Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1756 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière représentant saint Louis de France
    Verrière représentant saint Louis de France Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    . Inscription concernant l'auteur : "Société artistique de peinture sur verre, 96, rue ND des Champs, Paris". Inscription concernant le commanditaire : armoiries et devises des familles d'Aligre et de Préaux
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière commandée par les familles de Préaux et d'Aligre suite à la construction de l'église.
    Matériaux :
    verre translucide
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Saint Louis, doté des attributs de la royauté, présente la couronne d'épines de sa main gauche. Le saint est figuré en pied sous un décor architectural de style gothique. Un décor végétal occupe le tympan de la baie.
    Auteur :
    [atelier] Société artistique de peinture sur verre [commanditaire] Familles d'Aligre et de Préaux
    Localisation :
    Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Titre courant :
    Verrière représentant saint Louis de France
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
    Illustration :
    Ecueillé, baie 2, saint Louis de France. IVR24_20093601003NUCA Ecueillé, baie 2, saint Louis de France, détail. IVR24_20093601004NUCA
  • Verrière représentant l'Immaculée Conception
    Verrière représentant l'Immaculée Conception Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'auteur : " Société artistique de peinture sur verre, Paris". Armoiries : famille de Préaux (avec devise : VIRTUS IN NOBILIBUS PLACET).
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière commandée par la famille de Préaux suite à la construction de l'église.
    Matériaux :
    verre translucide
    Représentations :
    croissant de lune
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La Vierge, surmontant un croissant de lune, est portée par une nuée d'angelots. Elle est placée sous une architecture de style gothique. Un ange tenant une couronne est figuré dans le tympan de la
    Auteur :
    [atelier] Société artistique de peinture sur verre [commanditaire] Famille de Préaux
    Localisation :
    Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
  • Verrière représentant saint Charles Borromée
    Verrière représentant saint Charles Borromée Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le commanditaire : armoiries et devise de la famille de Préaux (VIRTUS IN
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale Les vitraux de l'Indre
    Historique :
    Verrière commandée par la famille de Préaux suite à la construction de l'église.
    Matériaux :
    verre translucide
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Saint Charles Borromée est représenté en pied, sous une architecture de style gothique. Vêtu du végétal occupe le tympan de la baie.
    Auteur :
    [atelier] Société artistique de peinture sur verre [commanditaire] Famille de Préaux
    Localisation :
    Écueillé - rue de la Seigneurie - en ville
    Aires d'études :
    Département de l'Indre
  • Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : suite picturale,
    Nogent-le-Rotrou, Lycée Rémi Belleau : suite picturale, "Les quatre saisons" Nogent-le-Rotrou - 33 rue Bretonnerie - en ville
    Historique :
    -Denis sur son site actuel rue de la Bretonnerie. Durant sa séance du 23 janvier 1952, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics approuve le choix de l'architecte Jacques Warnery d'attribuer à Lucien Fontanarosa la réalisation d'une suite picturale traitant le sujet des quatre saisons. L'arrêté d'agrément de l'artiste est signé le 11 février 1952. Les quatre œuvres ont été déplacées lors du transfert du lycée de la rue Saint
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Référence documentaire :
    AN 19880466/22 : collège Rémi Belleau, Nogent-le-Rotrou, Commission nationale du 1% artistique , Ministère de la Culture, 1952-1953. WARNERY, Jacques. Le collège Rémi-Belleau de Nogent-le-Rotrou. La Construction moderne, revue
    Dénominations :
    peinture
    Statut :
    propriété de la région
    Catégories :
    peinture
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    Sur la peinture du musicien : en bas à droite : FONTANAROSA 52
    Observation :
    Cette suite picturale est la plus ancienne œuvre appartenant au corpus du 1% artistique des lycées publics de la Région Centre-Val de Loire.
    Précision dénomination :
    Ensemble de peintures
    Représentations :
    Représentation symbolique des quatre saisons sous la forme de quatre figures humaines sur fond
    Description :
    Cette suite picturale est un ensemble de quatre panneaux peints, encadrés sous verre, dont la
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de situation des peintures sur le mur sud. IVR24_20152800150NUCA Vue de situation des peintures sur le mur nord. IVR24_20152800151NUCA
  • Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : peinture,
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : peinture, "Allégorie de la jeunesse" Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    Historique :
    L'artiste Henri Malvaux (Directeur de l’École des Beaux-arts de Bourges) est agréé par arrêté du 11 février 1952 pour exécuter une décoration picturale dans le hall d'entrée du lycée de jeunes filles de Bourges. La somme attribuée pour la réalisation de cette œuvre est de 1 200 000 francs.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Matériaux :
    matériau textile support en plusieurs lés (?) marouflé peinture acrylique
    Référence documentaire :
    le lycée de jeunes filles de Bourges, Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture Grandeurs et misères du 1% artistique. Le Berry Républicain, 26 mars 2012
    Dénominations :
    peinture
    Statut :
    propriété de la région
    Catégories :
    peinture
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    signature sur l'oeuvre Signature sur l’œuvre, en bas à droite sur panneau central : H. MALVAUX
    Représentations :
    la nature scène groupe de figures enfants animaux nature
    Description :
    L’œuvre est composée de trois panneaux peints et encadrés, possiblement en toile marouflée sur bois . Elle représente une scène de loisirs et de jeux d'enfants en compagnie d'animaux, dans la nature.
    Localisation :
    Bourges - 50 rue de Vauvert - en ville
    États conservations :
    Manque d'adhésion de la toile sur son support, déformation. Diverses salissures et graffiti sur la
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : peinture, "Allégorie de la jeunesse"
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de situation. IVR24_20141800546NUC4A Vue de détail. IVR24_20141800549NUC4A Vue de détail. IVR24_20141800547NUC4A Vue de détail. IVR24_20141800548NUC4A Vue de détail. IVR24_20141800550NUC4A
  • Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : peinture,
    Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : peinture, "Les vendanges" (non visible) Bourges - 1 avenue de Gionne - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    signature sur l'oeuvre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    l’œuvre de l'artiste Yves Brayer le 17 novembre 1960 et l'arrêté est signé le 11 avril 1961. La peinture , intitulée "Les Vendanges", est réalisée pour un coût total de 10 450 NF (8 987 NF au titre du 1% artistique La Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics donne son accord pour
    Matériaux :
    matériau textile (?) peinture acrylique
    Référence documentaire :
    AN 19880466/32. Projets Brayer, Gili, Rohner pour le collège technique de Bourges, commission nationale du 1%. Ministère de la Culture, 1951-1960.
    Dénominations :
    peinture
    Description :
    L’œuvre est une peinture acrylique sur toile marouflée. Selon le projet, elle mesure 3,15 m de long et 3 m de haut. La peinture représente une scène de vendange en bords de mer. Elle est actuellement dissimulée derrière un panneau de bois.
    Localisation :
    Bourges - 1 avenue de Gionne - en ville
    Titre courant :
    Bourges, Lycée Pierre-Émile Martin : peinture, "Les vendanges" (non visible)
    Dimension :
    Le panneau qui dissimule l’œuvre mesure 3,22 m de long et 2,86 m de haut.
    États conservations :
    traces de peinture (?) mauvaises conditions de conservation
    Catégories :
    peinture
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Reproduction d'une photo de la peinture extraite du Berry Républicain du mardi 27 mars 2012 Emplacement de l'oeuvre dissimulée derrière le panneau. IVR24_20141800024NUCA
  • Orléans, Lycée Pothier : peinture
    Orléans, Lycée Pothier : peinture Orléans - 2 bis rue Marcel-Proust - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    signature sur l'oeuvre date sur l'oeuvre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    Cette peinture est créée en 1996 par Lavendant. Les circonstances de sa réalisation sont inconnues.
    Dénominations :
    peinture
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Cette peinture, située dans le hall d'entrée, se décompose en trois panneaux juxtaposés de 2 m de haut et 0.72 m de large. Ces panneaux sont en contre-plaqué et la peinture est réalisée au pochoir
    Titre courant :
    Orléans, Lycée Pothier : peinture
    Catégories :
    peinture
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de détail : signature et date. IVR24_20144500380NUCA
  • Tableau : le château
    Tableau : le château Château-Renault
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Brenne
    Matériaux :
    matériau textile support peinture à l'huile
    Dénominations :
    peinture
    Représentations :
    Château de Château-Renault.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Huile sur toile, de forme rectangulaire horizontale.
    Catégories :
    peinture
    Aires d'études :
    Vallée de la Brenne
  • Peinture monumentale
    Peinture monumentale Chisseaux - le bourg - en village
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Historique :
    Ce fragment de décor peint datant de la fin du 12e ou du début du 13e siècle a été découvert en 1897 à l'occasion du déplacement de la chaire à prêcher.
    Référence documentaire :
    p. 252-253 JOUANNEAU, M. A. Communication au sujet des peintures murales de l'église de Chisseaux . Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Tome XI, 1897-1898.
    Dénominations :
    peinture monumentale
    Représentations :
    nimbe crucifère et celles de cinq apôtres sont visibles.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La seule partie conservée d'une peinture monumentale dans l'église est le fragment présent sur le mur intérieur nord de la nef.
    Titre courant :
    Peinture monumentale
    Catégories :
    peinture murale
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
  • Le 1% artistique dans les lycées publics de la Région Centre-Val de Loire
    Le 1% artistique dans les lycées publics de la Région Centre-Val de Loire
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Référence documentaire :
    ]. In Les bibliothèques parisiennes : architecture et décor. Paris : Paris : Action artistique de la Ministère de la Culture, Direction Générale de la Création Artistique. Le recensement du 1 % artistique en France [base de données]. Paris : Ministère de la Culture, 2012. Ministère de l'Equipement [...], Art et espace public : le point sur une démarche urbaine. [en [Exposition. Pierrefitte-sur-Seine, Ministère de la Culture et de la Communication, 2017]. Un art , Pierrefitte-sur-Seine du 31 mars au 13 juillet 2017, Clothilde Roullier commissaire de l'exposition. Paris réalisées au titre du 1 % artistique dans les lycées de Basse-Normandie (1951-1986). In Situ [En ligne], 32 AGUILAR, Yves. Un art de fonctionnaires : le 1%. Paris : Editions Jacqueline Chambon, 1998. CHAMBRION, Matthieu. Statues dans la ville. Un musée à ciel ouvert en Région Centre-Val de Loire HOTTIN, Christian. Le décor de la Bibliothèque nationale de France : le 1% en question. [en ligne
    Titre courant :
    Le 1% artistique dans les lycées publics de la Région Centre-Val de Loire
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Texte libre :
    % artistique » : Les objectifs de la mesure sont premièrement d'ordre artistique, en veillant à % artistique » en région Centre-Val de Loire. Certains, renommés ou moins connus, ont réalisé plusieurs Le « 1% artistique » avant et après la décentralisation : Le « 1% artistique », communément désigné, est une procédure spécifique de commande d’œuvres à des artistes vivants relative à la décoration mai 1975), cette mesure de soutien à la création contemporaine s'inspire d'une initiative de Jean Zay , ministre de l’Éducation et des Beaux-Arts durant le Front populaire. Elle vise actuellement à consacrer à l'occasion de la construction, de la réhabilitation ou de l'extension d'un bâtiment public 1% du coût des travaux à la commande ou à l'acquisition d'une ou de plusieurs œuvres d'art contemporain pour les intégrer été étendue à d'autres constructions publiques de l’État, puis des collectivités territoriales suite à la loi de décentralisation du 22 juillet 1983 (loi n° 83-663, article 59). Faute de circulaire
    Illustration :
    Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre, "Le rapport à Les oeuvres du 1% artistique visibles dans les lycées publics de la Région Centre-Val de Loire Amboise, Lycée Léonard de Vinci : ensemble de deux tableaux, "La Loire, le soir" et "Amboise, le Argenton-sur-Creuse, Lycée Rollinat : sculpture, "Gallaxy" par Daniel Szakonyi en 2000 Bourges, Lycée Marguerite de Navarre : 41 médaillons de femmes célèbres par Jean et Jacqueline Châteauroux, EPLEFPA de Châteauroux dit Naturapolis : décor mural par Dominique Foucher et Michel Châteauroux, EPLEFPA de Châteauroux dit Naturapolis : sculpture par Marcel Brun en 1967 Chinon, Lycée François Rabelais : deux vantaux de porte en marqueterie par Michel Lefèvre en 1971 Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures Le Subdray, Lycée agricole du Subdray (EPLEFPA du Cher) : fabriques de jardin, sculptures
  • Ensemble de neuf peintures monumentales : cycle marial
    Ensemble de neuf peintures monumentales : cycle marial Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Historique :
    Les peintures ont été réalisées par Hippolyte Lazerges entre 1863 et 1869. Chacune d'entre elle est signée et datée. Le thème de la Vie de la Vierge a été choisi pour se conformer à la dédicace de conseil de fabrique avait en effet décidé que " tout autel ou portique au pourtour de l'église aura pour objet principal de sa décoration un mystère de la Sainte Vierge".
    Matériaux :
    pierre support peinture à l'huile marouflé
    Dénominations :
    peinture monumentale
    Représentations :
    Nativité de la Vierge Présentation de la Vierge au Temple Mort de la Vierge Vierge de pitié Vierge de miséricorde En complément du cycle marial, la scène de la mort de Joseph décore l'une des chapelles.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le cycle de la vie de la Vierge est constitué de toiles marouflées sur les murs gouttereaux des chapelles des bas-côtés. Les scènes sont peintes sur fond or, dans un style orientalisant.
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de neuf peintures monumentales : cycle marial
    Annexe :
    peintre d'histoire pour ... aux moyens de terminer les tableaux qui restent encore à faire dans notre église. La fabrique pendant dix années ne pouvait faire aucun travail de quelque importance. Mais plusieurs personnes étaient dans l'intention de faire don d'un tableau. Monsieur Robert à l'occasion du mariage de sa fille, Monsieur Besse, également à l'occasion du mariage de Melle Marie, Monsieur le Curé pour offrir un souvenir de bienvenue à sa paroisse, donnèrent un tableau. Il fut donc convenu, entre Monsieur Lazerges d'une part et la fabrique de l'autre que la fabrique s'engage à confier tous les tableaux aux soins de Monsieur Lazerges qui les exécutera l'année suivante. De son côté, Monsieur Lazerges s'engage à faire tous les tableaux à raison de 15000. Mais il ne mettra la main à aucun des tableaux sans avoir achevé celui de la chapelle du confessionnal dont il a promis le don à la paroisse.
    Catégories :
    peinture
    Illustration :
    La présentation de Marie au temple. IVR24_20084500961NUCA La nativité de Marie. IVR24_20084500962NUCA Le mariage de la Vierge. IVR24_20084500966NUCA Vierge de Pitié. IVR24_20084500964NUCA La mort de saint Joseph. IVR24_20084500965NUCA
  • Ensemble de 4 peintures monumentales : saint Fiacre
    Ensemble de 4 peintures monumentales : saint Fiacre Orléans
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Inscriptions & marques :
    N. Rabier, 1860 (signé et daté en bas, à gauche, sur le panneau représentant saint Fiacre et saint
    Historique :
    Ensemble peint sur panneaux en 1860 par Narcisse-Albert Rabier.
    Matériaux :
    pierre support peinture à l'huile marouflé
    Dénominations :
    peinture monumentale
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Ensemble de 4 peintures monumentales : saint Fiacre
    Catégories :
    peinture
    Illustration :
    Saint Fiacre recevant la terre de l'évêque saint Faron (à gauche) - saint Fiacre en adoration dans écossais après la mort de son père (à droite). IVR24_20084500994NUCA Détail, signature : N. Rabier, 1860 (en bas, à gauche, sur le panneau représentant saint Fiacre et
  • Clôture de choeur ou Tour du choeur
    Clôture de choeur ou Tour du choeur Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville
    Historique :
    scènes sur le côté orienté vers l'intérieur du choeur. La claire-voie est bouchée par des panneaux de La décision de construire une clôture de choeur monumentale en pierre est prise dans la première décennie du 16e siècle. La maîtrise d'oeuvre est confiée au maçon Jehan de Beauce qui a dirigé la est élevée d'ouest en est à partir de la croisée et encercle les deux côtés du choeur qui est entièrement clos en 1529. L'ornementation du soubassement et de la claire-voie, de style gothique d'abord puis Renaissance, sculptée parallèlement, est terminée en 1529. La galerie supérieure, constituée de niches individuelles, est réservée aux scènes de la vie de la Vierge et de la vie du Christ ; les huit premières sont hissées à la fin de 1516 ou au début de 1517, leur succèdent quelques années plus tard les groupes de Jehan Soulas, puis en 1542-1544 ceux de François Marchand. Les groupes ultérieurs par Thomas Boudin d'architecture sont exécutés et montés au fur et à mesure de la mise en place des scènes situées à l'étage
    Cadre de l'étude :
    opération ponctuelle Le patrimoine mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres
    Référence documentaire :
    /Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, 2000. (Images du Patrimoine 204). JOUANNEAUX, Françoise. Décor et mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres. Orléans : AREP JOUANNEAUX, Françoise. Le Tour du choeur de la cathédrale de Chartres. Orléans : AREP-Centre Bibliographie : merci de consulter l'Annexe. Bibliographie : merci de consulter l'Annexe.
    Dénominations :
    clôture de choeur
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Annexe :
    . Laurent Magnier. Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie Royale de peinture finalement non réalisées. Malgré une évidente évolution artistique due à la durée de la construction, il est Temple et le Massacre des saints Innocents sur ordre du roi Hérode Le Grand, ainsi que le bas-relief de la Fuite en Égypte sculpté sur le pilier, sont placés dans les deux dernières niches de la quatrième Déploration. Les statuettes Sur la face de la clôture tournée vers le déambulatoire, 84 statuettes (de hauteur même campagne de construction. Le choix des sujets s'inscrit dans le courant artistique qui a assimilé sculpture et d’ornementation. Rapport sur l’état de conservation de la clôture du choeur de la cathédrale de MÉLY, Fernand. Jehan Soulas au Louvre et à la cathédrale de Chartres. Paris : Réunion des Sociétés des Simon Mazières). Paris : Réunion des Sociétés des beaux-arts des départements, XIV, 1890, p. 523-539. DE cathédrale de Chartres. Orléans : AREP-Centre/Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, 2000
    Texte libre :
    dans le déambulatoire sur deux portes flamboyantes. La première porte près de la croisée permet Commencé sous le règne de Louis XII, il est indiscutable que le Tour du chœur, appellation communément donnée à Chartres à la clôture de chœur, a été réalisé selon un plan et un programme iconographique fixés dans les premières années de sa conception. Les modifications ultérieures ont du style Renaissance, le déplacement pour des motifs liturgiques des portes d'accès au chœur de la troisième à la quatrième travée, et le remplacement en raison de contraintes matérielles de quelques groupes , après la mort de Louis XIV. Ce fait est exceptionnel, compte tenu de l'ampleur de la réalisation et de la longueur des travaux. Depuis le milieu du 13e siècle, le chœur est séparé de la nef par un jubé . Son édification, débutée vers 1230 ou 1240, s'achève avant 1260, l'année de dédicace de la cathédrale . Par la suite, le chapitre envisage de clore entièrement le choeur par une clôture. Celle-ci, en bois
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    29 dates sont portées sur la claire-voie et le soubassement, de la quatrième à la treizième travée sur le bord de la niche des scènes de La Cananéenne et des Pèlerins d'Emmaüs) - Inscriptions date sur l'oeuvre signature sur partie rapportée inscription concernant l'iconographie sur l'oeuvre graffiti sur l'oeuvre et date : T.BOUDIN..MIL.VIc.XII et T.BOUDIN..MIL.VIc.XI (sur des plaques en marbre noir rapportées concernant l'iconographie en lettres gothiques sur le bord des niches des huit premières scènes du côté nord
    Représentations :
    vie de la Vierge scène biblique cycle narratif Mariage de la Vierge songe de Joseph Vierge de douleur L'ornementation de la claire-voie et du soubassement est un témoignage idéal du riche décor fleuri de la première Renaissance. Les ornements décoratifs sont sculptés en relief plus ou moins accusé : fenestrages dans les premières travées nord et sud, puis motifs de candélabres, symboles religieux, génies , chutes d'objets de toute nature, trophées, vases de toutes formes, cornes d'abondance, animaux fabuleux , satyres et naïades enlacés dans des rinceaux, des rubans et des guirlandes. Sur le plan local , l'ornementation de la claire-voie est proche du décor de l'escalier, terminé en 1520, de l'aile Longueville du
    Auteur :
    [architecte] Texier Jehan de
    Description :
    mètres de hauteur en s'adossant aux piles et aux colonnes, et se développe sur une centaine de mètres étages de statuettes. Sur le plan horizontal, quatre niveaux se succèdent. Le soubassement, à la partie Saint-Martin, la troisième sur l'escalier menant au mécanisme de l'horloge astrolabique, et la dernière , plus étroite, sur une chambre de marguillier. Aux deux premières travées nord après la croisée, les portes ouvraient sur les chapelles et, à la troisième, sur une chambre de gardien. La travée du rond de baldaquins et ouvert sur le chœur. Jusqu'au 18e siècle, l'épaisseur du mur, qui forme une plate courbe du chœur, à l'exception de l'Entrée du Christ à Jérusalem qui se développe sur deux niches et de l’Érection de la Croix sur une niche double. En ce qui concerne l'organisation des scènes, le contraste est Le Tour du chœur constitue une véritable muraille de pierre sculptée. Il se dresse à plus de six , enserrant la partie droite et l'abside du chœur. Ainsi isolé du reste de l'édifice, il n'est accessible que
    États conservations :
    certaines statues à l'aide de gougeons en fibre de verre, recollage d'éléments fragilisés ou détachés diagnostics et études de restauration réalisés sur la totalité de la clôture, la Conservation régionale des De nombreuses statuettes ont disparu, nombreux manques et fissures dans les grandes scènes et les dais d'architecture. Dans le cadre des grands travaux de restauration engagés dans la cathédrale depuis 1974, qui redonnent peu à peu son éclat originel à l’édifice, la restauration du Tour de choeur est apparue indispensable compte tenu de son état général d’altération. La première intervention a consisté en un dépoussiérage de l’ensemble réalisé en 1995, suivi de la restauration de la polychromie du cadran de l'horloge en 2006, de la reconstitution du mécanisme de l'horloge (inauguration en mai 2010) et de la restauration de la travée entière de l'horloge en 2008-2009. Ces premières interventions ont , brisures, éclats, innombrables graffitis) et par endroits, désagrégation de la pierre ; ce qui a permis de
    Dimension :
    Dimensions non prises. La clôture se développe environ sur 100 mètres de longueur et six mètres de
    Titre courant :
    Clôture de choeur ou Tour du choeur
    Illustration :
    Juxtaposition d'éléments de décor gothiques et Renaissance sur l'ancienne porte d'accès à la Test de nettoyage réalisé sur le médaillon du soubassement : Pharaon donne l'ordre de tuer les Vue de situation dans le déambulatoire, côté sud (carte postale ancienne, éditions Nicourt Vue partielle de la partie tournante (côté nord). IVR24_20142800156NUC4A Aspect d'origine de la claire-voie (ancienne chapelle Saint-Martin, deuxième travée sud chapelle Saint-Jean l'Evangéliste et sur les pilastres adjacents (quatorzième travée nord L'horloge astrolabique. A gauche, le décor masque l'ancien escalier d'accès au mécanisme de Cadran de l'horloge présenté par deux anges (troisième travée sud). IVR24_20142800149NUC4A Ancienne fenêtre grillée qui éclairait la cage d'escalier d'accès au mécanisme de l'horloge Nativité de la Vierge (Jehan Soulas, 1519). IVR24_19992800109X
  • Peinture monumentale
    Peinture monumentale Sublaines - Bourg - en village
    Historique :
    On ne connait rien de l'histoire de ces peintures. Les sondages réalisés en 1993 dans le chœur ont , actuellement recouverts par un badigeon. Les peintures de la nef ne sont pas documentées historiquement et sont ), recouvert par un badigeon bleu beaucoup plus récent mais non daté, figurant un ciel étoilé. La retombée de la voûte de la travée sous clocher possède un décor (ou du moins des fragments) de la même époque stylistiquement datables de la seconde moitié du 15e siècle ou du début du 16e siècle.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Canton de Bléré
    Référence documentaire :
    Étude des peintures murales de l'église de Sublaines, Indre-et-Loire. Rapport d'analyses physico
    Dénominations :
    peinture monumentale
    Statut :
    propriété de la commune
    Catégories :
    peinture murale
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Représentations :
    Au mur nord de la nef, un fragment compartimenté en trois scènes montre plusieurs personnages deuxième compartiment figure un cavalier portant un casque de type « salade » et chevauchant sa monture voûte de l'abside est peinte d'un ciel bleu-vert étoilé. A sa base, on décèle un décor de faux-appareil au-dessus d'une frise à losanges bruns sur fond blanc, séparés en son centre par une ligne ocre continue. Le décor initial et encore sous-jacent de l'abside consiste en un grand Christ en Majesté dans
    Description :
    toute l'abside. Un constat d’état réalisé en 1990 a permis de les localiser et de confirmer la présence
    États conservations :
    porte de la sacristie. Un constat d'état réalisé en 1990 pointait l'état dégradé des peintures lié à la L'enduit se désolidarise du mur à plusieurs endroits, en particulier dans la nef au-dessus de la forte présence de sels dans les murs. Une campagne de refixage a été réalisée en 1993, en même temps que
    Dimension :
    Dimensions de la scène en trois registres située dans la nef : l = 333 et h = 170.
    Titre courant :
    Peinture monumentale
    Aires d'études :
    Canton de Bléré
    Illustration :
    Vue des peintures de la nef, mur nord, au-dessus de la porte de la sacristie. IVR24_20113701352NUCA Peintures du mur nord de la nef, détail. IVR24_20113701353NUCA Peintures de la voûte de l'abside, recouvertes d'un badigeon bleu. IVR24_20113701364NUCA Peintures du bras sud du transept. IVR24_20113701365NUCA Peintures du bars sud du transept, mur est : détail. IVR24_20113701366NUCA Peintures du choeur, côté nord. IVR24_20113701363NUCA
  • Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque,
    Orléans, Lycée Benjamin Franklin : fresque, "La Famille" Orléans - 21 bis rue Eugène-Vignat - en ville
    Historique :
    œuvres de Nicolas Untersteller dont l'arrêté est signé le 25 juillet 1956. Elles sont exécutées sur les Le 12 avril 1956, la Commission nationale des travaux de décoration des édifices publics agréa deux thèmes de l'enfance, l'écolier et l'homme bâtisseur de la cité. Parmi ces deux œuvres, la fresque réalisée en 1958, a pour thème "La Famille". Pour cette réalisation, un devis de 400 000 francs est établi.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Référence documentaire :
    technique d'Orléans. Commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1951-1960.
    Dénominations :
    peinture monumentale
    Statut :
    propriété de la région
    Catégories :
    peinture murale
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    signature sur l'oeuvre date sur l'oeuvre
    Représentations :
    famille groupe de figures représentation non figurative couple enfant
    Description :
    mise en œuvre est donc celle des pigments de couleur appliqués sur un support frais, ici un support de La fresque est située dans l'ancien foyer de l'internat et mesure environ 15 m2. La technique de chaux et de plâtre, ainsi que quelques tracés de crayons gras. L’œuvre représente un groupe de figures humaines : un couple et un enfant sur un fond abstrait. Les couleurs dominantes sont le bleu, le jaune, le
    États conservations :
    Les matières picturales sont couvertes de saletés mais semblent globalement en état correct. L'état du support : il est zébré de nombreuses fractures plus ou moins profondes, il porte ponctuellement des impacts de coups ou de légers arrachements.
    Dimension :
    L'œuvre couvre un mur de près de 15 m2 du sol au plafond (surbaissé ici à 260 cm) de 287 x 570 cm percé d'une porte à droite, dans une pièce de plan rectangulaire où deux murs sont entièrement ouverts
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de détail : signature et date. IVR24_20154500329NUC4A Vue de détail. IVR24_20154500328NUC4A Vue de détail. IVR24_20154500327NUC4A
  • Chemin de croix (trompe-l'oeil)
    Chemin de croix (trompe-l'oeil) Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Inscriptions & marques :
    Les stations du chemin de croix sont signées parfois à l'aide du nom entier, parfois par les
    Historique :
    Le chemin de croix, dont Hippolyte Lazerges entama la réalisation en 1866, fut inauguré le 1er
    Matériaux :
    pierre support peinture à l'huile grisaille marouflé
    Dénominations :
    chemin de croix peinture monumentale
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les scènes du Chemin de Croix sont des toiles marouflées sur les murs latéraux des chapelles des
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Titre courant :
    Chemin de croix (trompe-l'oeil)
    Catégories :
    peinture
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la sixième station du Chemin de croix : sainte Véronique essuyant le visage du Vue d'ensemble de la septième station, Jésus tombe pour la deuxième fois. IVR24_20084500968NUCA
  • Gien, Lycée Marguerite Audoux : décor adhésif sur verre,
    Gien, Lycée Marguerite Audoux : décor adhésif sur verre, "Une molécule d'eau dans l'eau" Gien - 20 rue du 32-ème-R.I. - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant l'iconographie sur l'oeuvre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    cadre du 1% artistique. Elle se décompose en deux phases : la première consiste à suivre et à l'Océan Atlantique ; la seconde est une réalisation graphique et photographique du trajet de cette balise sur la verrière du hall du lycée.
    Matériaux :
    verre support
    Référence documentaire :
    [Exposition virtuelle, 2008]. Une molécule d'eau dans l'eau, le 1% artistique du lycée du Giennois
    Représentations :
    objet représentation d'objet casserole hameçon carafe casier de pêche
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Pour la première phase de l’œuvre, la balise Argos a l'aspect d'une molécule d'eau : une forme de consiste en une composition graphique et photographique imprimée sur un film adhésif puis appliquée sur la verrière du hall du lycée. Ce décor adhésif représente le cheminement de la balise grâce au satellite, y figurent aussi divers inscriptions et textes, des éléments de la faune, de la flore, de l'environnement de la Loire, ses activités et architectures. Le décor s'expose sur une surface d'environ 96 m².
    Titre courant :
    Gien, Lycée Marguerite Audoux : décor adhésif sur verre, "Une molécule d'eau dans l'eau"
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de situation. IVR24_20164500489NUCA Vue de détail. IVR24_20164500494NUCA Vue de détail. IVR24_20164500493NUCA Vue de détail. IVR24_20164500492NUCA Vue de détail. IVR24_20164500491NUCA Le parcours de la balise Argos dans l'océan Atlantique (capture d'écran : 2013
  • Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre,
    Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre, "Le rapport à la salade ?" Chambray-lès-Tours - 104 avenue de La République - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Lycées région Centre-Val de Loire
    Historique :
    forme d'un décor sur verre et s'intitule "Le rapport à la salade ?". Le coût de cette réalisation L’œuvre de Julien Celdran est réalisée en 2012 dans le cadre du 1% artistique correspondant à la construction de la Halle de vente du lycée professionnel agricole de Chambray-les-Tours. Cette œuvre prend la : territoriale et générale. "C'est une façon de relier le territoire et l'histoire de l'humanité à la salade qu'on vend ou qu'on achète à la halle de vente. Le voilà, le rapport à la salade !" (Extrait du document de présentation de l’œuvre par l'artiste Julien Celdran). De plus, elle garantit une fonction
    Précision dénomination :
    décor adhésif sur verre
    Représentations :
    -Loire vue du ciel et plus précisément d'une portion du territoire d'Indre-et-Loire entre les communes de Beaumont-La-Ronce, Neuvy-Le-Roy et Neuillé-Pont-Pierre. Certains exploitants qui travaillent à la Halle de retraçant l'évolution de 10 000 ans d'agriculture à l'échelle mondiale. La chronologie intérieure s'inscrit d'exploitations. Pour l'artiste c'est une manière de fusionner une vision locale avec une vision globale d'un même
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    collé sur verre. Le décor est composé de deux parties : une visible depuis l'extérieur du bâtiment et signifie qu'il a une bonne tenue visuelle de l'extérieur et que de l'intérieur il donne un effet de vitrail partie visible depuis l'intérieur du bâtiment est une impression numérique noir sur un film transparent (avec un film de lamination de protection). Le décor collé à l'extérieur offre donc un effet de vitrail.
    Localisation :
    Chambray-lès-Tours - 104 avenue de La République - en ville
    Titre courant :
    Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre, "Le rapport à
    Annexe :
    noire représente l'évolution de la population mondiale sur cette période. Cette évolution est bien Structure de la Chronologie (Extrait du document de présentation de l'oeuvre par l'artiste Julien Celdran) Structure de la Chronologie Une ligne temporelle court horizontalement, de -9000 av J.-C. à nos jours. Sur la droite, une échelle indique la population mondiale en millions d'habitants. La courbe entendu liée à l'évolution de l’agriculture. 6 grands thèmes sont évoqués : -les mythes, les croyances
    Aires d'études :
    Région Centre-Val de Loire
    Illustration :
    Vue de situation. IVR24_20163701082NUCA Vue de détail IVR24_20163701081NUCA Vue de détail IVR24_20163701079NUCA
  • Peinture monumentale : Moïse faisant jaillir une source ; La Samaritaine au puits
    Peinture monumentale : Moïse faisant jaillir une source ; La Samaritaine au puits Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général
    Contributeur :
    La Taille Alice de
    Matériaux :
    pierre support peinture à l'huile marouflé
    Dénominations :
    peinture monumentale
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ces deux scènes sont disposées comme celles du cycle de la Vierge : elles sont marouflées sur le mur du fond de la chapelle des fonts baptismaux. Leur iconographie fait directement référence à l'usage de cette chapelle.
    Localisation :
    Orléans - 12 rue Notre-Dame-de-Recouvrance - en ville
    Titre courant :
    Peinture monumentale : Moïse faisant jaillir une source ; La Samaritaine au puits
    Catégories :
    peinture
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la chapelle et des peintures monumentales liées à la fonction de la chapelle
  • Bâtiment sur Loire du château d'Amboise
    Bâtiment sur Loire du château d'Amboise Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Centre-Val de Loire, Inventaire général (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    présentent, à la place de cette galerie, cinq autres arcades surmontées de consoles de mâchicoulis sur Le bâtiment nord construit face à la Loire qui, du fait de la disparition ou de l'inachèvement des (1483-1498). Sa date de construction exacte reste incertaine mais elle est contemporaine de celle du logis des Sept Vertus qui fut achevé autour de 1495-1496. À la suite des travaux de Charles VIII (1483 -1498), le bâtiment semble avoir conservé son apparence originelle jusqu'aux modifications du duc de Penthièvre (1786-1790). La comparaison des procès-verbaux de 1761 à ceux de 1806-1808 permet de restituer les transformations résultant de l'installation du duc et de définir les changements de la fin du XVIIIe siècle. Ainsi , au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le logis fut-il très modifié : les arcades donnant sur la Loire furent fermées pour créer une pièce supplémentaire et la grande salle de l'étage divisée en deux par un plancher afin de gagner encore de l'espace. À partir de 1892, Victor et Gabriel Ruprich-Robert rendirent à
    Référence documentaire :
    Archives départementales de Loir-et-Cher; Série 9 Fi : verre 9 Fi 3 Fi 9841. Château : façade sur Archives départementales de Loir-et-Cher; Série 9 Fi : verre 9 Fi 3 Fi 9839. Château : façade sur Archives départementales de Loir-et-Cher; Série 9 Fi : verre 9 Fi 3 Fi 9838. Château : façade sur Archives départementales de Loir-et-Cher; Série 9 Fi : verre 9 Fi 3 Fi 9837. Château : façade sur Archives départementales de Loir-et-Cher; Série 9 Fi : verre 9 Fi 3 Fi 9836. Château : façade sur THOMAS, Évelyne. Recherche sur le château d'Amboise : sources et méthode. Bulletin de la Société Projet d'asile pour vieillards : plan du rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire et du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins./par Ruprich Robert, 1895. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et
    Représentations :
    fleur de lys
    Description :
    De 25,30 m de long sur 10,10 m de large, le bâtiment a été construit à l'aplomb du rempart nord du château, sur un terrain a priori inoccupé auparavant. L'édifice présente des murs extérieurs de 1 m l'origine sur une galerie de bois, suspendue aux crochets de fer insérés dans les maçonneries. La galerie - quart de rond sur les piédroits et un large chanfrein pour le linteau - efface leur présence. Le décor l'élancement des pinacles. Des motifs de brique sur fond d'ardoise ornent le sommet des souches de cheminées de la tour des Minimes qui correspond au niveau du comble du nouveau logis de Charles VIII sur les bâtiment sur Loire et du nouveau logis de Charles VIII, l'escalier dit « percé ». La grande vis hexagonale bâtiment sur Loire. Le mur de refend longitudinal (0,70 m d'épaisseur) divise le rez-de-chaussée en deux floraux. Deux portes (1,25 m de large) ouvrent sur les arcades dites promenoir des Gardes (21,90 m x 3,50 assure la transition avec le quart-de-rond. La vis hexagonale ouvre au nord-ouest sur la grande salle de
    Titre courant :
    Bâtiment sur Loire du château d'Amboise
    Annexe :
    Les archives concernant le bâtiment sur Loire de la grande salle Le procès-verbal de 1761 mentionne actuellement appelée « le promenoir des Gardes » où les cinq arcades donnant sur la Loire sont murées de un perron découvert sur lequel est une grande porte à deux vanteaux à la haulteur de six pieds et possible qu'il y ait eu moins d'ouvertures qu'actuellement sur cette façade, puisque la galerie de bois sur les jardins, occupé par la veuve Bonnette, et la porte de communication avec le logis du Tambour continuant à monter par le même escalier, sommes parvenus au grenier au dessus de ladite salle des Gardes sur des voûtes mais la file de colonnes sur laquelle reposent les deux vaisseaux de cinq travées d'ogives la balustrade devançant les grandes arcades du rez-de-chaussée face à la Loire : - Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 950, f°6r° : « [...] Sur le petit rempart devant les offices cy dessus, ou estoit autrefois une balustrade en pierre totalement détruite ». Il est possible de restituer les
    Illustration :
    Plan du château au niveau des souterrains du logis sur Loire et de la tour des Minimes bâtiment sur Loire se trouve au second plan entre les logis du fossé et le nouveau logis de Charles VIII XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Elévation et plan de la façade sur Loire, par Ruprich-Robert, en 1880. (B.n.f., département des Elévation de la façade sur Loire, par Victor Ruprich-Robert, en 1898. (B.n.f., département des
1 2 3 4 88 Suivant