Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 698 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Joué-lès-Tours, Lycée d'Arsonval : décor mural (disparu)
    Joué-lès-Tours, Lycée d'Arsonval : décor mural (disparu) Joué-lès-Tours - 6 place de la Marne - en ville
    Historique :
    bâtiments. Les cinq panneaux devaient mesurer entre 6 à 10 mètres de hauteur et entre 5 à 11 mètres de réalisation est de 42 509 francs. L’œuvre a disparu. Elle fut détruite ou dissimulée par les nouvelles constructions recouvrant les murs des anciens bâtiments lors de la restructuration et de l’extension du lycée au
    Référence documentaire :
    Joué-lès-Tours. commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1971-1980.
    Localisation :
    Joué-lès-Tours - 6 place de la Marne - en ville
    Titre courant :
    Joué-lès-Tours, Lycée d'Arsonval : décor mural (disparu)
    États conservations :
    Œuvre détruite ou dissimulée par les nouvelles constructions venues recouvrir les murs des anciens
    Illustration :
    Le décor mural était situé sur des élévations d'anciennes constructions remplacées par les bâtiment
  • Joué-lès-Tours, Lycée d'Arsonval : sculpture,
    Joué-lès-Tours, Lycée d'Arsonval : sculpture, "La Chaise" Joué-lès-Tours - 6 place de la Marne - en ville
    Localisation :
    Joué-lès-Tours - 6 place de la Marne - en ville
    Titre courant :
    Joué-lès-Tours, Lycée d'Arsonval : sculpture, "La Chaise"
  • Joué-lès-Tours, Lycée Jean Monnet : sculpture,
    Joué-lès-Tours, Lycée Jean Monnet : sculpture, "Melodic European Parliament" Joué-lès-Tours - 45 rue de la Gitonnière - en ville
    Description :
    ) représentant la portée d'une partition musicale. Les notes sont représentées par des perforations dans la tôle
    Localisation :
    Joué-lès-Tours - 45 rue de la Gitonnière - en ville
    Titre courant :
    Joué-lès-Tours, Lycée Jean Monnet : sculpture, "Melodic European Parliament"
  • Villandry : parc et jardin d'agrément du château
    Villandry : parc et jardin d'agrément du château Villandry - 3 rue Principale - en village - Cadastre : 2016 AI 123 ; 259 à 265 ; 267 ; 274 ; 355 à 356 ; 358
    Historique :
    nouveau propriétaire, fait effectuer d’importantes transformations sur le château mis au goût du jour. Les jardins et les abords sont également modifiés : le parc est agrandi, suite aux rachats de terres par le , orangeries, terrasses et dépendances néoclassiques remplacent les parquets Renaissance. A compter de 1791 , avant-cours et allées d’honneur, aujourd’hui disparues, précédant les jardins qui se déploient de lequel rayonnent les allées depuis un rond-point en étoile. Au cours du 19ème siècle, les jardins sont transformés en parc paysager ; les terrasses sont nivelées et les fossés sont comblés. Abandonné en 1893, le , thuyas, magnolias, massés sur les revers de monticules artificiels. Le château lui-même [disparaît] au décoratif. Il restitue les salons d’ornement sur leurs terrasses initiales et, aidé dans sa tâche par le XVIIIe siècle, il utilise les projets du Marquis de Castellane visibles sur le cadastre napoléonien. Le château et ses jardins ouvrent au public en 1920. Les descendants de Joachim Carvallo poursuivent son
    Observation :
    Les jardins de Villandry possèdent le label « Jardin remarquable » depuis 2004. Ce label est décerné par le ministère de la Culture. Les jardins se sont également vu attribuer le label "Architecture la survivance de ce mouvement historiciste dans les années 1910. Créé en 2016, ce label est également
    Référence documentaire :
    CLAVREUL, Denis. Les Jardins de Villandry. Paris : Gallimard, 2005. (Carrés de jardins). NOURRY, Louis-Michel. Les Jardins de Villandry, la nature mise en ordre. Paris : Belin-Herscher , 2002. (Les Destinées du Patrimoine).
    Précisions sur la protection :
    Les façades et toitures du bâtiment du concierge, des communs, de la basse-cour et des deux pavillons du 18ème siècle encadrant l'entrée du château, les façades et toitures du pavillon de l'Audience , les cours, jardins, terrasses et pièces d'eau sont classés au titre des monuments historiques par
    Canton :
    Joué-lès-Tours-Sud
    Description :
    D’une superficie de 6 ha, les jardins de Villandry sont entièrement clos par un mur d’enceinte et par les douves en eau du château. Le coteau boisé ferme les jardins à l’est au-dessus des terrasses . Deux mails plantés de tilleuls ménagent des promenades en hauteur pour observer les jardins et le divise en neuf carrés accueillant une fontaine au centre et des motifs géométriques différents les uns les différents états de l’amour : passionné, adultère, tragique et tendre. Le jardin de Musique domine les autres jardins. Elle est divisée en trois espaces comprenant une aire de jeux et le jardin du
    Illustration :
    Vue de volume prise du sud-ouest, avant les restaurations entreprises par Joachim Carvallo. Noter le jardin paysager, les baies 18ème siècle et la terrasse le long de la façade. IVR24_19933700128P Les différents étages du jardin : au premier niveau, le potager; au deuxième niveau : le jardin Le potager, parterre de légumes, carré 2, détail : les bettes. 1995. IVR24_19953700126VA Tonnelles situées au croisement entre les carrés 2, 3, 5, 6 du potager : à gauche, au centre, une tonnelle «restaurée» et à droite, au premier plan les trois modèles originaux (1995). IVR24_19953700130XA Jardin des Simples dont l'entrée dans les différents espaces de plantations (aromatiques Belvédère offrant différentes perspectives sur les jardins. IVR24_20193700632NUCA Terrasses construites sur des douves en eau formant les cours d'accès aux communs et au château
  • Château du Plessis-lès-Tours
    Château du Plessis-lès-Tours La Riche - Plessis (le) - Rue du Plessis - en ville
    Historique :
    Le Plessis-lès-Tours fut la première résidence royale en Val-de-Loire. Elle s'élève en un lieu dénommé Montils-lès-Tours avant 1472. Le roi Louis XI réaménage vers 1478 le château qu'il acquiert en
    Observation :
    Conservé à l'état de vestige, le château de Plessis-les-Tours reconstruit pour Louis XI pourrait
    Référence documentaire :
    Le Plessis-les-Tours en 1845. In : Tableaux chronologiques de l'histoire de Touraine. Tours, Clarey Le Plessis-les-Tours en 1854. Lithographie en couleur, Tours : Clarey-Martineau imprimeur, 1854 [en Plessis-les-Tours. Dessin de Deroy, 19e siècle. (Bibliothèque municipale de Tours) GAVELLE, Priscille de, PAU, Clémence. Le château du Plessis-lès-Tours : environnement et parc p. 161-172 LEVEEL, Pierre. Les Montils-lès-Tours en la varenne de La Riche du Xe au XVe siècle GUILLOT de SUDUIRAUT, Sophie. Le château de Plessis-les-Tours. Chambray-les-Tours : Editions C.L.D Plan général du château du Plessis les Tours. Plan à l'encre et lavis, 18e siècle (AD37 H 680). Plan du château du Plessis les Tours au 25 juillet 1786. Plan à l'encre et lavis. (AD37 C 314/13) Plan du château de Plessis-les-Tours... établi le dépôt des Mandians, rez-de-chaussée. Plan à VIRARD, Sophie. Le château du Plessis-les-Tours. Tours : Centre d'Etudes Supérieures de la
    Précisions sur la protection :
    Château du Plessis-lès-Tours (cad. AR 20) : inscription par arrêté du 12 avril 1927
    Titre courant :
    Château du Plessis-lès-Tours
    Illustration :
    Plessis-les-Tours sur une carte de 1770 (Archives municipales d'Amboise, II 1417 Le Plessis en 1619 sur une "carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief" par R Les Minimes et le Plessis sur le cadastre de 1808, le bâti actuel et les réseaux en superposition Gravure représentant le château au milieu du 19e siècle (Bibliothèque municipale de Tours
  • Tours : groupe sculpté, Les Mystères douloureux
    Tours : groupe sculpté, Les Mystères douloureux Tours - rue François Clouet - en ville
    Inscriptions & marques :
    C. Alaphilippe / 1905 (sur la plinthe) - LES MYSTERES DOULOUREUX L'ENFANT...ET DEMAIN. (sur la
    Historique :
    Tours. L'exécution d'un socle (par l'architecte Becq Rouyer) est entérinée par délibération du conseil
    Localisation :
    Tours - rue François Clouet - en ville
    Titre courant :
    Tours : groupe sculpté, Les Mystères douloureux
  • Les mobiliers culturels du lycée d'Arsonval
    Les mobiliers culturels du lycée d'Arsonval Joué-lès-Tours - 6 place de la Marne - en ville
    Référence documentaire :
    Joué-lès-Tours. commission nationale du 1% artistique, Ministère de la Culture. 1971-1980.
    Localisation :
    Joué-lès-Tours - 6 place de la Marne - en ville
    Titre courant :
    Les mobiliers culturels du lycée d'Arsonval
    Illustration :
    par les bâtiment actuels. IVR24_20143703742NUCA
  • Les mobiliers culturels du Lycée Jean Monnet
    Les mobiliers culturels du Lycée Jean Monnet Joué-lès-Tours - 45 rue de la Gitonnière - en ville
    Localisation :
    Joué-lès-Tours - 45 rue de la Gitonnière - en ville
    Titre courant :
    Les mobiliers culturels du Lycée Jean Monnet
  • Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours La Riche - Saint-François - en écart
    Historique :
    Plessis-lès-Tours. les terres de leur résidence au Plessis, le couvent conserve un bâtiment des 17e siècle et 18e siècle . Chapelle inachevée construite d'après les plans de Charles et Gustave Guérin dans la 2e moitié du 19e
    Référence documentaire :
    . Extraite de Remonter le temps : les prises de vues aériennes. Environs de Tours de 1919 à 2015. Géoportail Riche (Indre-et-Loire). Bulletin de la Société Archéologique de Touraine. Tours : Société archéologique Veüe du couvent des Pères Minimes du Plessis lez Tours, dessiné du costé de l'entrée. Par Louis Carte particulière de Tours avecq le paisage mis en relief, faict par R. Siette le quinzième jour Carte du cours de la Loire depuis Coulanges jusqu'au Pont de Cé, vers 1755. Détail de Tours et de Carte de Tours et de ses environs. Document levé topographiquement à 6 lignes pour cent toises la ville de Tours. Bruxelles : Éditions Culture et Civilisation, 1976. (Réédition du texte de 1873 Veüe du couvent des Pères Minimes du Plessis lez Tours, dessiné du costé de l'entrée, 1699
    Précisions sur la protection :
    dite " levée du Cher " ; les sols de l'emprise du couvent à l'intérieur de son mur d'enceinte, y
    Titre courant :
    Couvent des Grands Minimes du Plessis-lès-Tours
    Illustration :
    Veüe du couvent des Pères Minimes du Plessis-les-Tours, dessiné du costé de l'entrée, 1699 (Société Les Minimes vers 1755 IVR24_20153700004NUC Les Minimes sur une carte de 1770 (Archives municipales d'Amboise, II 1417) IVR24_19783700125P Les Minimes et le Plessis sur le cadastre de 1808, le bâti actuel et les réseaux en superposition L'enclos des Minimes : les jardins potagers IVR24_20153700049NUCA Les Minimes depuis le parking du centre commercial la Riche Soleil IVR24_20153700063NUCA
  • Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre,
    Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre, "Le rapport à la salade ?" Chambray-lès-Tours - 104 avenue de La République - en ville
    Historique :
    construction de la Halle de vente du lycée professionnel agricole de Chambray-les-Tours. Cette œuvre prend la
    Représentations :
    -Loire vue du ciel et plus précisément d'une portion du territoire d'Indre-et-Loire entre les communes de comme un dessin du paysage local, du terroir où sont produit les aliments en vente dans cette halle. La dans le décor extérieur, comme si les parcelles vues du ciel se peuplaient d'agriculteurs, d'animaux et
    Description :
    diffusant la lumière. Les espaces non recouverts par l'adhésif restent transparents comme le vitrage. La
    Localisation :
    Chambray-lès-Tours - 104 avenue de La République - en ville
    Titre courant :
    Chambray-lès-Tours, Lycée agricole de Chambray-lès-Tours : décor adhésif sur verre, "Le rapport à
    Annexe :
    entendu liée à l'évolution de l’agriculture. 6 grands thèmes sont évoqués : -les mythes, les croyances , les religions liés à l'agriculture -les représentations iconographique et littéraires -l'outillage et dans le monde -les éléments liés à l'eau et aux moulins -les éléments concernant l'élevage
  • Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée agricole de Chambray-lès-Tours
    Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée agricole de Chambray-lès-Tours Chambray-lès-Tours - 104 avenue de La République - en ville
    Historique :
    Parmi ses mobiliers culturels et patrimoniaux, le Lycée agricole de Chambray-lès-Tours possède une
    Localisation :
    Chambray-lès-Tours - 104 avenue de La République - en ville
    Titre courant :
    Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée agricole de Chambray-lès-Tours
  • Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Tours (Indre-et-Loire
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Tours (Indre-et-Loire Tours
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale Les aménagements portuaires de la Loire
    Historique :
    , l'ingénieur en chef Lemierre rapporte que les travaux d'endiguement aux abords de Tours laissent encore en 1857 et 1862 mentionnent à Tours, les ports de l'embouchure du canal, de Tours, de Saint-Cyr et de tonnes en 1858. Au début du XIXe siècle, les marchandises transportées sur la Loire à Tours consistent Durant l'Antiquité, la berge gauche de la Loire à Tours est située beaucoup plus en sud la Victoire. Nous ne savons que très peu de choses concernant les dispositifs portuaires pour cette 1-15 rue de la Madeleine (à l'ouest de la ville). Un pont est attesté sur la Loire à Tours dès le de Tours Eudes II. Il sera utilisé jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Durant la période médiévale, on depuis le XVIe siècle. Jusqu'au début du XVIIIe siècle, les murailles forment une séparation entre le fleuve et la ville : seules les portes percées dans l'enceinte assurent un accès à la Loire. Il semble . La seconde moitié du XVIIIe siècle voit à Tours la réalisation de travaux importants : construction
    Référence documentaire :
    AN, F 14 6615. Projet d'exhausser les quais de Tours suite à la crue de 1846, 1847. AM Tours, BB 80ème registre. Liberté du transport des vins de Loire vers les colonies, 1784-1785. AM Tours, 3 O 1. Travaux de défense de la ville contre les inondations, 1846-1847. AM Tours, 3 O 1. Rapport de l'ingénieur Cormier sur les travaux d'amélioration des quais de la AM Tours, 3 O 1. Projet concernant les travaux de défense de la ville contre les inondations de la Lithographie, Ech. 1/8000e, 1833. (bibiothèque municipale de Tours, CPB 055). (cf. illustration n Gravure sur cuivre, 18,7 x 31 cm, 1690. Par Aveline. (bibiothèque municipale de Tours, LB Tours Gravure, 1657, détail. Par Mérian (graveur). (bibiothèque municipale de Tours, Ge FF 748). (cf Gravure, 1657, détail. Par Mérian (graveur). (bibiothèque municipale de Tours, Ge FF 748). (cf Photographie aérienne verticale, Ech. 1/5200e. (archives municipales de Tours, 1168 W 5. Axe 11
    Description :
    La ville de Tours est établie de part et d'autre de la Loire. Elle bénéficiait de multiples de Saint-Cyr (rive droite, vis à vis du bourg de Saint-Cyr mais sur la commune de Tours) comprenant - une cale en tablier à quai incliné aux abords de la passerelle Saint-Symphorien - le port de Tours
    Localisation :
    Tours
    Titre courant :
    Les aménagements portuaires de la Loire : commune de Tours (Indre-et-Loire
    Illustration :
    Vue de la ville de Tours telle qu'on la voit de chez les révérends pères Capucins, 1753. (société Carte de la ville de Tours et de ses environs dressée sur les matériaux du cadastre par Gayard Carte de la ville de Tours et de ses environs dressée sur les matériaux du cadastre par Gayard Carte de la ville de Tours et de ses environs dressée sur les matériaux du cadastre par Gayard Carte de la ville de Tours et de ses environs dressée d'après les éléments du cadastre par Gayard La Loire à Tours, rive gauche : établissement les Bains chauds et lavandière. Carte postale La traversée de la Loire à Tours avec localisation des ports sur un fond de plan de 1880 Carte des principaux aménagements portuaires à Tours (fond de plan de 1880). IVR24_20123702064NUDA Schéma présentant les différentes jonctions navigables ayant relié la Loire et le Cher La fort ancienne et noble ville de Tours appelée le jardin de la France, par C. Vischer, détail
  • Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée de Tours-Fondettes Agrocampus
    Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée de Tours-Fondettes Agrocampus Fondettes - la Plaine - isolé
    Historique :
    Parmi ses mobiliers culturels et patrimoniaux, le Lycée de Tours-Fondettes Agrocampus possède une
    Titre courant :
    Les mobiliers culturels et patrimoniaux du Lycée de Tours-Fondettes Agrocampus
  • Tableau : le Jugement de Salomon
    Tableau : le Jugement de Salomon Azay-sur-Cher - Bourg - en village
    Historique :
    Tableau anonyme datant du 17e siècle. Œuvre restaurée en 2007 par Faddoul Khallouf (Joué-les-Tours
  • Bourg : moulin
    Bourg : moulin Courçay - Bourg - en village - Cadastre : 1826 E1 313-314 2019 E1 1779
    Historique :
    date, le Chapitre de l'abbaye Saint-Martin de Tours en est propriétaire et se charge de le faire
    Référence documentaire :
    . Joué-les-Tours : La Simarre, [ca 2001] . 125 p.
    Illustration :
    , Tours, 3 P). IVR24_20193700642NUCA départementales d'Indre-et-Loire, Tours, 3 P). IVR24_20123700200NUCA
  • Doué : Moulin
    Doué : Moulin Courçay - La Doué - isolé - Cadastre : 1827 C3 1150-1154 2019 C 2166
    Historique :
    Avant la Révolution, le moulin appartenait au chapitre de Saint-Martin de Tours. A la fin du 15e siècle, la présence d'un moulin à blé en mauvais état est attestée et les chanoines chargent Jean Amonet transformation du moulin en cartonnerie. L'activité a cessé à la fin du 19e siècle. Les bâtiments situés le long
    Référence documentaire :
    . Joué-les-Tours : La Simarre, [ca 2001] . 125 p.
    Illustration :
    , Tours, 3 P). IVR24_20123700203NUCA
  • Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours Tours - en ville
    Copyrights :
    (c) Université François-Rabelais de Tours
    Historique :
    combats. Déclarée "ville ouverte" le 21 juin, Tours est occupée par les Allemands dès le lendemain. Le Le quartier de l'entrée nord est le premier secteur urbain de Tours détruit lors de la Seconde brasier perdure plus de deux jours durant lesquels le maire de Tours, Ferdinand Morin, négocie l'arrêt des août 1940, la ville de Tours confie en novembre 1940 l'établissement d'un Plan de reconstruction et concerne les vestiges épargnés par les destructions, un premier plan voit le jour qui conserve notamment la immédiatement stoppée par la nouvelle vague de bombardements qui frappe Tours en 1943 et 1944. Issu de l'équipe en 1946 un premier modificatif du plan Lefèvre. Dorian envisage par ailleurs, suivant les principes que se constitue la même année l'Association syndicale de remembrement de Tours-Nord qui regroupe l'ensemble des propriétaires sinistrés du quartier nord, les premiers immeubles des 22 îlots désormais . Les derniers ensembles du quartier nord sont achevés en 1962.
    Référence documentaire :
    Les reconstructions de la zone Nord de Tours. Ce qui est réalisé. Les projets pour 1950. La Un milliard et demi de travaux seront entrepris cette année dans les différents quartiers de Tours DUBUISSON, Yolène. Les problèmes posés par la reconstruction des écoles de Tours (1945-1958 DURAND, Yves. Les reconstructions d'Orléans, Tours et autres villes du Val de Loire détruites en quotidienne. Chambray-lès-Tours : Editions C.L.D., 1997. LABUSSIÈRE, Jeannine, PRAT, Elisabeth. Tours cité meurtrie juin 1940. Chambray-lès-Tours : Éditions LARGEAUD, Jonathan. Tours sous les bombes. La Crèche : Geste éditions, 2010 (Se souvenir de). OLIVEREAU, Amandine, Les infrastructures ferroviaires à Tours, un siècle de mutation (1844-1944 François-Rabelais, 2009 (2 vol.). OLIVEREAU, Amandine, Les infrastructures ferroviaires à Tours, un OLIVEREAU, Amandine. Les infrastructures ferroviaires à Tours dans la seconde moitié du 20e siècle
    Canton :
    Tours-Centre
    Description :
    et du bois de Grandmont par les communes de Joué-lès-Tours et de Saint-Avertin a également permis place Anatole-France et l'avenue André-Malraux ; à l'est par les rues Voltaire, Jules-Favre et de Lucé ; au sud par les rues Emile-Zola et Néricault-Destouches ; à l'ouest par les rues Baleschoux, du Anatole-France, la cité H.L.M Les Amandiers et un ancien commissariat de police, est située autour du limitrophes, Saint-Symphorien et Sainte-Radegonde, les limites urbaines ont été repoussées bien au-delà de la rive nord de la Loire, Tours doublant ainsi sa superficie. La cession des terrains de la vallée du Cher , dans les années 1960, l'extension du territoire communal vers le sud.
    Localisation :
    Tours - en ville
    Titre courant :
    Secteurs urbains de la Reconstruction de Tours
    Appellations :
    secteurs urbains de la Reconstruction de Tours
    Texte libre :
    nouvelle gare (œuvres de Victor Laloux) au tournant du 20e siècle, ont par ailleurs donné à Tours les sur les chantiers d'îlots. La même année se constitue l'Association syndicale de remembrement de Tours France. 5 - Les caractéristiques architecturales des îlots de la Reconstruction de Tours-Nord (centre Tours entre 2010 et 2011, une analyse formelle a été conduite sur les dix-huit îlots créés sur des , formes et emprise des îlots reconstruits Parmi les dix-huit îlots reconstruits du centre-ville de Tours . Les îlots du centre-ville de Tours présentent également différentes formes : ouverte lorsqu'un côté Tours, comme le reste de la France, dans les années d'après-guerre. L’État et les municipalités 1 - Tours avant-guerre La ville de Tours se présente avant-guerre comme une cité prospère . Accueillant les visiteurs venus du Nord, l'entrée de ville monumentale et l'artère principale qui la prolonge Plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension (PAEE). Dressé par les urbanistes Agache et Saunier
    Illustration :
    Carte des secteurs urbains reconstruits du centre-ville de Tours. IVR24_20103702694NUDA Plan de situation des îlots du centre-ville de Tours. IVR24_20113701267NUDA Datation des chantiers des îlots du centre-ville de Tours. IVR24_20113701775NUDA Carte des typologies de traitement des immeubles en angle d'îlot et des formes animant les façades Plan monumental, [1911]. (archives municipales de Tours, 2 Fi 18). IVR24_20103702682NUCA Albin arch., 30 juillet 1931. (archives municipales de Tours, 2 Fi 27). IVR24_20103701811NUC2A arch., 1933. (archives municipales de Tours, 3 D 1). IVR24_20103701810NUC2A . (archives municipales de Tours, 3 D 3). IVR24_20103701809NUC2A Tours, 2 Fi 29). IVR24_20103701808NUC2A municipales de Tours, 3 D 2). IVR24_20103702686NUCA
  • Présentation du canton de Bléré
    Présentation du canton de Bléré
    Historique :
    , Epeigné-les-Bois, Sublaines. Ce canton disparut en 1801 et ses communes furent rattachées à celui de Bléré
    Référence documentaire :
    DUBOIS, Jacques. Archéologie aérienne. Patrimoine de Touraine. Joué-les-Tours : Alan Sutton, 2003. DUCHEMIN Pierre, LIVERNET, Sylvain. Bléré et son canton. Joué-les-Tours : Alan Sutton, 1997. LEVEEL, Pierre. Histoire de Touraine et d'Indre-et-Loire. Chambray-lès-Tours : CLD, 1988. 998 p. MARQUET, Jean-Claude. La Préhistoire en Touraine. Chambray-lès-Tours : CLD, 1999 (réédition Presses et de l'ancienne province de Touraine. Tours : Rouillé-Ladevèze, 1883. (3 vol.). Tours à Chenonceau. Tours : A. Mame et fils, s.d. [19e siècle]. COUDERC, Jean-Marie (dir.). Dictionnaire des communes de Touraine. Tours : CLD, 1982. MAILLARD, Brigitte. Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle, structures agraires et économie Universitaires François Rabelais, Tours, 2011), 318 p. Floch éditeur, 1971, 5e édition. (1ère édition Tours, 1930).
    Description :
    Les seize communes étudiées couvrent un territoire de 350 km2 traversé d’est en ouest par le Cher coteaux creusés de caves dont font partie les communes de Saint-Martin-le-Beau, Dierre, La Croix-en , les vallons boisés de Céré-la-Ronde et d’Epeigné-les-Bois, parcourus de ruisseaux, avec la partie est
    Texte libre :
    économique. En revanche, si Grégoire de Tours les mentionne, c’est parce que les évêques l’ayant précédé y Aspects géographiques : Les seize communes étudiées couvrent un territoire de 350 km2 traversé traverse neuf communes, constitue la limite sud du pays d’Amboise, plateau crayeux dont les coteaux sont creusés de multiples caves. L’habitat s’est développé en rive droite, sur les terres issues du , Cigogné et Courçay en font partie. C’est l’un des pays tourangeaux les mieux caractérisés ; sur ce vaste résiduelles. Les paysages agricoles ressemblent parfois à ceux de la Beauce. Jusque vers 1945, c’était un après 1945 et a augmenté considérablement la taille des parcelles. Les géographes ont relevé que l’unité y observe l’absence d’argile. A l’est, les vallons boisés de Céré-la-Ronde et d’Epeigné-les-Bois l’attestent les plans par masses de culture, n’est plus omniprésente. Elle reste cependant cultivée sous les AOC Touraine, Touraine-Chenonceaux et Montlouis. Les principaux cépages sont le cabernet franc, le
    Illustration :
    Carte du territoire situé entre Tours et Montrichard. Extrait de "Topographie du duché de Touraine Sublaines : paysage du plateau de la Champeigne, au sud de la commune, à proximité du lieu-dit Les
  • Les céramiques de l'atelier Le Clos de Joÿe-Jeanne Champillou
    Les céramiques de l'atelier Le Clos de Joÿe-Jeanne Champillou Orléans - 182 rue du Faubourg-Bannier - en ville
    Historique :
    Guerre mondiale, elle est sollicitée par les architectes Paul Gélis, André Bezançon et Paul Winter et chapelle Notre-Dame des Miracles à Orléans...) et des bâtiments privés (grand magasin Les Nouvelles son œuvre. En 2007, elle est la première femme à figurer dans l’exposition en plein air "Les Hommes Illustres" qui honore les personnalités marquantes originaires de la ville.
    Titre courant :
    Les céramiques de l'atelier Le Clos de Joÿe-Jeanne Champillou
    Annexe :
    . Une Aventure industrielle : la manufacture de Briare (1837 – 1962). Joué-les-Tours : Alan Sutton, 2001 . 103. BARBET DE JOUY, Henry. Les Della Robbia sculpteurs en terre émaillée. Paris : Jules Renouard et , Camillo Jacopo, MOLINIER, Émile. Les Della Robbia, leur vie et leur œuvre (d'après des documents inédits , suivi d'un catalogue de l'œuvre des Della Robbia en Italie et dans les principaux musées de l'Europe Charité, et autres lieux de culte, ayant existé à Orléans à travers les siècles. Manuscrit, 1987-1990 . GAILLARD, Louis. Essai sur les églises du diocèse d’Orléans. Manuscrit, volume 2, 1988. GARNIER, Nicole , émailleur sur verre 1891 – 1976. Paris : Delpha, 1994. HEILIGENSTEIN, Auguste. Précis de décoration dans les Tradition Vivante). LESUR, Adrien, TARDY. Les Porcelaines françaises. Paris : Tardy, 1967. MAGNIER, M-Désiré , une nouvelle dation. Paris : RMN, 1990. RHODES, Daniel. La Poterie, les fours. Paris : Dessain et . Paris : Les Arts décoratifs, 2006. Société d’Encouragement aux Métiers d’Art. Métiers d’art : Mieux
    Texte libre :
    Rueil-Malmaison). La connaissance des oeuvres a été essentiellement enrichie par les souvenirs de Jeanne permis de définir un corpus de 227 dossiers rédigés selon la méthodologie et les normes nationales de , elle a été vigneronne pendant plusieurs générations dans les faubourgs nord d’Orléans (Coligny, Les Aydes). Les grands-parents maternels, natifs de Touraine, tiennent un commerce de bonneterie à Orléans d’Orléans. Cet intérêt pour l’art se confirme peu à peu, notamment grâce à deux ouvrages dont les : lithographies d’Edmond Morin". Elle est scolarisée à l’école voisine de Saint-Denis-en-Val, ouverte par les de 1904 qui interdit l’enseignement aux congrégations, les Sœurs, qui ont refusé la sécularisation frontière française. Jeanne suit en Belgique les religieuses avec sa sœur Hélène et restera en pension , elle commence à dessiner en autodidacte, en copiant les maîtres et son environnement quotidien : "Tout dames avec maman, moi-même, le chien, les poules, les lapins, les visiteurs, les passants, les voisins
    Illustration :
    Les Faneuses : haut-relief conservé au musée Jeanne Devos à Wormhout (d'après "La Fenaison" de
  • Présentation de la commune de Sauzelles
    Présentation de la commune de Sauzelles Sauzelles
    Référence documentaire :
    COULON, Gérard. Quand la Brenne était romaine. Joué-lès-Tours : Alan Sutton, 2001. 128 p. BRYANT, Simon. Les bourgs de Brenne. Étude archéologique et morphologique des bourgs de la vallée p. 427 DESHOULIERES, F. Les églises de France. L'Indre. Manuscrit dactylographié. VOISIN, F. Statistique historique et monumentale de l'arrondissement du Blanc. Tours : J. Bouserez
    Annexe :
    arbitrairement à partir du nord. Les trois fermes sont de même facture. Chaque ferme forme un pan-de-bois composé poteaux avec aisseliers, assemblés à la sablière de toit. Les éléments architecturaux en place ont été et 1452 éch. 5 : ferme 3, poteau est : entre 1448 et 1452 Interprétation D’après les résultats obtenus, les éléments prélevés (poteaux, entraits, poinçon) forment un ensemble architecturalement et
    Texte libre :
    des boisements et des arbres isolés. Les coteaux, particulièrement abrupts aux environs de Rochefort remembrée dès 1951 (le premier remembrement du département) et occupe les trois quarts de la commune. Elle est découpée en vastes parcelles de culture (céréales), dégageant des vues lointaines. Les données s'agit d'un bas-relief gallo-romain taillé dans les coteaux représentant trois personnages et portant une , au nord-ouest du bourg (Laüt 1991). Les prospections pédestres conduites en 2011 ont permis (Néolithique essentiellement), les traces de sidérurgie ancienne ont été notamment localisées à Bousseronde et propriété de Rochefort conserve les vestiges d'un ancien château presque complètement démantelé au cours du les cadastres anciens et ceux dont la représentation en plan correspond à de ce qui aurait pu être un toit à croupes. La confrontation entre le plan cadastral et les états de section a mis en évidence que des bâtiments. Les bâtiments représentés par un simple polygone sont désignés dans les états de
    Illustration :
    Au pied du village, les prairies inondables et le site des Roches en coteau nord de la Creuse Les larges horizons du plateau agricole. IVR24_20123600437NUC2A
1 2 3 4 35 Suivant