison entre la seconde moitié du 15e siècle et la première moitié
    Escaliers :
    escalier demi-hors-oeuvre escalier en vis en maçonnerie
    Description :
    La maison est implantée sur une parcelle étroite entre la rue Saint-Hilaire, une cour et un jardin donnant sur l’Huisne. Ses deux bâtiments sont disposés selon un plan en L, le premier ayant son mur verticale est assurée par un escalier en vis. La cour, située en contrebas, est accessible par un escalier droit et par l'escalier en vis. Le soubassement n'est doté que d'un mètre sous plafond dans sa pièce est . Celle-ci possède une ouverture bouchée sur rue et une cheminée en partie détruite. L’escalier en vis est composée de trois travées ordonnancées prenant place sous une corniche en quart-de-rond et des rampants à premier (bâtiment 1) et au second niveau (bâtiment 2). Deux portes en bois sculptées d’un décor de plis de Saint-André.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 3 rue Saint-Hilaire - en ville
    Titre courant :
    Maison Saint-Quentin (3 rue Saint-Hilaire)
    Plans :
    plan régulier en L
    Appellations :
    maison Saint-Quentin
    Annexe :
    Perche, d'une maison size à Nogent-le-Rotrou, au nouveau bourg près du Pont-Saint-Hilaire. Transcription Robert de Saint-Quentin de la donnation faite à Payen de Saint-Quentin, son père, par Rotrou comte du l’abbaye des clairets, d’une maison sise à Nogent, dite maison Saint-Quentin. Transcription et traduction
    Illustration :
    Bâtiment 1, vue intérieure, niveau 1, détail d'une fenêtre bouchée sur la rue Saint-Hilaire Tour d'escalier, niveau 2, fenêtre en accolade. IVR24_20172800014NUCA Tour d'escalier, vue intérieure, niveau 3, escalier en vis. IVR24_20162801600NUCA
  • Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire)
    Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre :
    Historique :
    du même nom. Un nouveau pont Saint-Hilaire est construit plus au sud en 1853, la destruction de l’ancien pont est achevée en 1858. Le terminus ante quem du pont Saint-Hilaire est fixé à 1190. Le droit de caractéristiques de l’ancien pont Saint-Hilaire, on peut tout au plus affirmer que l’ouvrage détruit en 1853 était Le pont Saint-Hilaire aurait été construit au 12e siècle, il est attribué au comte du Perche Rotrou Rotrou IV (1144-1191). Au 17e siècle, le pont Saint-Hilaire fait l’objet d’attentions régulières, comme 1811, le pont Saint-Hilaire enjambait les deux bras de l’Huisne immédiatement au nord est de l’église détruit en 1853 lors de la modernisation du quartier de la gare. L’ouvrage est attesté par une charte en témoignent un procès-verbal de visite en 1615, un arrêt pour réparation en 1615-1616, plusieurs marchés de réparations en 1659 et 1671, ainsi qu’une adjudication, toujours pour réparations, en 1701. En péage étant un droit seigneurial, le pont et son péage étaient alors certainement en possession de
    Référence documentaire :
    Pont Saint-Hilaire/ Auteur inconnu (copie de MÉLIAND). 19e siècle. Lithographie. (Extrait de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre :
    Titre courant :
    Pont Saint-Hilaire (détruit, rue Saint-Hilaire)
    Appellations :
    Saint-Hilaire
    Illustration :
    Plan géométrique de la rivière d'Huisne. Lithographie du pont Saint-Hilaire, Album Percheron, pl.17 Vue de l'actuel pont Saint-Hilaire et de la ville de Nogent. IVR24_20132800061NUC4A
  • Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire)
    Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 108 rue Saint-Hilaire - en ville
    Historique :
    plusieurs corps de logis sur la rue Saint Hilaire dont un, qualifié de grand corps de logis, un portail, une stylistiques conservés (vestiges de croisées, porte en plein-cintre, utilisation du quart-de-rond, voûtes d’arêtes) permettent de dater les bâtiments 1 et 2 (au moins en partie) et 3, 4, et 5 entre la seconde Saint-André n’exclut pas une datation antérieure (seconde moitié du 16e siècle). L’édifice est mentionné les deux ailes en avant du bâtiment 1 (non étudiées) et l'absence des pavillons en fond de jardin (non
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier en vis
    Description :
    . Il prend place sur une large parcelle située en retrait de la rue Saint-Hilaire et donnant sur la rue L’édifice est composé de 6 bâtiments disposés selon un plan en U avec cour avant et jardin arrière cheminées. L’étage et le comble sont accessibles par un escalier tournant suspendu en bois et métal. L’accès au jardin se fait depuis un escalier en fer-à-cheval (pierre et métal) compris dans le bâtiment 6. Ce dernier comporte également une entrée vers un niveau de caves couvert de voûtes en plein-cintre (1 et 2 caves ne reprend pas exactement celui du rez-de-chaussée, à l’image de l’escalier en vis accolé au bâtiment 2. A l’exception du bâtiment 6 construit en brique et métal, les bâtiments sont construits en premier niveau de l’élévation sur jardin des bâtiments 1, 4 et 5, montre une utilisation commune d’arcs en plein-cintre moulurés en quart-de-rond tandis que la présence d’une corniche continue et la généralisation de l’emploi de plates-bandes ou de linteaux moulurés en quart-de-rond et de négatifs de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 108 rue Saint-Hilaire - en ville
    Titre courant :
    Hôtel, actuellement magasin de commerce (108 rue Saint-Hilaire)
    Plans :
    plan régulier en U
    Couvrements :
    voûte en berceau plein-cintre
    Illustration :
    Bâtiments 1, 2 et 3, en retrait sur cour, vue du sud. IVR24_20162801620NUCA
  • Ensemble de trois maisons, actuellement magasin de commerce (128 rue Saint-Hilaire)
    Ensemble de trois maisons, actuellement magasin de commerce (128 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 128 rue Saint-Hilaire - en ville
    Description :
    Saint-Hilaire et Giroust. Les étages sont distribués depuis la rue Saint-Hilaire par un couloir latéral et un escalier tournant en bois et métal à noyau creux. L’ensemble des façades sont enduites. Elles 3). Les vestiges d’un pignon à rampants en pierre de taille sont visibles sur le mur est du bâtiment accès autonome (souvent bouché). Les caves sont construites en moellons de silex pour les murs, et pierre de taille en calcaire pour les voûtes en berceau. Le second niveau de cave du bâtiment 5 est doté
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 128 rue Saint-Hilaire - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de trois maisons, actuellement magasin de commerce (128 rue Saint-Hilaire)
    Annexe :
    Godin lesne denys marchans et autres scituee audict nogent en ladicte paroisse de Saint hillaire tenue du moutton en ladicte rue et parroysse sainct hillaire composee de deux corps de logis sur rue au ruysseau descendant du moullin et estang de la chaussee des ruysseaux en la riviere dhuigne dun sainct michel cy apres declaree Fol 6 Item six deniers de cens au jour saint remy sur une maison et costé de rue des ruysseaux en ladicte parroisse sainct hillaire et au derriere desquelles maisons et et chaussee des ruysseaux coullant en la riviere dhuygue, et d’autre bout a une maison qui fut a
    Couvrements :
    voûte en berceau plein-cintre voûte en berceau segmentaire
  • Maison (123 rue Saint-Hilaire)
    Maison (123 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 123 rue Saint-Hilaire - en ville
    Historique :
    Les marqueurs stylistiques conservés (escalier, doubles linteaux, lucarne, toit, voûtes et arcs en desservie de cave en comble par un escalier dans-œuvre sur rue. L'existence d'une cave à cellules pose la plates-bandes observées en élévation témoignent d’une campagne de réfection datée du 17e siècle. Un aveu de 1648 mentionne la maison comme l’enseigne de l’image Saint-Hubert, elle fait alors partie d’un
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier en vis avec jour
    Description :
    située à l’angle des rues Saint-Hilaire et Rémi Belleau. La boutique au rez-de-chaussée est accessible L’édifice est composé de deux bâtiments disposés selon un plan en L irrégulier sur une parcelle d’escalier dans-œuvre. Celle-ci dessert deux salles voûtées en plein-cintre et une cave à cellule par l’intermédiaire d’un escalier tournant (caves), ainsi que l’étage et le comble via un escalier en vis au noyau creux. Le bâtiment sur rue possède deux niveaux d’élévation prenant place sous une corniche en doucine larges plates-bandes en pierre de taille, au-dessus desquelles les vestiges de doubles linteaux sont surmontées d’arcs en plein-cintre (caves et rez-de-chaussée). Le bâtiment perpendiculaire à la rue est doté
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 123 rue Saint-Hilaire - en ville
    Titre courant :
    Maison (123 rue Saint-Hilaire)
    Plans :
    plan régulier en L
    Annexe :
    bourgneuf en ladicte parroisse de sainct hillaire de present appartenant a rené regnouard, mace travers appoticaire et autres ce concistant en unze corps de logis pendante sur lesdictes rues composez de plusieurs ayasances et comoditez le tout en un tenant et a l’une desquelles maisons qui est celle du coing joignant et icelle six vingtz deux piedz qui font en tout deux centz cinquante quatre pieds et d’autre part a la docteur en medecine. [...] "
    Couvrements :
    voûte en berceau plein-cintre
    Illustration :
    Vue intérieure, escalier en vis à noyau évidé. IVR24_20162801636NUCA
  • Maison, actuellement maison et restaurant (32 rue Saint-Hilaire)
    Maison, actuellement maison et restaurant (32 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 32 rue Saint-Hilaire - en ville
    Historique :
    Les marqueurs stylistiques observés sur la façade postérieure (porte en plein-cintre, portes et fenêtres sous linteau à chanfrein, et escalier en vis à cage rectangulaire) permettent de dater l’édifice installer une vitrine. Le cadastre ancien montre que la parcelle BI 37 a été réduite en largeur vers l’ouest . En 1811, la maison disposait d’une aile en retour sur cour, ce qui explique les portes bouchées
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier en vis avec jour en maçonnerie
    Description :
    entre la rue Saint-Hilaire et un jardin donnant sur les viennes. Seuls les bâtiments se trouvant sur la L’édifice est implanté selon un plan en U sur deux parcelles (BI 20 et BI 37). Il se développe . La tour d’escalier distribue à la fois un niveau de cave voûté en berceau surbaissé, et l’étage du bâtiment sur rue, grâce à un escalier en vis. L’ouverture du niveau 1 (correspondant au rez-de-chaussée ouvertures sont composées d’arcs surbaissés dont les chambranles sont moulurés en bandeau au niveau 2. Sur cour, l’élévation comporte deux portes : l’une en plein-cintre sur la cave, l’autre vers l'escalier
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 32 rue Saint-Hilaire - en ville
    Titre courant :
    Maison, actuellement maison et restaurant (32 rue Saint-Hilaire)
    Plans :
    plan régulier en U
    Illustration :
    Aile en fond de cour, vue du sud. IVR24_20162801607NUCA Vue intérieure, escalier en vis. IVR24_20162801609NUCA
  • Maison (104 rue Saint-Hilaire)
    Maison (104 rue Saint-Hilaire) Nogent-le-Rotrou - 104 rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre : 1990 AR 42
    Historique :
    par rapport au couloir latéral. Le type de charpente utilisé, en usage entre 1300 et 1700 ne permet
    Escaliers :
    escalier demi-hors-oeuvre escalier en vis en maçonnerie escalier dans-oeuvre escalier droit en maçonnerie
    Description :
    prenant place sur la rue Saint-Hilaire. Le bâtiment 1 a son mur gouttereau sur rue. Il est accessible L’édifice est composé de cinq bâtiments disposés selon un plan en L sur une parcelle étroite le rez-de-chaussée des bâtiments 2, 3, et 4, qui composent une aile en retour sur cour, ainsi qu’une tour octogonale demi-hors-œuvre (5). Les bâtiments 1 et 2 sont distribués de cave en comble par l’escalier en vis situé dans la tour. Ils sont dotés de deux niveaux d’élévation. La cave du bâtiment 1 est néanmoins par des moulures en cavet et baguettes. Les bâtiments sont couronnés par des corniches en quart-de été agrandi sur cour de manière à abriter les deux espaces en avant du mur gouttereau.
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 104 rue Saint-Hilaire - en ville - Cadastre : 1990 AR 42
    Titre courant :
    Maison (104 rue Saint-Hilaire)
    Plans :
    plan régulier en L
    Illustration :
    Bâtiment 5, vue intérieure, rez-de-chaussée, détail de la porte de l'escalier en vis
  • Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye
    Bourg : grange aux dîmes, actuellement domaine de l'abbaye Thiron-Gardais - Bourg - 18 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B2 137 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 24
    Historique :
    dendrochronologie qui situe la construction de l'édifice, à l'origine en pan de bois, entre 1492 et 1499. A cette bas-côté au sud dont des vestiges de murs ont été mis en évidence lors de fouilles archéologiques . Suite à une importante inondation en 1709 affectant les murs en pan de bois de la construction, ces derniers sont remplacés par des murs maçonnés en pierre. Sous l'Ancien Régime, l'édifice sert à abriter la dîme, le produit d'un impôt en nature (céréales ou autre) perçue par les moines. En 1791, la grange aux dîmes, à l'instar des bâtiments de l'abbaye, est vendue comme Bien national. En 2006, le bâtiment est
    Observation :
    L'étude archéologique du bâtiment réalisée en 2003 et 2004 (étude du bâti, datation par ancienneté, la structure du bâtiment et son histoire, intimement liée à celle de l"abbaye, en font un édifice
    Référence documentaire :
    de Saint-Hilaire-des-Noyers (section B2).
    Précisions sur la protection :
    La grange dîmière en totalité inscrite par arrêté du 28 septembre 2001.
    Description :
    en pierre de taille de roussard (grès de Saint-Denis). Les encadrements des baies sont originel comprenait une nef et un bas-côté (disparu par la suite). En pan de bois sur trois côtés, il préserve de l'humidité. Des piliers en bois reposant sur une base maçonnée en pierre de taille constituent ainsi que les murs en pans de bois ont disparu au profit de murs en moellons de calcaire, de silex et de roussard couverts d'enduit à pierre vue. Des cloisons maçonnées en pierre ont également été construites majoritairement en brique, en arc segmentaire pour les fenêtres et portes piétonnes, cintrés pour les portes rang de brique en encorbellement. Le toit à longs pans est couvert en tuile plate.
    Localisation :
    de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 24 Thiron-Gardais - Bourg - 18 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B2 137 Ancienne commune
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1814, section B2 du cadastre de Saint-Hilaire-des-Noyers (actuelle commune de Saint-Denis-d'Authou). IVR24_20142800403NUC2A Plan de la grange au 15e siècle, réalisé par Béatrice Barsollier et Patrick Neury en 2004 Coupe de la grange au 15e siècle, réalisé par Patrick Neury et Marie-Eve Scheffer en 2004
  • Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison
    Bourg : laboratoire et maison du médecin de l'abbaye, actuellement maison Thiron-Gardais - Bourg - 16 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B2 134 Ancienne commune de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 26
    Historique :
    , comme tendent à le montrer les ouvertures en arc segmentaire de la façade est. Construit dans la basse rendant l'édifice accessible depuis la levée de l'étang à l'est. La porte d'entrée, à l'encadrement en brique, a ainsi été transformée en fenêtre et l'accès à l'édifice déplacée sur le pignon nord. Lors de sa percements d'ouvertures, rabaissement d'un demi-niveau de l'avant-corps, remplacement des marches en pierre de l'escalier intérieur par des marches en béton.
    Référence documentaire :
    de Saint-Hilaire-des-Noyers (section B2).
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier droit en maçonnerie
    Description :
    au nord). La cheminée et la voûte du four à pain sont toujours en place. Les pièces à vivre sont au rez-de-chaussée est accessible de plain-pied par une porte à l'encadrement en brique placée sur le pignon nord, via un petit escalier de cinq marches. Les murs sont en moellons de grès (roussard), de . Côté est, le dernier niveau d'élévation est en pan de bois. La corniche moulurée (façade ouest et sont en pierre de taille de calcaire, à l'exception de la partie basse des chaînes d'angle (en lien avec l'humidité du sol) et de quelques ouvertures en pierre de taille de grès roussard ou en brique (ouvertures). Le toit est à longs pans et à croupe couvert en tuile plate ancienne.
    Localisation :
    de Saint-Hilaire-des-Noyers. 2013 AB 26 Thiron-Gardais - Bourg - 16 rue de l'Étang - en village - Cadastre : 1814 B2 134 Ancienne commune
    Illustration :
    Vue générale depuis le nord-est (état en 2014). IVR24_20142800423NUC2A
  • Eglise paroissiale Saint-Hilaire
    Eglise paroissiale Saint-Hilaire Nogent-le-Rotrou - avenue du Maréchal Foch - en ville - Cadastre : AH 38
    Historique :
    Le terminus ante quem de l’église Saint-Hilaire est fixé à l’année 1031 par les textes. C’est la par un marché daté de 1641 d’une part, et la mention de la fin des travaux en 1660 d’autre part. Les
    Référence documentaire :
    : article 0068. Eglise Saint-Hilaire. 1908-1983. Église Saint-Hilaire / fait par Louis Moulin. Vers 1860. Huile sur toile. (Musée-Château Saint-Jean Église Saint-Hilaire/ Therouin Laly. Avant 1850. (Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque Nogent-le-Rotrou, église Saint-Hilaire. Impr. photoméc. (carte postale). (Bibliothèque municipale Nogent-le-Rotrou, église Saint-Hilaire. Impr. photoméc. (carte postale). (Musée-Château Saint-Jean Photographie aérienne de l'église et du pont Saint-Hilaire. (Archives municipales de Nogent-le Plan et élévation de l'église de Saint-Hilaire. 7 août 1852. Relevés. (AD Eure-et-Loir. Série : 1 O Saint-Hilaire / A. Beaujoint. Avant 1850. Lithographie. (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou). Saint-Hilaire/Deroy. Lithographie. (Bibliothèque municipale de Chartres - médiathèque L'Apostrophe préliminaire. BRGM/RP-51868-FR . Mars 2003. 190 p., 8 fig., 14 tabl., 2 ann. dont 1 en volume séparé
    Précisions sur la protection :
    L'église, en totalité (cad. AH 38) : classement par arrêté du 26 septembre 2003
    Escaliers :
    escalier hors-oeuvre escalier en vis avec jour en maçonnerie
    Description :
    en vis hors-œuvre au contact de l’abside et du collatéral. Le chœur se compose d’une abside central et l’abside du chœur sont couverts par des fausses voûtes d’ogives en plâtre. Elles sont redoublées au niveau du comble par une voûte lambrissée en plein-cintre dans la nef et en cul-de-four dans le chœur. Les bas-côtés sont couverts par des voûtes d’ogives quadripartites en pierre. Les couvertures sont à deux versants dans la nef, en croupes polygonales dans le chœur, et forment un dôme polygonal dans le clocher. L'église est construite en moyen appareil de pierre calcaire de Nogent. Les toitures
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - avenue du Maréchal Foch - en ville - Cadastre : AH 38
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Hilaire
    Vocables :
    Saint-Hilaire
    Texte libre :
    tradition locale attribue alors l’église au diocèse de Sées. En 1250 la paroisse de Saint-Hilaire compte 424 d’abord réduit par le nouveau tracé de la route Saint-Hilaire en 1852 puis déplacé et vendu en lot de , datée du 1er quart du 11e siècle, mentionne l’existence d’une église dédiée à Saint-Hilaire, située au ? – 1040) donne aux moines l’église de Saint-Hilaire avec son cimetière, sa dîme et ses appartenances autres églises paroissiales Notre-Dame et Saint-Laurent, l’église Saint-Hilaire fait l’objet de lourds rive droite de l’Huisne, le long de la route allant de Nogent-le-Rotrou à Alençon. Saint-Hilaire est l’Huisne par le pont Saint-Hilaire. Le cimetière Saint-Hilaire prend place au sud de l’église. Il est . Description Situation L'église Saint-Hilaire est implantée sur la rive droite de l’Huisne, son chevet est à , celle-ci jalonnant l’accès à la traversée de l’Huisne par le pont Saint-Hilaire. L’ancien presbytère se . Conclusion L’église Saint-Hilaire est constituée de trois ensembles architecturaux distincts : le chœur, la
    Illustration :
    Lithographie, chevet et clocher, vue du nord-est (avant 1850). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le Peinture, chevet et bas-côté sud, vue du nord-est (vers 1860). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le
  • Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol)
    Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol) Nogent-le-Rotrou - 2 place Général Saint-Pol - en ville - Cadastre : 1990 CE 61
    Historique :
    la destruction de la maison et tenue du Saint-Esprit en 1862. Il n’a pas été possible de dater La mairie de Nogent-le-Rotrou est installée dans une maison située sur la place Saint-Paul,entre la rue Rémi Belleau et la rue Massiot. Détruite en 1862, elle n’a été l’objet que de rares attentions de voûtée du 14e siècle. La tenue du Saint-Esprit est attestée dès 1648, le statut de son propriétaire à Nogent-le-Rotrou à partir de la fin du 17e siècle. Pierre Parceval est ainsi en 1693 le premier maire cité par les textes. Il obtient la perpétuité du titre en 1699. La mairie de Nogent-le-Rotrou n’est fondée que 50 ans plus tard, sous le mandat de René Pesseau. Ainsi, en 1748, la communauté des habitants de Nogent-le-Rotrou achète une maison appelée la tenue du Saint-Esprit pour l’établissement , d’un grenier au-dessus, d’une cour antérieure, et d’un petit jardin arrière. En 1811, la mairie figure sur le cadastre ancien. La construction de la nouvelle mairie en 1858 entraîne la désaffection puis
    Description :
    implantée selon un plan en L entre une cour sur la place du marché et un jardin sur la place Saint-Hilaire l’ancienne mairie. Son unique vaisseau est tronqué en direction de la place Saint-Pol. La tenue du Saint-Esprit est attestée dès 1648, le statut de son propriétaire, prévôt du Perche disposition de l’édifice semble similaire en 1748, le premier niveau étant certainement composé d’une petite de la recette des droits de tarif. En 1811, la mairie figure sur le cadastre ancien. Elle est arc plein-cintre menant à un niveau semi-excavé. Si l’on en croit la lithographie de Jubault, cet destruction par Mademoiselle Hurvoy. L’aquarelle montre un espace partagé en deux vaisseaux et trois travées conservés : L’ancien emplacement de la mairie est à cheval entre un bâtiment situé au 2 rue Général Saint communicantes voûtées en berceau plein-cintre, celles-ci ne semblent pas correspondre à l’espace situé sous permettent d’accéder à une cave à cellule en partie située sous et au revers de l’espace occupé par
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 2 place Général Saint-Pol - en ville - Cadastre : 1990 CE 61
    Titre courant :
    Mairie (détruite, 2 Place du Général Saint-Pol)
    Appellations :
    Enseigne de Saint-Esprit
    Annexe :
    commodités ; la dite maison appelée la tenue du Saint-Esprit située sur la rue et paroisse de Saint-Hilaire Tabourier, dans la dite rue Saint-Hilaire. Plus un jardin appelé la Bourbonnerie ainsi qu’il étoit cloce incendies, les latrines ont été établies à l'extrémité […] Dans [la cour sur la] rue Saint-Hilaire se trouve la voste court et depuys ou estoit lenseigne du sainct esprit assize audict nogent en ladicte rue et concistant en une maison en pavillon composee de chambres basses et hautes greniers cave grenyers cave Nogent-le-Rotrou, à la stipulation et acceptation de messieurs René Pesseau, avocat en parlement , écurie,chambres hautes, cabinet, grenier au-dessus, cour devant, petit jardin derrière, bâtiment en bace François MAUTÉ et à celle commune entre messieurs de Saint-Gatien de Tours et nous Daupeley notaire autrefois de palis, donnant par le bout d’en-haut au ruisseau qui descend du moulin d’à-bace dans la rivière
    Illustration :
    Caves, plan schématique et photographies du n°2 place Saint-Pol et de la ue Massiot
  • Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Historique :
    la première moitié du 16e siècle. Désormais ouvert en direction de la rue Saint-Laurent, il est le seigneur de Nogent. Son fils, Rotrou II fait réformer la communauté avant 1069, et consacrer l'abbatiale en église paroissiale (Saint-Laurent), à l'est les bâtiments conventuels et le chevet ont été reconstruits afin de satisfaire la liturgie clunisienne. Le doyenné est restructuré et en partie reconstruit durant en 1788. Ses bâtiments sont réaffectés en tribunal, prison, caserne et collège à partir de 1807. Le ce qui reste de l'abbatiale Saint-Denis.
    Référence documentaire :
    Archives nationales. Série P : article 938, n°38. Aveu et dénombrement de Saint-Denis. 1690. fol n AD Eure-et-Loir. Série H : 2598-2645. Prieuré Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou. AD Eure-et-Loir. Série H : 2598. Inventaire des titres et papiers du prieuré doyenné de Saint-Denis Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série H : 2601. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 15e AD Eure-et-Loir. Série N : 4 N 114. Abbatiale Saint-Denis. Bibliothèque nationale de France. Manuscrits. Fr Moreau 32. Cartulaire de Saint-Denis. Copie, 18e Bibliothèque municipale du Mans. Manuscrits. Ms : 0023. Missel de Saint-Denis. 1081-1194. Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine. Cote : 0081 028 0064. Dossier Saint-Denis. Musée-Château Saint-Jean (Nogent-le-Rotrou). Coustumes des pays, comte et baillage du grand Perche p. 10-60. CRESSON, André. Bernard le Clunisien, une vision du monde en 1144. Turnhout : Brepols
    Précisions sur la protection :
    Abbaye Saint-Denis (ancienne) : inscription par arrêté du 12 octobre 1948
    Statut :
    propriété de la commune Actuel collège Arsène Meunier, église et cimetière Saint-Laurent
    Description :
    L’ancienne abbaye est accessible par une tour porte donnant sur l’extrémité nord de la rue Saint rue. L’église paroissiale Saint-Laurent et son cimetière sont situés à l’ouest. Ils sont encerclés par
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Titre courant :
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Appellations :
    prieuré Saint-Denis
    Vocables :
    Saint-Denis
    Texte libre :
    quatre moulins sur le même cours d’eau, auxquels s’ajoute l’église Saint-Hilaire, avec son droit de des religieux à assurer leurs missions, Rotrou réforme l’abbaye en s’appuyant sur les moines de Saint jour de la Pentecôte, en échange du don du droit de tonlieu sur le bourg de Saint-Denis. Résistant ainsi en partie ses héritiers. Rotrou II est inhumé au côté de Geoffroy III dans l’abbatiale Saint-Denis au monastère. Geoffroy finit par chasser les moines de Saint-Père en leur préférant le patronage de l’abbaye de Cluny, à laquelle il fait don de Saint-Denis en 1080. Cette date est le point de départ d’un moines de Saint-Denis d’accroître leurs possessions autour de Nogent et de Mortagne. En contrepartie, les prieuré de Saint-Denis. En 1119, il cède une pièce de terre située au lieu d’Arcisses en vue de la contrepartie d’un prêt de 200 livres en 1192. A quelques années d’intervalle, il fonde le chapitre de Saint pour le prieur de Saint-Denis. Enfin, en 1236, l’abbaye de Saint-Denis s’oppose à celle des Clairets
    Illustration :
    Plan du collège Saint-Denis (19e siècle). IVR24_20152800547NUCA Moulin et tribunal de Saint-Denis, vue du Sud (vers 1948). IVR24_20162801159NUCA Rue Saint-Denis, bâtiments conventuels (aile ouest), vue du sud-ouest. IVR24_20162801170NUCA Rue Saint-Denis, passage d'entrée, vue de sud. IVR24_20132800095NUC4A Eglise Saint-Laurent, vue du sud-ouest. IVR24_20152800348NUCA
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Historique :
    fils Thomas Ier. Le château Saint-Jean est démoli en 1357, son donjon est incendié entre 1428 et 1449 Le terminus ante quem du château Saint-Jean est fixé à 1031 par les textes. Le site est alors aux mains de Geoffroy III. Le donjon et l’enceinte circulaire (au moins en partie) lui sont attribués. Ses
    Référence documentaire :
    MOUTON, Benjamin. Château Saint-Jean, donjon. Restauration et mise en valeur, avant-projet détaillé Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3479. Inventaire des titres du chapitre Saint Archives départementales d'Eure-et-Loir. Série G : 3485. Obituaire du chapitre Saint-Jean. Milieu Archives du Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. Inventaire. 1607. Archives du Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le-Rotrou. État des réparations. 1688. préliminaire. BRGM/RP-51868-FR . Mars 2003. 190 p., 8 fig., 14 tabl., 2 ann. dont 1 en volume séparé Saint-Jean], 2004. Charte 5 DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye p. 29-48. FOREAU, Christian. Sully et Rachel de Cochefilet en leurs seigneuries, fragments chartes 4, 7 et 13. GUERARD, Benjamin. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Père de Chartres. Tome 1
    Description :
    d’enceinte. La basse-cour, située 5 m en contrebas, est bordée au nord par le « pavillon Louis XIII ». Il se
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Titre courant :
    Château Saint-Jean
    Appellations :
    château Saint-Jean
    Texte libre :
    11ème siècle. En 1080, le site dispose de deux chapelles sous les vocables de Saint-Jean et Saint de chanoines dans l’église Saint-Étienne . Le château Philippien En 1194, le chapitre Saint-Jean est Montaigu, reprennent la Normandie. L’église Saint-Etienne est incendiée lors de la prise du château. En refondation du collège Saint-Jean. Elle est effectuée en 1467, sous le consentement de Charles d'Anjou. La nécessaires à sa remise en état, puis, à partir de 1958, nécessaires à l’installation du Musée Saint-Jean. Les . L’axe est rejoint par les rues Saint-Hilaire et Saint-Laurent, elles donnent accès à la rive droite de quadrilatère formé par l’Huisne, et les rues gouverneur, Saint-Hilaire et Saint-Laurent. Si le plateau est bien en relation avec l’ancien quartier canonial de Saint-Jean. La toponymie et la maison de la Chevecerie . L’église Saint-Jean, construite en dehors de l’enceinte, aurait alors assuré la fonction d’église de l’abbaye Saint-Denis, fait achever son abbatiale. Il est donc tout à fait recevable qu’il en soit
    Illustration :
    Vue aérienne du château Saint-Jean et de la ville en 1950. IVR24_19922800080VA Château Saint-Jean, vue du nord-ouest. IVR24_20132800001NUC4A Enceinte, vue du sud-ouest, pavillon Louis XIII, tours de Saint-Victor et de Brunelles
  • Bourg : officialité puis presbytère
    Bourg : officialité puis presbytère Thiron-Gardais - Bourg - 14 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 39 2013 AB 63
    Historique :
    documents d'archives (pas encore construit en 1651, date du plan de l'abbaye dressé par Dom Hilaire Pinet et charge Denis Théodore Ménager, maçon à Saint-Hilaire-des-Noyers (commune actuelle de Saint-Denis Ce corps de bâtiment a été construit dans la seconde moitié du 17e siècle comme en attestent les , mais présent en plan sur le Monasticon gallicanum, atlas du 18e siècle présentant les plans des -d'Authou) d'en dresser les plans et devis estimatif. Le projet ne verra pas le jour.
    Description :
    tore) surmontée d'un fronton triangulaire mouluré avec niche à saint. Un bandeau sépare les deux -de-chaussée sont transformées en portes) à l'exception de quatre oeils-de-boeuf en façade principale . Les murs sont en moellons de grès (roussard), de silex et de calcaire couverts d'un enduit plein , abîmé laissant entrevoir les nez des pierres essentiellement en partie basse de l'édifice. Les encadrements d'ouvertures, le bandeau et la corniche moulurée sont en pierre de taille calcaire. Les chaînages d'angle et la partie basse des encadrements de portes (en contact avec l'humidité du sol) sont en pierre de taille de grès (roussard). Le toit à longs pans brisés et à croupe brisée est couvert en tuile
    Localisation :
    Thiron-Gardais - Bourg - 14 rue de l'Abbaye - en village - Cadastre : 1814 B1 39 2013 AB 63
  • Les caves de Nogent-le-Rotrou
    Les caves de Nogent-le-Rotrou Nogent-le-Rotrou
    Texte libre :
    parcellaire dense, les rues Saint-Hilaire et Saint-Laurent comptent peu de caves, en effet leur proximité avec , 123 rue Saint-Hilaire). Elles sont accessibles depuis le vaisseau par des portes d’une largeur (32 rue Saint-Hilaire), soit sous un bâtiment sur cour (14 items). Dans le second cas, ces bâtiments adoptent toujours des plans en L ou en U (22 place Saint-Pol). Les caves dotées de deux vaisseaux (22 autres (108 rue Saint-Hilaire), ce qui est fréquemment le cas quand les caves sont composées de plus de Saint-Hilaire). Les autres caves qui composent ce corpus étant trop altérées, elles n’ont schématiques. Certaines d’entre elles, dites « sélectionnées » ou « monographiées », ont été traitées plus en pièce excavée ou semi-excavée servant de magasin. En contexte urbain, les caves sont généralement liées été regroupées en deux familles sur la base de critères liés à leur implantation, leur plan et leur de ces critères permet la mise en avant de leurs fonctions, de manière à pouvoir appréhender leur
    Illustration :
    Maison (123 rue Saint-Hilaire), escalier menant à la cave. IVR24_20162801645NUCA Maison dite Cave des Templiers (3 rue du Paty), salle du rez-de-chaussée. (Musée-Château Saint-Jean Hôtel, maison dite Écu de Bretagne (5 rue du Paty), aile en fond de cour, cave, vue de l'ouest Hôtel Parseval, 76 rue Gouverneur, cave à vaisseau simple, à voûte en berceau segmentaire
  • La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne
    La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne Nogent-le-Rotrou
    Historique :
    la construction du pont Saint-Hilaire, passage propice à l’installation d’un pôle économique (Marchés -comte situé au pied de l’éperon Saint-Jean. L’espace est occupé par la curia et les milites comtale. Le monastère Saint-Denis qui donne lieu à la création d’un bourg du même nom. Le bourg neuf qui fait suite à , artisanat, moulins). La Seigneurie de Nogent-le-Rotrou La réunion du Perche à la couronne de France en 1226 d’abord propriété de la Maison Château-Gontier échoit successivement en héritage, en apanages ou en bourgs en une seule entité au cours du XVIIe siècle : le « grand-bourg » et alors successivement
    Référence documentaire :
    MOUTON, Benjamin. Château Saint-Jean, donjon. Restauration et mise en valeur, avant-projet détaillé préliminaire. BRGM/RP-51868-FR . Mars 2003. 190 p., 8 fig., 14 tabl., 2 ann. dont 1 en volume séparé p.10-60 CRESSON, André. Bernard le Clunisien, une vision du monde en 1144. Turnhout : Brepols Saint-Jean], 2004. -Gaillard, Chambois, Fécamp, Notre-Dame de Gravenchon (Fontaine-Saint-Denis), Grimbosq (Olivet), Mirville , Grosley (Le Pin), le Plessis-Grimoult, Condé-sur-Huisne (Rivray), Saint-Sauveur-le-Vicomte et DEBORD, André. Les bourgs castraux dans l'ouest de la France. In Châteaux et peuplements en Europe DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. DUBY, Georges (dir.), LE GOFF, Hervé, LE GOFF, Jacques, CHEDEVILLE, A. La Ville en France au Moyen FLAMBARD-HERICHER, Anne-Marie, ETTEL, P. Fortifications de terre et résidences en Normandie. In
    Texte libre :
    droit de sépulture lié à l’église Saint-Hilaire en 1031, qui suggère son statut d’église paroissiale. Le celle de Saint-Laurent en 1216 et la reconstruction de l’église paroissiale Saint-Hilaire durant la dédicace des églises Saint-Étienne et Saint-Hilaire, toutes deux attestées au 11e siècle, suggère une : l’adoption du modèle de la tour-palais en est une illustration. Le prieuré Saint-Denis exerce un contrôle Chartres et le vicus de Saint-Denis. On retiendra également l’existence de vignes, attestée à Nogent en 1102 puis de nouveau en 1179, où elles sont mentionnées lors d’une querelle entre les moines de Saint la première mention de son castrum en 1031. Il appartient alors à Geoffroy III (mort en 1039), vassal . Le castrum et le monastère Saint-Denis (11e siècle) Le château de Geoffroy III, loin de se réduire à III ne se limite pas à son château : fort de son titre, il entend agrandir ses terres et gagner en autonomie. C’est certainement une des raisons qui le pousse à fonder l’abbaye de Saint-Denis. Conscient de
    Illustration :
    Eglise paroissiale Saint-Hilaire (choeur, abside et clocher fin du 12e siècle début du 13e siècle Mise en comparaison du cadastre ancien (1811) avec le cadastre actuel (1990). IVR24_20172800181NUDA Vue aérienne de la ville en 1950. IVR24_19922800078VA Vue aérienne de la ville et du château en 1950. IVR24_19922800080VA Le château Saint-Jean de Nogent-le-Rotrou, vuedu donjon et du châtelet d'entrée L'Abbaye Saint-Denis, actuellement collège Arsène Meunier. IVR24_20132800122NUC4A La porte de l'abbaye Saint-Denis et l'église paroissiale Saint-Laurent. IVR24_20132800096NUC4A Maison Saint-Étienne, détruite, 2 rue du Paty. Vue ancienne et aquarelle. IVR24_20172800715NUCA
  • Illiers-Combray : jardin public du Pré Catelan
    Illiers-Combray : jardin public du Pré Catelan Illiers-Combray - route de Tansonville - en ville - Cadastre : 2016 AD 451 ; 617 ; 618
    Historique :
    l’ancienne église romane Saint-Hilaire d’Illiers, une grotte, des vases orientaux, des statues et un cabinet Jules Amiot, riche négociant d’Illiers, acquiert le terrain en 1863. Il crée un jardin d’agrément vers 1870 qu’il nomme le Pré Catelan. En référence à ses nombreux séjours en Algérie, il conçoit des propriétaire en 1964 et en 1991, le conseil municipal décide de louer le jardin au Conseil général. Trois
    Référence documentaire :
    ABDULAC, S., BLAISE, M.A., FOULON, Anne. Premier inventaire des parcs et jardins en Région Centre DESTERNES, Xavière. Inventaire des parcs et jardins en Région Centre : Illiers-Combray, Jardin du
    Description :
    Le jardin de 1,5 ha se divise en trois parties : la vallée, partie basse à l’est ; la pente, partie pigeonnier et la koubba. Le pigeonnier présente un soubassement en briques supportant un treillage de bois et une couverture en ardoise. La koubba est une fabrique dodécagonale en briques enduites de mortier permettent d’accéder au pavillon des Archers. Cette fabrique construite en briques dans une charpente de pans de bois est couverte d’une toiture en poivrière à pans en ardoise et se compose de deux niveaux sur fabrique de plan hexagonal couverte d’une toiture à pans en plaques de zinc formant un motif d’écailles. Le plateau, autrefois potager et verger du jardin, se trouve en face de cette dernière fabrique. Un bassin circulaire bordé de pommiers palissés en cordon agrémente cet espace. L’allée d’aubépines évoquée par Marcel
    Localisation :
    Illiers-Combray - route de Tansonville - en ville - Cadastre : 2016 AD 451 ; 617 ; 618
    Élévations extérieures :
    jardin en pente
    Annexe :
    vestiges de Saint-Hilaire, l’ancienne église romane d’Illiers, une grotte, des vases orientaux et des Données historiques détaillées En 1829, le propriétaire du terrain est M. Poisson, notaire à Courville-sur-Eure. Le registre cadastral définit ainsi les trois parcelles : terre, verger et pré. En 1863 oncle de Marcel Proust y crée vers 1870 un jardin d’agrément. Il le nomme le Pré Catelan en référence à d’Illiers est conçu par Jules Amiot dans un décor oriental ; il séjournait régulièrement en Algérie où , le surplus en verger, potager et petit parc, le tout d’une contenance de soixante-six ares cinquante , s’étendant d’abord en terre-plein devant le cours du Loir, s’élevait peu à peu, ici par de lentes montées, là un manège où un des chevaux du père de M. Santeuil en tournant, faisait monter l’eau du canal d’en descendant du petit pont rustique ne pouvaient accéder. » En 1914, Fernand Amiot hérite du jardin. Durant cette période, les parcelles sont toujours notées dans le registre cadastral en terre, verger et pré. En
    Illustration :
    Plan du jardin en 2007. IVR24_20172800311NUCB Vue aérienne du jardin du jardin du Pré Catelan, orthophotographie extraite en 2018 du Géo-portail Fabrique de commodités dans la partie supérieure du jardin, couverte d’une toiture à pans en
  • Hôpital d'hospitaliers de saint Augustin, actuellement centre hospitalier de l'Hôtel-Dieu
    Hôpital d'hospitaliers de saint Augustin, actuellement centre hospitalier de l'Hôtel-Dieu Nogent-le-Rotrou - 1-3 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 103, 265, 312
    Genre :
    d'hospitaliers de saint Augustin
    Historique :
    maladrerie Saint-Lazare en 1695 engagent la reconstruction du site. Elle s’étale tout au long du 18e siècle . La chapelle Saint-Jacques est alors séparée du domaine de l’hôpital, avant d’être érigée en église de Montdoucet. Il est desservi par les frères de Saint-Augustin. Le terminus ante quem de la chapelle Saint-Jacques est fixé à 1200 par les textes. Entre 1641 et 1643, les bâtiments bordant la cour de de Béthune. L’installation des sœurs de la Charité en 1657, puis la réunion de l’hôpital à la et porte sur les ailes A, B, C et D. En 1790, l’hôpital est placé sous l’autorité de la municipalité paroissiale en 1802. Entre 1861 et 1868, l’aile C est exhaussée et dotée d’une tour d’escalier hors-œuvre. Le pavillon de chirurgie est construit en 1933.
    Référence documentaire :
    L'Hôtel-Dieu. Date inconnue. Impr. photoméc. (carte postale). (Musée-Château Saint-Jean, Nogent-le DENIFLE, Henri. La désolation des églises, monastères, hôpitaux en France vers le milieu du XV DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. Saint-Jean, 2011. SUREAU, Séverine. Les établissement hospitaliers de Nogent-le-Rotrou : La maladrerie Saint-Lazare
    Description :
    plateau Saint-Jean. Les ailes A et B sont disposées en équerre sur les côtés est et sud de la cour de
    Localisation :
    Nogent-le-Rotrou - 1-3 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 103, 265, 312
    Titre courant :
    Hôpital d'hospitaliers de saint Augustin, actuellement centre hospitalier de l'Hôtel-Dieu
    Texte libre :
    de Béthune n’en reste pas moins seigneur de Nogent. Il est, à ce titre, patron de la chapelle Saint l’hôpital, l’Hôtel-Dieu se sépare en 1744 de l’aile gauche (nord) de la chapelle Saint-Jacques. L’édifice , la démolition de l’église Notre-Dame-des-Marais en 1798 entraîne l’acquisition de la chapelle Saint implanté non loin du carrefour entre les rues de Saint-Hilaire et de VIlette-Gaté marquant la rencontre des Historique Une fondation seigneuriale Une donation est établie en vue de l’établissement de la Maison-Dieu en 1182, par le seigneur de Mondoucet. En 1190, la fondation est confirmée et assortie de de sa défunte épouse. Les frères de la Maison-Dieu suivent la règle de Saint-Augustin. Selon George la deuxième seigneurie religieuse à Nogent-le-Rotrou, derrière le prieuré de Saint-Denis. Les frères n’en demeurent pas moins sous l'autorité des moines denisiens. Face à l'installation et au se fait pas attendre. Dès 1200, une charte est éditée par les moines de Saint-Denis afin d’imposer
    Couvrements :
    voûte en berceau
    Illustration :
    Bâtiment C, rez-de-chaussée, voûte en berceau plein-cintre. IVR24_20152800449NUCA
    Couvertures :
    toit en pavillon
  • L'opération d'Inventaire de Nogent-le-Rotrou, du Moyen Age au début de l'époque moderne
    L'opération d'Inventaire de Nogent-le-Rotrou, du Moyen Age au début de l'époque moderne Nogent-le-Rotrou -
    Référence documentaire :
    DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. Patrimoine culturel. Thésaurus de la désignation des objets mobiliers. [en ligne] Dir. Philippe Vergain ; réd JOUSSET DE BELLÊME, Georges. Le château féodal de Saint-Jean. Mamers : Impr. Fleury, 1912. . [Nogent-le-Rotrou] : [Musée municipal du château Saint-Jean], 2004. -Rotrou : Musée-Château Saint-Jean, 2011. 96 p. SUREAU, Séverine. Les établissement hospitaliers de Nogent-le-Rotrou : La maladrerie Saint-Lazare THOMPSON, Kathleen. Sept Textes pour une fondation, les premiers temps de Saint-Denis de Nogent-le
    Texte libre :
    matérielles disponibles. Elle met en relation les Rotrou, les moines de Saint-Denis, les chanoines de Saint et Saint-Hilaire. A partir du dernier quart du 19e siècle, les imprimeurs Gustave Daupeley et publiés à la même époque sont à prendre en considération pour l’histoire de la ville : L’abbaye de Saint Joseph Decaens qui, en se fondant sur la morphologie du site castral et le cartulaire de Saint-Père de en archéologie et Histoire de l’Art réalisés sur le château Saint-Jean et le monastère Saint-Denis peintre nogentais (1817-1876) dont les vues des églises Saint-Laurent, Notre-Dame et Saint-Hilaire Loire. En 2011, la convention passée entre l’université François Rabelais de Tours et le service supérieures de la Renaissance, sous la direction d'Alain Salamagne, soutenue en décembre 2017. Le projet est édifices encore en élévation, l’analyse des sources écrites, iconographiques et matérielles, de renseigner , qui permet d’éclairer les transformations urbaines en abordant les formes transmises par le cadastre
    Illustration :
    Eglise paroissiale Saint-Hilaire. IVR24_20132800056NUC4A Carte de la zone d’attraction de la basse-cour du château Saint-Jean. IVR24_20172800191NUDA Le château Saint-Jean : le châtelet et le donjon. IVR24_20132800048NUC4A Château Saint-Jean, châtelet : aquarelle du fonds Massiot. (Musée-Château Saint-Jean Château Saint-Jean, tour Montdoucet : photographie vers 1948, fonds Trouvelot. (Médiathèque de -Château Saint-Jean, fonds Massiot). IVR24_20162801251NUCA Hôtel de Bailli dit Maison du Bailli, 47 rue Saint-Laurent, lithographie, 1873. (Musée-Château Saint-Jean). IVR24_20162801412NUCA
  • L'habitat civil de Nogent-le-Rotrou (12e au 16e siècle)
    L'habitat civil de Nogent-le-Rotrou (12e au 16e siècle) Nogent-le-Rotrou
    Référence documentaire :
    p.109 ASKLUND, Jacques, BONTEMPS, Daniel. Beaugency, l’évolution d’une ville en Val de Loire. Lyon p.55-61 BERNARDI, Philippe. La construction en pierre. In : ESQUIEU (Y.), PESEZ (J.-M.) dir. Cent maisons médiévales en France (du XIIe au milieu du XVIe siècle). Un corpus et une esquisse. Paris DE SOUANCE, Hector Guillier. Saint-Denis de Nogent-le-Rotrou, 1031-1789. Vannes : Lafolye, 1895. p.197 DUBY, Georges (dir.), LE GOFF, Hervé, LE GOFF, Jacques, CHEDEVILLE, A. La Ville en France au GUERARD, Benjamin. Cartulaire de l'abbaye de Saint-Père de Chartres. Tome 1. Paris : Imprimerie de p.211 HOFFSUMMER, Patrick. Les charpentes du XIe au XIXe siècle : typologie et évolution en France du Nord et en Belgique. Paris : Monum, Editions du Patrimoine, 2002. municipal du château Saint-Jean], 2004. p.227 PAGAZANI, Xavier. La demeure noble en Haute-Normandie, 1450-1600. Quétigny : La Librairie
    Texte libre :
    d’escalier conservé est situé au 104 rue Saint-Hilaire (ci-contre), il s’agit d’un escalier en vis prenant retombants sur des culots sculptés, tandis qu’aux 4 rue Bourg- le-Comte et 3 rue Saint-Hilaire leurs linteaux Ce dossier consiste en une synthèse typologique regroupant les œuvres architecturales repérées place, tant du point de vue des pôles attracteurs de population que des matériaux mis en œuvre. L'étude relevant de la typologie de l’habitat civil en pierre et bâtis entre le 12e et le 14e siècle a été préservés. Aucun bâtiment en pan-de-bois n’a été observé. A partir du milieu du 12e siècle, Nogent accueille différents : la maison à pignon en retrait de la rue (12e–14e siècle) ; et la maison à gouttereau sur rue (12e–14e siècle). 1) Maison à pignon en retrait de la rue (du 12e au 14e siècle) Caractéristiques : Implantation en retrait par rapport à la rue ; mur pignon donne sur une cour antérieure ; implantation sur des moellons de silex liés au mortier. Les éléments porteurs sont réalisés en pierre de taille calcaire, de
    Illustration :
    Maison Saint-Etienne en pan de bois, détruite. IVR24_20172800715NUCA Maison, 104 rue Saint-Hilaire, faces nord et ouest. IVR24_20162801612NUCA Maison à pignon en retrait de la rue, 3 rue du Paty. IVR24_20162801297NUCA Maison à pignon en retrait de la rue, caves, 11 rue du Paty. IVR24_20162801397NUCA La maison à accès central (type 2a), porte d'escalier en vis, 4 rue Bourg-le-Comte L’hôtel à passage cocher (type 1 b), escalier en vis, 1 rue Giroust. IVR24_20162801238NUCA L’hôtel à passage cocher (type 1 b), échauguette, Hôtel du Bailli, 47 rue Saint-Laurent Maison à accès central (type 2a), pignon à rampants et crossettes sculptées, 2 rue Saint-Laurent Maison (type 2b), hôtel particulier, 47 rue Saint-Laurent. IVR24_20162801403NUCA