Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 39 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Logis seigneurial
    Logis seigneurial Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville - Cadastre :
    Historique :
    par Charles IV d'Anjou à partir de la seconde moitié du 15e siècle. Le porche et la salle des gardes
    Auteur :
    [commanditaire] d'Anjou Charles IV
  • Château Saint-Jean
    Château Saint-Jean Nogent-le-Rotrou - rue du Château - en ville
    Historique :
    , Charles IV d’Anjou engage la reconstruction du site. Un logis est ainsi installé sur le porche et le
    Référence documentaire :
    p. 338-366. DUBOSC, Guy. Le mariage de Charles d’Anjou, comte du Maine, et le comté de Guise (1431
    Auteur :
    [commanditaire] d'Anjou Charles IV
    Texte libre :
    refondation du collège Saint-Jean. Elle est effectuée en 1467, sous le consentement de Charles d'Anjou. La IV d'Anjou (1443 - 1472) Au sortir de la guerre de cent ans, la tour maîtresse et l’église Saint refondation du collège Saint-Jean. Elle est effectuée en 1467 sous le consentement de Charles d'Anjou. C’est fondé sous l’initiative du comte Geoffroy IV (1191-1202). Le chapitre de Saint-Etienne est alors réuni à d'Anjou Au sortir de la guerre de Cent ans, la tour maîtresse et l’église Saint-Étienne sont ruinées. La 16ème siècle. Charles de Bourbon succède à sa mère au début de 17ème siècle. Le château fait partie des étapes du Comte entre Soissons et la Normandie, dont Charles est nommé gouverneur par le roi en 1610 trouvent en Anjou ou en Mayenne. L’origine des ardoises mises en œuvre en couverture est incertaine. A 1100 au sein de l’église Saint-Etienne vient compléter le complexe palatial. Geoffroy IV (1191 - 1200 Normandie) de la sphère Plantagenêt au royaume de France. Le logis seigneurial (15e -18e siècle) Charles
  • Chapelle Saint-Charles
    Chapelle Saint-Charles Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    1717, sous le vocable de saint Charles Borromée, en mémoire du dévouement exemplaire de l'évêque , l'administration des Hospices civils d'Orléans décida son achèvement ; les travaux furent confiés à Pierre-Charles
    Référence documentaire :
    p. 142 BEAUVAIS DE PRÉAU, Charles-Nicolas. Essais historiques sur Orléans. Orléans : Couret de BRUNEAU, Olivier. La chapelle Saint-Charles : restauration, réhabilitation, conservation et d'Orléans, illustrée par 60 lithographies de Charles Pensée. Paris : Victor Didron, 1849. (Réédition dans la , chapitre IV - Bâtiments des Hospices. Orléans, 1877, 1903, 1913, 1914, 1928. . Ensemble de 90 clichés concernant la chapelle Saint-Charles réalisés en 1975, 1983 et 1984 par Daniel
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Charles
    Annexe :
    son fils. Pierre-Charles Thuillier fut nommé architecte des Hospices civils le 17 mai 1828. Il fut le chapelle Saint-Charles. Il donna sa démission le 29 mai 1863 en demandant à ne résigner sa charge qu'au 1er janvier 1864 et reçut alors le titre d'architecte honoraire. René Demond, successeur de Pierre-Charles
    Vocables :
    Saint-Charles
  • Hôpital d'hospitaliers de saint Augustin, actuellement centre hospitalier de l'Hôtel-Dieu
    Hôpital d'hospitaliers de saint Augustin, actuellement centre hospitalier de l'Hôtel-Dieu Nogent-le-Rotrou - 1-3 rue Gouverneur - en ville - Cadastre : 1990 BH 103, 265, 312
    Historique :
    L’Hôtel-Dieu est fondé entre 1182 et 1190 par Rotrou IV comte du Perche, et son vassal le seigneur
    Auteur :
    [commanditaire] Rotrou IV du Perche
    Texte libre :
    ruine de l'Hôtel-Dieu En 1453 Charles IV d’Anjou, comte du Maine, acquiert la seigneurie de Nogent-le nouveaux dons par le suzerain de ce dernier, Rotrou IV comte du Perche et seigneur de Nogent. Philippe de la Maison-Dieu. L’installation de la maison d’Anjou annonce une période d’abus et de mauvaise gestion celui de Beaugency auquel Thibault IV, comte de Blois, aide à la fondation. Rotrou IV, se montre, par cette fondation, comme l’égal de son ancien suzerain (Thibault IV) et affirme ainsi son propre statut
  • Abbaye de bénédictins Saint-Denis
    Abbaye de bénédictins Saint-Denis Nogent-le-Rotrou - 1 rue de la Jambette 47 rue Saint-Laurent - en ville - Cadastre : 1990 BO 170
    Historique :
    1079. Un an plus tard, Geoffroy IV, à son tour seigneur de Nogent, place la communauté sous le
    Auteur :
    [commanditaire] Geoffroy IV [personnage célèbre] De Ronsard Charles
    Texte libre :
    . Le prieuré clunisien La donation de Geoffroy IV L’hégémonie de Saint-Père sur Saint-Denis est contestée dès la mort de Rotrou II (+1079). Son fils et successeur, Geoffroy IV et sa femme Béatrice de prieuré. Les donations de Geoffroy IV renforcent considérablement l’hégémonie spirituelle du monastère avant lui, Geoffroy IV applique une politique favorisant les dons de ses vassaux, qui permet ainsi aux -Denis en 1140. La concurrence ecclésiastique Rotrou IV (comte du Perche de 1144 à 1191) suit les pas de 1290, le comté du Perche est cédé en apanage au frère du roi, Charles de Valois. Ce dernier fait valoir par Charles de Valois s’opposent aux moines quant au droit de taille dont les seconds prétendent être Charles de Valois s’empresse de contester. Philippe le Bel approuve le recours à un arbitrage entre les commende est instaurée au doyenné de Saint-Denis avant 1525, date à laquelle Charles de Hémard, licencié en France. Cette fortune littéraire doit certainement son éclosion à la personnalité de Charles de Ronsard
  • Château d'Amboise
    Château d'Amboise Amboise - Montée de l'Emir Abd el Kader - en ville
    Historique :
    de succession éclata entre les comtes d'Anjou ; Geoffroy III le Barbu et Foulques IV le Réchin envoya le comte Ingelger. Mais Charles le Chauve avait déjà nommé Aymon de Buzançais seigneur de la ville des comtes d'Anjou. Foulques Ier le Roux (888-941) lui succéda, puis Foulque II le Bon (941-958 Barbu et Foulques IV le Réchin. Dans leur lutte contre le comte de Blois, Amboise constituait l'une des pied du château. Pour s'allier les forces de la ville, le comte d'Anjou n'eut d'autre solution que de le roi Charles VII (1421-1461) qui confisque Amboise. L'évolution architecturale du château médiéval 1434, date à laquelle Charles VII confisque la baronnie. Il est impossible de déterminer si le château a été modifié sous Charles VII dont les séjours sont rares et brefs. Louis XI (1461-1483) Louis XI de France (même après son mariage avec Louis d'Orléans, futur Louis XII) et du dauphin Charles. Louis collégiale afin que les habitants de la ville ne montent plus au château. Charles VIII (1483-1498) En 1483
    Référence documentaire :
    dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et -de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII-François , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Charles VIII. 1er octobre 1485 - 30 septembre 1486. Archives Nationales ; KK 76. Compte de l'argenterie du roi Charles VIII. 1490. l'argenterie et chambre aux deniers du dauphin Charles-Orland. 1er octobre 1495-2 janvier 1496.
    Annexe :
    siècle. C'est une miniature de la fin du XVe siècle conservée à Saint-Pétersbourg, représentant Charles XI, Charles VIII, Louis XII, François Ier et Henri II. Après les cinq campagnes de travaux, le ouvrages de Charles VIII qui évoluèrent entre le début de son projet en 1489, avant qu'il n'épousât Anne de
    Texte libre :
    assise dans la structure qui servit par la suite de soubassement à la chapelle Saint-Hubert de Charles masquait la porte et ses ponts-levis à flèches. Le château de Charles VIII : à la recherche d'un mode de Loire, la forêt giboyeuse et son attachement pour le lieu décidèrent Charles VIII à faire d'Amboise sa Charles VIII sur les jardins. Il y a donc tout lieu de croire que, dès 1489-1491, Charles VIII envisageait présidèrent aux projets du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins puis de la tour Heurtault sont, quant à elles, liées aux jardins. Durant cette période, Charles VIII ajouta au logis de Louis XI du , une grande partie des tours cavalières et les deux premiers niveaux du nouveau logis de Charles VIII Loire, ne fut desservi par l'escalier « persé » que lors de l'édification du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins. Restituer l'histoire de l'évolution du projet demeure cependant complexe. Charles n'y faire édifier que les édifices de réception. La naissance en octobre 1492, du dauphin Charles
    Illustration :
    XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les du logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur Vue du parc du château depuis la porte des Lions avec au second plan le nouveau logis de Charles Vue du parc du château depuis la porte des Lions avec au second plan le nouveau logis de Charles doute du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins. IVR24_20093700161NUCA
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Blois Blois - en ville
    Historique :
    bombardements allemands en juin 1940, puis des bombardements alliés de 1944. Charles Nicod, architecte parisien Aubert est nommé en remplacement de Charles Nicod par le Ministère de la reconstruction et de l'urbanisme
    Référence documentaire :
    Plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, 1942. Par Nicod, Charles (architecte). (Ville plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail légende, 1942. Par Nicod, Charles plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, 1942. Par Nicod, Charles (architecte). (Ville plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte Plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte Plan de reconstruction et d'aménagement, sur papier, détail, 1942. Par Nicod, Charles (architecte
    Auteur :
    [architecte] Nicod Charles
    Annexe :
    Charles Nicod (1878-1967) Né en 1878 à Levier dans le Doubs, Charles Nicod entra à l'école des Reconstruction et de l'Urbanisme. Il prit la suite de Charles Nicod, qui y avait été nommé par le Commissariat à construction du pont Charles-de-Gaulle qui relie les gares de Lyon et d'Austerlitz. octobre 1940, fut par la suite remplacé par le plan de Charles Nicod nommé par le Commissariat à la par Charles Nicod et Jacques Billard, il leur donna une réalisation très soignée et respectueuse de Charles Nicod fut finalement nommé par le Commissariat à la Reconstruction Immobilière en mars 1941, il
    Texte libre :
    évènements. Il parcourut la ville avec le photographe Charles Lecomte dont on garde un reportage juillet 1940, avec l'aide au début de l'architecte Henri Lafargue. 5 - Le plan de Charles Nicod, 1941-1942 , nomma l'urbaniste parisien Charles Nicod, pour l'établissement d'un projet d'aménagement et d'un plan de celui de Charles Nicod témoignent de quelques constantes comme la création d'une place en tête de pont à centralisée. Le plan proposé par Charles Nicod fut d'abord examiné par une commission départementale au moderne. Le projet de Charles Nicod comportait deux volets. Un plan de zonage répartissait les types immeubles de la tête de pont. Les commandes de ces études furent passées dès 1942 : à Charles Dorian pour Carmel, de l'ancienne prison et pour l'aménagement d'un Mail sur le quai du Foix. Charles Nicod quant à Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU), ni que la nomination d'André Aubert en remplacement de Charles Nicod Charles Nicod au printemps 1941 et validé en novembre 1942, adopta un urbanisme d'îlots. Dans un projet
  • Hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    -Charles (ancien couvent des Ursulines) situé au sud de la Loire et qui venait d'être désaffecté, fut qui venait d'achever la construction de l'hospice d'aliénés (hospice Caroline), et à Pierre-Charles
    Référence documentaire :
    Archives nationales. F/15 (Hospices et secours), 2147 à 2153 (Travaux aux hospices. An IV-1810 Compte moral administratif des Hospices civils d'Orléans : Exercice 1884, chapitre IV - Bâtiments p. 377-379 CUISSARD, Charles. Mémoire présenté à l'évêque d'Orléans par le bureau de l'hôtel-Dieu
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Annexe :
    , matériaux). Pierre-Charles Thuillier fut nommé architecte des Hospices civils le 17 mai 1828. Il fut le concepteur de l'hôtel-Dieu et assura l'achèvement de la chapelle Saint-Charles. Il donna sa démission le 29
  • La ville d'Amboise
    La ville d'Amboise Amboise
    Historique :
    Charles VIII (1483-1498), la menace guerrière s'apaise. La mise en place d'une cour nombreuse et itinérante rythme la vie de la ville qui doit la nourrir. Charles VIII entreprend des travaux importants au
    Référence documentaire :
    345. Lettres de Charles VII du 11 janvier 1446 en faveur de l'église Saint-Florentin du château.
    Annexe :
    entre la date à laquelle la ville est confisquée par Charles VII (1422-1461) à la famille d'Amboise, et
    Texte libre :
    l'an Mil, durant la lutte du comté d'Anjou contre le comté de Blois, Amboise joue un rôle prépondérant concernent la tour Garçonnet. En 1471, à la naissance du dauphin Charles, Louis XI demeure beaucoup moins souvent à Amboise. Il se soucie pourtant de la sécurité du futur Charles VIII, et demande à la ville que Catalogne, Picardie, Normandie et Bretagne. Sous Charles VIII (1483-1498), la menace guerrière s'apaise. En 1491, Charles VIII met un terme aux guerres de Bretagne en épousant Anne de Bretagne. Les entrées . Charles VIII entreprend d'importants travaux au château. Les « terriers » provenant des fondations et des occasionnellement jusqu'en 1525 (à l'exception de la venue de Charles Quint en 1542). Dans la dernière partie de son
  • Hôpital général
    Hôpital général Orléans - 1 rue Porte-Madeleine - en ville - Cadastre : 1994 AY 2
    Historique :
    chapelle adjacente Saint-Charles. Dans les espaces laissés libres furent implantés quelques édifices -Madeleine, remplacée en 1713 par la chapelle Saint-Charles qui resta inachevée jusqu'en 1864. Entre 1696 et ville, et Pierre-Charles Thuillier, architecte des Hospices civils, au sud-est de l'hôpital général
    Référence documentaire :
    , chapitre IV - Bâtiments des Hospices, Orléans, 1868, 1878, 1905, 1914. Compte moral administratif des Hospices civils d'Orléans : Exercices 1870, 1915, chapitre IV p. 141 BEAUVAIS DE PRÉAU, Charles-Nicolas. Essais historiques sur Orléans. Orléans : Couret de , illustrée par 60 lithographies de Charles Pensée. Paris : Victor Didron, 1849. (Réédition dans la collection
    Description :
    en E. A l'aile médiane fut reliée la chapelle Saint-Charles dont les bras du transept venaient
    Auteur :
    [architecte] Thuillier Pierre-Charles
    Annexe :
    direction des architectes François Narcisse Pagot et Pierre-Charles Thuillier, ainsi que partagé en l'hospice Caroline eut lieu le 4 novembre 1838 qui fut mis sous la protection de saint Charles. Les quatre
    Illustration :
    Cour intérieure orientale des femmes. A droite la chapelle Saint-Charles (carte postale éditée par Cour Saint-Charles, entrée des ateliers à droite (carte postale éditée par Neurdein Frères -Charles. IVR24_20124500271NUC4A d'entrée principale. La devise fut inventée par Charles de Troyes, seigneur de la Chesnaie, l'un des
  • Mézières-en-Brenne : église Sainte-Madeleine, verrières
    Mézières-en-Brenne : église Sainte-Madeleine, verrières Mézières-en-Brenne - en village
    Historique :
    Louis d’Anjou, bâtard du Maine, seigneur de Mézières. Son père Charles d’Anjou avait en effet reçu la vaste, dite « chapelle d’Anjou » car fondée en 1543 par Nicolas d’Anjou, petit-fils de Louis. Cet représente Jeanne de Brenne et Alix de Brabant (baie 12). Les vitraux prévus par Louis d’Anjou pour la par Lucien-Léopold Lobin en 1865 (baies 3 et 5). Au sud, la chapelle d’Anjou conserve trois des quatre verrières d’origine, figurant plusieurs membres de la famille de Nicolas d’Anjou présentés par d’Anjou et Antoinette de Chabannes, a été presque entièrement refaite par Emile Thibaud en 1842. Celle de
    Illustration :
    Mézières-en-Brenne, église Sainte-Madeleine, baie 4 : Louis d'Anjou et Anne de La Trémoille Mézières-en-Brenne, église Sainte-Madeleine, baie 6 : René d'Anjou et Antoinette de Chabannes Mézières-en-Brenne, église Sainte-Madeleine, baie 8 : Nicolas d'Anjou et Gabrielle de Mareuil
  • Église Notre-Dame-et-Saint-Florentin-en-Grèves (placette Saint-Florentin)
    Église Notre-Dame-et-Saint-Florentin-en-Grèves (placette Saint-Florentin) Amboise - placette Saint-Florentin - en ville
    Référence documentaire :
    Archives départementales d'Indre-et-Loire ; G 345. Lettres de Charles VII du 11 janvier 1446 à
    Annexe :
    privatiser l'église castrale (Archives communales d'Amboise, DD, paragraphe IV édifices sacrés, 7 juin 1473 d'Amboise, DD, paragraphe IV édifices sacrés, vidimus du 29 mars 1479, (lettre conservée à la Bibliothèque
    Illustration :
    Vue du clocher depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950. IVR24_19753702145Z Vue de l'église depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950. IVR24_19753702128X Vue du clocher depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950. IVR24_19753702129X Vue du clocher depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950. IVR24_19753702149Z Vue du clocher depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950. IVR24_19753702130X Vue du clocher depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950. IVR24_19753702131X Vue du clocher et du mur pignon depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950 Détail du clocher et du mur pignon depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950 Vue rapprochée du sommet du clocher depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950 Vue rapprochée du sommet du clocher depuis le quai Charles Guinot, cliché Bernard Vitry, vers 1950
  • La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne
    La ville de Nogent-le-Rotrou du Moyen-Age au début de l'époque moderne Nogent-le-Rotrou
    Historique :
    du XV siècle, avec l’essor économique et démographique consécutif à l’installation de Charles d’Anjou
    Référence documentaire :
    et Condé-sur-Noireau : éditions Charles Corlet, 2001. Tome 1 et Tome 2. (Actes du colloque de Cerisy Cerisy-la-Salle, 1994). Caen : Presses universitaires de Caen/éditions Charles Corlet, 2001, I.
    Texte libre :
    fait de ses héritiers, Rotrou II et Geoffroy IV. Nogent-le-Rotrou s’inscrit dans le mouvement de
  • Ensemble de 3 immeubles dit îlot M
    Ensemble de 3 immeubles dit îlot M Blois - rive droite - rue du Poids-du-Roi rue des Juifs place Ave-Maria - en ville - Cadastre : 2010 DO 470-471 2010 DO 600-601
    Historique :
    L'hôtel Maillé, construit par le gouverneur de Blois sous Henri IV, fit partie des rares édifices
    Annexe :
    octobre 1940, fut par la suite remplacé par le plan de Charles Nicod nommé par le Commissariat à la par Charles Nicod et Jacques Billard, il leur donna une réalisation très soignée et respectueuse de
  • Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte)
    Ensemble de 3 maisons (7-9-11 rue Saint-Euverte) Orléans - 7, 9, 11 rue Saint-Euverte - en ville - Cadastre : 2012 BN 170, 171, 414, 415
    Référence documentaire :
    p.531 VERGNAUD-ROMAGNESI, Charles François. Histoire de la ville d'Orléans, de ses édifices Tome IV, p.337 BIMBENET, Eugène. Histoire de la ville d'Orléans. Orléans : Imprimerie Georges
  • Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres
    Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame de Chartres Chartres - 16 cloître Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AB 23
    Auteur :
    [sculpteur] Bridan Charles-Antoine [peintre] Fournier des Ormes Charles
    Annexe :
    haut, V en bas, un animal au milieu) et numéro d'inventaire : IV dessous, après 1838. Décor de raisins liturgie. Paris, 1948. CHALLINE, Charles. Recherches sur Chartres, transcrites et annotées par un arrière . DUVAL, Noël, PICARD, Jean-Charles, FONTAINE, Jacques, FÉVRIER, Paul-Albert et BARRUOL, Guy. Naissance
    Texte libre :
    rayonnement de l'édifice est le Voile de la Vierge, ou Sainte-Chemise, présent supposé de Charles le Chauve en grand camée représentant Jupiter offert par Charles V en 1367, déposé au Cabinet des médailles de la et le sacre de Henri IV le 27 février 1594. Au milieu du 18e siècle, alors que sa destruction est par Charles-Antoine Bridan. Dans la courbe absidale jusqu’au niveau du triforium, le décor et les
  • Jardin du Château d'Amboise
    Jardin du Château d'Amboise Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Référence documentaire :
    , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et -de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Château, porte au porc-épic où se blessa Charles VIII [légende erronée puisque cette porte date assurément du règne de Louis XII (1498-1515) et non de Charles VIII (1483-1498)], n.s. n.d. (Médiathèque de François Ier à Henri IV, les bâtiments et leurs fonctions. Paris, 1998. DAGNAS-THOMAS, Évelyne. Amboise, le grand dessein de Charles VIII. Poitiers : Université de
    Description :
    Le jardin appartient au projet général de Charles VIII (1483-1498), or la magnificence des jardins Français durant la conquête ultramontaine. De retour de sa campagne d'Italie, Charles VIII appela un connaît pas la part de réalisation qui lui revient car Charles VIII avait commencé à agencer ses jardins . Il est indéniable que Louis XII (1498-1515) acheva le chantier de Charles VIII et que par ailleurs il emblème. Il est donc impossible de connaître la part de création revenant à Charles VIII et celle du jardin de Charles VIII et Louis XII, et que sa conversion en logis canonial soit postérieure au frontons au sommet des lucarnes, ne saurait dater des travaux de Charles VIII (1483-1498), ni même de Louis dernière fonction qu'il a reçue, tout comme le nouveau logis de Charles VIII qui est appelé le logis de la doute été mise en place sous Charles VIII à l'extrême fin du 15e siècle, peut-être sous l'impulsion de long par 32 m à 36 m de large, si l'on considère qu'il venait jusqu'au pied du nouveau logis de Charles
    Annexe :
    000 m3 - seraient contemporaines du jardin de Charles VIII. Le procès-verbal du 2 avril 1808 fait état à Lassay-sur-Croisne, un château construit par Philippe du Moulin, chambellan de Charles VIII entre
    Illustration :
    XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Vue du jardin devant le nouveau logis de Charles VIII sur les jardins depuis la terrasse haute du Vue de la porte basse de la tourelle d'escalier nord du nouveau logis de Charles VIII sur les
  • Tour des Minimes
    Tour des Minimes Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Référence documentaire :
    , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et -de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII-François dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et -de-jardin du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins/ par Ruprich Robert, 1895. (Archives de Charles VIII sur les jardins./par Ruprich Robert, 1895. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 Projet d'asile pour vieillards : plan du 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins
    Description :
    mal l'intention première de Charles VIII (1483-1498) qui n'a pas eu le temps d'achever son œuvre, mais
    Illustration :
    XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les du logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Loire et du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 AP Loire et du premier du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins. (Archives Nationales, Cartes et Charles VIII sur les jardins. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 AP (1) 2299 bis
  • Bâtiment sur Loire du château d'Amboise
    Bâtiment sur Loire du château d'Amboise Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Historique :
    travaux des autres édifices, demeure le seul logis dont le commanditaire exclusif soit bien Charles VIII logis des Sept Vertus qui fut achevé autour de 1495-1496. À la suite des travaux de Charles VIII (1483
    Référence documentaire :
    de Charles VIII sur les jardins./par Ruprich Robert, 1895. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et -de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII -de-jardin du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins/ par Ruprich Robert, 1895. (Archives Projet d'asile pour vieillards : plan du 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins de Charles VIII sur les jardins./ par Ruprich Robert, 1895. (Archives Nationales, Cartes et Plans nouveau logis de Charles VIII sur les jardins/par Ruprich Robert, 1895. (Archives Nationales, Cartes et
    Description :
    couvrait ainsi une partie de la façade depuis son inflexion orientale jusqu'au nouveau logis de Charles sculptées les épées flammées et les « C » enlacés de Charles VIII. Côté Loire, le bâtiment d'origine se de la tour des Minimes qui correspond au niveau du comble du nouveau logis de Charles VIII sur les bâtiment sur Loire et du nouveau logis de Charles VIII, l'escalier dit « percé ». La grande vis hexagonale des Quatre Travées et au sud avec le nouveau logis de Charles VIII sur les jardins ; cette dernière
    Annexe :
    différentes portes de communication sont évoquées. Celle qui communique avec le nouveau logis de Charles VIII
    Illustration :
    bâtiment sur Loire se trouve au second plan entre les logis du fossé et le nouveau logis de Charles VIII XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nuoveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et Loire et du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 AP Loire et du premier du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins. (Archives Nationales, Cartes et Loire et du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins. (Archives Nationales, Cartes et Plans, 300 AP
  • Porte des Lions
    Porte des Lions Amboise - Château d'Amboise - en ville
    Historique :
    Amboise date du règne de Charles VIII. En 1494, les comptes de l'argenterie d'Anne de Bretagne rapportent
    Référence documentaire :
    , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , Deuxième étage du bâtiment sur Loire, deuxième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et , premier étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et -de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII-François dit de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII , deuxième étage du bâtiment sur Loire, troisième étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et FAUCHERRE, Nicolas. Les citadelles du roi de France sous Charles VII et Louis XI. Paris : Université de Paris IV-Sorbonne : thèse de doctorat sous la direction de Léon Pressouyre, 1992, 3 vol
    Illustration :
    XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 3e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et XI, 2e étage du bâtiment sur Loire, 2e étage du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et rez XI, 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins XI, rez-de-chaussée du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les du logis Louis XI, rez-de-chaussée du logis Charles VIII, rez-de-chaussée du logis Charles VIII de Louis XI, rez-de-chaussée bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur , 1er étage du bâtiment sur Loire, rez-de-chaussée du nouveau logis de Charles VIII sur les jardins et